Antiquite Rome Les Sarcophages D'Arles

Article écrit par : Claude Balmefrezol La Collection des sarcophages

Mis en ligne le 01/05/2020 à 21:25:20



 
 
 
 
La Collection des sarcophages du Musée de l’Arles Antique
 

Une chose est certaine Arles possède la plus grande collection de sarcophages antiques après celle du Vatican 
Cette collection est pour la plus grande partie regroupée et conservée au Musée de l’ Arles Antique mais on trouve d’autres sarcophages aux Alyscamps et dans les églises notamment à la cathédrale St Trophime Sans compter sur les fouilles archéologiques qui peuvent encore enrichir les collection de la cite d’Arles
 
Dans cet article je ne compte pas refaire une autre fois l’histoire des découvertes mais faire un articles qui regroupent une liste des sarcophages qui ont été photographiés en Arles
Chaque fois que cela sera possible en plus du photoscope vous aurez un note historique sur le sarcophage présenté
Je ne vais pas aussi revenir les rites funéraires des romains qui ont été présentés dans cet article
 
 
Petit Historique
 
Ce fut dans les années 1784 et 1785 que les consuls d'Arles, sur la proposition d'un religieux de l'ordre des Minimes, le père Dumont, firent réunir et placer aux Alyscamps, dans la nef de Saint-Honorat, les débris de monuments antiques dont la ville était remplie.
C ‘est donc un embryon de Musée
Cette chapelle sans toit, possédait une inscription, aujourd'hui disparue, sur laquelle été inscrit MVSEVM ARELATENSE,
Nous avons un dessin de 1789, qui donne une idée du musée tel que le voulait le père Dumont, . Jusqu'à son ouverture les vestiges étaient laissé sur place et réutilisés pour la construction
d’ habitations particulières, et la décoration des espaces publics,

les autres lieux qui ont reçu des vestiges sont le vestibule de l'hôtel de ville, la cour de l'archevêché, les églises, les dépendances de l'abbaye de Saint-Césaire
A Saint-Honorat, les catacombes abritaient sept tombeaux, d'origine chrétienne ou païenne, et que la tradition attribuait à de saints personnages d'Arles : saint Genès, sainte Dorothée, saint Virgile, saint Hilaire, saint Roland, saint Concorde, saint Eonius. Un huitième, placé au milieu des autres, était signalé par une sorte de prodige
Après les degats liés aux troubles révolutionnaires de 1793, on abrita sous le vestibule de l'hôtel de ville ce qui restait du dépôt des Aliscamps, puis, en 1815, les monuments furent portés dans l'église de Sainte-Anne, transformée en musée et où les marbres païens et chrétiens vont y demeurer jusqu’à la fin du XXe date de la construction du Musée d’ Arles antique

Petit rappel
Le mot dérive du latin sarcophagus et désigne le tombeau. Ce terme latin dérive lui même du grec, sarx désignant la chair et phagein, manger
Donc en traduction pure son nom veut dire mangeur de corps ou de chair Il faut dire que certaines croyances, le calcaire hâte la disparition des chairs.
Mais les sarcophages ne furent pas une invention des Romains
Un sarcophage est un cercueil en pierre métal ou bois dans lequel  certains peuples antiques déposaient les dépouilles des disparus Vous trouverez 
ICI de plus amples informations sur cet objet 
Certains peuples comme les  peuples de la civilisation de la Têne  les Celtes  les Gaulois et les Grecs Classiques n'eurent jamais recours à ce type de sépultures .

 Par contre les autres peuples du pourtour méditerranéen comme les Étrusques les Egyptiens ,les peuples du Proche Orient ou les Romains ont en plus des sépultures  par incinération largement utilisé le sarcophage
Fait important ce type de sépulture était en général réservé aux classes aisées
En Égypte.

Ici le sarcophage est nommé « neb ânkh » ce qui veut dire « maître de la vie ». Au début il avait une forme de barque qui transporte le corps.
Comme précisé plus haut le sarcophage est réservé aux personnes de très haut rang social.
Les formes sont variées : rectangle avec couvercle plat, voûté, imitant – plus ou moins précisément- la forme du corps.
Il constitue la protection externe de la momie. Et souvent on trouve des sarcophages qui sont « emboîtés » comme les poupées russes.
On utilise pour la fabrication de la pierre(albâtre, basalte, calcaire, granit, quartzite…), des métaux (argent, or pour les souverains..) ou le bois. On utilise pour le décoration des pierres semi-précieuses .
Voir ICI

Egypte Sarcophage d'Arrhenius France Mougin
Egypte Sarcophage du General Kaba Marseille Vieille Charité 
Egypte Sarcophage de Ramsès III France Paris


 

Le monde du proche Orient est très  influencé par le Monde Égyptien ,le sarcophage est souvent en pierre avec décor anthropomorphe ( Tyr et Liban )
Le monde Grec

 

On trouve des sarcophages chez le Minoens en Crète Notamment le Sarcophage de Haghia Triada, Ils sont richement décorés et percés de trous dans leurs fonds, sans doute pour permettre aux liquides de s’évacuer.

Pour le Monde Grec Classique on ne trouve pas de sarcophage en terre Grecque par contre on va trouver des sarcophage en Asie Mineure avec des sarcophages généralement richement sculptés sur les 4 faces. La Période Hellénistique nous a livre une série de superbes sarcophages
Voir ICI

Grèce Sarcophage de Polyxène Çanakkale Turquie
Phrygie Anatolie Sarcophage Altkula Çanakkale, Turkey

 

Passons maintenant à la Péninsule Italienne avec diverses civilisations
La Grande Grèce avec les villes de Tarente Syracuse vont reprendre les traditions Hellénistiques avec des sarcophages mais aussi des tombes qui se rapprochent comme les tombes de Paestum des tombes qui font sarcophages

Grande Grèce Lucanie Paestum Tomba del Tuffatore Paestum
Grande Grèce Lucanie Paestum Tombe Duel en l'honneur du mort Nimes 2018
Grande Grèce Lucanie Paestum Tombes Mougins
Grande Grèce Lucanie Paestum Tombe Lutte en l'honneur du mort Nimes 2018
Voir ICI
Monde Carthaginois

Les carthaginois utilisèrent la Crémation Les sarcophages sont rares et la mode vient du Monde Hellenistique
Passons ensuite à une autre civilisations qui a marqué l Histoire Les Étrusques

Les sarcophages Étrusques vont du simple au plus compliqué 
Avec des petits sarcophages tout simples comme des sarcophages pouvant prendre une forme monumentale et artistique très élevée allant jusqu’à la représentation statuaire du corps du défunt portant des bijoux et des vêtements luxueux et allongés sur le flanc.
Voir ICI

Etrusques Sarcofagio dei Leoni Procio Ceri Rome MNE
Etrusques Sarcofagio di Seianti Hanunia Tlesnasa Chuisi Londre BM
Etrusques Sarcophage Terre Cuite Ceri Monte Abatone Rome MNE
Etrusques.Sarcofagio degli Sposi Cerveteri Rome Villa Giulia
Etrusques.Sarcophage des Epoux France Paris Louvre

Nous arrivons maintenant à la Civilisation romaine

Sarcophages Romains. La période d’utilisation de cette pratique court du IIe siècle Av à la fin de l’empire Romain d’occident
Ici aussi ce type de sépulture était en général réservé aux classes aisées
Dans la période j’inclue la production de de sarcophages paléochrétiens
Pour les rites funéraires romains je vous invite à lire cet article
Le sarcophage est donc destiné aux familles les plus fortunées. C’est une cuve fabriquée en pierre, en plâtre On trouve aussi selon les régions du péperin (pierre volcanique sombre), tuf, en porphyre rouge ( en général réservé à la famille Impériale )
Il peut être sans décor ou posséder un décor composé de scènes sculptés

Rome Sarcophage Combat Grecs Vs Amazones France Paris Louvre
Rome Sarcophage d' Acilia Italie Rome Museo Nazionale
Rome Sarcophage d'Hyppolite Tarragone Espagne
Rome Sarcophage Funéaire Porphyre ( Remploi) Urne de Caylus Louvre
Een généralement, le sarcophage romain est décoré sur trois côtés, et le côté sans ornement étant adossé au mur.
Les sarcophages sont disposés à l’extérieur du périmètre sacré de la cité, le pomerium. Le plus souvent, ils sont le long des grandes voies de circulation : Pour Rome Via Appia, Via Ostienses, Via  Trionfale.
Rome
 
VOIR ICI

Les sarcophages paléochrétiens sont les héritiers des sarcophages païens
En effet les Chrétiens croient en la résurrection des corps. Ils refusent donc l’incinération très largement pratiquée par les Romains et ils se font inhumer.
Iils eux aussi tout simple ou avoir un décor très riches
Après des débuts difficiles les Chrétiens peuvent vivre leur foi dans une relative discrétion malgré l’édit de tolérance de Gallien en 260. Mais les persécutions de Dioclétien (304 et 305) sont terribles et renforcent la discrétion. Les Gaules sont un peu protégées par la grande tolérance de Constance Chlore, père de Constantin, et la présence de
Constantin en Arles les années suivantes sera également un facteur favorable. Car les mesures prises par Constantin font du Christianisme la religion d’état Les sarcophages paléochrétiens se multiplient alors.
Avec des représentations bibliques
On trouve des sarcophages païens réutilisés avec des ajouts d’information ou des modifications de panneaux.

Les sarcophages faits parfois taillés à Rome et ensuite importés. Mais on trouve des ateliers en Arles et l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, débute sa production
Mais il faut savoir que les nouvelles idées chrétiennes, n’existaient préalablement que sous forme orale ou écrite et que les premiers artistes chrétiens doivent inventer des images pour exprimer sous une forme visible des nouvelles idées. Ils vont donc s'inspire de tous les styles préexistants  en partant du grec  classique en passant par l 'Hellenistique et etn terminant pa lart païen romain et oriental
Le déclin du paganisme reflétait le souci et le besoin de croyances nouvelles. L'art chrétien puise dans la symbolique sous-jacente. aussi ils utilisent  donc  ces représentations déjà existantes et souvent, les mêmes artistes travaillent pour les Chrétiens, les Juifs et les païens
Nous avons donc des Thèmes empruntés sans signification religieuse avec des motifs purement ornementaux  des sujets mythologiques
ensuite nous trouverons des thèmes empruntés à signification mystique En effet le déclin du paganisme reflétait le souci et le besoin de croyances nouvelles. L'art chrétien puise dans la symbolique sous-jacente avec des décors pastoraux et champêtres évoquant le paradis (mythe d'Orphée et de l'Amour et Psychée Des  thèmes décoratifs à sens mystique: comme 
la vigne  Elle symbolise d'abord le Seigneur qui est la Vigne et ensuite les membres de son Eglise, qui en sont les sarments. Elle nous rappelle aussi le mystère de la Divine Communion.


On trouve des animaux symboliques comme
La colombe Ce symbole fait partie des plus anciens et des plus aimés du Christianisme. En premier lieu elle symbolise l'Esprit Saint. Mais encore la paix (lorsqu'elle tient dans son bec un rameau d'olivier), l'âme qui a trouvé sa justification devant le Seigneur (lorsqu'elle tient une branche de laurier ou une couronne), la participation des fidèles à la Divine Communion (lorsqu'une ou plusieurs colombes se désaltèrent dans une fontaine


L'agneau Ce mot et cette représentation revêtent une signification messianique. Il symbolise Jésus-Christ, qui est l'agneau de Dieu et qui s'offre en sacrifice pour la libération et le salut de l'homme. Il nous a paru utile et nécessaire de nous étendre d'avantage sur ce symbole et c'est pourquoi nous reproduisons ici ce que nous enseigne le livre de catéchèse Dieu est vivant (Ed. du Cerf, 1987, pp. 181-184) sur la signification de l'Agneau dans la tradition biblique


Le poisson Durant les premiers siècles, surtout durant les persécutions, les chrétiens utilisaient le mot grec ou le représentaient sous forme de poisson. De ces deux manières ils symbolisaient le Christ. Car chacune des lettres qui compose ce mot en grec donne, en acrostiche, le nom et le titre du Christ, c'est-à-dire " Jésus (I) Christ (X) de Dieu (T) le Fils (Y) Sauveur (S) ", soit IXTYS. Lorsque l'on représente deux poissons avec des pains, cela nous rappelle le miracle de la multiplication des pains (Mt, 14,19) mais aussi la Divine Communion qui spirituellement nourrit les fidèles.


Le paon, symbole d' immortalité qui connaît une grande diffusion au IVè.La représentation de cet oiseau est plutôt héritée des anciens Grecs. A l'époque paléochrétienne elle fut utilisée avec un sens symbolique. Avec les byzantins ce fut dans un but exclusivement ornemental. Toutefois le paon symbolise l'immortalité de l'âme, la résurrection (sans doute parce que son plumage se renouvelle au printemps et que son corps ne se putréfie pas), la Divine Grâce qui descend sur le baptisé et le fait renaître, l'incorruptibilité de l'âme, le fidèle qui communie au corps et au sang du Christ.


Le cerf Le cerf qui boit à la fontaine symbolise les chrétiens qui sont issus de toutes les nations et qui, assoiffés, accourent aux sources de la vérité chrétienne.
On assiste donc à la naissance de l art paléochretien avec l utilisation des images qui sont des symboles faisant référence à la nouvelle religion
Nous avons donc une floraison de nouveaux symboles qui sont parfois des symboles inusités qui vont devenir  les symboles du christianisme :
L'ancre  qui ne figure pas dans les tombes païennes. Elle est associée au mot ''Elpis'' (espoir),mais elle va disparaître complètement aux IIIè et IVè .Elle symbolise la sécurité, l'espérance et le salut des membres de l'Eglise, qui croient en Christ et à son oeuvre salvatrice. Cette signification nous est donnée dans l'épître aux Hébreux (6, 19). L'ancre est représentée tantôt seule tantôt mêlée à d'autres compositionsElle sera remplacée par la croix qui avait tenu une place importante dans la religion égéenne (IIè millénaire). Son origine dans les monuments chrétiens est obscure. Elle n'apparaît guère avant le IVème.
En résumé  on trouve un mix de diverses culutures mais les figures proprement chrétiennes sont l'orante et le Bon Pasteur  quis sont souvent associés.La brebis.Le poisson.La roue à huit rayons .Le Chi-Ro ou Chrisme l'alpha et l'oméga .α et Ω  Ces deux lettres de l'alphabet grec se réfèrent au livre de l'Apocalypse de Saint Jean 11, 8. Ils signifient le commencement et la fin, le premier et le dernier, qui sont Dieu et le Christ. Autrement dit, ils traduisent la divinité et l'éternité du Seigneur. Ces lettres sont tantôt écrites séparément et tantôt entrelacées ou composées avec les lettres grecques X et P (= Christ ) ou encore avec la Croix. Les colombes Le paon La feuille de vigne 
Par contre il y a peu de scènes de l'Ancien et du nouveau Testament.et les figures de Christ ainsi que celles de la la Vierge sont plus nombreuses . Elles apparaissent dès le IIè.

 

On distingue plusieurs types de sarcophages chrétiens.
A frise.
A colonnes.
A Strigiles. Cannelures parallèles

Le Chrisme.

Le clipeus avec le portrait du défunt ou un épigramme se développe.


Ces sarcophages ont des décors se présentant comme des Images abstraites et bucoliques.  Le thème païen d’Orphée évolue vers celui du Bon Pasteur et du Christ conducteur d’hommes.
Une narration commence avec des thèmes tels que Jonas  du Nouveau Testament la Nativité, Multiplication des pains
Les personnages du Christ et de Pierre et Paul sont très utilisés .
Après la chute de l’ Empire Romain arrive le Haut Moyen age avec dune continuité de l ‘utilisation de sarcophages mais entre le Ve et le VIIIe siècle va apparaître apportée par les Francs la Bière dont le nom dérive du franc bëra (civière)


Médieval ( Haut) Sarcophage Presbytre Stefano Comacchio
La représentation d’un gisant sur le couvercle de la cuve se développe pour les personnages les plus prestigieux.
Le cercueil en bois s’impose ensuite.
Les sarcophages vont ensuite réapparaître à la Renaissance qui tire son inspiration de l’Antiquité Romaine
VOIR ICI

 
 
.

 

 
 
Les Sarcophages d'Arles


Voici une liste  des principaux sarcophages se trouvant au musée  En Rouge voir Photoscopes


IIe siècle
Sarcophage  de Cornelia Lacaena
Sarcophage d’Hippolyte en marbre.
Sarcophage représentant le mythe de Prométhée. Couvercle à kliné.
Sarcophage aux Centaures. Réutilisé au 4e s. pour le haut fonctionnaire chrétien Flavius Memorius.
Sarcophage de Léda. En calcaire de Fontvieille destiné à Licinia Magna, surnommée Matrona.
Sarcophage d’Attia Esyché. En marbre.
Sarcophage de marbre blanc avec cartouche porté par des amours ailés.
Sarcophage de Junius Messianus. Il figure deux amours. En calcaire de Fontvieille.
Sarcophage de Julia Tyrrania. En pierre de Fontvieille.Tombe de Cornélia Jacaena. En marbre.
Sarcophage de Psyché.

 
IIIe siècle
Sarcophage d’enfant aux amours endormis.

Sarcophage de Phèdre et Hippolyte.
Sarcophage de saint Hilaire d’Arles. En marbre. Egalement appelé sarcophage de Prométhée en référence à sa décoration.
Sarcophage de Flavius Mémorius. Scènes de chasse avec  inscription chrétienne.
Sarcophage avec scènes de chasse. Musée de l’Arles Antique. 3e s. ou 4e s
Sarcophage dit des Dioscures ou du Mariage Romain. En marbre de Proconnèse.
 
IV e siècle
Sarcophage du Christ enseignant ou des Adieux du Christ.
Sarcophage de Maria Romana Celsa daté de 328.
Sarcophage dit de l’Orante ou de l’Orant. Musée de l’Arles Antique
Sarcophage de la chaste Suzanne. Double frise et le portrait des défunts.
Sarcophage de la cathédrale. Double registre et à décor de colonnes.
Deux sarcophages dits de la Mer Rouge.
Sarcophage d’Hydria Tertulla et de sa fille. Marbre de Carrare. un des premiers sarcophages avec comme seul motif, le Christ et ses disciples (seconde moitié du IVe siècle)
Deux sarcophages avec le Christ dans un panneau central. En marbre de Carrare.
Deux sarcophages dits de la Nativité. L’un en marbre de Carrare, l’autre en marbre identifié comme de Saint-Béat dans les Pyrénées.
Sarcophage de Concordius. En marbre. 385.
Sarcophage semblable à celui de Concordius.
Sarcophage dit aux arbres. En marbre de Proconnèse. 375
S
arcophage dit de l’Anastasie. Réputé avoir été celui de l’empereur Constantin II (317-340) réemployé pour l’évêque d’Arles Aeonius mort en 502.
 
Ve siècle
Sarcophage de Géminus. 410.
Couvercles avec des scènes pastorales représentant berger et brebis.
Sarcophage de la remise de la loi à Pierre. Musée de l’Arles Antique 

 

 

 
   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4889828
Nb de visiteurs aujourd'hui:446
Nb de connectés:41