Rome Nemausus L'Augusteum

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 12/04/2016 à 19:55:17



L’AUGUSTEUM  DE  NÎMES

Avec l'Autorisation de JC Golvin

 

Les jardins de la Fontaine à Nîmes abritent un ensemble de monuments qui semblent n’avoir aucun lien entre eux pour le profane mais si on y regarde de plus près  et si nous connaissons  les mystères et les rites de la Rome antique nous trouverons que tous ces monuments sont reliés entre eux au travers du culte voué à la personne de l’ Empereur Romain et ici à Nemausus lié à l’Empereur Auguste . Il forme l Augusteum qui  regroupe un Bassin dans lequel surgit la source sacrée déjà vénérée par les Volsques Arécomiques  , un théâtre , des thermes un bâtiment appelé de nos jours Temple de  Diane et un portique

 


Dès la fin de l’empire romain, le site fut abandonné et finit par être enseveli Mais ce site  fut remis à jours au XVIIIe  car les besoins de l’industrie textile de Nîmes étant importants la source fit l’objet de travaux  pour en augmenter le débit et l’assainir . A cette occasion les ruines romaines furent remises à jour.
Le roi de France  eut écho de ces découvertes et chargea l’ingénieur  Jacques Philippe Mareschal déjà responsable des tours dites Mareschal de en plus d’améliorer l’approvisionnement en eau ,de mettre en valeur les vestiges et de créer une « promenade jardin Les jardins de la Fontaine sont nés

 


Mais revenons à notre Augusteum
Il est né du culte impérial voué à Auguste mais tout d’abord  parlons du Culte impérial
Le culte impérial dans le monde romain, même si un « culte existait déjà dans la Rome républicaine  avec les honneurs divins accordés aux hommes célèbres a vu le jour  à la fin de la République sous l'influence hellénistique avec César, a qui on a dédié un temple et un flamen et qui après la mort a été officiellement accueilli dans le panthéon divin.
Auguste a relié ce culte à celui de la déesse Roma et il l’a organisé, aux niveaux provincial et municipal, avec la création de collèges sacerdotaux spéciaux comme les  Seviri Augustales . Les formes de culte variaient selon que nous sommes en Occident ou en  Orient . En effet en Orient le mythe de la  divinisation du souverain était plus enraciné, qu’en Occident .
par la suite  le culte impérial était à la charges de l » Etat et il fait partie de  la vie religieuse dans toutes les villes de l'empire,
C’est un élément fédérateur. Le christianisme  lui refuse ce culte et cela donna lieue à des persécutions
Les romains ont donc construits à travers tout l’Empire des lieux de culte ou des bâtiments  qui se présentent comme  une création concertée, dédié à une personne Nous avons divers exemples à travers l’empire  comme le gymnase hellénistique de Cyrène, consacré  à  Hermès et à Héraclès, qui a été modifié  à peu de frais  à la fin du règne d'Auguste, pour honorer  la mémoire divinisée de César u encore l’'aménagement du  Marché d'Ephèse avec la  construction d'une basilique dédiée, à Auguste et à Tibère, mais aussi à Artémis
comme celui de Nicée, voué au culte de Rome et d'Auguste
 A  Lyon on trouve  le sanctuaire consacré en 12 av. J.-C. par Drusus à Rome et Auguste
Il est décrit par Strabon comme un sanctuaire d'Auguste entouré d'un bois, où se répartissaient  les 60 statues des peuples gaulois .On trouve en Germanie  à Ubiorum près de Cologne  sur l’Elbe des sanctuaires et 'autels à Auguste
La Gaule et plus particulièrement  la  Narbonnaise nous a livré un 'autel  à Narbonne, 
Aussi les complexe monumental de Nîmes des Jardin de la Fontaine est le seul exemplaire archéologique qui  a été découvert ( sous réserve de découvertes futures) en Occident  de ce type de monument.
Il  est  parfaitement lisible bien qu’au début cet ensemble monumental  entourant la source de Nîmes posa des problèmes d’interprétation  car il faut un début  considéré comme  un complexe thermal

C’est un complexe créé par des architectes autour d'un autel monumental consacré au premier Empereur,  doté d'annexes  cultuelles et culturelles,
 


On y trouvera, une bibliothèque,  un temple dynastique , dont la localisation n’est pas certaine un sanctuaire  dédié à l’eau un Théâtre un Nymphée  le tout avec portiques
Les fouilles ont livré des inscriptions  ces restants ont été retrouvés autour du sanctuaire  de la source 60 inscriptions  ont été retrouvés ici  ce qui donne  une idée de l'importance du complexe, et du rôle officiel qu'il a joué sous le Haut-Empire
si on trouvent des dédicaces à la sources nous trouvons aussi des dédicace à Auguste donc se rapportant au culte impérial  ce qui prouve le désir d'intégration de la divinité locale au panthéon officiel  mais peu à peu  les autres inscriptions  nous montre la progressive appropriation du complexe au culte de l'empereur.
Les dédicaces à Auguste datées de 25 av. J.-C. ont été retrouvées à proximité du bassin de la source; elles étaient taillées pour s'adapter aux exèdres

 

Plan d ensemble


Elles prouvent que ce lieu traditionnellement sacré a été placé dès le début de son aménagement monumental sous l'invocation du Princeps.
La dédicace de l'autel, actuellement perdue doit  montrer  l'implantation du véritable culte de l'empereur régnant associé, à la déesse Roma.
Comme celui de Lyon datant de 12 av. J.-C. celui de Nîmes a regroupé autour de lui les diverses manifestations de piété, de loyalisme ou de reconnaissance qu'on rencontre à l'ordinaire dans les sanctuaires dynastiques.

Les Monuments du Site
La source de Nemausus

 


La source de Nîmes avant son aménagement par les romains était une résurgence de type vauclusien L’eau devait sortir naturellement de terre .Son excavation est profonde de 11metres pour un diamètre de 17 m
elle devait ressembler à celle de Valli clusa

 


L’eau ensuite s’écoule dans la  plaine de Nîmes. Les abords de la source devaient alors être parsemés de marécages que devaient entretenir les crues périodiques de la Fontaine.

 

 

Durant la période romaine, la source fut utilisée pour l'alimentation et l'hygiène de la cité aussi les ingénieurs  vont faire des aménagements en augmentant les capacités de la vasque qui passe à 46 m de long pour 26 de large 
Aménagement de la source à l'époque romaine.

 

Lorsque les Romains furent définitivement installés dans Nîmes, leur première préoccupation fut d'aménager la source de Némausus pour les besoins de l'alimentation et de l'hygiène de la ville.
L'ensemble des travaux exécutés en 24 av JC sous les ordes de Agrippa gendre d’Auguste  suite aus demandes des Quatuorvirs
On  va construire
un bassin de réception des eaux   une série de bassins servant à décanter et à distribuer les eaux   un réseau de canalisations pour la distribution des eaux dans les différents quartiers de la ville  et un château d'eau ou Nymphée, ainsi que des portiques, statues et autres constructions  destinées à embellir et à agrémenter le site environnant la source.
Dans la source  un  bassin de réception des eaux fut constitué par une muraille en pierre de taille, établie sur le mur primitif entourant la source, et une forte digue, du côté Est encore, existante sous le pont séparant le bassin du Nymphée, destinée à retenir les eaux dans le creux où elles sortent de terre. IL y avait des vannes permettant de reguler le transit de l eau 
2 Exedres avec 4 escaliers servant de marches ou de bancs

 


Tout un reseau hydraulique existe dessous  et il n’est pas visitable
Nous trouvons des canalisations des chambres  de decharge


On sait que nous avons des acqueducs souterrains qui distribuent l’eau en ville
Les historiens parlent de six grands aqueducs  et des egouts
Nous avons des restes à la rue de l’aqueduc Un autre aqueduc, partant des environs du Pont die Vierne actuel, suivait le tracé jalonné de nos jars par les rues actuelles de Gaston Boissier, de l'Horloge, de Saint-Castor, la Place Belle Croix, la Grand'Rue, et déversait ses eaux dans les fossés des remparts à la Porte des Eaux, à l'entrée de la Rue des Greffes actuelle.
 Cet aqueduc, qui a subsisté longtemps était connu au Moyen-âge sous le nom de « Rivus Cagantiolus ».Un troisième et grand aqueduc, dont le tracé n'a jamais pu être exactement déterminé, partait des environs de la source elle-même et se dirigeait du côté de l'amphithéâtre et de la Porte d'Espagne la , la Porte de France actuelle
Il y avait aussi un reseau d’egout semblable à celui de Rome la « cloaca maxima », le grand collecteur romain, Celui  devint plus tard l'Agau, et drainait la plus grande partie du trop plein des eaux de la source, qu'il déversait dans les fossés des fortifications, non loin de l'antique Porte d'Arles, la Porte-d’Auguste actuelle.

 

Le Nymphée
 


Il fut construit  un Château d'eau ou Nymphée, retrouvé en 1753.
Une prise d’eau installée sous le batardeau de  la source  permet d’ amener l’eau dans divers bassins de décantation et de distribution, via   un canal souterrain
Au centre se trouvait le Nymphée   retrouvé par Mareschal
On a vu longtemps dans ce monument   un bain romain   lieu de detente  . Il faut dire que la décoration des lieux  semblaient  orienter les chercheurs vers cette direction
Mais c’est bien un château d’eau ou Nymphée   

Décors du Nymphée


L’ingénieur Mareschal  en a conservé les grandes lignes en 1753.
 


C’était le principal ornement de l'ensemble des travaux exécutés tout autour de la source.
 Du dernier de ces bassins des tuyaux de plomb conduisaient les eaux dans les différents quartiers de la ville.
On a retrouvé deux inscriptions antiques, dans les déblais,, sur les bords  du bassin réservoir et encastrées aujourd'hui dans le mur entre le double escalier qui conduit sur la plate-forme des hémicycles de la source.
Ces inscriptions portent :

 

IMP. CAESARI. DI V l.

AUGUSTO. COS. NONUM

DESIGNATIO DECIMUM

IMP. OCTOVUM

 

A L’EMPEREUR CESAR AUGUSTE, FILS DU DIVIN (Jules),

CONSUL POUR LA NEUVIEME FOIS

CONSUL DESIGNE POUR LA DIXIEME FOIS

IMPERATOR POUR. LA HUITIEME FOIS.

L’AUGUSTEUM  DE  NÎMES


 

 

 

 

 

Le Theatridium

Voir ICI

 

Le Temple de Diane
 

 

 

 

Voir ICI

 

Le temple et les portiques disparus

 

 
 
 
Images tirées de ce site  

 

 

 

 

Avant de Nos jours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 


 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 


 

 

 

.

 

 

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3428154
Nb de visiteurs aujourd'hui:246
Nb de connectés:23