Rome Table de Peutinger

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 16/01/2018 à 22:42:51



Rome  Table de Peutinger
Merci a Augusta VIII

 


 

Article tire de ce site

La Table de Peutinger, (Tabula Peutingeriana ou Peutingeriana Tabula Itineraria), connue aussi sous le nom de « Carte des étapes de Castorius » ou de « Table Théodosienne », est une copie réalisée vers 1265 par des moines de Colmar, d’une carte romaine réalisée vers 350, elle-même probablement la copie remise à jour d’une grande carte du monde peinte sur le portique d’Agrippa à Rome vers 12 de notre ère, où figurent les routes et les villes principales de l’Empire romain.
Pas moins de 555 villes et 3500 autres particularités géographiques sont indiquées, comme les phares et les sanctuaires importants, souvent illustrées d’une vignette.

Présentation

C’est une longue bande de parchemin composée à l’origine de 12 parchemins mais il n’en reste aujourd’hui que 11 entreposés à Vienne (Autriche). Assemblés ils forment une bande de 6,82 m sur 0,34 m. Elle montre l’emplacement des routes (200 000 km), des villes, des mers, des fleuves, des forêts, des chaînes de montagnes.
La Table de Peutinger montre la totalité de l’Empire romain, ainsi que le Moyen-Orient, l’Inde (indiquant le Gange), le Sri Lanka (Insula Trapobane), et même la Chine.

Parchemin

Parchemin

La première feuille représente l’est des îles Britanniques, la Hollande, la Belgique, une partie de la France et l’ouest du Maroc. L’absence de la péninsule ibérique laisse supposer que la feuille aujourd’hui manquante représentait l’Espagne et le Portugal ainsi que la partie occidentale des îles Britanniques.

Le fac-similé ci-dessous présente une tentative de restitution de cette page manquante (partie blanche, à gauche).

 

Une représentation schématique

La table ne tient compte ni de l’échelle, ni du réalisme du paysage, ni des distance, car c’est une représentation schématique qui est plus proche d’un plan de métro que d’une carte routière.
Elle permet de se rendre facilement d’un point à un autre, de connaître les distances des étapes, sans offrir une représentation fidèle de la réalité.

 

Détail, représentation schématique

Détail, représentation schématique

De fait, elle est considérée comme la première représentation cartographique d’un réseau.

Les itinéraires ^

Les parcours sont assez réalistes. Chaque station porte la longueur de l’étape tandis que des vignettes signalent les villes principales, les villes thermales, etc. Nombre de ces « stations » ne correspondent pas à des villes, mais à des carrefours.

Inévitablement, la Table comporte des erreurs de copistes. Certains noms de villes ou des distances d’étapes comportent des coquilles : Grenoble est nommée Culabone alors que le nom classique antique de cette ville est Cularone (Cularo) ; certains V deviennent II, ou inversement.

Afin de faciliter l’utilisation de la Table, il est conseillé d’avoir en regard un exemplaire d’une « carte de redressement », où les stations et itinéraires de la Table sont reportés sur une carte géographique moderne. Pour la Gaule : « Carte de redressement de la Gaule pour l’intelligence de la Table de Peutinger », par exemple.

L’origine de la carte ^

Lle manuscrit est généralement daté du XIIIe siècle et serait l’œuvre de moines copistes anonymes de Colmar qui auraient reproduit vers 1265 un document plus ancien.

L’original pourrait être postérieur à 328 : il montre la ville de Constantinople, fondée cette année-là, alors que d’autres éléments (par exemple dans la Pars IV – Levant de la Ligurie) sont peut-être antérieurs à -109, année de construction de la Via Æmilia Scauri, qui elle n’est pas indiquée sur la Table. Aucune route n’est indiquée non plus entre Pise et Luni, alors que figurent bien les Fossae Papirianae, marais situés près de l’actuelle Versilia, indiquées comme Fossis Papirianis (cf. Pars IV – Segmentum IV).

Il est possible que la Table, originellement, ait été composée en bloc à une certaine date, et ensuite plus jamais mise à jour. Par exemple nous pouvons observer l’emplacement de la ville de Pompéi, qui n’a pas été reconstruite après sa destruction par l’éruption du Vésuve, en 79. Et d’autre part, certaines villes de Germanie inférieure sont indiquées alors qu’elles ont été détruites et abandonnées depuis le Ve siècle.

La carte originelle est probablement basée sur la carte du monde préparée par Marcus Vipsanius Agrippa (né en 64 av. J.-C., mort en 12 av. J.-C.),ami personnel et gendre de l’empereur Auguste. Après sa mort, la carte a été gravée dans le marbre et placée sur le Porticus Vipsaniæ, non loin de l’autel de la Paix, le long de la Via Flaminia.

Toutefois, c’est une version actualisée au IVe siècle qui paraît représentée sur la table de Peutinger.

Parchemins originaux et fac-similés de la Table de Peutinger :
Le premier parchemin original a disparu, la partie blanche de la carte est une tentative de restitution.

 

Voir Aussi see also
Gobelets de Vicarello
Montre Cadran Solaire Universel

 

 

 

 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4336134
Nb de visiteurs aujourd'hui:450
Nb de connectés:19