Allemagne Kriegmarine Torpille Humaines Hai

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 20/05/2022 à 09:31:13



Allemagne Kriegmarine Torpille Humaines Hai
 

 

Photosocpes sur maquetland
Biber
Biber Eperlecques
Biber Londres
Biber Spire
Biber Torpille 530 mm Londres
Hecht (Brochet) Dresde
Hecht (Brochet) Tableau Bord Duxford
Molch( Salamandre ) Dresde
Molch( Salamandre ) Trieste
Molch( Salamandre ) USA
Märder Brest
Neger Spire
Seehund (Allemagne Koblenz )
Seehund (Allemagne Munich)
Seehund (Allemagne Spire)
Seehund (France Brest )
Seehund (France Brest )
MaiaIe (SLC)
Maiale SLC Tube Transport( Venise )
Maiale SLC ( Connecticut USA)
Maiale SLC ( La Spezia )
Maiale SLC ( Rome )
Maiale SLC ( Venise )
Sous Marin CB 20 Zabreg Apres Restauration
Sous Marin CB 20 Zabreg avant restauration
Sous marin CB 22 Trieste
Sous Marin de Poche X Craft X 24 Gosport

La torpille Humaine Hai Requin

 

L'Allemagne en 1943 était en retard dans le domaine de la mise au point de torpilles pilotées par un homme, Les engins Niger et Marder, qui sont apparus en 1944, ne purent pas avoir d’effet notable sur le cours de la guerre. Toutefois il faut reconnaître que ces engins ont connu un certain succès et ont coulé un nombre considérable de navires ennemis au prix toutefois de pertes humaines élévées Face aux succès des pays de la coalition anti-Hitler les forces armées et l'industrie allemandes ont tenté de trouver une issue à cette situation avec le programme wunderwaffe .
Dans le domaine des sous marins jusqu'à la fin de la guerre en Europe, les Allemands espéraient augmenter les capacités de combat du complexe spécial Kleinkampfverbande à l'aide de nouvelles technologies.
Pour remplacer le Niger et le Marder vont apparaître les engins Hase Livre et Hai Requin. Le développement du Hai commence toute comme le Hase durant l'Hiver 1944 1945 soit quelques mois avant la signature de la capitulation.
En liminaire il faut savoir que toutes les torpilles humaine du Niger àl’ Hai, constituaient un développement progressif des mêmes idées, mises en œuvre sur la base d'un modèle unique.
La base étant la torpille G7, qui a était modifiée avec la perte et le rajout de certains éléments
Le Hai dérive donc de cette arme Le Marder étant la base de départ avec comme objectif d’accroître la vitesse et le rayon d’action ce qui permettrait dans une certaine mesure, d’accroître le potentiel de combat du véhicule.Mais comme contrainte il faut utiliser le plus grand nombre possible de pièces et d’assemblages existants.

 

 
 

Étant une héritière directe de programmes existants la torpille Hai avait donc une base saine et éprouvée En situation de combat, la torpille serait composée de deux parties.
Dans le cockpit, les batteries, le moteur et les systèmes de commande situés dans le corps allongé du cylindre supérieur dans la partie basse de la coque supérieure se trouvaient des accessoires pour l’installation de la torpille de combat G7e. On suppose devant le manque d’information que le Hai, comme ses prédécesseurs, serait dirigée sur zone pour lancer sa torpille.
Historique
Le commandement du complexe Kleinkampfverbande n'était pas entièrement satisfait des caractéristiques des torpilles humaines existantes. Par exemple, le Marder navigant à une vitesse économique d’environ de 4,2 ne pourrait pas aller plus loin que 35 milles marins. Pour participer aux raids futur il a été établi qu’il fallait une torpille offrant une plus grande plage de déplacement et, en conséquence, un rayon d'action accru Il était donc nécessaire de créer un nouvel engin.
La nouvelle torpille serait donc construite dans les mêmes entreprises que les précédentes. Il fallait aussi aussi utiliser le maximum de pièces en commun afin de rationaliser la production. Les maitres d œuvre du projet ont donc décidé de partir du Marder et pour pour répondre aux exigences de base, la torpille Hai ne serait en fait qu’une Marder allongée afin de loger les nouveaux équipements.

On utilise donc comme base la torpille G7e et le Marder qui sont structurellement constitués de trois compartiments principaux: le nez, le centre et la queue.
Lors du montage, afin d‘allonger la coque sans difficultés particulières, le projet Hai prévoyait l’utilisation de deux compartiments centraux installés l’un après l’autre. De cette manière, les concepteurs allemands ont pu augmenter de manière significative les dimensions hors tout et les volumes internes d'une torpille sans qu'il soit nécessaire de modifier en profondeur les technologies de production.

La disposition générale des volumes de coque internes des torpilles Marder et Hai était similaire, compte tenu de l'utilisation de deux sections centrales sur cette dernière.
Un réservoir de lestage pour la plongée se trouvait dans la partie avant, derrière la cabine du conducteur. Les deux compartiments centraux contiennent des piles rechargeables. L'utilisation de deux batteries a permis d'améliorer les caractéristiques de conduite de la torpille.
Dans le compartiment arrière de l'appareil logé un moteur électrique. Afin de maintenir la vitesse de déplacement requise, le Hai a reçu un nouveau moteur d'une puissance de 13 kW. À titre de comparaison, Niger et Marder étaient équipés d'un moteur 8,8 à kilowatt. Derrière l'hélice, il y avait des gouvernails pour contrôler la profondeur et la direction.
A la proue Le Hai a reçu le cône du Marder sans aucune modification. Un ballast contenant un volume de 30 Litres trouve sa place à l’intérieur du carénage avant. Derrière le cockpit, il y avait un bidon d'air comprimé nécessaire pour purger le réservoir. Le cylindre n'a subi aucune modification et sa capacité, selon les calculs, permet la flottaison.

 

Devant le manque de documentation le poste de pilotage a du être emprunté sans changement au Marder. Il devait de composer d’unsiège, d’un ensemble de commandes et d’instruments permettant de surveiller le fonctionnement de divers systèmes. Le conducteur pouvait contrôler le fonctionnement du moteur électrique, contrôler la direction du mouvement dans deux plans et, si nécessaire, plonger à l'aide d'un réservoir à ballast.
Lors de l'attaque, le conducteur devait faire démarrer le moteur de la torpille G7 situé dessous le Hai et appuyer sur le levier de déclenchement.
Tout comme sur le Marder on trouve, un dôme en plexiglas qui est utilisé pour protéger le conducteur. Les montures et les serrures permettaient de l'ouvrir rapidement afin d’évacuer l’engin en urgence La connexion entre le dôme avec le corps de la torpille était composé de joints en caoutchouc pour éviter les infiltrations d’eau.
Tout comme le Marder le Hai était équipé d'un système de survie pour le pilote Derrière le siège du conducteur, une bouteille d’oxygène permettait une alimentée pendant plusieurs heures. De l'oxygène sous une faible pression était introduit dans la cabine et permettait à une personne de travailler à la fois en surface et à faible profondeur. En cas de panne du système principal de maintien de la vie dans le cockpit, il y avait un appareil respiratoire du système Dräger de type fermé.
En raison de l'utilisation de deux sections centrales, la longueur du Hai était de 11 M. Le diamètre de la coque ne changeait pas et était de 533 mm. Compte tenu du dôme transparent, la hauteur totale du véhicule habité atteint 1 mètre
En situation de combat, avec la torpille G7 le Hai pesait plus de 5,2 tonnes.
Pour atteindre la zone prévue pour l’'attaque,le Hai ne pouvait compter que sur son propre moteur électrique
Le moteur avec l engin au complet ne permettait qu’une vitesse maximale de nœuds 4,5-5. Après avoir exécuté l'attaque, la vitesse maximale passe à 5,5-6 nœuds Il était possible de plonger à une profondeur de 20-25 m afin d'éviter la détection par l'ennemi. Il convient de noter que l’utilisation des piles est particulièrement utile. Grâce à l'introduction de la deuxième section de batteries, il a été possible d’avoir une 'autonomie estimée à 90 en milles marins soit 170 kms à une vitesse économique autour du nœud 2,5. Selon d’autres, la torpille Hai pourrait accélérer jusqu’à atteindre 20 nœuds mais au détriment de son autonomie que aurait été de 12 km.
La torpille G7 était attachée en dessous elle pesait 1600 kg était équipé d’une charge militaire 280-kg. Elle possédait des piles et un moteur électrique. Selon la modification, la torpille G7 pourrait atteindre des vitesses allant jusqu’à 30 nœuds pour une portée allant jusqu’à 7000-7500 m. Les caractéristiques de telles armes permettaient d’attaquer des navires ennemis avec une grande efficacité.

 

Pour cela la tactique d’emploi du Hai était le suivant
Il devait arriver sur zone Après cela, le pilote doit établir une approche de la cible, allumer le moteur de la torpille de combat et la désaccoupler.
Ensuite, le Hai tente de revenir soit à sa base soit d’évacuer l ‘engin lanceur La présence d'une bouteille d'oxygène permet de flotter assez longtemps et le ballast permet une plongée afin de pas se faire détecter .
Le développement du projet Hai est terminé en février 1945. Peu de temps après,on commençe l'assemblage de torpilles pour faire des essais.
Selon différentes sources, il n’y a eu pas plus de deux appareils construits qui se sont rapidement livrés sur l’une des bases de Kleinkampfverbande. Les tests ont laissé une double impression. D'une part, la nouvelle torpille avait une autonomie accrue, ce qui augmentait considérablement son potentiel de combat. D'autre part, une augmentation de la longueur du corps a affecté un certain nombre de caractéristiques. En raison de la section supplémentaire, la maniabilité, la stabilité et d’autres paramètres se sont détériorés.
La torpille à contrôle humain Hai aurait probablement pu être fabriquée en série, mais la fin de la guerre a mis un point final à ce projet
Selon certains rapports, les tests se sont poursuivis jusqu'au 8/05/1945
Quelques heures avant la signature de la capitulation, les responsables ont décidé de détruire les prototypes afin qu'ils ne soient pas capturés par les alliés
Ainsi la dernière torpille humaine allemande n'a pas eu le temps d'entrer en guerre. Comme tous les échantillons existants ont été détruits quelques heures avant la cession. Il ne reste donc plus qu'à supputer sur l ‘efficacité de tels dispositifs

Néanmoins, tout porte à croire que les torpilles Hai auraient difficilement pu avoir un impact notable sur le cours de la guerre en mer car nous avons que les torpilles Niger et Marder ne se distinguaient pas par une grande efficacité.
Entre le printemps à l'automne 1944, ils ont coulé et endommagé pas plus de deux douzaines de navires ennemis. En même temps, pas moins de 200 ont été perdus
Comme les torpilles Hai avaient les mêmes caractéristiques, on peut penser que les résultats auraient été similaire en prenant en compote un autre paramètre . La taille du Hai qui entraîne une la détérioration de la manœuvrabilité et de la navigabilité, ce qui peut nuire à l'efficacité globale.Ainsi, même en cas de succès locaux , le projet Hai n ‘aurait pas apporter à l'Allemagne des avantages réels permettant d’infléchir le cours des combat en sa faveur.

 

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6154303
Nb de visiteurs aujourd'hui:938
Nb de connectés:86