https://www.traditionrolex.com/43

Canon 18 pounder Mark IV Woolwich et Irlande :Maquetland.com:: Le monde de la maquette



 
   

 
     

 

 


Canon 18 pounder Mark IV Woolwich et Irlande









Canon 18 pounder Mark IV Woolwich et Irlande
English Translation


Historique Voir ICI
History Click HERE

Autres Photoscopes Others Walk Around 
Canon 18 pdr Ordnance QF Obus Londres
Canon 18 pounder Funerailles Royales Londres
Canon 18 pounder Londres IWM
Canon 18 pounder Mark 2 Woolwich Londres
canon 18 pounder Mark IV Woolwich et Irlande

 

 

C' est une des versions de ce type d'arme avec un nouveau canon qui a essentiellement la même trajectoire 
On a un canon Mark IV monté sur affutMk IV. Le canon Mk IV a commencé ses essais en 1916 et a été monté dans la nouvelle version Mk III avec une traction en caisson, typique des obusiers de l'époque.
Cela permet d'augmenter le tir en site de 37,5 degrés, augmentant ainsi la portée maximale qui passe de 6 525 mètres à 9 300 mètres.
La version Mk III fut bientôt remplacé par la Mk IV comme pièce de campagne standard.
Les canons Mk III et IV incorporaient un nouveau système hydropneumatique à recul variable, qui était déplacé du haut vers le bas du canon du canon. Une nouvelle "culasse Asbury" à mouvement unique augmente la cadence de tir, et la culasse est désormais équipée d'une vis conique Wellin.
À la fin de la Première Guerre mondiale, une de ses batteries de canons Mk IV montées sur des affuts  Mk III fut mise en service dans la Quatrième Armée. Les nouveaux canons et véhicules étaient effectivement de nouvelles armes, mais le calibre et les munitions restaient les mêmes, c'est pourquoi ils ont été appelés à faire partie du cycle de développement du 18 PR jusqu'à ce que le calibre soit progressivement supprimé.
En 1919, le canon de campagne standard britannique était le canon Mk IV de 18 livres monté sur un affut Mk IV, bien que la Grande-Bretagne possédait encore bon nombre des pièces des autres types plus anciennes.
Le canon de 18 livres fut utilisé efficacement au printemps 1918 contre les attaques allemandes lors de l'offensive du printemps. Cependant, l'efficacité du plan de tir allemand du 21 mars entraîna de lourdes pertes parmi les artilleurs et, dans de trop nombreux cas, les compagnies furent incapables de battre en retraite avant d'être dépassées.
Néanmoins, le 4 avril, les Allemands avancent dans la zone de Villers-Bretonneux, défendue par les 14e (légère) et 18e (est) divisions, et sont renforcés par l'artillerie de la 16e (irlandaise) et de la 39e division.
Ce fut la dernière tentative pour percer les lignes britanniques.
La batterie avait été affaiblie par les pertes. En milieu de matinée, les observateurs furent engagés par une masse d'infanterie allemande, qui avait avancé et atteint juste à l'est de Hamel.
Le général de brigade Edward Harding Newman, CRA de la 14e division (légère), a émis les ordres suivants : « Cette attaque doit et peut être stoppée par des tirs d'artillerie. "
Les tirs d'artillerie de plusieurs brigades éqiuipées des canons de 18 livres, stoppèrent l'avancée allemande.

Les canons futent utiles aussi lors de la bataille d'Amiens le 4 juille  le tout complété par des mitrailleuses. À la fin de la guerre, les armées ont appris à éviter les espaces ouverts, le « champ de bataille vide » moderne a évolué et l'artillerie légère de campagne est devenue obsolète
Les mitrailleuses légères, les mortiers légers et les obusiers de campagne avaient des trajectoires élevées qui leur permettaient de cibler même sur les forces ennemies profondément défendues sur des pentes inverses que les canons de campagne ne pouvaient pas atteindre.
Le Mk IV de 18 livres a commencé son évolution vers l'obusier plus polyvalent tracté de 25 pounder ce  qui lui permettait de tirer sur des trajectoires élevées. Après l'armistice, 3 162 canons de 18 livres étaient en service sur le front occidental, tirant environ 99 397 670 obus, et 800 canons furent utilisés en Égypte, en Russie et sur d'autres fronts.
Entre les guerres =
Après l'armistice de 1918, certains 18 livres britanniques et canadiens, y compris des véhicules transportés en batteries, furent rattachés à l'armée britannique du Rhin en Rhénanie. De 1918 à 1919, il servit également dans les forces britanniques et canadiennes dans le nord de la Russie et dans le Corps expéditionnaire canadien sibérien. En 1919, il sert dans les 7e, 16e, 21e et 217e brigades de la RFA. Il participe à la troisième guerre d'Afghanistan, en Mésopotamie en 1920-21, et au Waziristan en 1936-37
Seconde Guerre mondiale
Pendant la Seconde Guerre mondiale, le canon de 18 livres était principalement utilisé par les régiments de l'armée territoriale du BEF
 Au total, 216 canons furent perdus lors de la campagne de 1940. Selon un inventaire réalisé en juillet 1940, l'armée britannique disposait désormais de 126 canons en Grande-Bretagne et de 130 dans d'autres pays. Il a également été utilisé par les troupes britanniques et d’autres troupes du Commonwealth lors des campagnes d’Afrique de l’Est et d’Afrique du Nord.
Dans le PTO  contre le Japon a/c de décembre 1941), le canon de 18 livres fut utilisé dans la campagne de Malaisie par un certain nombre de régiments de campagne britanniques et, dans une moindre mesure, lors de la bataille de Hong Kong
Lors de la bataille de Kota Bharu (Malaisie),  le canon  18 livres fut utilisé dans l'armée indienne. La plupart, sinon la totalité, de ces armes ont été perdues à la suite de la défaite des forces du Commonwealth et de l'occupation de Hong Kong et de Singapour. À partir de 1942, le 25 pounder remplace le 18 pounder  dans les forces britanniques et indiennes lors de la campagne de Birmanie
.
   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7074381
Nb de visiteurs aujourd'hui:816
Nb de connectés:83


https://www.traditionrolex.com/43