URSS Marine Les Canonnières

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 02/10/2022 à 23:23:25



URSS  Marine  les canonnières

 
 
 
Classe 1124 BKA

 
Construits en masse à partir de 1935, ces unités s’appuyaient sur les nombreuses canonnières blindées déployées avec succès durant la guerre civile au même titre que les trains blindés, et sur les prototypes N et K. Leur particularité était d’utiliser des tourelles de tanks, et d’avoir le blindage correspondant.
 
Les premiers avaient des tourelles de chars lourds T-28 et T-35, puis en 1939, de T-34, le char standard de l’armée soviétique. Environ 60 étaient en service lors de l’invasion Allemande, et plus de 150 seront construits, certains équipés de rampes lance-roquettes ROFS-82 (Katioucha) d’appui-feuL'histoire du projet a commencé le 12 novembre 1931, lorsque le commandement de la Flotte flotte (RKKF) a approuvé les termes de référence pour la création de deux types de bateaux blindés.
Un grand bateau blindé (projet 1124), destiné à la rivière Amour, devait être armé de deux tourelles de char t 34 armées de canons de 76 mm,
Spécifications techniques
Déplacement
42 t. standard
Dimensions
25 m long, 3,80 m large, 0,80 m de tirant d’eau
Machines
2 hélices, 2 mot. ess., 1600 cv.
Vitesse maximale
28 nœuds
Blindage
De 15 à 50 mm
Armement
2 canons de 76 mm, 2 ML. de 12,7 mm AA
Équipage
17

Classe 1125 BKA
Ces canonnières blindées construites à partir de 1938 dérivaient des 1124 BKA, elles étaient plus petites et ne possédaient qu’une seule tourelle de char, et toujours propulsées par deux moteurs à essence. Environ 20 étaient en service avant l’invasion Allemande, les autres entrant en fonction au cours des années 1942 à 1944. Au total plus de 150 puisque l’ensemble des BKA représente 270 unités au moins. En 1943, leurs tourelles de T34 étaient celles du modèle T34/85, à plus longue portée. Certains disposaient de lance-roquettes d’appui-feu. Environ 90 canonnières 1124 et 1225 seront coulées au combat.

Il était également prévu d'installer deux tourelle similaires à celles du tank Vickers, ancêtre du T-26) avec des mitrailleuses 7,62-mm.
Les tourelles de char étaient principalement destinés à la destruction de cibles en tir direct, aussi il y avait un grand espace devant la tourelle pour le tir direct. Mais les rives, la forêt, les arbustes, les bâtiments, compliquaient le travail de l'artilleur car le navire était bas sur l eau
Ainsi afin de leur faciliter la visée une nouvelle tourelle appelée MU a été créée pour les bateaux blindés, dont l'angle d'élévation estimé était de 70 °. Cependant, les tests ont été jugés peu satisfaisants.
Cependant, au début de la guerre, les marins de la flottille militaire du Danube sur les bateaux du projet 1125 ont pu installer des champs de mines par des moyens improvisés. Mais au printemps e 1942, des rails et des crosses ont été installés sur les ponts arrière des bateaux blindés nouvellement construits pour la fixation des mines. Les bateaux blindés du projet 1125 pourraient transporter jusqu'à six mines de type «Rybka
Le tirant d'eau ne devait pas dépasser 70 cm pour le grand et, 45 cm pour le petit

Les navires devaient respecter les Gabarits imposés par les chemins de fers de l'URSS car ils devaient être transférés par chemin de fer sur une plate-forme.
La motorisation était fournie par un les moteur du Char T -28 avec des moteurs à essence GAM-34 Les GAM-34 est un moteur prévu à l origine pour l’aviation Le moteur AM-34 de Mikulin, le même sur lequel les équipages de Chkalov et Gromov ont volé aux États-Unis via le pôle Nord.
Mais la version terrestre du GAM-34, contrairement à celle aérienne était équipé d'une boîte de vitesses arrière, d'un embrayage à roue libre, d'un système de refroidissement (de l'eau de mer était utilisée) . Le système d'échappement a été changé.
Coté blindage le bateau avait un blindage mince qui li assurait une protection minimale contre less balles de fusils
Malgré le fait que les bateaux fluviaux étaient des navires de la zone côtière, des compas pour bateaux ont été installés sur certains d'entre eux (destinés à la flottille Onega et Ladoga). Cela pourrait être considéré comme une arme de navigation.
Pour les communications radio, une station radio «Ruff» a été placée sur les bateaux, permettant une communication télégraphique et radiotéléphonique entre les navires. .

Au total, 203 modèle blindé 1125 ont été construits sous la direction de Julius Yulievich Benoit

Ces bateaux ont été activement utilisés sur tous les théâtres maritimes de la Grande Guerre patriotique de l'Extrême-Orient à l'Allemagne et à l'Autriche. Les bateaux ont combattu sur la Volga, sur les lacs Ladoga et Onega, sur la côte de la mer Noire, le Dniepr, le Danube, la Tisza, la Vistule et l’Oder.
Spécifications techniques
Déplacement
29 t. standard
Dimensions
22,60 m long, 3,50 m large, 0,50 m de tirant d’eau
Machines
2 hélices, 2 mot. ess., 720 cv.
Vitesse maximale
28 nœuds
Blindage
De 12 à 50 mm
Armement
1 canon de 76 mm, 1 ML. de 12,7 mm, 2 M de 7,62 mm AA
Équipage
10

Classe MBK


Ces 20 grandes unités étaient destinées à intervenir en zone côtière en mer Baltique, versions agrandies des 1124 BKA. Le prototype fut construit à Leningrad 1941-43 et les autres en 1944-45. Les derniers utilisaient des canons de 100 mm plutôt que ceux de 85 mm.
Spécifications techniques


Ce type de canonnière est né dans la ville assiégée de Leningrad en 1943. Elles avaient pour objectif de traquer et de détruire les torpilleurs ennemis, ainsi que de fournir un appui-feu aux troupes de débarquement
20 Navires appelés Project 161 furent construits entre 1943 et 1944 et vinrent grossier les rangs de la flotte soviétique de la Baltique
Ils ont ainsi de façon active participé à la libération de Leningrad et aux opérations qui ont suivi dans la région.
Description


Le type "MBK" est une canonnière blindée naval avec une coque en acier. Destiné aux opérations dans la zone côtière de la mer peu profonde
Celui ci n’était pas une vedette rapide,Il avait un déplacement: 157,8 t. pour une longueur de 26,2m une largeur de 5,2 m et un tirant d'eau de 1,28 m.
Son moteur de 2400 L était un Packard essence 2 4M-2500-W-12 d’une puissance 1200 cv lui assurant une vitesse maximale de 13 nœuds pour une autonomie de 450 milles nautiques.


Son armement se composait de tourelle de char T 34/ 76 soir un canon de 76,,32 mm 1 canon automatique anti-aérien de 37 mm, 3 mitrailleuses anti-aériennes DShK de 12,7 mm (ou mitrailleuses Colt du même calibre).


Il transportait aussi des charges anti sous marines de profondeur mais dans les eaux peu profondes de la Baltique,cela n »tait pas vraiment nécessaires.

 

 


Son équipage est de 38 hommes
Contrairement aux vrais cuirassés et croiseurs, ces bateaux vue leur taille pouvaient se rapprocher le plus possible et faire feu presque à bout portant sur l’ennemi dans la zone côtière.
Par la suite, une partie des bateaux a été rééquipée de lanceurs lance-roquettes ROFS-82 (Katioucha) d’appui-feu. . Les guides sont généralement placés sur le canon arrière 45-mm et utilisent des mécanismes et des viseurs pour tirer les missiles.
En général, malgré la vitesse faible ces canonnières se sont révélés être des navires performants. Une faible vitesse était compensée par la furtivité.
Sur les 20 seuls 2 (BK-504 et BK-508) ont été détruits, et le dernier des bateaux de ce type a été retiré en 1989!


Spécifications techniques

Déplacement
150 t. standard
Dimensions
36 m long, 5,40 m large, 1,50 m de tirant d’eau
Machines
2 hélices, 2 diesels., 1000 cv.
Vitesse maximale
18 nœuds
Blindage
De 38 à 50 mm
Armement
2 canons de 100 mm, 1 de 37, 4 ML. de 12,7 mm AA
Équipage
42
 
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6154118
Nb de visiteurs aujourd'hui:753
Nb de connectés:41