Missile Sol Sol AMX30 Pluton Saumur









L'AMX30  Pluton
English Version
 
 

En 1965 la France est en phase de se doter d’un armement nucléaire ; Celui-ci comporte divers volets
le volet aérien avec la FAN
La version maritime avec les SNLE de la FOS , la composante MBS au plateau d’Albion et la Composante terrestre tactique avec un nouveau missile le Pluton
Le pluton est un missile placé sur véhicule de lancement mobile discret et indépendant d’une infrastructure vulnérable.
Toutefois la mise en œuvre du Pluton rencontrera une vive opposition de l’armée de l’air qui aurait voulu pour elle le monopole de l’arme nucléaire.
Les développements des concepts stratégiques et l augmentation de la portée des armes et en même temps leur miniaturisation entraîne un changement dans   la conception de la stratégie avec l’élaboration de toute une nouvelle chaîne de commandement et surtout l’apparition d’un nouveau concept celui d arme nucléaire tactique qui est mise en œuvre au plus bas niveau des grandes unités du corps de bataille (avec l’aval du Président de la république bien entendu). La mise en œuvre de cette artillerie nucléaire tactique  confiée à la division du type 1959 était réservée aux corps d’armée dans l’organisation de 1967  corps d’armées qui étaient composés de divisions et brigades
En 1969 la 1°Armée Française prenait  avait sous son autorité toute l’Artillerie des corps d’armée en FFA
C’est donc elle qui avait le pouvoir de dirigé le lancement des Pluton et qui devait faire manoeuvrer  ensuite les forces conventionnelles
En 1977  les brigades disparaissent pour céder la place aux divisions qui ont à nouveau disparu à l’aube du XXIe siècle actuellement il n’existe plus aucuns régiments Pluton est plus aucune arme nucléaire
A la fin de sa vie opérationnelle le Pluton était mis en oeuvre par

Cinq régiments du nord de la France étaient équipés de six lanceurs Pluton chacun :

 

   
3° RA à Mailly le camp 4° RA à Laon 15°RA Suippes 32° RA Oberrhoffen( RFA)
74° RA Belfort

Le projet d'une version améliorée, Super-Pluton, a été abandonné en faveur du projet Hadès , et le Pluton vieillissant a été progressivement écarté, jusqu'à son retrait complet en 1993.

Historique
La France dès 1946 a décidé de se doter de l arme nucléaire. Les recherches durent longtemps pour plusieurs raisons
La France sortait exsangue de la 2° Guerre Mondiale et il y avait d’autres priorités
Les chercheurs français Joliot Curie en Tête étaient suspecté de sympathie communistes
Les Usa ne voulaient pas livrer ni la technologie ni les matières premieres nécéssaires poiur fabriquer l’arme nucléaire
Face à toutes ces difficultés les travaux avancent et vers le milieu des années cinquante les savants français avancent a grand pas Les trente Glorieuses et l’arrivée au pouvoir du Général de Gaulle en 1959 donne un coup d’accélérateur au programme et rapidement la bombe nucléaire est mise au point
Autour de cette bombe s’articulera tout un nouveau concept celui de la Dissuasion nucléaire qui doit avoir les divers volets expliqués en liminaire de cet article
Le Pluton fait donc parti de cette Triade .C’est un missile préstratégique
Le Pluton vient en remplacement du missile
Honest John américain qui avait un portait maximale de 25 kilomètres 
En 1963 la fiche programme est lancée et 2 industriels se concentrent sur ce programme. Il s’agit de Sud et Nord Aviation.
Sud-Aviation  présente le Vlan  qui a comme caractéristique d’être une rampe qui était initialement orientée en fonction de corrections de tir analogues à celles d'un canon, notamment pour diminuer l'effet des erreurs accumulées en phase d'accélération. La traînée était ensuite asservie pour réduire les erreurs en croisière.
Par contre Nord-Aviation présentait le SS-40, avec un système de guidage à inertie simplifié qui dérivait des travaux et expérimentations effectués entre la fin des années 50 et le début des années 60 pour le programme AS-33. Le AS-33 était un Missile Air-Sol d’un diamètre de 350 mm à guidage inertiel dont des prototypes avaient  été expérimentés avec succès. Le guidage à inertie, à cause des faibles dimensions du missile, était réalisé au moyen d'un gyroscope vertical portant directement trois accéléromètres sur son cadre extérieur, un gyroscope axial, et un calculateur effectuant le calcul du point, le guidage et le pilotage du missile. L'ensemble, de performances moindres que celles d'une centrale à inertie complète et son calculateur associé, était suffisant mais surtout beaucoup moins volumineux
La DMA (devenue depuis  la DGA) à la fin de 1964 demande aux deux sociétés de proposer un projet commun. Aussi en  en février 1965 Nord et Sud-Aviation proposent le projet NS-10 Mais la portée était faible( 60 km) ce qui orientait définitivement la solution vers un système à guidage inertiel, l'autre version ne permettant plus les précisions exigées.

En 1965 est passé un premier marché qui est annulé en 1966 . En 1967 un 2° marché   est passé entre Nord Aviation et SEPR qui doit développe le propulseur. Et ce n'est qu'en 1967 que la spécification militaire se stabilisait sur une portée dépassant les 100 km
C'est alors que le programme prenait son nom. Le Pluton était né
Dans le cadre de la réorganisation de l'industrie aérospatiale , Nord-Aviation se voit confier la maîtrise d'oeuvre du missile, Sud-Aviation garde une part importante du développement (pointe avant et télémesures - virole arrière avec les gouvernes).
En 1970, les deux sociétés entrent dans l'Aerospatiale, Division des engins tactiques , héritière de Nord-Aviation,
Progressivement, elle se voyait confier également, les équipements du véhicule de tir, puis la maîtrise d'oeuvre d'ensemble du missile et du véhicule de tir, le CEA gardant bien entendu la maîtrise d'oeuvre de la charge, la SEFT celle du véhicule calculateur associé
 En 1968 peu après la signature de la marche le 1° tir de la maquette du missile suivi en décembre 1969 par le tir d'un missile. En 1970 ont lieu les tirs de missiles guidés La maîtrise de la conduite des tir revient désormais à la SNIAS

 

 

Entre temps le 1° véhicule est prêt en 1970 /1971 En 1971 La grue Fives est remplacée par une grue Griffet et 3 types de containers sont testés Entretemps les Véhicules de Tir (VT1à 4 ) laisse place au VTS (Véhicules de tir de série VTS1 à 3

 

 


Le VTS 1 valide le programme a Mailly au 1° trimestre 1974 et le 1 mai 1974 le 3° RA reçoit ses matériels
Le Pluton lui avait  une portée opérationnelle de 17 à 120 km avec une précision de 150 m et emportait une charge de 15 ou 25 kilotonnes. Mais cette portée ne permettait pas de frapper au-delà de l'Allemagne de l'Ouest ou du territoire français, ce qui a conduit au développement du Super Pluton en 1983 et ensuite dumissile Hadè, à plus longue portée. . Cet équipement constituait la force de dissuasion tactique nucléaire de la France pendant la Guerre Froide de 1974 à 1993.

 

 

Le Système d’arme
le Pluton était un  système d'arme emportant un missile balistique nucléaire à courte portée lancé d'une rampe lance-missile montée sur le châssis de l' AMX 30
Le Missile
Le missile construit par la SNIAS  était composé de trois parties qui n’étaient jamais ensembles et sont assemblées juste avant le tir. (Question de sécurité)
Le Missile  vecteur dans un conteneur qui lui sert  de rampe de lancement sur le char.
La tête nucléaire.
Le cœur nucléaire introduit juste avant le lancement
Le Pluton mesurait 7.64 m de long et avait un diamètre de 0.65 m. Son poids était de  
2.T423
Son Moteur fonctionnait au à propergol solides  et emportait avec précision le missile plus de100 kms avec une portée maximale de 120 kms. Un système de guidage par inertie lui donnait une précision de plus ou moins  150 m Le missile possède aussi un calculateur de bord qui détermine en permanence la position au sol. Chargé avant le départ avec les coordonnées de l’objectif il calculait la trajectoire optimale pour atteindre celui-ci Les gouvernes aérodynamiques placées sur l’engin ajuste la trajectoire
Comme ne pouvant recevoir ni émettre aucun signal, il ne peut être brouillé ni dévié durant  sa durée du trajet qui dure environ 3 minutes
Il est donc tres  difficile à intercepter. Le missile peut tirer des têtes conventionnelles (HE) ou nucléaire avec 2 types de charges 15 ou 25 kT. Un drone CT-20 était capable de fournir des informations de dernière minute sur la cible avant le tir, ce qui faisait du Pluton un système en permanence opérationnel sur le terrain des opérations.Les éléments du missile sont donc  transportés par des véhicules tactiques à roue vers le vecteur qui se trouve déjà dans  son container qui  lui sert de rampe de lancement
Une fois le missile Monté et armé il est monté sur le véhicule de lancement qui est construit sur un châssis AM X.30  lui conférant la  même mobilité
Dans le  char sont montés tous les appareils nécessaires à la manœuvre et au tir de l’engin
Une grue hydraulique un goniomètre de pointage ainsi qu’un calculateur pour la préparation du déclenchement du tir . L’énergie nécessaire est fournie par une turbine.
Une chaîne automatisée de calculateurs et des liaisons radios  durcies assure le codage et  la transmission des messages de façon sure. L’ordre de tir est ainsi transmis directement du CA au PC régimentaire. Les  batteries sont prévenus par leurs consoles ou par les autres réseaux des intentions du commandement
 La réunion de tous ses organes sur un même engin permet donc une manœuvre rapide indépendante et discrète
La fiabilité de l’ensemble a été tres satisfaisante
Lors du tir pluton le char était accompagné d’un AMX10 qui emporte le calculateur et le PC de tir
A partir de 1975 cinq régiments Pluton ont été mis sur pied dans le nord-est de la France et répartis à raison d’un par CA
Un régiment comporte 3 batteries à 2 pièces et une batterie de sécurité et de transport. Toutefois seul le chef de l’État peut ordonner le tir nucléaire
Mais la présence de cette arme sur un secteur du champ de bataille a un effet dissuasif  obligeant  les forces adverses à se disperser et à se protéger.
 Les forces de manœuvre assurent la sécurité les unités de lancement et  se tiennent prêtes à exploiter à tout moment les effets de tel feu nucléaire avant le tir, ce qui faisait du luton un système d armé tres puissant

Caractéristiques
Missile Constructeur
SNIAS ensuite Aérospatiale
Longueur 7.63m
Diamètre 0.65 m
Propulsion Propergol solide Vitesse 1100 Km/H
Portée 120 Kms
Tête Militaire Nucléaire de 15 ou 25 KT
                         HE

                        Chimique ( ?)

Guidage Inertie
 Châssis
Constructeur GIAT

Même caractéristiques que le AMX 30

 

AMX30 Pluton.


 
 

 

In 1965 France is in the process to endow an nuclear weapon; This includes various components  the Nuclear Triad
Section, air with the FAN 
Section Sea with the  FOS and the SSNBM,
Section Land with  SBM component in Plateau d’ Albion and the the new tactical missile on Pluto
The Pluton is placed on a missile launch vehicle mobile discrete and independent of vulnerable. infrastructure  
However the implementation of  the Pluton will meet strong opposition from the AAF (Armee de l ‘Air Francaise )  which would liked to have the monopoly of nuclear weapons.
The developments of strategic concepts and increase of the range of this  arms and at the same time their miniaturization leads to a change in the design of the strategy with the development of a whole new chain of command, and especially the emergence of a new concept of nuclear tactical weapons which is being implemented at the lowest level of major units of the Corps de Bataille (with the endorsement of President of the Republic of course).
The implementation of this tactical nuclear artillery was  assigned to the division type 1959 and was reserved for the level of  Army Corps
In the organization of 1967 Armies Corps armies were composed of divisions and brigades
In 1969 the 1st  French Army had taken under his authority throughout the artillery corps of the FFA  (Forces Françaises en Allemagne )
So she had the power to control the launch of Pluton . This Pluton regimens were able to manoeuvre  with the Conventional Forces
In 1977 brigades disappear make way for the divisions which have again disappeared at the dawn of the 20th  century
Now All the  Pluton regiments were dissolved
At the end of its operational life Pluton  was implemented by
Five regiments of northern France were equipped with six launchers each Pluto:

 

   
3 ° RA at the camp Mailly 4 ° RA in Laon 15 ° RA Suippes 32 °RA Oberrhoffen  (RFA) 74 ° RA Belfort 

 


The project of an improved version, Super-Pluton, has been abandoned in favour of the Hades, Pluton  ageing has been gradually dismissed until its withdrawal in 1993.
History
 France in 1946 decided to acquire the nuclear weapon. Research last long for several reasons
France emerged battered from WW2 and there were other priorities
French researchers  as Joliot Curie were suspected of communist sympathies
USA did not want to deliver the technolo and the materials necessary for the  manufacturing of nuclear weapons
Faced with all these difficulties , work progressing slowly but in the mid-50th  french scientists argue a big step Thirty Glorious and the coming to power of General de Gaulle in 1959 gives a push to  the  nuclear  programm an the Bomb is quickly developed
Around this bomb will find all a new concept of nuclear dissuasion explained in this introductory article
The Pluton is therefore of this Triad.  It is a pré strategic missile
The Pluton  replace the American missile Honest John  who wore a maximum of 25 km
In 1963 the detailed programme is launched and 2 industrial focus on this program. These include South and North Aviation.
Sud-Aviation introduced Vlan  He as as  characteristic to be a ramp which was originally directed according to shooting corrections similar to those of a gun, especially to reduce the effect of errors accumulated in the process of acceleration. The trail was then enslaved to minimize failures cruise.  
However Nord Aviation presented the SS-40, with a guidance system by  inertia simplified drifting of the work and experiments conducted between the late 50th  and early 60th  for the AS-33. The AS-33 was a Sol-Air Missile with a diameter of 350 mm inertial guidance whose prototypes were successfully tested. The inertial guidance, because of the small size of the missile was carried out using a vertical gyro three accelerometers directly on its exterior, a gyroscope axial, and a calculator performing the calculation of the guidance and steering of missile. The overall performance lower than that of a central inertia calculator and its full partner, was sufficient but more importantly a lot less bulky
The DMA (now DGA) at the end of 1964 calls on both companies to offer a joint project. Also in February 1965 in Nord and Sud Aviation propose draft NS-10 But the scope was low (60 km), which lined the final solution to an inertial guidance system, In 1965 rose a first contract but it is cancelled in 1966. In 1967 a 2nd  market rose between Nord  Aviation and SEPR, which must develop the propeller. And it was not until 1967 that the military specification is stable over a range exceeding 100 km
Then the program takes its name. The Pluto was born
As part of the reorganization of the aerospace industry, Nord Aviation is given as prime contractor for the missile, Sud-Aviation custody an important part of development (nose and telemetry - cylindrical rear control surfaces).
In 1970, the two companies enter the Aerospatiale, Division of tactical gear and heir of Nord Aviation,
Gradually, she saw entrust all the system Pluton electronics equipments ,rocket except the war head of the missile. Who his in charge by CEA . Indeed the CEA supervises the  war head and the SEFT  the calculator vehicle
 In 1968 shortly after the signing of the contract the 1st  firing of the dummy  missile happen  followed in December 1969 by the firing of a missile. In 1970 held the firing of guided missiles  under the supervision of the SNIAS  

 

 

 

 


Meanwhile the 1st  vehicle is ready in 1970 / 1971
In 1971 crane Fives is replaced by a crane Griffet and 3 types of containers are tested Meanwhile Vehicle test Shooting (VT1à 4) leaves room for VTS (Vehicles Test Series ) VTS1 at 3

 

 

 


The VTS 1 validates the program  at Mailly  during the 1st uarter of  1974 and  on May 1st  1974 the 3rd RA receives its equipment
The Pluton had an operating range of 17 to 120 km with an accuracy of 150 metres and was carrying a load of 15 or 25 kilotons. But this range could not strike beyond West Germany or the french territory, so which led to the development of Super Pluton in 1983 and then the missile Hadès, with a longer range. . This equipment is the strength of tactical nuclear deterrence by France during the Cold War from 1974 to 1993
The weapon system
Pluto was the weapon system carrying  a short-range  ballistic nuclear missile launched by a ramp mounted on the chassis of the AMX 30

The Missile
The missile built by SNIAS was composed of three parts, which were never sets and are assembled just before the shooting. (Question Safety)
The vector missile vehicle in a container which serves as a launching pad on the  tank.
The nuclear warhead.
The heart nuclear introduced just before the launch
The Pluto measured 7.64 meters long and had a diameter of 0.65 m. Its weight was
2.T423
His motor was running at the solid propellant and accurately prevailed over 100 kms missile with a maximum range of 120 kms. A guidance system inertial had an accuracy of plus or minus 150 m. The missile also has a calculator on board, which determines the position permanently on the ground. Before the departure data are load with the coordinates of the target
It calculate  the optimal path to reach  the target  The aerodynamic control surfaces placed on the equipment adjusts trajectory
As unable to receive or deliver any signal, it can not be scrambled or diverted during his fly  who takes about 3 minutes

It is therefore very difficult to intercept. The missile can fire OR conventional warheads (HE) or nuclear war head with 2 types of charges 15 or 25 kt.
 A CT-20 drone was capable of providing last-minute information on the target before firing, thus the Pluton was  permanently operational
The missile components are transported by wheeled tactical trucks  to the vector  It is already in its container which serves as a launching pad
Once armed the missile it is mounted on the launcher  vehicle, built on AM X.30  chassis giving it the same mobility
In the tank   are mounted all the devices needed  for the  working and after the  firing of missile
A hydraulic crane ,a goniometer and a calculator to prepare for the  fire. The energy required is provided by a turbine.
A string automated calculators and hardened links radios provides  coding and transmission of messages so sure. The order of shooting is transmitted directly to the PC regimental  of tha AC. Batteries are warm by their consoles or other networks  of the intentions of the  Command
 The reunion of all its organs on the same device allows fast handling independent and discreet
The reliability of the set was very satisfactory
During the fire the Pluton was accompanied by a AMX10 with  the calculator and PC shooting
Since 1975 5 Pluton regiments were established in the north-east of France and distributed one per AC
A regiment includes 3 batteries  whit 2 pieces and a battery of security and transportation. But only the President of the Republic may order the firing nuclear
But the presence of this weapon on a sector of the battlefield as a deterrent  effect forcing opposing forces to disperse and protect themselves.
  The conventional forces provide security at this  launch units and stand ready to progress after the nuclear fire and
The Pluton  was  a system  simple but  much powerful
Technical Data
Missile
Manufacturer
SNIAS then Aerospace
Length 7.63m
0.65 m diameter
Solid Propellant Propulsion
Speed 1100 Km / H
Scope 120 Kms
Head Military Nuclear 15 or 25 KT
                          HE
                         Chemical (?)
Guidance Inertia
  Chassis
Manufacturer GIAT
Even features that the AMX 30

 

 

 
.
 
 
 
.
 
.
 
.
 
 
   


Copyright © 2003-2018 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4036187
Nb de visiteurs aujourd'hui:54
Nb de connectés:25