Limes Germanicus Reticus Wp 15-45 Kastell Eining










Limes Germanicus Reticus Wp 15-45 Kastell Eining Abusina
English Translation
Merci à Carole Raddato pour les photographies

Historique Voir ICI
History Click HERE
 
*
 
 
 
 
Ce fort d' Abusina était un fort dont la garnison devait surveiller le Limes germanico-retico Obergermanisch-Raetischer Limes Le Danube délimitant la frontière
Abusina est l ‘un des rares fortq entièrement mis en valeur dans cette région frontalière.
Il est situé à environ 500 mètres au sud de l'actuelle ville d'Eininger
Dans les temps anciens, il occupait une position stratégique et géographique importante. En effet il est situé sur le Danube dont il peut contrôler la navigation et en même temps c’est un noued routier sur la voie romaine Via Iuxta Danuvium qui bifurquait vers le sud-est et une autre menant à un gué sur le Danube
Les garnisons principales les plus proches étaient le Kastell Pförring Celeusum qui abritait une Ala, sur la rive nord du Danube, et le camp de la légion
Castra Regina , aujourd'hui Ratisbonne Regensburg.
Mais le fort n’avait pas une vue complète vers le fort Pförring et la section du Limes près de Hienheim . C'est pour cela que fut édifié la W/P 15/46.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Ce fort d' Abusina était un fort dont la garnison devait surveiller le Limes germanico-retico Obergermanisch-Raetischer Limes Le Danube délimitant la frontière
Abusina est l ‘un des rares fortq entièrement mis en valeur dans cette région frontalière.
Il est situé à environ 500 mètres au sud de l'actuelle ville d'Eininger
 
 

Dans les temps anciens, il occupait une position stratégique et géographique importante. En effet il est situé sur le Danube dont il peut contrôler la navigation et en même temps c’est un noued routier sur la voie romaine Via Iuxta Danuvium qui bifurquait vers le sud-est et une autre menant à un gué sur le Danube
Les garnisons principales les plus proches étaient le Kastell Pförring Celeusum qui abritait une Ala, sur la rive nord du Danube, et le camp de la légion
Castra Regina , aujourd'hui Ratisbonne Regensburg.
Mais le fort n’avait pas une vue complète vers le fort Pförring et la section du Limes près de Hienheim . C'est pour cela que fut édifié la W/P 15/46.
Le nom Abusina était connu depuis longtemps par diverses sources anciennes, mais apparaissait sous différentes orthographes. Les variantes ABVSINA, AVSINA, ALLVSINA, AVSENA et ARVSENA se trouvent sur la Tabula Peutingeriana , dans l' Itinerarium Antonini , dans la Notitia dignitatum et sur des stèles ou bornes
Les érudits humaniste
s du début de l'ère moderne connaissaient déjà l'ancienne colonie romaine dans la région d' Eining. Il faut mentionner Johannes Aventinus (1477–1534), et Peter Apian (1495–1552) qui lui a récolté des vestiges lapidaires à Eining.
Après cela, le fort retombe dans l’oubli pendant quelques centaines d'années, jusqu'au XIXe siècle, Le fort n'est pas dans le champs de recherche des activités de la
Reichs-Limeskommission (RLK) fondée en 1892 , car il se trouve apres la zone de recherche qui prend fin sur la rive ouest du Danube près de Hienheim .
C’est donc sur l initiative de personnes privées que les fouilles ont commencer notamment avec les fouilles du pasteur d'Einingen Wolfgang Schreiner, qui a commencé les premières
fouilles en 1879 , qu'il a d'abord financées avec des fonds privés.
Ensuite il faut attendre le début du XXe pour voir des fouilles reprendre entre 1911 1920 sous la direction de l'archéologue régional
Paul Reinecke(1872-1958)
Après cela, la recherche scientifique a été suspendue pendant près d'un demi-siècle. Ce n'est qu'en 1968 que la recherche scientifique reprend à l'initiative de l'
archéologue Hans Schönberger (1916–2005), alors directeur de la Römisch-Germanische Kommission (RGK) et de l' Institut archéologique allemand Deutschen Archäologischen Instituts (DAI).

En 2010, devant l’ampleur des vestiges retrouvé il est décide de les conserver et les mettre en valeurs Ainsi né le Römerpark Abusina Eining Parc romain Abusina Eining.
Les trouvailles archéologiques d’ Eining sont reparties entre le musée archéologique de la ville de Kelheim le musée du district Musée Landshut , la collection archéologique État de Munich et le musée de la ville Abensberg .
Histoire de Fort et Vicus
Selon l' inscription fondatrice, le fort Abusina a été construit à l'époque du règne de l' empereur Titus (79-81) vers l'an 80 après JC par la Cohors IIII Gallorum pour sécuriser la ligne du Danube dans le cadre de la frontière nord de l’Empire . Cette cohorte était également la première unité régulière à emménager dans le nouveau fort. Dans sa première phase le camp était construit en bois Clôture et bâtiments à colombages assez simples.
Au début du IIe siècle, probablement vers la fin du règne de l'empereur
Trajan , la Cohors III Gallorum est remplacée par un Vexillatio , un détachement d' environ 500 à 600 hommes des Cohors II Tungrorum milliaria equitata .
Cette affection montre la possibilité de l armée Romaine Exercitus Romanorum de s’adapter à ses missions par sa mobilité, sa flexibilité et donc sa modernité . Alors que l'unité principale est restée stationnée en Bretagne on déploie un détachement dans la lointaine région du Danube pendant un certain temps. Un peu plus tard, entre 138 et 147, la vexillatio d' une unité sœur, le Cohors IIII Tungrorum milliaria equitata , la relève pendant quelques années.
A partir de 153, c’est la Cohors III Britannorum equitata avec six centuries d' infanterie et six Turma de cavalerie qui est casernée à Eining. Elle y resta jusqu'à la fin définitive de la domination romaine sur la province de
Raetia au début du Ve siècle.

L'une de leurs premières tâches fut de transformer le camp en bois en un fort en pierre. Cette mesure était liée à un renforcement coordonné de l'ensemble du tronçon régional de Limes à l' époque d' Antonin .
Le besoin de travaux d'expansion est rapidement devenu évident. Pendant les guerres Marcomannnes sous le règne de l'empereur Marc Aurele (161-180), la province de Raetia subit une grave crise et échappa au moins partiellement et temporairement au contrôle romain.
Le fort et le vicus d'Eining sont détruits pour la première fois. La zone entre Abusina et Castra Regina ne revient sous contrôle romain que vers 175 après JC lorsque la Legio III Italica est stationnée à Ratisbonne .

Des parties de cette légion se trouvaient temporairement caserné sur cette zone pendant environ dix ans à partir d'environ 172 après JC.
Après la reconstruction du fort et du village du camp, commença une phase de calme et de prospérité pour Abusina qui dura jusqu'au premier tiers du IIIe siècle .
En 213 l'empereur Caracalla visite le camps lorsqu’il conduit une guerre préventive contre les Alamans qui se concentrent sur le Danube Les opérations militaires sont victorieuses et elle offrent à la province, et Abusina, une ère de paix de 20 ans libérées de la pression des Alamans .
À partir de 233, la période relativement stable des frontières appartient au passé.

Au cours de la première invasion des Alamans, Abusina a de nouveau été détruite. D'autres vagues de raids et de conquêtes vont suivre, jusqu'à ce qu'en 260
La défense de la frontière romaine en Raetie s'effondre presque complètement et la province sombre dans le chaos. Eining a également été incendié à nouveau De nombreuses découvertes de trésors, dont lee Verwahrfund von Eining , découverte par hasard en 1975, en témoignent. Cette trouvaille est l' une des découvertes archéologiques les plus importantes de Bavière , avec les trésors de
Weißenburg et de Straubing , et contient des parties de l'armure de parade romaine.
La
Cohors III Britannorum equitata et la Legio III Italica font partie des rares unités militaires survivantes et étaient les derniers facteurs de stabilisation de la région.
La cohorte resta dans sa garnison jusqu'à ce que les réformes de l'armée à l ‘époque de Dioclétien/Constantin à la fin du IIIe et au début du IVe siècle soulage cette région par une campagne militaire d’expansion qui créé le Danube–Iller–Rhine Limes Ces réformes aboutissent à la création d’unités mobiles plus nombreuses stationnées en arrière du Limes dans l'arrière-pays
Les forts sur le limes sont conservés et convertis en burgi plus petits et plus fortifiés .
Dans le même temps, grâce à l'expansion de la Limes, le flanc ouest de Raetia , qui a été renforcée par l'abandon de la zone de Champs Décumates

Les changements dans la structure de l'armée romaine se reflètent dans le fort d'Eining. Le personnel de la Cohors III Britannorum fut probablement réduit à 140 hommes et une petite forteresse aux allures de forteresse, comprenant des fossés, fut construite dans le coin sud-ouest de l'ancien fort sur moins d'un quart de la zone précédente.
Les remparts sont néanmoins conservés sur les trois quarts restants et cette zone de l'ancien fort est il utilisée à la fois par la population militaire et civile. L’ancien
vicus d' Eininger détruit en 260, n ‘est pas reconstruit,
La chute finale d' Abusina s'est produite vers le milieu du Ve siècle, probablement à la suite d'e l’avancée des Alamans de l'ouest. Il est possible que le dernier groupe de population romane restant sous la protection de la fortification appartienne à ceux qui ont été sauvés par Séverin du Norique Le noyau de la future Eining se forme à environ 500 m au nord d' Abusina et n'a été construit qu'au 6ème ou 7ème siècle, il n'y a donc pas de continuité de peuplement là-bas.
Les restes archéologiques
En raison des changements répétés du cadre stratégique et des multiples destructions au cours de sa longue période d'existence, le castrum a été reconstruit et reconstruit à plusieurs reprises . Cela a conduit à un niveau élevé de complexité dans les résultats de construction.
Il ne reste plus rien du fort original en bois et en terre de l'époque flavienne. Cependant, sa trace comme implantation au sol, à régi les implantations futures
D'une longueur de 147 mètres et d'une largeur de 125 mètres, il couvrait une superficie d'environ 1,8 hectare et avait la taille moyenne d'un fort de cohorte romaine avec cavalerie.
Au début, le fort avec sa Porta Praetoria (porte principale) était orienté vers le nord, ce n'est qu'avec la conversion en fort de pierre au milieu du IIe siècle que la porte de sortie principale se déplacera à l'est. Ce changement dans la structure intérieure est en grande partie responsable de l'image asymétrique d'aujourd'hui.
 

Ce castrum était entouré sur trois côtés par un double fossé en pointe. Chaque tranchée mesurait 8 mètres de largeur et 4 mètres de profondeur.
 
Le système défensif vers le Danube est inexistant probablement parce que la rive en forte pente et le fleuve lui-même étaient des obstacles suffisants pour s'approcher.
 

Le mur défensif du fort à quatre portes, arrondi aux angles, mesurait 1,4 mètre d'épaisseur et probablement 5 mètres de haut. De plus , une rampe en terre a été construite à l'intérieur du mur de l' Agger . Le mur a été renforcé avec des tours à ses coins, aux portes et entre les coins et les portes.
Au centre à l'intérieur se trouvent les murs encore visibles de la
Principia
 
L'entrée menait à un vestibule, la salle de parade. Ensuite, vous êtes arrivé dans la cour intérieure avec un portique et une fontaine. L'armurerie était à droite de la cour intérieure et les bureaux (tabulariae) étaient à gauche. Le noyau du principia était le sanctuaire du drapeau (capitolium) dans l'abside arrière. Comme d'habitude, il y avait les étendards de l'unité et une statue de l'empereur
Juste au nord de la Principia se trouvait le Praetorium, grande maison spacieuse et confortable du commandant. De plus, l'entrepôt disposait de toutes les caractéristiques d'équipement habituelles pour sa taille. Pour les autres bâtiments comme De ces bâtiments, la caserne des équipes, les écuries, les ateliers, l'hôpital et le bâtiment de détention, rien n'est plus visible. Les restes d'un groupe équestre avec char datent de la première moitié du IIIe siècle ont été trouvés dans la zone du fort celui ci devant représenter l'empereur se trouvait dans le sanctuaire du camps
À la fin de l'Antiquité, la taille du fort était considérablement réduite (0,18 hectare). Dans son coin sud-ouest, un petit fort fortifié semblable à un château a été construit. Des parties de l'enceinte extérieure de l'ancien camp ont été incluses dans le nouveau bâtiment; la nouvelle fortification séparée de la zone restante par un fossé

Il n ‘occupe plus qu’un quart de la superficie d'origine de la garnison. Le reste a servi la population civile, qui avait été sévèrement décimée par les guerres, comme un nouveau lieu de vie pour remplacer le vicus abandonné .
À l'époque de Valentinien un horreum de 9,50 × 19,50 mètres
a probablement été construit devant le mur nord avec une tour centrale construite dans le mur nord, où le mur du fort a été utilisé comme mur arrière. Des contreforts dans les coins nord-est et nord-ouest, Grace aux découvertes de grains on pense que cela servait de bâtiment de stockage.Comme il gênait le champ de vision et de tir des tours adjacentes, une tour supplémentaire a été placée devant l'horreum et cela a abouti à cette forme inhabituelle.
Au milieu du 5ème siècle, l'utilisation du fort d'Eining a pris fin.
Aautur du camp militaire d'Eining on trouve une colonie civile en forme d'éventail, un vicus . Ses principaux axes de circulation étaient la Donausüdstraße, qui tourne autour du fort, et la voie de circulation bifurquant de cette rue à l'est juste en face de Porta Praetoria . Le vicus s’est agrandie sur 500 mètres dans chaque direction à partir de la porte du fort, de sorte qu'à l'apogée du village du camp, il y avait une extension d'environ un kilomètre au nord-sud et de près d'un demi-kilomètre à l'ouest-est.
Les familles des soldats s'y installent, ainsi que les commerçants, artisans et aubergistes qui répondent aux besoins du camp militaire en biens et services.
Les anciens soldats après avoir reçu leur Honesta missio s’installent aussi sur palce comme en témoignent les nombreux diplômes militaires, trouvés lors des fouilles. La plupart des bâtiments du vicus étaient de simples maisons à colombages, mais il y avait aussi quelques bâtiments en pierre, certains avec chauffage au sol et mesurant jusqu'à 50 mètres de long.
Immédiatement à l'extérieur des murs du fort, il y avait deux thermes. Les premiers petits bains thermaux avaient été construits sur la rive escarpée du Danube, mais ont dû être abandonnés rapidement en raison du risque permanent d'inondations. Il a été remplacé par un grand bâtiment thermal au nord du fort, doté de tout le confort moderne.

Les grands thermes ont probablement été construits vers le milieu du IIe siècle. Plusieurs phases de construction se superposaient dans les murs excavés, qui aujourd'hui ne peuvent plus être séparés en toute sécurité. Le bain a été détruit au moins une fois pendant les guerres de Marcomann vers 170, puis reconstruit. Il a reçu des extensions et des modifications. Les thermes les plus anciens ne mesuraient que 20 mètres de long et les plus jeunes étaient beaucoup plus longs à 38 mètres.. Juste en face du côté sud se trouvait une petite salle de bain de 6,5 x 7 mètres. On ne peut pas exclure que cette petite salle de bain de luxe ait été construite spécialement pour la visite de l'empereur Caracalla. Ou peut-être était-ce uniquement réservé aux personnes de rang supérieur, aux officiers ou aux commandants du camp.


 

Devant également la façade nord du camp se trouvait une grand mansio avec piscine chauffée , une auberge et un bâtiment officiel pour des opérations commerciales pour les commis d’état

Le mansio était également le siège des bénéficiarii qui sont  des soldats libérés des corvées militaires à proprement parler et choisis pour être mis au service personnel des officiers, procurateurs, préfets et gouverneurs provinciaux. Ici ils peuvent jouer le rôle de police routière dotée de pouvoirs douaniers et chargée de la sécurité du réseau routier romain.
Lors de la dernière phase de construction (il y en avait probablement trois au total), la mansio mesurait plus de 36 mètres de long et 26 mètres de large. Les modifications respectives ont probablement été effectuées après la destruction par les Alamans. Vers 260 après JC la mansio a finalement été détruite. L'une des particularités de la maison de repos était le chauffage au sol, qui était dans presque toutes les pièces. Dans l'aile est, il y avait une petite salle de bain avec de l'eau froide et chaude.
Ce vicus a été détruit et reconstruit plusieurs fois au cours de ses 180 ans d'histoire. Après la grande invasion des Alamans de 260, il a été abandonné. La population survivante s'est alors retirée derrière les murs de protection du fort.
Tour de guet
Comme il n'y avait pas de ligne de vue directe du fort d' Abusina au fort suivant de Pförring et à l'endroit où la partie élargie du Limes rencontrait le Danube au nord-est de Hienheim , une tour de guet a été construite au nord-est d'Eining afin de pallier à cet inconvénient
Elle a existé jusqu'au III ème siècle et a probablement été détruit par les invasions des Alamans. On y a retrouvé des vestiges de la tour ainsi que deux autres structures en pierre, qui appartenaient à un casernement pour la garnison et à un petit temple de Mars et Victrix .
Ces restes témoignaient également de l'utilisation de ce lieu comme lieu de culte chrétien à l'époque post-romaine et au début du Moyen Âge.
Il fut utilisé à partir du VIe siècle
Camp
d'Eining-Unterfeld
 

Juste au nord d Eining, en plein champs au lieu dit Flur Unterfeld, se trouvent les vestiges d'un grand camp militaire romain. De de 328 × 320 mètres, il couvre une superficie de 10,6 hectares. Aujourd'hui, la zone est traversée par la route d'Eining à Staubing , qui suit à peu près le tracé de l'ancienne Via Principalis .

Ce camp militaire fut probablement le lieu de garnison d’une vexillatio de la Legio III Italica renforcée par des troupes auxiliaires montées . Mais aucune fouille ne vient étayer cette hypothèse
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5866396
Nb de visiteurs aujourd'hui:502
Nb de connectés:31