Allemagne Kriegmarine Torpille Humaines Hase

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 19/05/2022 à 22:59:30



Allemagne Kriegmarine Torpille Humaines Hase
 
 
 
 
Jusqu'à la toute fin de la guerre, l'industrie allemande n'a pas abandonné ses tentatives de fabriquer une "wunderwaffe", capable de changer la situation sur le front. Par exemple, des tests de deux prototypes de torpilles humaines ont été effectués le 8 mai 1945 quelques heures à peine avant la signature de l'acte de reddition.
Il ne faut pas perdre de vue que durant les derniers mois de la guerre, les concepteurs allemands d’équipements sous-marins ont tenté de développer un autre projet d’équipement spécial pour les attaques secrètes. Pour des raisons évidentes,ces projets apparus quelques mois, voire quelques semaines avant la fin de la guerre, n’ont aucune influence sur le déroulement des combats et seront en réalité inutiles.
La torpille Hase était un développement du Marder.
En se basant sur le Marder on se mit à étudier une autre option afin de moderniser les équipements existants en utilisant les nouvelles technologies.
Le prochain espoir pour Kriegsmarine en général et la connexion Kleinkampfverbande en particulier était le projet de torpille Hai et Hase ou Lièvre
Lors du développement de cet engin de nouvelles solutions originales ont été utilisées, afin d’améliorer considérablement les caractéristiques de l'équipement par rapport aux modèles existants.
Comme ce type de torpilles humaines mise au point par l’Allemagne nazie, n’a pas était longuement étudier par les historiens.la plupart des informations sur les projets Hase sont fragmentaires et certaines informations peuvent même se contredire.
Projet Hase
Le développement des projet Hase a commencé au tout début du 1945 de l'année (selon d'autres sources, à l'automne du 44). Le projet visait à créer un nouvel engin utilisable par les unités de sabotage, capable de transporter secrètement une torpille de combat sur zone préalablement définie et de la lancer.
Dès le lancement du projet les allemands avaient acquis une vaste expérience dans l'utilisation d'équipements similaires et avaient établi une liste d’objectifs applicables aux torpilles prometteuses. On a supposé que de nouveaux projets basés sur la torpille Marder seraient créés en tenant compte de l'expérience et des souhaits des opérateurs directs.

 
La seule photographie connue d'une torpille Hase
 
On sait que les premières torpilles humaines type Niger ne convenaient pas aux sous-mariniers en raison de leur mauvaise navigabilité, de leur système de survie insuffisamment fiable et de leur incapacité à se déplacer sous l'eau à une certaine profondeur.
Le projet Marder est parvenu à corriger un certain nombre de ces lacunes, mais la pratique a montré qu'il fallait poursuivre les efforts pour améliorer les torpilles.
Le résultat de cette approche a été les projets Hai et Hase. La première prévoyaiet la poursuite du développement des projets antérieur, tandis que la seconde devait être axée sur de nouvelles propositions.
Le plus gros changement entre le projet Hai-Hase et Marder vient du groupe motopropulseur.
La capacité de l'industrie allemande , se détériorant chaque semaine, ne permettait pas de compter sur la fourniture de batteries et de moteurs électriques. Pour cette raison, il a été décidé d'équiper la torpille d'un moteur fonctionnant sur le cycle de Walter.
Un tel moteur pourrait consommer des carburants bon marché, comme le T-stoff - peroxyde d'hydrogène concentré (jusqu'à 85%). Ces systèmes étaient déjà utilisés ce qui fit pencher la balance en faveur de ce nouveau moteur.
Mais toutes les torpilles allemandes avaient des caractéristiques de navigabilité très limitées. En outre, la torpille Hai se caractérisait par une faible maniabilité associée à la longueur de la coque. Le projet Hase prévoyait de remédier à cette lacune. On a supposé qu'un certain nombre d'innovations dans la conception de la nouvelle torpille amélioreraient la manipulation et simplifieraient les manœuvres en profondeur.
Afin de réduire les coûts et de simplifier la production, toutes les torpilles humaines allant du Niger au Haï-hase devront être conçus pour une utilisation la plus large possible de composants et d'assemblages de la torpille de combat G7e.
La torpille utilisera donc la coque et divers éléments de la centrale.
La Torpeille G7 à succès a été utilisé tant à terre, qu'en mer pendant la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs G7a ont été utilisés dans des batteries de torpilles côtières le long de la côte norvégienne. De nombreuses versions ont été réalisées, principalement basées sur le G7e qui était moins cher à fabriquer que le G7a.

Les versions diffèrent par le tir  et le guidage, mais les bases sont restées inchangées.
Après la guerre, le G7a a été utilisé dans les forces norvégiennes pendant encore 60 ans ! La version norvégienne T1 Mod 1 avec guidage par fil est également incluse Sur la G7a, toutes les commandes et le gyroscope étaient entraînés par la pression d'air, pas d'électricité, juste des mécanismes en acier, bronze et laiton. La propulsion principale était un moteur  à quatre cylindres avec jusqu'à 350 hk. Le G7e a un moteur électrique et ne laisse pas de traînée de bulle visible mais avec une vitesse et une autonomie réduites
Caractéristique G7 : ogive tete miltaire 280-300 kg  poids 1,5 tonne, longueur 716 cm et diamètre 53,4 cm

Le projet Hase plus innovante utilisera par contre une proportion de nouvelles pièces beaucoup plus importante
La torpille Hase a reçu une coque d’une longueur d’environ 12-13 m et d’un diamètre de 533 mm. L’arrière a été empruntée à la torpille de base G7 alors que le milieu et la proue de la coque ont été conçus et fabriqués spécifiquement pour le Hase
Ainsi, la section cylindrique de la proue sera sensiblement plus longue que l’unité correspondante de la torpille de base.
La disposition des volumes internes de la torpille Hase n’est pas connue de manière fiable.
On peut supposer qu’à l’intérieur du corps cylindrique se trouvaient un
réservoir à ballast, des réservoirs d’air, de carburant et de peroxyde d’hydrogène, un cockpit, L'emplacement exact de toutes ces unités et le volume des réservoirs sont inconnus. Par contre le poste de pilotage n’est pas à l’endroit habituel Les torpilles humaines précédentes Marder et Hai avaient le poste de pilotage à l'avant de la coque juste derrière le réservoir de ballast. Par contre le poste de pilotage du Hase était située au milieu de la coque, directement devant la section arrière, empruntée au G7e. Apparemment, cet agencement de la cabine était associé à la nécessité d’assurer le bon positionnement du centre de gravité et, par conséquent, de l’équilibre normal.
Il était surmonté d’un capot en plexiglas transparent. L’ensemble a été emprunté sans modification aux torpilles humaines précédentes.
Ainsi, le pilote était protégé des éclaboussures et des vagues, mais il pouvait éventuellement ouvrir le capot et quitter la torpille.
La composition des systèmes d’’alimentation en oxygène t de la torpille Hase est inconnue. On pense que on trouve une bouteille d'oxygène principale fournissant l’oxygène à la cabine, et un appareil respiratoire de type fermé a été proposé en guise de secours. Un système similaire ayant été testé avec succès sur le Marder
Dans la partie arrière de la torpille se trouvait un moteur dont le fonctionnement était basé sur le cycle de Walter.
Les moteurs de torpilles de cette classe, utilisant cette technologie fonctionnaient au peroxyde d'hydrogène,ou à d'autres combustibles.
De plus, dans certains cas, une substance catalytique spéciale a été utilisée. Dans la chambre de combustion du moteur, le carburant était brûlé avec la formation d’une grande quantité de gaz. Les gaz sont acheminés vers les cylindres du moteur, les pistons sont mis en action ainsi que l’arbre à cames
On ne peut exclure que, pour augmenter la furtivité de la torpille, l’ Hase devait posséder un condensateur et un barboteur spéciaux conçus pour refroidir les gaz d'échappement et les rejeter à la mer sous forme de petites bulles qui se dissolvaient rapidement dans l'eau.
La conduite de la torpille devait être effectué en utilisant le gouvernail à l arrière et des gouvernes de profondeur l'avant.
Ces dernières étaient situés à une distance considérable du centre de gravité de l'appareil et étaient supposés faciliter l'immersion ou l'ascension. De plus, il y avait un réservoir de ballast à l'intérieur de la coque de la torpille pour augmenter la profondeur d'immersion.
Le Hase, comme ses prédécesseurs, était censé emporter la torpille G7
Elle avait une longueur totale d’environ 7,2 m et un calibre de 533 mm. Le poids total de la torpille dépassait 1600 kg, dont 280 kgs de charge militaire
En fonction de la modification et de la composition de l'équipement de bord, une torpille G7e avec moteur électrique peut atteindre des vitesses atteignant les nœuds 30 et parcourir jusqu'à 7-7,5 km.
Torpilles Humaines
 
Avant de partir en mission la torpille de combat devait être suspendue sous la torpille humaine
Pour ce faire la torpille devait être transporté par un chariot à roues spécial. Elle était ensuite levée par des grues via deux anneaux à crochets qui étaient présents sur la partie supérieure de la coque de la torpille.
Une fois l’engin équipé le Hase pouvait partir en missionLa torpille Hase devait arriver dans la zone ciblée, y entrer, faire démarrer le moteur de l’arme et la décrocher.
Les caractéristiques exactes des torpilles Hase sont inconnues. On peut supposer que son déplacement a atteint 5-5,5 tonnes
Les caractéristiques de conduite sont inconnues mais on pense que la vitesse ne dépassait pas les 4-5 nœuds pour une rayon allant jusqu'à plusieurs dizaines de milles marins. La profondeur maximale de plongée ne dépasserait guère 25-30 m.
Certaines sources mentionnent qu'au printemps de 1945, l'industrie allemande avait réussi à construire un prototype de nouveau véhicule sous-marin. Selon certaines informations, en raison de problèmes avec le moteur de Walter, la torpille expérimentale aurait dû être équipée d’un moteur électrique et de piles.
Le début des essais du prototype de torpille "Hase" est connu. Les testeurs ont réussi à effectuer une série de courts croisières
e prototype de l'appareil Hase a été construit au printemps de 45, aussi la nouvelle torpille humaine n’est jamais entrée en production
L’engin a été détruit lorsque l'ennemi s'est approché de la base sur laquelle les tests ont été effectués. On peut supposer que le seul Hase a été détruit avec le prototype Hai similaire, qui a également été testé pendant les derniers mois de la guerre.
Conclusion
Le projet de torpilles humaine type Hai-Hase, à l'instar de nombreux autres projets allemands d'armement créés durant cette période n'a donné aucun résultat.
Les allemands n’ont même pas eu le temps de terminer les tests en usine. .
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6149019
Nb de visiteurs aujourd'hui:1718
Nb de connectés:31