Hérault Sète Redoute Castellas









Hérault Sète Redoute Castellas
English Translation


Historique Voir ICI
History Click HERE
 

Postions des redoutes sur le littoral du golfe du Lion

    Article Tiré de ce site

Tour dite Redoute du Castellas à Sete

Ancienne tour de guet aujourd’hui classée Monument historique dite la Redoute de Castellas. Un édifice construit en 1742 qui fait l’objet d’un périmètre de protection de 500 mètres.

Le Méditerranéen considère depuis toujours la mer comme un danger à cause de la menace des incursions hostiles. De plus, la longue côte basse, qui s’étire entre le Cap Leucate et la Camargue, est délaissée à cause de l’enlisement des graus, ces passages entre mer et terre qui transforment la région en marécages insalubres, impropres à la navigation. Par l’observation plus ou moins organisée, comme les tours à signaux du royaume de Majorque en Roussillon, à partir de postes de surveillance stratégiques, de hauteurs ou de points défensifs, on s’attache à signaler les mouvements de navigation suspects pour prévenir la terre des risques de débarquement. Ce sont les nombreux aménagements de feux installés sur des tours ou de simples podiums qui jouent ce rôle durant des siècles, pour prévenir les razzias des Sarrasins au Moyen Age ou des Mauresques jusqu’à l’époque moderne. L’exemple de la fortification de l’îlot rocheux de Brescou au large du Cap d’Agde contre une éventuelle menace protestante (soutenue par l’Espagne) à la fin du 16e siècle, et renforcée au début du 17e siècle, en est un cas de figure inattendu. Cette fonction de défense se confond ensuite très vite avec une autre, diamétralement opposée, mais utilisant les mêmes moyens et les mêmes emplacements, la signalisation maritime comme aide à la navigation et à l’approche des côtes. A la frontière entre pays catalan et français, Leucate se protège, au 18e siècle, des dangers venant de la mer par la construction de plusieurs redoutes et batteries à la Franqui, dont l’une, communément appelée fanal, sert également pour les marins. L’étude des fanaux et des phares de la côte languedocienne doit tenir compte à la fois de ces deux rôles. La communication optique est opérée dans un sens mer-terre puis terre-mer, comme à Agde où le relais se fait, depuis le fort et le feu de Brescou, par la redoute du 18e siècle dite «  tour des Anglais  », jusqu’au premier sémaphore du sommet du Mont d’Agde. Ce dernier est complété, au début du 19e siècle, par le grand phare majeur d’atterrissage, seul point de référence alors entre Pyrénées et Provence. Plus tard encore, ce phare est transformé en sémaphore.
On ignore souvent le réseau de défense et de communication établi à partir de 1740 par l’ingénieur militaire Jacques-Philippe Eléonore Mareschal (1689-1778) directeur des fortifications du Languedoc pour faire face à la menace anglaise apparue lors du débarquement de 1710. Appuyé sur la seule île du littoral, Brescou, et les deux monts d’Agde et de Sète, ce réseau est centré sur le point fort, enjeu majeur, que constitue alors le port de Sète  : le fort Richelieu et sa défense avancée sur la corniche, le fort Saint-Pierre, pour protéger le port, lui-même gardé par le fort du môle Saint-Louis. Ce système de défense fonctionnait en relais avec une ligne d’une douzaine de petits fortins édifiés plus tard en bord de mer. D’allure très médiévale, ils sont dotés de créneaux sur encorbellements et de meurtrières, conçus pour un petit groupe de guetteurs chargés d’alerter l’arrière-pays par des signaux. Ces fortins sont de petits édifices isolés de deux étages avec terrasse et tourelle à feux. L’alarme est donnée le jour par un système codé de drapeaux, précurseurs des sémaphores. Plusieurs ont disparu totalement ou sont en voie de disparition, comme la Vieille Nouvelle à Port-la-Nouvelle, ou sont dénaturés comme la redoute de Ballestras à Palavas.
Plusieurs de ces redoutes ont été inscrites au titre des monuments historiques  : dès 1939 comme celles du Mont Saint-Loup à Agde (dite « tour des Anglais ») et du Castellas sur le mince cordon littoral entre Sète et Marseillan. Celle du Grand-Travers à la Grande-Motte a été inscrite en 1996                                                         

Voir Aussi Autres Photoscopes  See Also Others Walk Around
La Grande Motte Redoute  Petit travers
Palavas Redoute Ballestras

 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4472465
Nb de visiteurs aujourd'hui:1064
Nb de connectés:22