Waffentrager Rhinemetall Borsig 10.5cm le FH 18 40 2 auf Geschuetzwagen IIIIV (Sf)









Waffentrager Rhinemetall Borsig 10.5cm le FH 18 40 2 auf Geschuetzwagen IIIIV (Sf)
English Translation
Merci et in memoriam à Pascal Danjou + pour les photographies


Historique Voir ICI
History Click HERE

Les firmes allelmandes vont ivaliser entre lles pour pouvoir signer des contrats concernant les engins militaire
A ce titre pour un programme de Waffentrager Alkett Rheinmetall-Borsig vont essayé de rivaliser avec Krupp-Gruson pour produire un véhicule de combat  dans cette famille de char transportant sur un chassis chemille  le 10,5 cm Leichte Feldhaubitz 18/40/2 L/28 sur le champ de bataille Tout,comme son rival il est un canon automoteur mlais aussi il peut déposer la pièce d artillerie au sol qui agit comme un canon tracté ou un casemate
Une fois la pièce déposée le conducteur peut  revenir se ravitailler en obus 
Mais le canon peut être aussi utilisé à partir de la tourelle  posée sur le chassis.
Le concept rival de Krupp-Gruson sera appelé le 10,5 cm leFH 18/1 L/28 auf Waffentrager IVb alors que le  concept Alkett Rheinmetall-Borsig sera baptisé 10,5 cm leFH 18/40/2 L/28 (Sf) auf Gesch-etzwagen III/IV.
Le mot allemand Waffentrager signifie «porte-armes» et Geschetzwagen se traduit par «carton de chasse»  écrit  souvent en abrégé  GW).
Les deux termes qualifient la fonction de ce véhicule.
IL sera aussi appelé  10,5cm leFh/40/2 (Sf) Geschutzwagen PzIVb, ou 10,5cm leFh/40/2 (Sf) GW PzIVb ou 10,5cm le.F.H. 18/40/2 L/28 (Sf) auf GW III/IV. Les lettres SF signifient «Selbstfahrlafette» ou automoteur.
L'abréviation de leFH signifie en allemand «leichte FeldHaubitze» ou obusier de campagne léger
Pour soulever la tourelle avec son canon le Krupp-Gruson, possède un grand portique métallique pliant monté à l'arrière du véhicule. Quand il a été rabattu, les longs bras métalliques sont rangés  sur les flancs du chassis au dessus des garde-boues
Ce véhicule a reçu le surnom de l'Heuschrecke, ou sauterelle car les bras métalliques pliés ressemblaient aux jambes d'une sauterelle.
Il est facile de distinguer les deux concept car l'Alkett Rheinmetall-Borsig 10,5 cm ne possède pas ce système  de jambes métalliques pliantes externes .
Les jambes et et roues de la pièces  LeFH 18/40/2 L/28 de 10,5 cm sont positionnées à l'arrière du véhicule à l'extérieur.


Lorsque l'équipe de pièce  veut utiliser  l'obusier au sol comme canon d'artillerie conventionnel  ils déverrouillent le canon du chassis et utilisent un vérin pour le soulever et le soulever.


La superstructure blindée de la tourelle est articulée à l'avant pour permettre à la pièce de basculer vers l'avant afin de donner plus de place à l'équipage du canon pendant la procédure de levage
L affut, les roues de chariot et les bras  arrière sont assemblés. Une rampe possitionnée à l arrière du chassis permet via un treuil manuel de faire descendre le canon jusqu'au sol.
Pour le remonter on utilsier la même système mais à l'envers.
L'obusier monté en tourelle sur le char  est utilisé comme un canon automoteur normal. Il peut tourner en azimut sur 360 degrés, car il était monté sur une plate-forme de canon tournante soudée sur le haut du châssis de char.
La tourelle ne possède pas de toit  ce qui procure des inconvénients  à l 'équipage exposé aux éléments et risquait également de se faire blesser par des grenades à main lancées par l'ennemi, des mortiers et des éclats d'obus aériens. Une bache est toutefois fournite pour protéger l'equipage  contre les éléments.


Conception et essais
Alkett a soumis son automoteur  aux test  de la Heereswaffenamt Waffenamt Gusemamt Profwesen) le 27 septembre 1943.
Le premier prototype était prêt à être testé le 28 mars 1944. pour une présentation aux inspecteurs en armement Wa Pruef 4 de Hiliersleleben.
L'équipage du canon a mis environ 15 minutes à démonter l'obusier et à le monter en postion de tir sur son affut  ( Schiesspilz ). Aus sol le canon ne pouvait pas tourner sur 360 degrés .
Le rapport des inspecteurs recommande  que le blindage soit augmenté  et que l affut Schiesspilz  soit transporté sur le véhicule de plus l'obusier doit  pouvoir tirer à l'arrière du véhicule à un angle de -5 degrés.
Alkett a suggéré que le blindage de la superstructure de la tourelle pourrait être incliné pour augmenter la protection de l'équipage du canon. Cette suggestion a été rejetée car elle a réduit la quantité de munitions qui pourraient être entreposées.
Les inspecteurs en armes Wa Pruef 4 ont réévalué le nouveau prototype modifié lors d'une deuxième démonstration le 28 mai 1944. Ils étaient satisfaits des changements. Comme un châssis de char à canon automoteur Panzer III/IV allait être utilisé, il a été estimé que les essais sur le terrain ne seraient pas nécessaires car ce châssis était déjà utilisé dans la production des canons automoteurs Hummel et Nashorn.
L'équipe de conception d'Alkett/Rheinmetall-Borsig avait déjà allongé un châssis de char allemand. appelé  Geschitzwagen III/IV.
Les composants ont été adoptés à partir du châssis du Panzer III et de Panzer IV. Les barbotins  et les unités de direction plus robustes, sont renforcés, ainsi que la boîte de transmission de la boîte de vitesses avec la zahnradfabrik SSG 77, du Panzer III Ausf.J. Le moteur Maybach HL 120 TRM avec son système de refroidissement, la suspension et le ralenti avec réglage de la tension de la chaussée ont été adoptés à partir du Panzer IV.
La première production de 25 leFH 18/40/2 L/28 (Sf) auf Geschuetzwagen III/IV devait être achevée en octobre 1944, mais il y avait de longs retards à l'usine. Aussi l'Heereswaffenamt) annule la commande le 12 décembre 1944 avant qu'une partie ne soit achevée.
On décider donc de revoir le canon qui n'aurait plus qu'un débattement limité lorsqu'il était monté sur le châssis de char comme un canon autopropulsé normal.
On espérait que cela rendrait la production moins chère et plus simple. Une commande initiale de 250 de ces véhicules a été approuvée. Les 35 premiers seront construits en février 1945 et le reste aurait du suivre. Aucun document de rapport de production ne donne à penser qu'aucun de ces véhicules n'a été produit.
Toutefois cette famille de Waffentrager n 'apportait pas d' avantages majeur par rapport aux automoteur Hummel Wespe ou Grille qui étaient déjà en production. Ces véhicules étaient moins compliqués à produire et à utiliser.
Le canon de 10,5 cm
Le canon leFH 18 de 10,5 cm était un obusier léger allemand utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale. L'abréviation de leFH signifie les mots allemands «leichte FeldHaubitze» qui, traduits, signifie obusier léger de campagne Il était équipé d'un frein de bouche «Mundungbremse» pour permettre d'augmenter la portée  et réduire le recul du canon.Cela joue aussi sur la durée de vie opérationnelle du canon.


L'obus explosif de 105 mm  pesait 14,81 kg  L'obus AC  pesait 14,25 kg
Il avait une V°de 470 m/s  et une portée maximale de 10 675 m Sa cadence de tir avec un bon équipage de pieèceetait de 4 et 6 coups par minute.
Le canon Feld Haubitze 18 de 10,5 cm de leichte n'était pas très efficace contre les véhicules blindés car il ne pouvait pénétrer que 52 mm de blindage à  500 mètres.
L'obus explosif était en deux parties.
Il n existe qu'un seul engin Survivant  appartenant à Kevin Wheatcroft et stockage dans le sud de l'Angleterre.

 

Dimensions 7,19 m x 3 m x 2,87 m
 
Poids 25 tonnes /27,55 tonnes
Équipage 5
Motorisation Maybach HL 120 TRM 12 cylindres à l'eau refroidie à l'eau/moteur essence à essence, 265 ch
carburant 500 litres
Vitesse de la route 42 km/h
Autonomie 300 km
Armement principal 10,5 cm leFH 18/40/2 L/28   85 cartouches
Armement secondaire Pistolets 9 mm
Blindage Avant 30 mm
Côtés et arrière 20 mm
Blindagede la tourelle Avant 10 mm
Côtés et arrière 10 mm
Total construit 1

 

Voir Aussi See also

Waffentrager 10.5 cm leFH 186 auf Waffenträger IVb Heuschrecke 10 USA Fort Sill
 






 

   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7234507
Nb de visiteurs aujourd'hui:1122
Nb de connectés:48