Vickers 6Ton Type Es Vickers Mark E Finlande









Vickers 6Ton Type E 1941 Vickers Mark E Finlande
English Translation
Merci à Iang Tong pour les photographies

 

Historique Voir ICI
History Click HERE

 

La Finlande a utilisé 33 chars en 1938 (y compris un char d'évaluation). 
Ils furent achetés sans armes, sans optiques ni radios. 
Certains furent équipés de canons Puteaux à canon court de 37 mm et plus tard équipés de 
canons antichar Bofors de 37 mm comme canon principal avec une tourelle coaxiale MG   Ils ont été utilisés pendant la guerre d’hiver avec l’URSS par la  suite en 1941, les Finlandais ont rééquipé leurs chars Vickers de 6 tonnes avec des canons soviétiques de 45 mm et les ont renommés T-26E . Ces chars furent utilisés par l'armée finlandaise pendant la guerre de Continuation . Dix-neuf chars Vickers reconstruits, ainsi que 75 T-26, sont restés en service finlandais après 1945  Certains de ces chars furent conservés comme chars d'entraînement jusqu'en 1959, date à laquelle ils furent finalement abandonnés et remplacés par des chars britanniques et soviétiques plus récents

Historique Armée Finlandaise
ce char ne fut pas adopté par l Armée Britannqiue  mais il l a été largement utilisé par des pays comme la Pologne, 
la Chine et la Bolivie ,finlande et a servit de base pour le T 26
Essais de chars
Au tournant des années 1930, le corps blindé finlandais était composé de chars obsoletes comme  34 
Renault FT et d'1 Saint-Chamond Modèle 1921. Il fut alors  décidé face à cet état diu parc de blindés obsolète de rééqiper l'armée avec de nouveaux équipements pour faire face aux menaces
Ainsi  le ministère de la Défense finlandais, Puolustusministeriö , demande a tester  des nouveaux engins et commande trois types de chars différents au Royaume-Uni le 6 juin 1933 :
un 
Vickers-Carden-Loyd Mk.VI* (VAE 115) ,
un Vickers-Carden-Loyd. 1933 (VAE 503)
un Vickers-Armstrongs 6-Ton Tank Alternative B (VAE 546),
Vickers fourni un bonus avec un char amphibie léger Vickers-Carden-Loyd modèle 1931, mais celui-ci a si mal fonctionné lors des essais que les Finlandais l'ont rendu après seulement 17 jours. Les trois autres chars arrivèrent en Finlande en octobre et les essais commencèrent immédiatement
Le Vickers-Carden-Loyd Mk.VI* fait montre de mauvaises performances sur le parcours de cross-country et les tests sur neige ont montré qu'il ne serait pas à l aise en Tout terrain aussi les Finlandais lne le choississent pas mais le  conservèrent, sous le surnom affectueux de « satiainen » (pou du crabe), comme véhicule d'entraînement. 
Le secon  modèle Vickers-Carden-Loyd 1933 s'est bien comporté lors des tests  de roulage et sa fiabilité technique, mais il n'est ussufisament armée car il ne  possède qu'une seule mitrailleuse  de plus il pein sur la neige
Par contre le char Vickers-Armstrongs 6 tonnes Alternative B a été accepté par les forces armées finlandaises comme nouveau char standard en raison de ses excellentes performances tout-terrain, de sa bonne mobilité dans la neige profonde et de ses options d'armement adéquates. Sa simplicité technique et sa facilité de conception lui permettaient de rester utilisé dans des conditions de terrain difficiles.

 


Aussi le ministère de la Défense passa une commande de 32 chars Vickers-Armstrongs de 6 tonnes Alternative B le 20 juillet 1936.
L iidée était de former un bataillon de 2 compagnies de 15 chars avec un élément Commandement de 2 chars. Après négociations, la commande porta sur trois livraisons, 11 chars le 20 juillet 1937, 10 chars le 1er avril 1938 et les 11 derniers chars le 1er janvier 1939. Pour économiser de l'argent, les chars furent commandés sans optiques, ni radios. ou même l'armement. 
Mais  suite à divers problèmes chez Vickers Armstrong, le premier lot de chars n'arriva qu'en juillet 1938 et, au début de la guerre d'hiver (30 novembre 1939), seuls 26 chars avaient été livrés.
Mais la commande pâssée ne fut pas celle livrée car ce n 'etait pas un Vickers Mark E standard.
En effet lorsque la Belgique cherchait un nouveau char, Vickers Armstrong souhaitait y placer un moteur Rolls-Royce Phantom II refroidi par eau, en raison de défauts découverts dans la commande polonaise qui avaient conduit à problèmes de surchauffe.
Mais comme le moteur était beaucoup plus gros que le moteur Armstrong Siddeley Puma d'origine  la coque fut rallongée et le moteur a été monté sur le côté gauche, décalant la tourelle vers la droite.et ce fut ce char que les finlandais vont receptionner
Une fois les livraisons arrivées en Finlande, elles étaient transportées à Valtion Tykkitehdas (VTT/State Artillery Factory) où elles seront  équipées de canons, d'optiques, d'outils et même de sièges.
 En raison de la détérioration de la situation en Europe, des retards de livraison, des problèmes de production du VTT et des problèmes d'approvisionnement en pièces détachées ailleurs, l'équipement des chars de 6 tonnes fut lent et, à la fin de 1939, seuls 10 chars étaient prêts
.Comme mentionné plus haut les finlandais pour faire des économisies ont commandé des chars  complètement dépourvus d'armement. Vickers Armstrong avait proposé de les équiper du même canon à basse vitesse de 47 mm fourni avec le char d'évaluation. Ce canon avait été testé lors des essais, et bien qu'il ait de bonnes capacités contre les cibles souples (similaires aux performances du Puteaux SA-18 de 37 mm déjà utilisé sur le Renault FT), il manquait de pénétration contre les cibles blindées et de bunker et il donc jugé impropre
Aussi les finlandais vont opter pour une version produite sous licence du canon antichar Bofors de 37 mm, adaptée pour un role  canon de char. Ce canon était parfait pour une utilisation finlandaise, car il possédait un obus hautement explosif efficace, ainsi qu'un bon obus perforant capable de percer la grande majorité des chars en service à la fin des années 30 et au début des années 40. 
Le canon devait recevoir  un viseur allemand Zeiss TZF, mais en raison du pacte Molotov-Ribbentrop, ceux-ci ne furent pas annulés par l'Allemagne et cela va obliger les Finlandais à produire leurs propres optiques, un type de lunette télescopique directe avec un simple réticule en croix, logé dans un capot cylindrique à gauche du canon. Les équipages des chars se plaignaient d'un champ de vision limité et du manque de marquages ??de portée, ce qui rendait la recherche et l'engagement des cibles fastidieux et contribuait aux mauvaises performances du char Vickers en service finlandais.Le tout fut monté sur un masque conçu par Bofors qui était similaire à celui utilisé sur es engins polonais
L'armement coaxial proposé était une mitrailleuse moyenne Vickers refroidie par air, mais celui-ci a été rejeté au motif qu'il s'agissait d'un calibre non standard (.303 British). 
On pensait également que l'ajout d'une mitrailleuse coaxiale compliquerait trop la préparation des chars et, même s'il était envisagé d'ajouter la mitrailleuse M/09-31 Maxim qui est une version améliorée et refroidie par air produite en Finlande
Comme rien ne fut construit cela a conduit à la nécessité d’une arme d’autodéfense. L’arme choisie était étrangement une mitraillette. Il s'agissait d'une version spécialement modifiée du Suomi M/31. 
On modifia le chassis en incorporant un port de tir pouvant accueillir le SMG, qui avait une chemise de canon mince mais fixe et une poignée pistolet mais sans crosse. Il avait un viseur optique simple, prenait le chargeur à tambour standard de 70 cartouches et fonctionnait très bien comme arme d'autodéfense. Cela a également porté l'effectif de l'équipage à quatre hommes.
Il convient également de noter que certains Vickers ont été déployés aux côtés des Renault FT lors des exerecices de l'été 1939 et que ceux-ci avaient reçu le Puteaux SA-18 de 37 mm (37 Psv.K/18 en service finlandais) acquis auprès d'autres pays.
 Cela avait pour but de permettre aux équipages de se familiariser avec leur char et d'épuiser les stocks de munitions à blanc. C'est pour cette raison que certains auteurs pensent que les 6 tonnes finlandaises étaient armées du SA-18 de 37 mm au début de la guerre d'hiver, mais ce n'était pas le cas. Ces chars d'entraînement étaient également armés de la mitrailleuse M/09-31 Maxim sur le côté droit du Puteaux dans un caisson semi-coaxial.
en service


Le Bataillon Blindé fut mobilisé juste avant le déclenchement des hostilités (8 octobre 1939) et se retrouve ainsi doté d'hommes entraînés mais manquant de matérielcar aucun des Vickers n'était prêt
Le bataillon fut divisé en 5 compagnies, la 1ère et la 2ème équipées de Renault FT et tenues en réserve jusqu'au 6 février 1940, date à laquelle elles reçurent alors l'ordre de se retrancher et de former des parties de la ligne défensive autour de Näykkijärvi et Taipale. Les 3e et 4e compagnies devaient être équipées de Vickers mais attendaient toujours. La 5ème compagnie ne disposait pas de chars et servait de pool de remplacement aux autres compagnies.
Les premiers Vickerssont arrivés à la mi-décembre et ont été affectés à la 4e compagnie et un entraînement limité aux tactiques de combat et de formation a commencé. Il atteignit un effectif maximum de 16 le 23 février 1940 lorsqu'il reçut l'ordre de se déplacer vers le front.
En fin février 1940, la situation des Finlandais était désastreuse. Malgré l'obtention de bons résultats  au cours du premier mois de la guerre, obligeant les Soviétiques à abandonner leurs offensives et à se retrancher, la vaste supériorité numérique, tant en hommes qu'en machines, faisait des ravages dans les rangs des Finlandais. Ceci, associé à une restructuration des forces et des plans soviétiques, a finalement vu la ligne de front finlandaise sur l'isthme de Carélie se rompre à la mi-février et se replier sur des positions secondaires préparées à la hâte.
Dans la région de Naykkijärvi, la 84e division de fusiliers soviétique avait pénétré plus loin que ses flancs et devenait désormais une avancée menaçante dans la ligne finlandaise. Le lieutenant-général Harald Öhquist, commandant du IIe Corps, voulait sécuriser sa position et ordonna donc une contre-attaque.
 La 4e compagnie de chars était rattachée au 3e bataillon Jaeger et ceux-ci étaient soutenus par les 14e et 67e régiments d'infanterie. Le plan prévoyait un bombardement préliminaire par deux bataillons d'artillerie, suivi d'une frappe rapide de la compagnie de chars et du bataillon Jaeger sur les rives de Naykkijärvi, puis de tourner à gauche et de repousser les forces soviétiques hors du village de Honkaniemi et ainsi redresser la ligne. première ligne.
Cependant, les choses ont mal tourné dès le début. Sur les 16 chars d'origine, seuls 7 ont atteint le point de départ. Puis un char s'est retrouvé coincé sur une souche d'arbre et n'a donc pas pu participer à l'attaque. Le barrage d'artillerie échoua et causa de nombreuses pertes aux Jaegers, retardant ainsi l'heure de l'attaque. Lorsque l'attaque s'est poursuivie, la coordination entre les chars et l'infanterie était inexistante et bientôt les chars se sont retrouvés seuls.
 Les Finlandais se retrouvèrent bientôt confrontés au gros des forces soviétiques  et après seulement 3 heures, l'attaque fut annulée.
 Par la suite, il a été révélé que 5 chars avaient été détruits, 1 gravement endommagé mais retourné au point de départ, avec des pertes de 1 tué, 3 blessés et 5 disparus. Les engins survivangts vont recevoir l  l'ordre de se reformer à Rautlampi pour devenir des canons antichar mobiles. Les principales raisons de l'échec de Honkaniemi étaient une combinaison d'équipages inexpérimentés, quoique passionnés, d'un commandement et d'un contrôle médiocres et d'une perte de surprise ; ainsi qu'une vaste supériorité numérique du côté des Soviétiques
Une fois l'armisitice conclu le 13 mars 1940, les Vickers finlandais restants furent ramenés sur la nouvelle frontière soviéto-finlandaise où ils attendirent. Les 6 derniers Vickers commandés sont  également arrivés de Grande-Bretagne et un RETEX a été organisé par l'état-major finlandais sur les performances et le rôle futur des chars finlandais. Il a été conclu que même si le 37 mm était une arme efficace, on pouvait se demander s'il le resterait dans un conflit futur.
 D'autres conclusions vont incrimnier les viseurs optiques qui étaient de mauvaise qualité et affectaient les performances, et qu'une formation supplémentaire était nécessaire en matière de coordination des forces et de maintenance sur le terrain. L'installation obligatoire de radios dans tous les chars a également été considérée comme une priorité.

Historique T 26  ICI


Il fut donc décidé que les 26 chars Vickers restants seraient convertis en T-26E. Mais suire au conflit le nombre de T 26 capturés réparés ait dépassé en nombre les Vickers d 'origine et  que les finlandais vont avoir à grer un surplus de canons de char T-26 de 45 mm provenant de ces chars qui n'avaient pas pu être reconditionnés. Le 17 juin 1941, tous les chars Vickers étaient désormais de la modification T-26E.

   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7234490
Nb de visiteurs aujourd'hui:1105
Nb de connectés:42