Rome Religion Mithra

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 09/04/2019 à 10:34:57



 
Religion Rome Mithra
 
 
 
Qui était ce dieu dont le culte se rependit dans tout l’Empire Romain et qui fut largement toléré par les autorités en place
Les questions sont donc nombreuses
Un mithraeum ? Plan disposition
Qui était Mithra?
D'où venait son culte?
Comment le pratiquer et comment entrer dans la congrégation
Hormis un fragment de papyrus égyptien qui semble contenir des répliques d’un script d’initiation mithriaque, il n’existe aucun texte mithraïque connu qui nous permette de savoir ce que les initiés mithraïque croyaient ou s’ils avaient des règles à respecter. Un certain nombre d'auteurs anciens ont écrit sur le culte, mais beaucoup d'entre eux étaient des chrétiens qui étaient souvent plus intéressés par la polémique et les cotés sombres et mystérieux de de ce culte que par des informations précises à son sujet.
Cependant, nous avons pu reconstruire une image relativement claire de ce culte grâce à l'archéologie, car nous possédons un grands nombre de vestiges archéologiques ,Bâtiments Inscriptions, Stèles Statues
 

Voyons tout d’abord la divinité Mithra
On le montre toujours vêtu d'une tunique, souvent avec une cape flottante derrière lui, et portant un chapeau conique avec la pointe tirée vers l'avant connue sous le nom de «bonnet phrygien»
À partir des différentes découvertes, il est possible de retracer son existence
Mithra. est sorti d'un rocher donc il setit pétrogène il serait le fils d'
Anahita .Par la suite, en tirant une flèche sur un rocher il fait jaillir une source parfois désignée dans les inscriptions comme "la source éternelle" Il est adoré par les pasteurs   Avec son couteau, il coupe le fruit de l'arbre sacré, et se confectionne des vetements avec   les feuilles de cet arbre . Il rencontre alors un  taureau paissant  dans les montagnes. Il le saisit par les cornes et le monte, mais, dans son galop sauvage, la bête le fait tomber. Mithra continue à s'accrocher aux cornes de l'animal, et le taureau le traîne pendant longtemps, jusqu'à ce que l'animal n'en puisse plus.Mithra l'attache alors par les pattes arrière et le charge sur ses épaules. Ce voyage de Mithra avec le taureau sur ses épaules se nomme transitus .Quand Mithra arrive dans la grotte, un corbeau envoyé par le Soleil lui annonce qu'il devait faire un sacrifice, et le dieu, soumettant le taureau, lui enfonce le couteau dans le flanc
Mithra est ensuite emmené au ciel  par Appolon à la fin d 'un banquet 
  Il apporte ainsi l'espoir d'une vie dans l au dela
Mais ce que les personnes retiennent est l'image centrale du culte présente dans chaque mithraeum, celle d’égorger une taureau dans une grotte (Tauroctonie )

A ce jour nous n’avons aucun texte qui explique ce sacrifice
Alors les interprétations sont nombreuses
Création ou recréation de. L ‘Univers
En effet parfois un chien et un serpent sont représentés se nourrissant du sang du taureau alors qu’un scorpion saisit les testicules,

On peut parfois voir des épis de maïs ou des vignes apparaissent à coté de la queue et de la blessure du taureau,
Cela suggère ou symbolise la création ou la récréation de l'univers, avec le sang et la semence du taureau Mais aussi le chien  le scorpion et le serpent  peuvent être des forces du mal qui s'opposent à la fertilisation du monde
Une autre interprétation est la victoire de la lumière sur l'obscurité, avec Mithra le représentant du Soleil et le taureau celui de la Lune.
Sol (la personnification du Soleil) est fréquemment montré en haut à gauche de la scène de sacrifice
La tête de Mithra est tournée vers lui alors que celle du taureau est tournée vers la lune
Parfois un corbeau apparaît entre Sol et Mithra, jouant peut-être le rôle de messager
De plus, du côté du relief de Mithra / Sol, il y a souvent une silhouette vêtue de la même façon que Mithra tenant une torche surélevée,alors que nous trouvons une silhouette identique du côté opposé tenant une torche baissée; Ce sont les Cautes et Cautopates et représentent les soleils levant et couchant et aussi peut-être les équinoxes d'été et d'hiver).
 Enfin, la troisième option qui voit dans cette mise en scène un arrangement astrologique,
Le taureau et les Cautes et Cautopates semblent représenter les soleils levant et couchant (ainsi que peut-être les équinoxes d'été et d'hiver).
Cautes, dadoforo di Mithra (l'alba). Cautopates, dadoforo di Mitra (il tramonto).

Ces caractères sont représentatifs de l Horoscope avec le taureau le scorpion les porteurs de la torche qui seraient les Gémeaux
Une fois L’acte de sacrifice effectué, Mithra est parfois montré en train de célébrer avec Sol, avec les deux mains tremblantes ou en profitant d’un festin.
Après cela, Mithra monte sur un char jusque dans les cieux pour conclure son «récit de vie».
Le Clergé
Si on appéle souvent ces adorateur des «mithraiste» et le culte mithraïsme ces noms sont trompeurs et qu’il vaut mieux éviter.
En effet, ils impliquent un mouvement religieux apparenté à divers autres «-ismes», tels que le judaïsme, l'hindouisme et le sikhisme, qui doivent suivre des doctrines et des enseignements particuliers.
En effet ici nous ne savons pas s'il y a eu des doctrines ou des enseignements mithriaques, il est donc plus prudent de parler des "adorateurs" ou des "initiés" mithraïques et du "culte de Mithra".
A ce propos nous ne parlons pas de «solisme», de «jupiterisme» .
Les pratiquants de ce culte étaient en grande partie issus des forces armées et des douanes, bien que, avec le temps, des civils aient également commencé à y adhérer.
Pourquoi un tel public parmi les militaires et les douaniers?
Il semblerait que les attributs du culte se soient fortement prêtés au contexte social dans lequel ces hommes évoluaient.
D'une part, le culte était réservé aux hommes, alors que pour pouvoir entreprendre une initiation mithriaque (voir ci-dessous), vous aviez probablement besoin d'un membre préexistant pour vous parrainer, puis vous deviez leur faire confiance, ainsi qu'au reste de la communauté. en subissant des épreuves
Il existait également une hiérarchie stricte mithriaque composée de 12 grades,
le Pater(père) étant le plus élevé et le Corax(corbeau) le plus bas.Au fur et à mesure que le temps avance, les initiés progressent dans les grades passant de corbeau (corax), fiancé ou jeune marié (nymphus), soldat (miles), lion (leo), Perse (Perses), Héliodrome (Heliodromus) et Père (pater). mais seul un petit nombre d'entre eux obtient les postes les plus élevés, le grade le plus souvent référencé étant celui de Leo, qui est le grade moyen.
Cela était dû au maintien rigoureux du statu quo dans la hiérarchie mithriaque: nous ne trouvons jamais un esclave de rang supérieur à un affranchi, ni un simple soldat de plus d'un centurion.
À l'instar de l'armée et des douaniers, le culte cherchait à consolider les structures du pouvoir, pas à les renverser.
 
Les vastes distances que ces hommes pouvaient parcourir lors de leur affectation permettaient également au culte de s'étendre sur une vaste zone;
Dès le deuxième siècle, on trouva des mithraea partout du mur d'Hadrien à la Syrie.
Les Mithraea sont facilement reconnaissables étant donné que les Cella de ces bâtiments sont toutes sur le même plan,avec une allée centrale flanquée de bancs.Souvent, le couloir se terminait à une abside ou à une plate-forme surélevée où une représentation du sacrifice était placée.
 
Le mithræum type comporte trois parties :
l'antichambre ;
le spelæum ou spelunca (la grotte), grande salle rectangulaire décorée de peintures et deux grandes banquettes le long de chaque mur pour les repas sacrés ;
le sanctuaire, au fond de la grotte, dans lequel se trouve l'autel et l'image — peinture, bas-relief ou statue — de Mithra donnant la mort au taureau.

Ces Constructions étaient presque tout le temps souterraines et avaient rarement accès à la lumière naturelle,
Elles étaient éclairés par des lampes et des bougies.Parfois elles avaient une décoration avec une voûte de décorée de verre ou d'autres objets brillants donnant l'impression de la voûte céleste
Le but était de recréer une grotte dans laquelle a lieu le sacrifice, tout en fournissant une ambiance dans laquelle on semble se tenir au centre de l'univers.
A coté de la cella on trouve généralement au moins une antichambre, qui fournisse un espace pour la préparation de repas rituels, un espace de stockage pour les objets utilisés lors de rituels et peut-être un espace pour la formation des futurs initiés.
Aussi en l'absence de fenêtres et avec un accès strictement contrôlé, ce qui se passait à l'intérieur restait un mystère pour ceux qui se trouvaient à l'extérieur.
En effet, de tous les soi-disant «cultes du mystère» dans le monde romain, seul celui de Mithra pouvait véritablement revendiquer une telle étiquette, puis qu’aucun rituel mithraïque n’avait lieu en dehors d’un mithraeum.
 

Le culte
Grâce aux fouilles archéologiques et avec l'aide des écrits nous avons une idée de ces rituels mithraïques.
Les plus importants étaient les initiations.

Le nouveau fidèle fut déshabillé, les yeux bandés et les mains liées. Il s'est ensuite agenouillé devant le père qui dirigé une torche, une épée ou un arc et une flèche sur la tête de l'initié
Lorsque l'initié fut complètement terrifié, le bandeau fut retiré et il put contempler l'image de Mithra seule baignée de lumière au milieu de l’obscurité de la pièce éclairé par une lampe ou une bougie).
 L'expérience se termine lorsque l'initié prétendait mourir Des épées pliées afin qu'elles puissent être placées autour d'un torse ont été trouvées à certains Mithraea.

Les niveaux,nous sont  connus grâce aux textes de saint Jérôme confirmés par certains écrits et par la décoration du mithræum de Felicissimus à Ostie
Corax (« corbeau ») ;
Cryphius (κρύφιος / Krýphios, « occulte ») : d'autres auteurs interprètent ce rang comme Nymphus (« époux ») avec comme attributs le diadème et la lampe de Vénus ;
Miles (« soldat »). Attributs : la couronne et l'épée ;
Leo (« lion »). Dans les rituels, ils présentent à Mithra les offrandes des sacrifices. Leurs attributs sont la pelle pour porter le feu, le sistre, la foudre de Jupiter ;
Miles
Leo
Perse
Pater

Perses (« Persan »). Attributs : épée courbe, croissant de lune, étoile ;
Heliodromus (« émissaire du soleil »). Attributs : la torche, le fouet guidant l'attelage du char solaire et la couronne solaire ;
Pater (« père »). Attributs : le bonnet phrygien, la faucille, le bâton de commandement et l'anneau.
Un autre rituel important était la fête, qui visait probablement à reproduire celle de Sol et Mithra à la suite du sacrifice  ou du depart de Mithra avc Apollon
Rien ne permet de penser que ces fêtes impliquent réellement de sacrifier et de manger le taureau, car on pense que les principaux ingrédients étaient le poulet et parfois le porcelet.
Les ossements de ces animaux ont été retrouvés dans les pièces annexes du temple
Il y avait aussi une utilisation de l'eau et peut-être de miel dans un rituel de purification (le miel représentant le feu).
Aussi les Mithraea étaient fréquemment construits près des points d'eau, tels que les sources et les ruisseaux, ce qui semble avoir découlé du statut de Mithra en tant que «source interne» Mithra avec ses vêtements orientaux s’inspire clairement de la divinité persane Mithra, dont l’histoire remonte bien avant l’empire romain Pourtant, le culte de Mithra, avec ses scènes de sacrifice et sa structure de classes, était un phénomène romain et aucune preuve de son existence n’a été trouvée au-delà des frontières de l’Empire.
 Il est frappant de constater qu’il n’a jamais été aussi populaire dans la moitié orientale de l’Empire romain: il y a plus de mithraea existant de Pannonie que dans l’ensemble du Croissant fertile combiné.
Très probablement, un certain nombre d'influences, certaines provenant de la Perse, mais aussi de l'Empire, se sont réunies quelque part dans l'Italie du premier siècle (cela semble être l'origine des tout premiers initiés) avant de se répandre à travers l'Occident
Sa popularité a considérablement augmenté au cours des 200 prochaines années,mais au cours du quatrième siècle, il est entré dans un déclin.C’est peut-être à certains endroits qu’il s’agissait de l’influence croissante du christianisme, mais plutôt d’une série de facteurs (invasions / réinstallations barbares, effondrement et abandon de nombreux forts et villes, et évolution possible vers une forme plus publique du culte). ) combinés qui saper son culte
Au début du Ve siècle, il avait pratiquement disparu
Ce culte continue de fasciner à ce jour.
 

Voir Aussi Autres Photoscopes See Also Others Walk Around
Londres Mithraeum
Rome Mitrhaeum  Rome
Rome Mitrhaeum  Ostie
Mithra

 
 
 
 
 
 
 
   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4367874
Nb de visiteurs aujourd'hui:612
Nb de connectés:18