Rome les rites Funeraires Les Monuments Funeraires

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 26/10/2018 à 15:12:09



Les Divers types de Sépultures

EN COMPLEMENT VOIR CET ARTICLE
 

A partir de l’age du fer et de l ‘arrivée de l’apparition de la civilisation dite des Villanoviens en Italie du Nord et Centrale on assiste à une hiérarchisation des types de sépultures
Ceci se vérifie avec les étrusques et bien entendu avec les Romains
Vous avez trois articles sur le site traitant des rites funèbres chez les Villanoviens Étrusques   Romains Ici nous n’allons parler que des vestiges funéraires romains au début de l empire
Après la période troublée, qui correspond aux années de transition entre l'âge républicain et l'âge impérial, le monde romain a connu d'importantes transformations dans les manifestations funéraires.
En effet, de nouvelles structures institutionnelles, politiques, économiques et sociales se sont développées qui se reflétées également dans le monde funéraire:
c'est à partir de ce moment que l’on voit apparaître des témoignages sur les sépultures attestant du statut social du défunt
Elle sont de plus en plus fréquentes. Alors qu’à l’époque républicaine, les tombes étaient généralement dépourvues de visibilité extérieure et reflétaient une idéologie funéraire imputable à la sphère privée, le goût pour la célébration de soi s’affirmait par le biais des preuves données aux tombes, Ainsi on voit le développement de bâtiments funéraires monumentaux avec appareils décoratifs, épigraphiques et symboliques complexes.
Les concessions pouvaient avoir des dimensions variables et étaient fréquemment entourées d’un enclos constitué d’un mur de briques surmonté d’éléments en balustrade ou d’un portail en fer.
À l'intérieur, outre les principaux monuments funéraires des propriétaires, on peut trouver les sépultures pour toute la famille et compris aussi les affranchis et même les esclaves.
On pouvait trouver aussi des espaces funéraires appartenant à des associations professionnelles ou à des collèges et étaient destinés à la sépulture de leurs membres.


Cette mutation dans l'apparence de la nécropole peut être daté entre la fin du premier et le deuxième siècle de notre ère, lorsque de nouveaux rituels funéraires se sont répandus, caractérisés par la prévalence des inhumations dans les crémations, et que de nouveaux types de monuments funéraires ont été développés.
Dès le début de l'époque impériale, les grands édifices monumentaux sont devenus rares et leur taille a été réduite. Dans le même temps, les matériaux en pierre ont été de moins en moins utilisés jusqu’aux environs du IIe siècle, les briques ont été utilisées presque exclusivement, limitant ainsi l’utilisation de la pierre aux inscriptions et à certains accessoires, c’est à partir de cette époque on assiste à une utilisation plus répandue de Urnes et de sarcophages pour la mise en bière des morts
Ainsi apparaît un nouveau rite funéraire, visant principalement la sphère familiale et non plus la célébration du défunt et ceci jusqu’à la période du Bas empire.
Les stèles

 



Les Stèles sont des dalles de pierre sur lesquelles sont gravés lors des funérailles,l’etat civil du défunt Elles peuvent aussi être décorées
On distingue trois grands groupes p
Elles se distinguent par leur forme générale:
la stèle rectangulaire,
la stèle avec tympan, c’est-à-dire se terminant par un triangle,
la stèle centrée, c’est-à-dire avec une extrémité supérieure en demi-cercle.
Au sein de chacun de ces groupes, on peut identifier d’autres groupes basés sur les éléments décoratifs gr&vés sur la stèle.
Au début on trouve des portraits de morts insérés dans des niches. À partir de la seconde moitié du premier siècle de notre ère l'utilisation de simples dalles gravées et corniches, décorées de différents motifs décoratifs et symboliques, se répand, et le portrait du défunt se fait de plus en plus rare.
Un nouveau type de stèle se développe au IIe siècle de notre ère, parallèlement à l'importation de sarcophages en marbre: il s'agit de petites stèles à plaques minces, qui imitent l'architecture des sarcophages: la représentation de l'acrotère semi-circulaire et le gable oblique. il s’inspire de la forme des côtés des grandes valises en marbre et de l’insertion de motifs décoratifs tels que la hache, les éros qui tiennent des festons, les scènes figurées, rappellent les décorations qui ornent les cercueils des sarcophages.

 

Monument à Édicule

 


Ce type de monument s'est répandue à partir de la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère et il a perduré durant le Haut Empire
La plupart du temps sa forme architecturale est constituée de trois parties distinctes qui se succèdent
Un haut podium de forme carré sur lequel est gravé la dédicace
Il est parfois décoré avec des frises horizontales
Une partie médiane imitant la cellule d'un temple avec une fausse porte sur le front, symbole de la porte d'Hadès et du passage vers l'au-delà
Un toit constituée d'une cuspide pyramidale, généralement dotée d'éléments figuratifs aux angles de la base et d'un objet lié au symbolisme funéraire, placée au sommet, soutenue par une capitale corinthienne.
Ce couronnement était souvent un fausse urne cinéraire, projetée vers le haut afin d’y voir une forme d’héorisation du défunt.
Par la suite il fut fréquent d’insérer sur les monuments funéraires des figures de sphinx ou de lions sculptés en rond. Leur rôle est la protection symbolique du sépulcre, . Ils sont placés au sommet des bâtiments ou au-dessous, sur les côtés du monument.
En général, dans les grands monuments funéraires, il n'y avait pas de salles sépulcrales à l'intérieur de la cellule et les cendres du défunt étaient déposées sous des fondations Mais Il est toutefois possible que certaines cellules aient pu être soit aménagés à l ‘origine soit transformées par la suite afin de servir de salles sépulcrales pour la famille


Les Hypogées


Monument à Dado en forme de dés


Ce monument est un monument dont la taille varie entre 2 / 2,5 et 3,5 mètres de chaque côté,
Il consistait en un podium quadrangulaire, érigé sur un socle sur lequel figurait l'inscription. Il est attesté en Émilie-Romagne par des monuments datant de la fin du Ier siècle avant notre ère. et le début du siècle prochain.
La structure architecturale était caractérisée par des éléments récurrents: généralement, la surface du monument était divisée en lisses encadrés par des pilastres toscans, qui avaient pour fonction de cadrer le texte de la dédicace funéraire,
On peut trouver des représentations de personnages célébrant le niveau social du défunt. Parfois, au sommet des monuments, il y avait une architrave sculptée.
À partir des dernières années du premier siècle avant JC l'usage d'insérer des sphinx ou des lions gravés en rond, placés au sommet ou dans des positions basses sur les côtés du bâtiment, pour symboliser le sépulcre, s'est généralisé

Monumento funéraire cylindrique

 



Le bâtiment, de forme circulaire, comprend un socle, un corps de tambour intermédiaire dans lequel sont insérés l'inscription et les décorations éventuelles, ainsi qu'une couverture conique basse.
Ce type s’est développé vers la seconde moitié du premier siècle avant JC. et il s'est généralisé au Ier siècle de notre ère, sur le modèle constitué par le mausolée colossal d'Auguste
Leur taille varie mais ils ont en général un diamètre d'environ 5 mètres pouvant atteindre parfois de plus grandes dimensions, d'environ 8 à 10 mètres de diamètre
Le corps cylindrique est souvent décorés La couverture est conique
.
Ara

Les Ara sont des monuments de pierre caractérisés par un corps parallélépipédique généralement surmonté d'un couronnement formant corniche.
L'inscription était insérée sur le devant et les décorations pouvaient être gravées sur les côtés. La datation de ce type de monument funéraire couvre une période allant de la fin du premier siècle avant notre ère. et le deuxième siècle après J.-C.,
les plus grandes pourraient être placées sur une volée de marches formant podium.
Les sarcophages


Les sarcophages sont constitués d'une grande boîte rectangulaire en pierre ou en marbre, fermée par un couvercle et décorée de reliefs, dans laquelle le corps du défunt a été déposé.
Ils étaient généralement placés en extérieur, sur un socle
La partie avant portait l'inscription tourné vers la route
L'utilisation de sarcophages décorés, date de la fin de l'ère républicaine, et elle s'est répandue à partir du IIe siècle de notre ère, avec l'importation de marbre d’Orient via les ports d ‘Ostie Ravenne Aquilée, qui furent les principaux ports de débarquement de marbre asiatique;
Mais Ici, les produits importés ne sont que des bloc de marbre au stade initial
Ils sont sculptés et ensuite vendus
En effet des ateliers ont élaboré sur les modèles asiatiques deux typologies principales de sarcophages: celles avec coffre et celles avec décoration architecturale, dont la production commence vers le milieu du IIe siècle et se poursuit tout au long du IIIe siècle après J.-C.
Ces deux types de sarcophages, ont des caractéristiques communes:
un couvercle imitant un toit en tuiles, recouvert de tuiles et orné d’un motif à l’échelle, et un acrotère anguleux qui pourrait être orné de figurations symboliques ou de figures de défunts. Ces ateliers sur les modèle standard peuvent livrer des sarcophages selon les desiderata des clients.
Mais parfois le sarcophage n’est pas décoré ; Pourquoi ? .ll faut savoir que la possession d’un sarcophage en marbre coûteux importé d’Orient était déjà suffisante en soi pour révéler le statut élevé du défunt et que, pour cette raison, elle n’était pas jugée nécessaire. frais supplémentaires pour la décoration.
Ou autre raison le décès prématuré du client a pu empêché l'achèvement de la décoration.


Autres types de sépultures.


Apres on trouve tout type de sépulture en général utilisé par le peuple qui n ‘a pas les moyens de se payer des monuments ou stèles
Une urne funéraire en verre cramique suffit parfois lorsqu’il y a crémation .
Le tout est mis en terre avec une simple stèle au dessus rappelant le nom du défunt
Pour les inhumations un cercueil en bois parfois en plomb pour les plus riches est utilisé et version ultime l’utilisation de tuiles pour faire une fosse dans laquelle le défunt est déposé

   


Copyright © 2003-2018 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3998116
Nb de visiteurs aujourd'hui:234
Nb de connectés:24