Char Whippet Anatomie d'un Fauve






Whippet Anatomie d'un Fauve
 

 

Le char britannique Medium Mark A était un char rapide légèrement armé conçu pour exploiter les percées. Il a été fabriqué par William Foster & Company Ltd., de Lincoln, Le Mark A  avait un équipage de trois hommes  pilote, commandant, et un ou deux mitrailleurs qui servait l’armement  quatre mitrailleuses Hotchkiss. Dès 1915 William Foster & Co. Ltd. A commencer à produire les premiers chars  pour la Grande-Bretagne.Son directeur général était  William Tritton, qui a sera anobli  en 1917 pour son travail.
Le Whippet était propulsé par deux moteurs 45 CV  Tylor (chaque moteur alimentant une chenille) Il a reçu le nom de baptême de «Whippet»,en se référent au   lévrier de  course
Ce char pouvait rouler à des vitesses jamais atteinte  soit 14.5 kmsh sur  routes, ce qui était très rapide pour un char de cette époque
Son blindage boulonné et riveté variait de 5-14mm était assez léger pour ne pas pénaliser la mobilité Il faut aussi le premier char britannique  avec tourelle (parfois appelée  barbette), fixe toutefois Ce char a reçu son baptême du feu lors des combats autour de Amiens en Avril 1918. Il fut construit à environ 200 exemplaires .Les chars survivants ont été revendus au Japon et à l URSS

 

 

 


Nous avons une coupe latérale gauche du char montrant son intérieur


Le conducteur est placé au centre dans une position surélevé dans une casemate car c char ne possède pas de tourelle,  Les deux moteurs  ventilateurs, radiateurs et le réservoir de carburant sont situés à l’avant Il faut noter la position du réservoir de carburant cylindrique  monté à l’extrême avant de la coque,ce qui n’est pas la meilleur place pour un réservoir d’essence  Directement derrière le réservoir de carburant se trouve les radiateurs , avec ensuite les ventilateurs qui sont carénés
 


Pourquoi?. Il faut savoir que ce char  possède deux moteurs D’ou une multiplication des problèmes  Il faut se rendre compte que les moteurs n ‘étaient  pas très fiables à cette époque
Ici nous avons deux, moteurs de bus à quatre cylindres en ligne commerciaux Tylor très robustes , mais  il faut garder à l'esprit que si un moteur  calait , le char commençait à tourner en round  jusqu'à ce que le moteur ayant  calé ait redémarré.
L’armement était composé des mitrailleuses Hotchkiss  montées sur rotule Elles pouvaient être disposées à la demande à l'avant, l'arrière et sur  les côtés de la tourelle


 L'accès au poste de combat se faisait  par une porte située à l'arrière, à côté de la mitrailleuse arrière Le chef de char disposait d’une trappe d'observation sur le toit de la casemate  

 

 


 
Nous voyopns sur la photo  prise  au niveau de la porte d 'accés le poste du conducteur dont le siège se trouve sur le côté droit de la casemate qui elle même se trouve du centre du char
 Nous voyons à gauche la rotule pour la  mitrailleuse.
Cette casemate n’est pas symétrique. Le poste mitrailleur avant  gauche se trouve en saillie .

Le coté avant droit est occupé par le poste du conducteur qui possède d’une fente de vision vers l'avant occulté par une tape qui peut être manipulée de l’intérieur. Elle offre différentes possibilités d’ouverture.Mais le conducteur ne possède pas d’une  bonne vision latérale gauche alors cela n’est guère  mieux sur la droite car il  ne possède qu’un petit judas cette vision latérale , Le siège devait être recouvert soit de cuir soit de toile. Les leviers sont les  leviers de changement de vitesse pour chaque boite avec les poignées de frein. Un petit volant permet de diriger le char  Ici il a été sectionné et on ne voit que la partie inférieure. Ce volant permet de faire varier la vitesse  en jouant sur l’arrivée d’essence dans le carburateur  En tournant le volant dans une direction, l afflux d’essence dans le carburant du moteur opposé fait  augmenter la vitesse  et ainsi le char tourne . Ce montage développé par Sir Tritton, a été conçu pour éviter la perte de puissance des chars lourds britanniques qui tournaient en faisant riper les chenilles suite au blocage de la chenille opposée .Pour virages serrés, il était possible de placer l'une des boîtes de vitesses au point mort, puis faire un tour neutre.  Mais la conduite du Whippet n’est pas de tout repas car  le pilote est seul face à deux moteurs, et en plus doit jouer le freinage .  Nous avons aussi une vue sur les pédales  et on aperçoit la trappe d’ accès au moteur

Casemate Coté Droit Casemate Coté Gauche


A coté de la rotule avant gauche on trouve un grand sac pour les boites de munitions des Mitrailleuses  Hotchkiss. Ces boîtes étaient en général en bois avec  poignées .Les Hotchkiss utilisent des bandes de munition rigides, Le grand levier sur la droite doit être le levier de démarrage, utilisé  pour redémarrer les moteurs après on avait calé. On pouvait aussi toutefois le faire démarrer à la main de l’extérieur en allant à l'arrière du compartiment de combat

 

Cette photo montre la ,positon du conducteur vue de dos  posé sur la  boîte de vitesses droite alors que le moteur gauche n‘est pas visible
Il manque le  plancher de bois du compartiment de combat, Le chef de char devait se tenir ici au milieu et avait accès  à la trappe de vision du toit . Nous voyons aussi toutes les commandes du poste de conduite avec le volant  (sectionné en son milieu ). Nous voyons  au centre de la photo un entraînement à chaîne qui communique avec le barbotin arrière_droit . Il faut rappeler que chaque moteur est indépendant et qu’il n‘est relié exclusivement qu’à un barbotin (gauche ou droit).
Le siège devait être rembourré. On aperçoit le levier de démarrage à droite et les leviers de frein de chaque côté du siège,

 


On voit aussi les râteliers de munitions situés derrière le siège sur le côté droit du compartiment de  combat
Si la rotation du char était en  général effectuée en agissant sur le  volant  la conduite en ligne droite se faisait en réalisant  l’inter-verrouillage des deux arbres de sortie des moteurs par une douille cannelée qui oblige à aller tout droit .Mais ce système de conduite était  très difficile à mettre en œuvre  pour un homme seul , et  il n’était de pas rare de voir un Whippet moteur au point mort effectuant de cercles .Le Whippet conçu comme un engin d'exploitation de percée n’avait toutefois qu’une autonomie de seulement 65 kms avec 320 litres de carburant dans le réservoir , aussi pour augmenter l’autonomie les équipages transportaient souvent des réservoirs auxiliaires  fixés à  l'extérieur de la coque.

 


 

Nous avons ici le cotedroit de l'intérieur du compartiment de combat avec sa rotule pour  la Mitrailleuse  Nous avons un crochet sur cote gauche Des sources indiquent que le Whippet pouvait emporte 5400 cartouches de Mitrailleuse  entreposées
 

Coté Droit Coté Droit


dans les râteliers
Sur le côté gauche se trouve la rotule pour le montage d’un Mitrailleuse en tout point similaire aux autres Mitrailleuses équipant le char. Nous voyons les supports de stockage des chargeurs de Hotchkiss sur la paroi arrière  Au-dessus de la rotule se trouve une fente de vision


Nous voyons ici de la porte arrière ouverte avec tous les détails intérieurs. Nous avons une poignée de maintien au dessus Celle ci sert au tireur . Puis nous avons une rotule ainsi que des supports de rangements absents ici.
 


 

Les Britanniques ont été les premiers à utiliser les chars au combat lors de la bataille de la Somme, en utilisant leurs chars Mark I, le 23 Septembre 1916. L'année suivante, une attaque massive de chars à Cambrai a échoué en partie lorsque les chars lourds avaient été incapables de poursuivre leur avance percée.
Les leçons de cet échec furent très difficiles à accepter par les officiers qui avaient été impliqués. Mais suite à celui-ci en Décembre 1917 le ministère of the  Munitions autorise la mise en service d’un char léger qui deviendra le Whippet Ce char pourra exploiter les percées . Mais ce char léger pèche par un manque de protection  et d’armement
L’équipage de 3 ou 4 personnes confiné dans ce minuscule compartiment de combat est à la merci des gaz de combat et des émanations nocives des organes moteurs et des gaz des mitrailleuses Sans compter sur la chaleur
Une amélioration sur le Whippet Mark B Sa été apportée avec l installation d’une paroi coupe feu entre le moteur et le poste de combat


Vous avons ici une vue de la partie arrière avec l’impact qui a  immobilisé le char, Cet impact a du être fatal pour l'équipage . Mais cet impact ne semble pas avoir occasionné un incendie interne .


Pour la suspension,le Whippet avait le train de roulement (boogies) directement boulonné sur une poutre fixée au châssis. Il y avait 20 galets inférieurs qui supportaient le poids, tandis que d’autres galets de retour se trouvaient sur la partie supérieure . Ces galets étaient une innovation à contre pied avec le système utilisé sur les chars lourds type Mark  qui eux utilisaient le système de glissage dans un cheminement genre rail Les patins de chenille étaient aussi plus petits  Bien que similaire dans leur conception à celles des chars lourds elles faisaient pour le Mark A 52 cm  de large et elles étaient également plus légères elles avaient aussi été prévues pour recevoir des spuds spéciaux de métal et de bois pour faire face à des situations de franchissement

exceptionnellement compliquées . Quelques photos montrent ces spuds de bois fixés sur  coque

 


Ici nous  avons une autre vue du compartiment de  combats prise de l’arrière vers l’avant  Les deux râteliers de munitions avant gauche sont visibles ici, ainsi que la deuxième boîte de vitesses située juste en dessous (le plancher en bois est manquant )
 


 

L’uniforme des équipages de chars de 1918 était le suivant
Casque d acier modèle  uniforme brun clair terne ou beige  brelage en cuir  Modèle 1916 Par temps chaud il y aussi port un short kaki avec bottes- molletières.
Et surtout port obligatoire des ‘équipements de lutte contre les Gaz de combat. Cet équipement est porté autour du cou . De plus les tankistes devaient aussi se méfier des émanations toxiques des moteurs et des gaz venant des mitrailleuses ( gaz hilarant très toxique

Conclusion,
Les chars ont subi des critiques au début suite à des problèmes mécaniques
Le Whippet n’échappa pas à celles-ci surtout avec sa conception propre ( moteurs jumelés )Mais entre les mains d’un bon équipage le Whippet était un moyen efficace, bien que ce char ne soit intervenu que vers la fin du conflit
Son rôle comme cavalerie légère a été pleinement utilisé dans les derniers mois de de la Première Guerre mondiale bien que comme la plupart des chars de la 1e Guerre Mondiale il était très inconfortable pour l'équipage et son châssis conçu  délibérément court afin de réduire le poids occasionnait  une tendance au tangage et un danger de renversement

 

Photoscopês du Char Tank Walk Around

Bruxelles 1   2  
Bovington

 

   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7251582
Nb de visiteurs aujourd'hui:1877
Nb de connectés:121