Japon PTO Les Fortifications Japonaises

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 29/04/2021 à 22:49:12



Japon PTO Les fortifications Japnaises dans le  Pacifique
 
 
 
 
 
 
Les fortifications sont des défenses conçues pour réduire le nombre de troupes nécessaires pour défendre une position.
Stratégiquement, elles servent à libérer des troupes pour d'autres opérations mais elles ne peuvent pas gagner une bataille par elles-mêmes, car elles sont immobiles
Ces forces peuvent toujours être battus, dans le temps, par une force ennemie suffisamment importante, à moins qu'une force de secours ne repousse l'ennemi.
Voyons les fortifications construites par les Japonais dans le PTO Pacific theater of Operations

Mais avant d aller plus loin il convient de faire une petite transgression et voir la Mentalité du combattant japonais
Alors que les Alliés avançaient dans des zones longtemps occupées par les Japonais, comme les Gilbert et les Marshall , ils ont commencé à rencontrer des casemates en béton .

 

Ceux-ci ont été construits par les Japonais partout où il y avait du temps et des matériaux adéquats. La casemate idéale avait des murs et des toits épais en béton armé, parfois avec des couches supplémentaires de terre ou de rails en acier. Ils étaient munis de fentes de tir étroites qui permettaient aux occupants du bunker de tirer sur les troupes qui approchaient tout en n'exposant que quelques centimètres carrés de leur propre corps.Le béton est extrêmement résistant en compression. Les tiges d'acier incorporées dans le béton armé offrent également une résistance à la traction. En conséquence, le béton armé résiste à la fois aux fortes forces de choc (compression) et de déchirement (tension) produites par les explosifs brisants . Le béton resistait aux tirs d' armes légères et seul un coup direct d'un obus de gros calibre était susceptible de causer des
dommages importants. Ces bunkers pouvaient être réduits par des tirs navals précis , en particulier des tirs plongeants, mais trop souvent, l'infanterie devait réduire les bunkers survivants avec des chars, des charges explosives et des lance-flammes.
 
On va se servir du Manuel de l'armée américaine sur les forces militaires japonaises en anglais U.S. Army’s Handbook on Japanese Military Forces
celui ci décrit l'attitude japonaise dans la défensive au début de la Seconde Guerre mondiale:
Premier Constat
Le combat défensif est très mal vu par les Japonais, qui sont réticents à admettre que l'armée impériale puisse être obligé de s'engager dans ce type de combat
Chaque manuel japonais à partir de 1909 se concentrait sur l'importance de l'action offensive pour remporter la victoire.
«Ce que les Japonais manquaient de puissance de feu et de matériel devait être compensé par une puissance spirituelle, des valeurs martiales supérieures et un dévouement total à remplir son devoir, même si cela signifiait attaquer une force supérieure avec des baïonnettes ou défendre une position à mort. Le corps des officiers japonais détestait donc fondamentalement les fortifications défensives et fixes, estimant que celles-ci étaient en contradiction avec le véritable esprit Bushido des anciens Samourai
Les anciens règlements (Sento Koyo), remplacés en novembre 1938, faisaient la part belle de la défensive sur la défense active.Le nouveau règlement (Sakusen Yomurei) prone la défense passive, qui doit être activée seulement en présence de forces ennemies supérieures Ce dernier point de vue est tranche avec la pratique antérieure avec un retour à l'offensive qui est toujours présent dans les plans de défense, Cela indique un changement d'orientation officielle , Les officiers japonais ont été formés pour mener des défenses essentiellement actives avec pour objectif celui d'arrêter l'ennemi sur le rivage et s'ils ne pouvaient pas le vaincre de manière décisive ils doivent chercher a réduire ses forces et à mener des contre-attaques immédiates pour le désorganiser jusqu'à ce que des réserves mobiles arrivent afin de l’anéantir
Voici un extrait de ce manuel de 1938
DÉFENSE D'UNE POSITION.
Sélection du poste.
Les qualités recherchées pour la position de combat principale (observation, flancs protégés, champs de tir, lignes de communication couvertes, obstacles, etc.) sont celles que l'on retrouve dans toutes les écoles de doctrine militaire. Conformément à la tendance actuelle, les Japonais soulignent l'importance des obstacles antichar sur le front et les flancs de leur position. En présence d'un ennemi susceptible d'utiliser du gaz, la principale ligne de résistance évitera les dépressions où il est susceptible de s'accumuler. L'importance de la couverture et de la dissimulation est pleinement reconnue. La reconnaissance du poste est faite par le commandant de division, assisté de ses commandants d'artillerie et du génie ainsi que d'autres officiers d'état-major appropriés. Occupation du poste.

Lorsque les grandes lignes de la position ont été déterminées, le commandant de division dirige les éléments subordonnés de son commandement vers leurs zones de défense respectives où ils se déploient directement sur la position qu'ils doivent occuper.
Le commandant de division dirige sa cavalerie (souvent renforcée par de l'infanterie) pour couvrir le déploiement et l'organisation de la position. Cette force prend position suffisamment en avant de la zone pour contenir les assaut des hostiles hors de la ligne principale
Organisation du poste.
La défense est basée sur une position principale (shujinchitai) qui doit resister jusqu'à la dernière extrémité.
Le commandant de division divise normalement la position défensive en secteurs droit et gauche (chiku) dont il attribue la défense à ses deux commandants supérieurs d'infanterie.
Dans les cas où le front est inhabituellement large ou où une contre-offensive est prévue, il peut ajouter un secteur central.
L'infanterie est disposée le long de la ligne principale de résistance par des unités de bataillons, avec des fronts déterminés par le terrain et la mission. Lorsqu'une défense large est adoptée, les centres de résistance du bataillon sont organisés pour une défense complète et indépendante, dans laquelle les intervalles latéraux ne peuvent être que partiellement couverts par le feu.
Dans cette forme de défense, les unités maintenues en réserve, doivent attaquer les éléments hostiles qui se sont infiltrés
Les fronts de bataillon dans la large défense le long de la ligne principale de résistance peuvent approcher 3 000 mètres, tandis que les fronts de défense normaux sont en moyenne de 800 à 2 000 mètres.
On peut aussi trouver des unités de soutien et de réserve locale sont déployées derrière l'infanterie de première ligne pour renforcer la position
Dans toute cette zone, les armes automatiques et antichar sont échelonnées en profondeur. On trouve généralement des mitrailleuses lourdes déployées le long de la position d'appui, à partir de LA POSITION SUPÉRIEURE

La position de l'avant-poste (Keikai Jinchi) est sous les ordres des s commandants de secteur. L'ordre peut spécifier la force de la garnison, sa mission et le mode de retrait.
Les troupes de l'avant-poste de la ligne de résistance passent normalement à la réserve de division lorsqu'elles sont relevées.
La ligne de résistance de l'avant-poste se situe généralement entre 1 500 et 3 000 mètres devant la ligne principale de résistance, de manière à être soutenu par l'artillerie légère.
Les règlements de combat ont tendance à recommander la distance plus courte afin d'obtenir l'appui-feu des mitrailleuses à partir de la ligne principale de résistance. Cependant, dans la pratique observée, les Japonais semblent attacher peu d'importance au soutien incertain des tirs de mitrailleuses à longue portée.
Les missions normales de la ligne de résistance de l'avant-poste sont obtenir des informations sur l'ennemi par l'observation et les patrouilles, couvrir la ligne principale de résistance et éviter les attaques surprises et retarder l'attaque sur la principale ligne de résistance, et agir comme une position défensive avancée (Zenshin Jinchi).

Les troupes affectées à la garnison de l'avant-poste de la ligne de résistance, bien que d'effectif variable en fonction de la mission assignée, sont réduites au minimum.
Pour le front d'une division, 1 à 2 bataillons d'infanterie sont nécessaires Avec la faible répartition habituelle des troupes, il est impossible de maintenir la ligne en permanence. Au lieu de cela, les points importants sont occupés avec des effectifs plus puissants tandis que les intervalles sont couverts par l'observation et le feu dans la mesure du possible.
Les Japonais ne croient pas en un système continu de tirs d'infanterie et d'artillerie devant l'avant-poste de la ligne de résistance.
Avec l'aide d'ingénieurs attachés,l'infanterie renforce la position d'avant-poste par des travaux défensifs dans la mesure permise dans le temps disponible. Dans le cas de la défense sur un front très large, la ligne de résistance de l'avant-poste est réduite à une ligne d'observateurs, ou peut même être totalement supprimée.
POSITIONS DÉFENSIVES AVANCÉES.
Le commandant de division peut parfois ordonner l'occupation et l'organisation d'une position défensive avancée (Zenshin Jinchi) dans la zone située entre l'avant-poste de la ligne de résistance et la position de combat principale.

Le but d'une telle position est d'empêcher le plus longtemps possible l'occupation des points critiques du terrain par des forces hostiles à proximité de la zone défensive principale, de retarder les préparatifs de l'attaque de l'ennemi et d'inciter l'ennemi à lancer son attaque dans une autre direction se qui exposera son flanc.
L'organisation d'une position défensive avancée n'est pas une pratique japonaise standard, bien que l'affectation d'une telle mission à l'avant-poste ne soit pas rare.
Les cas typiques où les positions avancées ont été organisées sont
d'obtenir l'observation, la ligne de résistance de l'avant-poste a été bien avancée,laissant une crête importante au premier plan de la position de combat principale sans garnison;
où une position oblique est organisée entre la position d'avant-poste et la position de combat principale, avec un flanc reposant sur l'avant-poste de la ligne de résistance tandis que l'autre repose sur la ligne principale de résistance, incitant ainsi l'ennemi à exposer un flanc.
La garnison de la position avancée peut provenir des troupes affectées à l'avant-poste ou de ceux de la position de combat principale. renforcé par des mitrailleuses et des armes antichar. Les éléments d'artillerie peuvent être affectés à des missions de soutien.
Dans les cas où le commandant de division choisit de ne pas organiser de position d'avance, la zone entre l'avant-poste et la position de combat principale est couverte par des observateurs envoyés en avant par les bataillons d'infanterie de première ligne. Ces troupes patrouillent au premier plan, coopèrent avec celles de l'avant-poste de la ligne de résistance et exécutent des reconnaissances locales.
RÉSERVES
Les réserves sont des unités devant d'exécuter des contre-attaques. La taille de la réserve ee division varie généralement de 1 à 3 bataillons. Sa position est initialement de 5 500 à 6 500 mètres en arrière de la ligne principale de résistance, dans une position abritée commodément située par rapport à la contre-attaque probable de la division. Les chars seront souvent attachés à cette force.Le transport motorisé n'est généralement pas rattaché à la réserve en raison de la rareté du transport motorisé organique dans la division.
ARTILLERIE

 

L'artillerie est disposée en profondeur derrière la ligne principale de résistance de manière à pouvoir masser son feu en appui de la position principale dans la zone de l'effort principal probable hostile. Une ou deux compagnies d'artillerie peuvent être initialement en position avancée pour soutenir les positions d'avant-poste ou une position défensive avancée. Les positions d'artillerie sont généralement échelonnées à travers une zone d'environ 2 500 mètres de profondeur, s'étendant vers l'arrière à partir d'une ligne d'environ 1 700 à 2 200 mètres derrière la ligne principale de résistance. L'observation au sol n'est pas considérée comme efficace dans des conditions normales pour des distances supérieures à 5 500 mètres.

POSTES DE COMMANDEMENT
. Les postes de commandement sont généralement établis dans des positions bien abritées à l'arrière de la principale ligne de résistance; celui de la division est généralement situé à une distance d'environ 5 500 mètres, celui du groupe d'infanterie à environ 2 700 mètres et celui du régiment d'infanterie à environ 1 300 mètres en arrière de la ligne principale de résistance.
Organisation du terrain.

Dans les premières phases de la reconnaissance de la position, le commandant de division donne des instructions initiales à son ingénieur concernant la fourniture d'outils, de matériel et d'équipement de retranchement. L'ordonnance de défense indique la priorité des travaux, un ordre typique étant le suivant:
Principaux points de la ligne principale de résistance.
Champs de tir et postes d'observation de la ligne principale de résistance.
Obstacles devant la ligne principale de résistance.
Communications, tranchées et abris pour le personnel.
En temps normal la division dispose généralement d'environ 3 heures à une demi-journée pour achever son organisation du terrain.
Trois heures sont considérées comme le minimum requis pour organiser un système rudimentaire de tranchées et d'obstacles le long de la ligne principale de résistance.
L'unité de genie est une équipe de 12 hommes qui est considérée comme capable de creuser environ 25 mètres de tranchée en un peu plus de 3 heures.
Dans les situations où l'utilisation de gaz par l'ennemi est prévue, le commandant de division ordonnera la distribution de matériel de protection aux points appropriés dans toute la zone. L'accent est mis sur le camouflage et la construction de travaux factices sur le terrain, dont l'exhaustivité dépend du temps disponible
Les Japonais ont un plan typique dans la construction des travaux sur le terrain
Conduite de la défense
Éléments avancés.
Au fur et à mesure que l'ennemi s'approche de la position, il rencontrera d'abord les éléments avancés de la défense (l'avant-poste de la ligne de résistance ou la position défensive avancée). Ces éléments avancés se conduisent conformément à leur mission qui ordonne normalement leur retrait en réserve de division avant de s'engager sérieusement. Les compagnies d'artillerie en position avancée retardent l'avance hostile, couvrent le retrait de l'infanterie, puis organisent des tirs sur des positions préparées
La cavalerie qui s'est repliée sur le flanc, tout en maintenant le contact avec les positions avancées, accomplira ses missions normales.
Défense de la principale ligne de résistance.
Alors que l'infanterie hostile se forme pour l'attaque de la principale ligne de résistance, l'artillerie défensive réduit ses contre-feux de préparation. Des chars peuvent être envoyés en avant, couverts par l'artillerie, pour perturber les préparatifs de l'ennemi.
Alors que l'attaque hostile pénètre dans la zone de tirs d'infanterie, les commandants de secteur procèdent à la défense de leurs secteurs, d'abord par le feu, puis par la baïonnette devant leurs retranchements.

Les commandants de toutes les unités contre-attaquent sans hésiter car l'intégrité de leurs positions est menacée par l'attaque hostile. L'artillerie assiste la défense rapprochée par des barrages permanents et des concentrations ramenées dans la position défensive.
La contre-attaque ou contre-offensive.
Le commandant de division est constamment en alerte pour déterminer le moment approprié pour la contre-attaque de la division Le moment favorable sera généralement celui où l'attaque hostile a été arrétée ou lorsque l'ennemi s'est trompé
Lorsqu'une opportunité favorable a été créée par une contre-attaque locale réussie; et quand l'ennemi s'arrête pour réorganiser ou consolider sa position.
Le plan de retour à l'offensive sera établi provisoirement bien avant la survenance de l'opportunité. La direction de la contre-attaque visera généralement un enveloppement; cependant, à un moment donné, la situation peut entraîner une attaque purement frontale.
La masse d'artillerie et les chars si présents soutiendront la contre-attaque ou la contre-offensive. Le commandant de division peut contrôler directement la contre-offensive, ou il peut déléguer le contrôle à un commandant de secteur
Une fois cela dit on va passer aux fortifications élevées par les Japonais
Les fortifications sont divisées en fortifications fixes et travaux de terrain.
Mais il ne faut pas occulter les problèmes auxquels les Japonais vont être confrontés
Passons les en détail
1)Grandes distances entre leurs îles fortifiées
2)Soutien logistique limité en raison de l’omniprésence des forces américaines aériennes marines ou sous-marines Cela entraînera des pénuries de matériel routinières et extrêmes.
3)Le théâtre d’opérations comprend des territoires ou l’on trouve de grandes contrastes climatiques
Ainsi au fur et à mesure que la guerre va se poursuivre , les tactiques japonaises ont évolué rapidement
Dans un environnement de jungle on utilisera les matériaux naturels trouvés sur place pour ériger des fortifications
De plus on utilisera au maximum le terrain pour se camoufler et on implantera des poins d’appui construits pour résister à une puissance de feu massive ,se soutenant mutuellement . En plus un peu comme tous les belligérants on fera une utilisation intensive de leurres
Dans les premiers mois de la guerre dans le Pacifique les
Japonais vont jouér sur les différents traités de limitations des armements traités qui vont considérablement affaiblis les positions et les bases des territoires des puissances européennes et des Etats Unis dans le Pacifique occidental.
Aussi lors des premières phases du conflits dans le PTO les seules forteresses importantes que les Japonais ont dû réduire furent la forteresse defendue par les Américains de Corregidor et ses batteries annexes situés en périphérie comme Fort Hughes et Fort Drum et la Forteresse imprenable de Singapour la perle Britannique du Pacifique
Les Américains avaient commencé à fortifier l'île de Wake , mais les fortifications fixes étaient encore très loin d'être achevées lorsque la guerre éclata.

Les fortifications de Singapour ont été conçues pour une attaque venant de la mer et pour eux une attaque venant de la terre ,était impossible . Donc la forteresse sera incapable de résister à l assaut japonais mené par les troupes du Tigre de Malaisie le général Iamashira
Par contre Corregidor s'avéra plus difficile à réduire ,Mai la garnison sans,possibilité de secours, avec la maîtrise totale du ciel et de la mer par les Japonais la forteresse ne pouvait pas tenir indéfiniment et doit capituler.
De son coté si la garnison de Wake a repoussé avec succès le premier
assaut amphibie japonais contre lui, malgré ses fortifications incomplètes, s a succombé à un deuxième assaut avec un soutien aérien et maritime massif .
Les troupes japonaises vont créer La sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale Dai-tō-a Kyōeiken dans le pacifique
Mais après Midway tout doucement les japonais vont passer de l’ Offensive à la défensive et vont devoir défendre leurs positions que cela soit des garnisons importants ou des plus fables qui sont parsemées sur le chapelet des îles du pacifique Ailes que les Troupes Américaines vont reprendre les unes après les autres dans une stratégie dite du saut de puces et mise en œuvre par les stratèges que sont l’Amiral Nimitz et le général Mac Arthur

Les Japonais vont donc devoir fortifier leurs positions dans le PTO
 
CONSTRUCTION DE DÉFENSES
Il faut savoir avant d’aller plus loin que le PTO présente un obstacle majeur à la fortification dans de nombreuses régions du Pacifique
Cet obstacle était la nappe phréatique élevée, ce qui signifiait que les fortifications profondes se rempliraient progressivement d'eau. Même là où la nappe phréatique était relativement basse, de fortes pluies pouvaient inonder des retranchements précipités.
Des retranchements délibérés pouvaient être construits mais avec des canaux de drainage là où la nappe phréatique était suffisamment basse, Cela demandait un effort supplémentaire.
 

Le sol humide croule également sous son propre poids, ce qui signifie que les positions excavées pourraient s'effondrer sur leurs occupants à moins que l'excavation ne soit stabilisée avec des sacs de sable, du gazon coupé, du bois , de la toile de jute et du grillage, ou du métal déployé ou de la tôle ondulée.
Construction des bunkers

 

 
Les populations locales sont largement mise à contribution pour la construction des bunkers la coupe de bois et le transport de matériaux
Les troupes japonaises ont construit elles-mêmes des positions de combat avec peu ou pas d'équipement ou d'outils électriques pour aider à la construction.

 

 
Lorsque le terrain le permettait, les fortifications japonaises avaient tendance à être situées sur des pentes inversées ou à d'autres endroits où elles n'étaient pas exposées au feu, sauf à une distance relativement courte. Cela visait à minimiser l'avantage de puissance de feu des Alliés, mais au prix de champs de tir restreints. 
Aussi l'infanterie qui tentait d'attaquer un bunker n'avait guère d'autre choix que de tenter de s'approcher suffisamment près pour lancer des grenades à travers les fentes de tir.

Idéalement, les occupants du bunker, ainsi que ceux des bunkers voisins, auraient dû être cloués par le tir de soutien de l Artillerie des assaillant mais l'excellente couverture fournie par les bunkers rendait ces tirs peu efficaces.
Aussi pour les réduire soit le soldat tente de lancer une grenade dans les fentes de tir d'un bunker Ensuite les bunkers peuvent aussi être réduits à l'aide de l' artillerie et des chars qui tirent à tir tendu à peu de distance
Les Australiens ont réussi à apporter des pièces d'artillerie de 25 livres par barge, et les obus lourds de ces armes ont pu neutraliser les bunkers japonais,afin de permettre une attaque d'infanterie réussie.
De plus comme les Japonais manquaient d'armes antichars, les chars ont donc pu s'approcher des bunkers en toute impunité, fournissant une couverture à l'infanterie amie et un appui-feu direct avec leurs canons, qui ont pu tirer dans les fentes de tir des bunkers.
Une faiblesse des fortifications japonaises était les systèmes élaborés de tranchées de communication promulguées dans les manuels de terrain. Celles-ci reflétaient le manque d'expérience de la guerre des tranchées de l'armée japonaise moderne et étaient relativement facilement dépassées.
Mais il rendre hommage aux ingénieurs qui le ventre vide et leurs uniformes en lambeaux ont pu construire de tels bunkers en si grand nombre dans les profondeurs de la jungle

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION
Les forces japonaises vont largement utiliser les matériaux locaux pour les fortifications et les obstacles
Les matériaux venant du Japon arrivent en quantités insuffisantes et étaient destinés à des structures prioritaires telles que les postes de commandement, les centres de communication et les batteries de défense côtière.
Il y aussi une pénurie de béton et d'acier car ces matériaux étaient détournés vers les îles japonaise sous administration japonais comme Iwo Jima. De plus un pourcentage énorme de matériaux de construction a été coulé en route vers les îles par des avions et des sous-marins alliés

 

 
Listes de divers matériaux
Bûches de noix de coco qui sont très résistantes aux chocs
Ironwood - essences courantes, difficiles à travailler mais extrêmement résistantes
Agrafes en acier - martelées dans les extrémités ou sur les côtés pour fournir une structure
Caisses d'expédition en bois - Remplies de sable et empilés comme des briques une fois démontées elles sont utilisées comme planches pour stabiliser les parois Fil de cerclage utilisé des caisses pour attacher les bûches ensemble
Sacs de riz remplis de sable une fois vidé de leur contenu
Barils d'huile idem qui sont remplis de sable et réutilisés comme parois de tranchée
Tôle Fine découpée et utilisée comme entrées de tunnel et tunnels de rampe
Les rails de chemins de fer à voie étroite construits pour transporter des fournitures sur les îles peuvent être utilisés pour renforcer les abris uen fois le réseau détruit par des attaques aériennes
Le Bois de construction est rare et utilisé dans des entrepôts, comme pilier ou cintre
Certaines îles avaient des scieries portables expédiées de la métropole
Béton - expédié dans des boîtes de tôle étanches de 50 kg Utilisé uniquement à l'avant des positions ou des zones critiques
Il faut savoir que les rapports des unités australiennes et américaines se rapprochant de Buna ont prouvent que les ingénieurs japonais de la tête de pont avaient construit de formidables travaux sur le terrain à partir de billes de
noix de coco
il faut savoir que sur le terrain on trouve deux styles de positions
Les positions cachées et les Positions fixes
Les positions cachées sont en grande partie une caractéristique des travaux d’urgence sur le terrain, car les fortifications qui sont en place depuis longtemps auront été repérées par tout attaquant potentiel depuis longtemps alors que les positions cachées inconnues de l'ennemi sont plus difficiles à atteindre par un tir à longue portée, car les effets du feu sont difficiles à observer.
Ces positions cachées utilisent le terrain et la végétation naturelle, parfois complétés par un camouflage artificiel, afin d'être difficiles à repérer pour l'ennemi .

Cela permet aux troupes de surprendre un attaquant imprudent et ralentir une attaque en forçant l'attaquant à explorer la zone.
Des troupes bien entraînées ont pris soin d'enlever le gazon naturel et les débris à la fois du site à fouiller et de l'endroit où les déblais (matériaux excavés) seraient placés;
le gazon et les débris pourraient alors être utilisés pour dissimuler à la fois la position et les déblais. La couche arable était séparée du sous-sol (généralement plus léger) et utilisée pour dissimuler les déblais du sous-sol.
Les Japonais étaient généralement habiles à dissimuler des positions et à utiliser le camouflage. Là où le temps le permettait, la végétation était délibérément plantée au-dessus des positions et le camouflage était soigneusement mélangé avec l'environnement naturel.
Sur les atolls couverts de palmiers, les Japonais plaçaient des feuilles de palmier autour des positions et celles-ci seraient impossibles à distinguer des feuilles de palmier renversées par le bombardement préliminaire allié. Les troupes japonaises ont reçu des filets de camouflage avec des bandes vertes, brunes et ocre tissées à travers les filets.
Mais les gros bunkers telles que les casemates en béton, les bunkers, les hangars, les entrepôts, etc., étaient moins faciles à camoufler
Les abris quels qu’ils soient offrent une protection physique contre les tirs ennemis. Ils vont d'un tour de renard ou foxhole creusé à la hâte à des casemates massives en béton et en acier nécessitant plusieurs mois pour la construction.
Par contre les tranchées t offrent contrairement au fortifications fixes peu de protection aérienne, comme les tranchées ordinaires qui offrent une protection adéquate contre les armes légères et contre tout autre chose que les coups directs d'obus de moins de 105 mm ou 4 "ou de bombes de moins de 23 kgs ou 50 livres
La protection pourrait être renforcée par placer la position en défilade, c'est-à-dire tirer parti des caractéristiques du terrain pour protéger la position des tirs directs.
Pour les ouvrages protégées.
Ils benéficient d’une protection aérienne qui consistet idéalement en une couverture de camouflage de surface de terre et de végétation naturelle, sous laquelle se trouvait une couche d'éclatement conçue pour activer les fusibles sur les bombes et les obus.

Le bois spongieux des bûches de noix de coco absorbe les chocs très efficacement, et les bunkers fait avec des bûches de noix de coco qont rapidement envahis par la végétation de la jungle qui offrait une excellente dissimulation.
Les bunkers étaient recouverts de billes de noix de coco supplémentaires, parfois renforcées avec des poutres en acier , ce qui les rendait imperméables aux mortiers d' infanterie.
.
De plus, les bunkers étaient positionnés de telle sorte qu'ils disposaient de champs de tir imbriqués; c'est-à-dire que chaque bunker était dans le champ de tir des bunkers voisins, de sorte que les troupes assaillant de près un bunker pouvaient être tirées par ses voisins
Les forces américaines ont généralement construit la couche d'éclatement à partir d'éclats de béton préfabriqués, de poutres en béton armé, de gravats de béton ou de brique ou de béton coulé.
En dessous se trouvait une couche faisant office de tampon qui pouvait être idéalement une couche de gravier sur une couche de terre tassée, et sous cette couche se trouvait une couche de fascines de poutres en béton ou de poutrelles en fer pour dévier les forces sur les côtés de la position fortifiée.

On peut trouver plusieurs couches de tampons qui sont placer entre d’autre couche plus résistantes
L'armée américaine a estimé qu'une couche d'éclatement en béton armé de 13 cm était adéquate pour protéger contre un coup direct d'un tir de 75 mm, tandis que 41 cm étaient nécessaires contre des obus de 155 mm et 61 cm pour les bombes GP de 45 kg En général, le béton armé était deux fois plus efficace que les bûches câblées, trois fois plus efficace que le gravier grossier et sept fois plus efficace que la terre tassée.

Les bunkers japonais les plus grands étaient souvent subdivisés par des cloisons internes, de sorte que si une position était prise à partie par des lance-flammes, des obus ou des explosifs, les autres positions sont toujours actives.
Durant le Deuxime Guerre tous mes belligérantes ont largement utilisé des lance - flammes pour réduire les bunkers et les casemates. Le napalm enflammé pouvait être éclaboussé à travers les fentes de tir pour causer des
pertes directes ou pour forcer les défenseurs à battre en retraite faute d'oxygène (consommé par le combustible en feu). des chars qu'il transportait.
Les troupes japonaises creusaient parfois des puits de grenade dans leurs bunkers qui sont des trous profonds dans lesquels le soldat japonais pouvait tenter de jeter la grenade avant qu'elle n'explose. L'explosion serait dirigée vers le haut et les soldats en position pouvaient être épargnés en couchant à plat sur le sol, loin du puits. Les puits à grenades servaient également de puisards de drainage lorsqu'ils étaient construits dans un sol meuble bien au-dessus de la nappe phréatique.

Les troupes américaines ont rapidement adopté la même pratique chaque fois que le temps le permettait. Les bunkers japonais étaient également protégés contre les grenades avec de petits fossés anti grenade fossé incliné vers l extérieur pour dévier les grenades roulantes et faire les faire exploser .

Les Japonais ont normalisé la construction d'ouvrages fixes et délibérés, en fonction du type de puissance de feu auquel le bunker était censé résister (Rottman 2003):
Les Abris Naturels

Les Japonais sont devenus adeptes de la construction de points forts à partir des grottes de calcaire communes dans les îles du Pacifique.
Ces grottes avaient des murs et des plafonds faits de l'équivalent naturel du béton, mais beaucoup plus épais que ceux de n'importe quel bunker artificiel. Les grottes pourraient être agrandies et interconnectées, et les Japonais mettent souvent des portes en acier aux entrées des plus grandes grottes. L'artillerie japonaise pouvait être déplacée, tirer quelques coups, puis se retirer derrière les portes en acier, De telles fortifications se sont avérées extrêmement coûteuses à réduire à
Peleliu et à Okinawa .
Le principal inconvénient du béton ou de la roche solide, outre le coût, était sa tendance à s'écailler lorsqu'il est frappé par un obus de gros calibre ou soumis à un fort choc explosif. Des fragments de roche ou de béton arracheraient la surface intérieure de la structure et pourraient causer des dommages importants. Cela pourrait être évité en tapissant ces fortifications avec des sacs de sable, qui absorbaient les fragments d'éclats.
Pour les iles ayant un le terrain volcanique mou comme Iwo Jima . le tuf volcanique fut facilement tunnelisé tout en restant résistant aux chocs.
De plus, on a découvert que les cendres volcaniques recouvrant l'île produisaient un béton de tres bonne qualité lorsqu'elles étaient mélangées avec du ciment Portland.
On estime que les Japonais ont construit au moins 300 fortifications fixes séparées dans toute l'île, allant des trous d'araignées assez grands pour un seul soldat au quartier général souterrain de plusieurs étages. In fine si la moitié a été neutralisée par un bombardement naval,le reste a suffi à faire d'Iwo Jima la bataille la plus sanglante de la guerre du Pacifique en proportion du nombre de troupes impliquées. 

Mais les Américians on aussi utilisé ces cendres volvaniques en enterrant la plupart des trente chars du 26 Tank Regiment jusqu'à leurs tourelles dans les cendres volcaniques molles Ces chars deviennent des casemates en acier. Cela en a fait des cibles plus difficiles mais cela sacrifie leur mobilité.
Il a été fait mention que les commandants alliés ont brièvement envisagé l'utilisation de gaz moutarde pour chasser les Japonais de leurs défenses, mais la suggestion a été abandonnée.
Le gaz moutarde pourrait bien se révéler très efficace, car il est plus lourd que l'air et s'enfonce facilement dans des espaces souterrains confinés. Le résultat aurait été à peu près autant de Japonais morts (c'est-à-dire presque tous) Cependant, le coût politique et moral et le risque de représailles en nature ont été jugés inacceptables

La principale mine antipersonnel japonaise était la mine de type 93, qui explose lorsqu’un poids de 9 à 11 kg touche n'importe où sa surface supérieure.
Elle contenait environ 0,9 kg d'explosif, mais à la pression maximale et avec des explosifs supplémentaires placés sous la mine, peut la transformer en mine antichar
Son homologue américain était la mine antipersonnel M3, qui pouvait être déclenchée soit par une pression de 9 à 18 kg, soit par un fil de déclenchement et qui contenait 0,4 kg de TNT dans un lourd boîtier en fonte.
Les éclats sont mortels dans un rayon de 9 m lorsqu'ils sont placés sur le sol, et jusqu'à 90 m lorsqu'elle explose au dessus du sol (déclenchement avec un fil de déclenchement).
L’autre Mine US a été copiée sur une version allemande de la S mine .C’est la M2A3
Les fossés antichar
 

Les Japonais ont fait un usage particulièrement intensif des fossés antichar et autres obstacles antichar et des mines antichar pour compenser leur armement antichar inférieur
En effet les Japonais manquaient souvent de mines antichar spécialement construites et improvisaient, en utilisant des bombes aériennes ou de gros obus d'artillerie, qui étaient soit mis à feu électriquement à distance, soit déclanchés un soldat kamikaze caché dans un trou avec sa bombe. Ce dernier type d’action a été rencontré en Birmanie
Communications.

 

Les communications sécurisées comprennent les tranchées ou les tunnels de communication entre les positions et les lignes téléphoniques protégées. Les Japonais construisaient parfois des tunnels à partir de barils de pétrole avec leurs extrémités enlevées et posées bout à bout. Les lignes téléphoniques nécessitent beaucoup de temps et d'efforts pour être installées et ne sont donc qu'une caractéristique des fortifications de terrain fixes et délibérées.
Les téléphones avaient un avantage significatif par rapport à la radio en termes de fiabilité et de sécurité, bien que l' artillerie puisse parfois couper les câbles téléphoniques et que les infiltrés ennemis pouvaient couper ou pirater les lignes téléphoniques. Dans des positions fixes, ou là où il y avait suffisamment de temps pour construire des travaux sur le terrain, les lignes téléphoniques pouvaient être enterrées à 30 cm sous terre, ce qui leur donnait une résistance un peu plus grande aux tirs d'artillerie et les cachait aux infiltrés.
 
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6154080
Nb de visiteurs aujourd'hui:715
Nb de connectés:37