Bologna Basilica Santo Stefano Basilica San Sepolcro









Bologna Basilica Santo Stefano  Basilica San Sepolcro
English Translation
 


 
Historique Voir ICI
History Click HERE

Voir le  Site de Fransceco Corni

 

 

 

 L'église de Santo Stefano est l’endroit où toute l’histoire de Bologne  se croise.  Fondée sur les fondations d'un ancien temple païen,  elle fut à son origine imaginée comme une copie fidèle du Saint-Sépulcre de Jérusalem, et ensuite aux cours des siècles un certain nombre d'extensions en ont fais un complexe de non pas  une mais  sept églises. Toutefois des sept églises originales de nos jours, il n’en reste que  quatre, et de l’église primitive  le qualificatif de Santo Stefano n’ a été employé que  du V° au VIIIe et ensuite a vu son nom changé en Santo Sepolcro  . D’ailleurs de ce premier martyr il n’en reste même pas une chapelle. Seul reste le nom de ce complexe  Ecclesia Sancti Stephani  aujourd'hui communément appelé Santo Stefano alle sette chiese.


Tout commence une  nuit de 429, lorsque le pape Célestin voit dans un rêve saint Pierre lui ordonnant de  nommer Petronio évêque de Bologne. Il faut savoir que en plus de cet ordre divin Pétrone pouvait se targuer d’avoir des liens familiaux avec la famille impériale de Constantin et Théodose, .
Toutefois Petronio  avait abandonné la vie aisée et les richesse de sa famille  pour entrer en religion  . C’était un saint homme qui a fait des études avait médité en ermite dans le désert égyptien, et s’était rendu plusieurs fois  à Jérusalem
Il en été revenu d’ailleurs avec des reliques importantes comme le pied gauche de Santa Caterina et un fragment de la vraie croix  acheté 3000 pièces d'or des marchands arabes
Et de retour  il a décidé de transformer Bologne en une Jérusalem afin que les fidèles locaux puissent se réunir et prier.
Il faut savoir que Jérusalem et les lieux saints  exerçaient sur l’imaginaire européen et des chrétiens  libérés des persécutions des siècles passés, une attirance  importante
Ils voulaient voir avec leurs propres yeux la Terre Promise d’où était venue la lumière de l'espoir,  
Il y avait eu déjà un projet  pour transformer en un baptistère chrétien  l’ancien temple d'Isis, qui, avait été construit en 100 Ap JC par une matrone riche Bologne à environ 80 mètres de la Via Emilia, la route qui reliait Rimini à Plaisance.
Il faut savoir que  l'initiation au culte d'Isis prévoyait un rituel semblable à celui du baptême, et dans les deux cultes on trouve le même concept de la résurrection comme un prix à la foi et le sacrifice.
En effet lorsque Osiris est tué par son frère Seth, son épouse Isis supplie le dieu suprême Ra de faire revivre son mari,. Ra donne son accord mais à la seule condition que le corps de Osiris soit complet car Seth avait dispersé les divers morceaux un peu partout  Après diverses aventures Isis réussit à « reconstruire «  le corps d’Osiris .
Les travaux commencent et les fondations sont  consacrées avec l'eau du Jourdain,


Le bâtiment est circulaire avec une colonnade  interne . Le tout est surmonté d'un dôme. Les colonnes  encore debout actuellement sont les colonnes au nombre de 7 originales du sanctuaire d'Isis sont en marbre cipolin noir  
Au cours de sacerdoce de Petronio,( 431-450 ) ce lieu devient un baptistère chrétien construit à côté de l'église de San Vitale, la deuxième des sept églises. Non loin de là est ajouté le Martyrium.


En 737  lors de  l’invasion des Lombards ceux-ci ne touchent pas au complexe existant, au contraire ils ajoutent des constructions avec  une nouvelle église à droite du baptistère dédié à San Giovanni Battista.(St Jean Baptiste) .
 


On trouve en arrière  neuf petits bâtiments, qui sont occupés par un collège de moines les Stefaniani dont on a très peu de renseignements . On ne connait ni leurs origines ni leurs rites.
Dans les années 1000-/1100, les moines bénédictins construisent le clocher, le cloître, un grand monastère et une nouvelle église, ce qui sera appelé le Cenacolo (la Cène ) située à la gauche du clocher). Au cours de cette période, le baptistère d'origine est transformé en une église, celle du Santo Sepolcro  Saint-Sépulcre , Le tambour orignal octogonal de la coupole possède désormais douze côtés. 
Mais vers la fin du: vers la fin du XIVe siècle il a été retrouvé dans une tombe romaine ensevelie sous le plancher de l'église de santi Vitale et Agricola, .sur cette tombe on y a relève gravé  le nom « Simone », qui était le nom original Saint-pierre  rebaptisé plus tard par Jésus « Kefa, » qui en araméen signifie « pierre ».
Personne n’émets  le moindre doute sur le sarcophage  qui est placé sur l'autel, et l'église est dédiée à Saint-Pierre immédiatement.
La rumeur enfle et les pèlerins qui arrivent du nord, répandent la rumeur que la tombe du premier vicaire du Christ sur la terre n'est pas à Rome mais à Bologne. 
Le Pape ne se soucie pas de ces rumeurs . En Décembre 1399, à quelques semaines de la nouvelle année sainte, il est plus préoccupé par la gestion de cet évènement.
Mais  en Février les cardinaux  devant  gérer les célébrations du jubilé,  se rendent compte que quelque chose ne fonctionne pas:
L'arrivée des pèlerins est en baisse et ceux-ci séjournent moins à Rome. Malgré le grand succès de ce jubilé  La Curie commence à recevoir des plaintes des aubergistes et artisans, les chirurgiens et les commerçants, même les voleurs et prostituées:
C’est un désastre économique, car  les pèlerins s’arrêtent à  Bologne et rentrent  chez eux  une fois leurs dévotions faites. La réponse Boniface IX est rapide


L'église est désacralisée et l'évêque ordonne de démolir la tombe et  procéder à l’inhumation du sarcophage dans un endroit secret
IL faut aussi expliquer aux fidèles que les vrais restes de Saint-Pierre sont à Rome  En quelques jours tout disparaît. 
C’est le seul cas dans l'histoire de l’Eglise  où  une église est  détruite non pas par les infidèles, mais par un  Pape.
Il faut attendre  que le  pape Sixte IV permette la reconstruction et la resacralisation de l'église, à la condition que le culte, soit  dédié aux  santi Vitale et Agricola (deux martyrs Bolonais tués dans la persécution de Domitien en 304).
IL faut dire  que son neveu  Girolamo Riario, était depuis 1473  le maitre d'Imola et  de Forli .

Sixte IV et son neveu Girolamo Riario 2e à gauche


Dans l’église SanVitale et Agricole on trouve  les tombeaux des saints sont sur les côtés  de l’abside: celui de San Vitale à gauche, avec un paon sculpté sur son sarcophage (paon, symbole de l'immortalité) celui d’Agricola est  à  droite et il est plus richement décoré  Il est décoré avec les symboles du cerf et du lion. L'autel central est constitué d’un sarcophage païen avec couvercle tourné.
Mais les Bolognais restent fidèles à leur petite Jérusalem. Ils peuvent se recueillir dans un lieu qui serait le plus ancien, et soi-disant plus fidèle reconstruction du Saint-Sépulcre de Jérusalem.
En effet grâce aux témoignages des Croisés la tombe a été reconstruit  à l’identique de celle de Jérusalem  par l'empereur byzantin Constantin IX Monomaque  en 1050 Entre 1400 et 1800, le complexe atteint son développement maximum  et c’est celui que ‘lon peut voir de nos jours, sauf pour des changements mineurs viennent de nos jours.


Dans la crypte de San Giovanni Battista  se trouve toujours une colonne qui aurait été rapportée par  Petronio de Terre Sainte et qui donner la taille de Jésus-Christ soit 1.7m. 
 

Site de Fransceco Corni

Basilica  San Sepolcro Plan n° 4
 

 

 

Il est le plus ancien bâtiment du complexe. A l'intérieur on y trouve la reconstruction du Saint-Sépulcre du Christ, telle quelle fut exécuté à Jérusalem par  Constantin IX Monomaque Jérusalem.

Si le bâtiment extérieur a une forme octogonale il à 12 cotés intérieurs 
On y trouve 12  colonnes de marbre et de briques, situées au centre du sanctuaire du Saint-Sépulcre.

Colonne Edicule et les symboles des evangelistes ( Jean et Marc)  En dessous Saint Mathieu  et San Luca   Au centre Le caveau


Sur les douze colonnes, sept sont en marbre d'Afrique, datant du deuxième siècle.elles  sont restées dans leur position d'origine, marquant aisni le nymphée du temple d'Isis. Lorsque les colonnes romaines n'étaient  plus  disponible elles ont été remplacées par des colonnnes en brique.

Avec l autorisation de Fransceco Corni


Une colonne de marbre cipolin de couleur noire, d'origine africaine   provenant d'un ancien batiement romain  symbolise la colonne où le Christ a été flagellé et, comme  il est indiqué dans un cartouche, elle garantit 200 années d'indulgence lors de  chaque  visite ce site (la Flagellation) colonne. Il indique aussi l'est, à partir de laquelle a surgi le soleil du Christ, pour ceux qui sont au centre de kiosque à journaux.
L'édicule central construit au XIIIe siècle, symbolise le tombeau du Christ à Jérusalem.  mais il a  été largement reconstruit au début du XIXe sous cet édicule se trouve une  grotte protégée par une porte basse de fer qui contenait les restes de San Petronio.
Au centre de l'édicule Center, représenté sur une pierre se  trouve l'Ange de la Résurrection, qui annonce de la résurrection du Christ, Elle date du XIIIe siècle. A sa droite, trois soldats endormis vêtus d'une armure et un casque et à sa gauche, trois femmes voilées  avec des pots de pommade à la main.
A gauche de l'édicule  on trouve une chaire du XIII siècle  avec des sculpture des quatre évangélistes: l'ange (Saint Matthieu), un lion (San Marco), l'aigle (Saint-Jean) et le Taureau (San Luca) .
Un escalier en marbre datant de 1883 mêne au sommet de la tombe, où il y a une croix et un linceul  datant du début du XIXe.
La voûte et les murs de l'église étaientà l'origine décorées de fresques du XIIIe siècle, qui malheureusement ont été presque toutes détruites lors des restaurations controversées de la fin du XIXe siècle. Ce qui reste  est dans le musée basilique.
Une croyance disait que San Petronio avait apporté de Jérusalem  des restes  du vrai tombeau du Christ et qu'il avait fait intégrer dans cette construction en mélangeant à la chaux le sable et des cailloux de la Terre Sainte.
La porte de la tombeétait ouverte durant la Semaine Sainte et il était possible de ramper à travers  pour vénérer les restes du saint et de gagner une indulgence plénière.
Le dimanche de Pâques, avant l'aube, l'accès à la tombe a été réservé  aux « Maddalene »,  les prostituées Bolognaises qui pour la seule fois de l'année pouvaient entrer dans la Basilique . Elle devaient ramper à genoux entre l'eglise du Crossifosso  et le San Sepolcr zn recitant une prière spéciale  rappelant  l'indulgence accordée par Jésus à Madelaine.
Toujours dans la période de Pâques, les femmes enceintes  pouvaient pratiquer le rite des Passi  elles devaient se promener et prier sur la tombe et y entrer 33 fois (une pour chaque année de la vie de Jésus )à travers l'ouverture étroite. A la fin de la  33e entrée elles devaient se rendres à l'église voisine du Martyrium pour prier devant la fresque de la Vierge enceinte et dans la chapelle de la Consolation, avant Notre-Dame de la grossesse.
A la fin de la messe, Les Chevaliers et dames de l'ordre équestredu San sepolcro devaient assister à la cérémonie dite de  la  Ricognizione
DSe nos jour  le corps San Petronio n'est plus dans cette église car en 2000, le cardinal Giacomo Biffi fit déplacer dans la basilique de San Petronio, qui abritait déjà la tête du patron de la ville.


Dans le sol de l'église il y a aussi un puits couvert d'une grille qui contient l'eau d'une source ancienne, . Cette eau est assimilée à l'eau du Jourdain, mais en faityà l origine elle servait aussi pour le temple d'Isis et elle représentait alors le Nil.
Au Moyen Age  cette eau considérée comme miraculeuse servait pour la guérison de tous les maux.  un peu comme à Lourdes.
En 1307, plus de 150 malades, sourds, muets, aveugles et possédé, furent guéris en une seule journée. Il y avait tellement de monde ce jour là  22 mai 1307  que la place était couverte  de bâches pour protéger les pèlerins affluant de partout pour venir  boire de l'eau bénite.
Sur la cote extérieur à doite du  portail  se trouve la « pierre de vérité » qui change de couleur selon  le recits des épouses. Plusieurs femmes reconnues comme adultères, ayant été tuées par leur mari, l'évêque interdit à quiconque d'approcher la pierre qui, miraculeusement,depuis est

 

Au centre la pierre en question


 

devenue totalement opaque.
Actuellement, la tombe est ouverte le samedi de Pâques à la fin de la veillée pascale et reste disponible toute la semaine

Voir Aussi Autres Photoscopes  See Also Others Walk Around
Basilica Santo Stefano .San Vitale e Agricola 5
Basilica Santo Stefano .Crossifisso  1
Basilica Santo Stefano .Cloitre 8
Basilica Santo Stefano .Cortile Pilato  6
Basilica Santo Stefano .Martyrium 

 

 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4432422
Nb de visiteurs aujourd'hui:333
Nb de connectés:19