Gard Nimes Augusteum Temple de Diane









Gard Nimes Augusteum Temple de Diane
English Translation


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

Tiré de ce site

LE TEMPLE DE DIANE par M. Ménard    Histoire des Antiquités de la ville de Nîmes, 1758.

 

 

 

Le culte des anciens habitants de Nismes pour les divinités païennes, leur fit autrefois ériger dans cette ville plusieurs temples en leur honneur. Celui de la Fontaine était un des principaux. L'édifice est aujourd'hui extrêmement dégradé. Cependant ce qui en a échappé à l'injure des temps et à la fureur des guerres, porte encore assez de lumières avec soi pour pouvoir former une description exacte du monument entier, et pour bien juger de sa première magnificence. Ce temple fut bâti sur les bords clé la fontaine, et au pied d'un rocher qui était anciennement enclavé dans l'enceinte de la ville. Sa situation ne pouvait être plus heureuse. On sait que, selon l’usage des anciens, les temples étaient ordinairement placés près des fontaines et des étangs, ce qui facilitait les ablutions des prêtres et les purifications des païens.
L'édifice est d'une belle structure et de forme carrée, comme l'étaient la plupart des temples de l'antiquité. Considéré en dedans, il forme un vaisseau de sept toises trois pieds de longueur, de quatre toises cinq pieds trois pouces de largeur, et de six toises un pied six pouces de hauteur. Il est voûté en forme de tonne, avec des arcs doubleaux, dont les uns sont rentrants et les autres saillants. Il était couvert de tuiles ou de dalles, enclavées l'une dans l'autre avec tant de justesse, que l'eau ne pouvait y trouver passage. La porte d'entrée est à plein cintre et regarde le levant. Elle a trois toises deux pieds trois pouces de hauteur, et une toise cinq pieds trois ponces de largeur. Il y avait au-dessus une grande ouverture ou fenêtre carrée, qui servait à éclairer le temple. Cette ouverture avait deux toises deux pieds trois pouces de largeur.

Temple de Diane - Gravure Poldo d'Albenas, 1560.

 

 L'intérieur du temple était orne de seize colonnes qui supportaient une corniche dentelée qu'on avait fait régner tout autour, et sur laquelle porte la voûte. Le fust de ces colonnes est tout uni et sans aucune sorte de cannelure. Le long de chacun des deux murs latéraux, on avait pratiqué cinq niches carrées avec des tympans au-dessus, qui étaient successivement l'un triangulaire et l'autre cintré. Il y avait aussi de chaque côté de la porte d'entrée une pareille niche carrée, dont le tympan était à demi triangulaire, de manière due les deux tympans semblent être faits pour se joindre et s'en former qu'un. Chaque niche a une toise deux pieds deux pouces de hauteur, quatre pieds onze pouces de largeur, et un pied onze pouces six lignes de profondeur. L'usage de ces douze niches n'est pas douteux. Elles furent toutes destinées pour y placer des statues de divinités. Je n'en excepte pas même les deux niches qui sont aux côtés de la porte d'entrée.Quant au pavé du vaisseau de l'édifice, il paraît qu'il était de mosaïque, ainsi qu'on l'a reconnu en le déblayant au mois de mai de l'an 1745. On y trouva un ciment de petites pierres tout semblable à celui des pavés de mosaïque, qui ne permet pas de douter de la dualité de celui-ci.

 

Une curiosité géométrique la Rosace du temple de Diane

> Etude de la rosace du Temple de Diane de Nîmes

 

 

 

Au fond de l'intérieur du temple, et dans l'endroit le plus noble, vis-à-vis de la porte d'entrée, ce qui serait à notre égard la place du maître autel, il y a une espèce de réduit ou de chapelle, d'une toise neuf pouces de largeur, et de neuf pieds de profondeur. C'était ici qu'on plaçait la principale divinité, avec un autel au bas, Ce réduit est formé par quatre pilastres, dont deux regardent l'entrée, et les deux autres sont sur le derrière. De l'un à l'autre de ceux-ci, il y a trois pieds de distance. Outre cela, il y a, deux autres pilastres sur la même ligne que ceux de face, et aux deux extrémités; de sorte qu'il y en a quatre vis-à-vis la porte d'entrée, qui forment en cet endroit une division particulière. Contre chacun de ces quatre pilastres alignés, était adossé une colonne, de la même forme que les autres, et qui entre dans le nombre des seize. Le plafond de ce réduit ou le soffite, appelé par les anciens Lacunar, est orné de cieux sortes de parquets ou compartiments de roses, très proprement travaillés, d'une seule pierre chacun, qui porte d'un pilastre à l'autre. Celui qui est le plus près de l'aire du temple est plus élevé que l'autre d'environ trois pieds.
De chaque côté de ce réduit, il y en avait un autre d'une toise un pied trois pouces de largeur, et d'une toise quatre pieds onze pouces de profondeur. Au fond de ceux-ci était un foyer, avec un soupirail en demi-cercle, pratiqué dans l'épaisseur du mur, et bâti de petits moellons carrés, qui avait son ouverture par le haut, le foyer a quatre pieds un pouce d'ouverture, et cinq pieds deux polices de profondeur. Il parait que ces foyers devaient servir à brûler les victimes, et les soupiraux à faire sortir la fumée au-dehors. Le plafond de ces deux réduits était également orné par un compartiment d'une seule pièce. Rulman estime que tous ces parquetages ont été dorés. Il en jugeait par quelques traces d'étain qui y paraissaient de son temps, ce métal étant le premier appliqué dans les dorures sur pierre, afin d'y retenir l'or moulu. Quoi qu'il en soit, ces divers compartiments sont d'une beauté achevée. Ils sont remplis de roses, d'oves, de feuillages et d'autres ornements, selon la fantaisie de l'ouvrier, traités avec la dernière délicatesse.
Aux deux côtés et sur chaque aile du temple, régnait une allée ou galerie couverte, l’une au septentrion et l’autre au midi, de même longueur et de même fabrique due le reste de l’édifice. Ces allées avaient une porte à plein cintre, exposée au levant contre la principale, mais d'un moindre diamètre et d'une moindre élévation. Il y avait au-dessus une fenêtre carrée, dont les pieds droits étaient ornés de chapiteaux. Chaque galerie était couverte d'une voûte faite en tonne, divisée en trois parties qui n'étaient pas toutes d'une élévation égale. La première qui était sur le devant et la plus longue, allait à fleur et à niveau de la grande voûte du temple. La seconde était plus basse d'une toise. La troisième inclinait à peu près autant. Ces deux dernières étaient d'une même longueur. Il régnait le long des murs une corniche qui servait d'enrichissement à ces trois parties de voûte
A côté de la galerie septentrionale, il y avait une espèce de cour de près de cinq toises en carré. On y entrait par une porte qui était placée du côté de la fontaine. La cour servait sans doute à faire reposer les taureaux et les autres bêtes qui étaient destinées pour les sacrifices.
Il me reste à parler de la couverture du temple. Cette couverture formait un dos d'âne, dont une partie inclinait et jetait les eaux pluviales sur le devant du bâtiment, et l'autre sur le derrière. Les eaux du frontispice avaient leur chute par deux grandes ouvertures carrées en forme de créneaux ou de chantepleures, pratiqués dans l’épaisseur du mur, à chaque côté de la grande porte d'entrée, avec un chaîneau au bas pour pousser loin au-dehors l'eau qui en venait. Elles ont au-dessus, dans l'endroit de la chute, un pied huit pouces, sur un pied trois pouces de large. De la, les eaux qui tombaient sur cette partie étaient reçues dans un bassin d'environ trois toises en carré, qui était au pied d e la façade, d'où elles étaient renvoyées clans la fontaine par un aqueduc particulier. Le fond de ce bassin était; garni de grosses pierres de taille, et les murs latéraux, de moellons.
L'architecture de ce temple est d'ordre composite. Mais il faut remarquer que les chapiteaux des six pilastres, quoique composites, sont différents entre eux, car aux quatre pilastres qui regardent la porte d'entrée, les chapiteaux ont leurs ornements d'une manière, et les deux qui sont sur le derrière les ont d'une autre façon, ce qui leur donnait pourtant une élégance qui a fait dire à Palladio qu'il n'en avait jamais vu de cette espèce, qui lui plussent davantage.
Tout l'édifice est bâti de pierres de taille d'une grosseur considérable. Ces pierres ont près de huit pieds de long, dix-huit pouces de haut, et trois à quatre pieds de queue. Elles étaient placées sans le secours d'aucune espèce de ciment, et liées seulement les unes aux autres par des crampons de fer. Elles avaient été tirées de la carrière de Lens, qui est la même d'où l'on prit celles des colonnes et de l'entablement de la Maison carrée. Le grain en est très uni, et conserve beaucoup sa blancheur.
L'on a d'abord attribué la dédicace de ce temple à Vesta, mais sa forme carrée, opposée à la construction sphérique des édifices consacrés a cette déesse, détruit cette opinion. Ensuite, sur ce qu'il était voisin de la fontaine, et que dans les environs de la Tour Magne, il y avait autrefois des bois et des bruyères, l'on prétendit que c'était Diane que l'on y adorait; mais ce sentiment tombe par le point même où l'on voudrait le soutenir, puisque les bois voisins de la Tour Magne auraient été très éloignés du temple. Palladio l'attribua aux divinités infernales, supposant que tout le long du frontispice il régnait une cour formée par un mur contigu qui n'avait point d'ouverture ; ce qui est faux dans le fait.
En commentant l'opinion de Palladio, Rulman soutient que cet édifice avait été consacré par Adrien aux mânes de Plotine, et que l'on y sacrifiait aux divinités infernales. Il s'appuye sur ce fait encore aussi faux que le précédent, ce qui suppose que le temple était bâti bien avant dans la terre, et que l'on y descendait à la manière des temples infernaux. Deiron prétendit que ce temple avait été dédié à Isis et à Sérapis, sur un fragment d'inscription où l'on trouve ces mots :

 

Item dedicatione templi Isis et Serapis.

 

Mais le commencement même de ce fragment d'inscription, si l'on veut l'appliquer â ce temple, fait naître l'opinion qu'il était un Panthéon. On y trouve :

 

Isis…… Serapis vestœ Dianœ somni…..

 

Ceux qui veulent que Nemausus ait été adoré dans ce temple, se fondent sur ce qu'il est à présumer que la principale divinité de la colonie ait eu la première place dans un temple où toutes les niches que l'on y trouve prouvent que l'on y sacrifiait à tant d'autres.

 

EN SAVOIR PLUS SUR LE TEMPLE DE DIANE AVEC NEMAUSENSIS

Voir Aussi Autre Photoscope  See Also Other Walk Around
Temple Diane Maquette
 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4367297
Nb de visiteurs aujourd'hui:35
Nb de connectés:31