Gard Nimes Enceinte Porte Auguste









Gard Nimes Enceinte Porte Auguste
English Translation


Historique Voir ICI
History Click HERE


Tiré de ce Article
 

La porte que nous appelons aujourd'hui « Porte d'Auguste » , en souvenir du puissant protecteur de Nîmes, l'empereur Auguste, était désignée autrefois, suivant les textes du Chapitre Cathédral (947-978) sous le nom de « Porte d'Arles » (Porta Arelatensis), à cause de la voie romaine qui, venant d'Arles y aboutissait.C'était là principale porte de la Cité et, par son architecture, on avait voulu la distinguer des autres portes: La façade se compose de deux grandes arcades de plein cintre, larges de 3m93 sur une hauteur de 6 mètres, et de deux petits arceaux n'ayant que 1m93 de largeur sur 4m d'élévation, ces derniers sont surmontés d'une niche demi-circulaire ornée de deux petits pilastres portant un entablement de l'ordre dorique.Deux grands pilastres d'ordre corinthien servent d'encadrement à chacune des deux petites entrées et soutiennent, à 7m50 d'élévation, l'entablement général de l'édifice, cet entablement venait s'amortir contre deux tours demi-circulaires, démolies en 1793. Ces tours avaient 9m66 de diamètre, leur partie circulaire ne commençait qu'à 1m50 en avant du parement, ce qui leur donnait une forme infiniment gracieuse et facilitait les moyens de défense de cette entre avec plus d'avantage.La frise, qui a 0m60 de hauteur, porte une inscription sur deux lignes, les lettres de bronze ont disparu, mais les rainures dans lesquelles elles étaient enchâssées nous ont heureusement conservé ce précieux document, qui fixe la construction de nos antiques murailles à la Sine année de la puissance tributienne d'Auguste, correspondant à l'an 738 de Rome, seize ans avant notre ère.Les lettres de cette inscription sont d'un beau caractère, celles de la première ligne ont 25 centimètres de hauteur, et celles de la seconde 16 seulement.Elle porte :

IMP. CAESAR. DIVI. F. AUGUSTUS. COS. XI. TRIBUV. POTEST. VIII. PORTAS. MUROS. QUE. COL. DAT.

Ce qui signifie qu'Auguste, ayant jugé utile à ses intérêts que Nîmes fut entourée de remparts, lui ordonne de les construire. Sur le milieu du monument se trouve une petite colonne ionique, qui sépare les deux grands arceaux, elle repose sur un chapiteau établi à l'imposte du pied droit sur lequel elle est située et s'élève jusqu'à l'entablement. Cette colonne était le « milliare passum primun » de Nîmes, c'est-à-dire le point d'où l’on partait pour compter les milles sur toutes les routes, c'était pour ainsi dire le milliaire zéro.
Outre la petite colonne, l'entablement était encore soutenu par deux taureaux à mi-corps, placés immédiatement au-dessus de la clé des grands arceaux.
Les deux niches qui couronnent les petites entrées étaient probablement décorées des statues d'Auguste et d'Agrippa, ou peut-être de Caius et Lucius, petits-fils de l'Empereur.
La Porte d'Auguste, large de 39m60, formait un avant-corps en saillie de 5m23 sur les remparts antiques, cette saillie était augmentée à ses deux extrémités par la partie arrondie de deux tours de 9m66 de diamètre, dont l'hémicycle ne commençait qu'à 1m50 en avant de la façade.Les deux petites entrées de la porte formaient, sur une longueur de 16 mètres, deux portiques couverts de voûtes à plein cintre formées d'arcs doubleaux ; ces passages étaient éclairés par trois fenêtres cintrées de 2m50 de hauteur sur 1m15 d'ouverture, établies à 0m65 au-dessus du sol antique.Il paraît que ces portiques ne se fermaient pas habituellement, car on ne voit sur les pieds droits, ni sur le seuil, aucune trace de scellement de gonds, ni de crapaudine ; cependant, deux trous carrés de 0m20, placés sur les murs latéraux, vis à vis de deux autres trous de même dimension, taillés en chanfrein, démontrent, par leur emplacement et leur forme, que, dans certaines circonstances, à l'approche de l'ennemi, par exemple, ces ouvertures se fermaient par un vantail, retenu à l'intérieur par de fortes solives fixées dans ces trous.Les grandes entrées n'étaient couvertes que sur une épaisseur de 2m84 par deux arcs doubleaux en saillie de 0m 44 sur le nu du mur intérieur, ces deux arcs étaient séparés par un intervalle de 0m45 destiné au mouvement d'une herse.Cette première barrière n'avait pas paru suffisante ; à 1m53 de la herse, immédiatement après les arcs doubleaux, on avait établi une seconde porte à deux vantaux dont les mouvements de rotation s'opéraient sur des pivots établis à 0m30 de leur bord, cette seconde porte se fermait par des solives dont la disposition était la même que celle des passages couverts.Après avoir franchi cette double barrière, on se trouvait dans une cour, le « Cavœdium », large de 10m64 sur 13m de longueur, l'enceinte formée par la Porte d'Auguste devait se terminer ,du côté de la ville, par un système d'arcades et de fermetures en harmonie avec celui de la face extérieure.On conçoit que cette disposition était extrêmement favorable à la défense de la ville, les assaillants, après avoir forcé les deux premières portes, se trouvaient enfermés dans une impasse dominée sur tous les points par des terrasses, des portiques latéraux, d'où les assiégés pouvaient facilement écraser l'ennemi avant que les portes intérieures fussent forcées.Le pavé romain, presque tout conservé sous le grand arc de droite, est formé de fortes dalles de 0,30 d'épaisseur, longues de 2 à 3 mètres, d'une largeur irrégulière, mais parfaitement juxtaposées, ce pavé formait un seul dos d'âne sur toute la largeur des grandes entrées.

 

 

 

Historique Voir ICI
History Click HERE


Voir Aussi Autres Photoscopes  See Also Others Walk Around
Nimes Amphithéatre
Xanten Enceinte
Rome Les Enceintes 
Narbonne Enceinte
Nimes Porte de France
Nimes Enceinte Amphithéatre
Nimes Tour Magne
Treves Porta Nigra


 

   


Copyright © 2003-2018 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3811463
Nb de visiteurs aujourd'hui:204
Nb de connectés:23