Canon 25 pdr Ordnance QF Obus Londres









Canon 25 pdr Ordnance QF  Obus Londres
English Translation

 

Historique Voir
History Click HERE
 
 
 
Les Couleurs
Dans l arméee britannique, l'amorce d'une cartouche est connue sous le nom de cap ou capuchon ,
La coloration du vernis utilisé pour sceller et imperméabiliser le capuchon (l'anneau du capuchon) en tant que méthode d'identification des différentes charges de munitions de 0,303 pouce est apparue pour la première fois vers la fin de la Première Guerre mondiale lorsqu'un système a été proposé basé sur les nombreux types de obus alors en service.
Cela a été officiellement approuvé pour le Naval Service le 3 septembre 1918 et pour le Land servicee juste après la fin de la guerre le 17 janvier 1919.
En 1926, un système simplifié standard a été adopté qui est resté en usage jusqu'à l'introduction du système "L" de l'OTAN en 1954.
Le code couleur de l'anneau est le suivant :
les Couleurs sont les suivante
Violet entrainement à courte portee e noir Jaune Orange
Rouge Balles tracantes et aussi quelques cartouches explosives
Vert Anti char
Blue Incendiaire
Noir Explosif
Jaune Observation Preuve
Orange prototype
Blanc Vierge
En outre, un anneau vert a été utilisé par Ordnance Factories pour identifier les obus test des autres
Couleur de l’Ogive
Jusqu'au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les ogives colorées n'étaient que très peu utilisées pour aider à identifier les munitions de service britanniques,
la principale étant une pointe noire sur les cartouches Observation Mark I de 0,303 pouce.
Par la suite, avec la plus grande variété de charges développées pendant cette guerre, les couleurs de pointe se sont répandues, en particulier sur les munitions de fabrication canadienne et américaine. Ces codes couleurs étaient :
Couleur
Blanche Balle traçanbte diurne
Gris Balle Traçante Nuit
Rouge Balle Traçante, principalement sur le .303 "Tracer G Mark II canadien et certains G Mark II britanniques
Bleu Incendiaire
Vert Antichar AP
Noir .303 inch Observation O Mark I (pre WW2)
Noir Armour piercing (WWII American and Post NATO)
Argent incnadiaire et AT
Jaune sur rouge
Violet Observation
Orange -Jaune Munitions expérimentales
La couleur de la pointe grise de certains traceurs G Mark IV de 0,303 pouce est si pâle qu'elle semble blanche.
Il y a eu une autre utilisation de la couleur des ogives
Lorsqu'un approvisionnement de cartouches de tir à blanc dans les années 1980 pour les Cadets Forces , le ministère de la Défense a acheté des lots de cartouches de tir à Blanc de 0,303 pouce fabriquées par Bombrini Parodi Delfino en Italie et celles-ci ont été identifiées par une pointe de balle blanche.
Comme cela était considéré comme une identification insuffisante et donc un danger pour la sécurité, les cartouches ont été cannelées sur toute la longueur de l'étui pour les rendre plus conformes au système d'identification britannique.
Ces cartouches aurant donc un poinçon BPD.
Codes de chargement Première Guerre mondiale
Comme diverses charges spéciales ont été introduites dans la Première Guerre mondiale, il est devenu nécessaire de les identifier et un suffixe a donc été ajouté au « VII » de base de la nomenclature.
L'incendiaire Mark II Buckingham est ainsi devenu « Cartridge, SA, Incendiary Buckingham (VIIB) ».
Cela a été incorporé dans le poinçon pour identifier chaque charge. Les suffixes étaient : -
AA Pomeroy incendiary P.S.A. Mark II
B Buckingham incendiary
F Kings Norton semi-armour piercing
G S.P.G. Tracer
K Brock incendiary
P Kynoch early armour-piercing
R.C. Reduced charge
R.T.S. Explosive “Richard Threlfall & Son”
R.T.T. Explosive “Richard Threlfall Todhunter”
S. Royal Laboratory early armour-piercing
T S.P.K. “Sparklet” tracer
W Armour-piercing
Y Pomeroy incendiary P.S.A. Mark I
Marquages
D'autres codes ont été approuvés mais apparemment jamais utilisés.
Ceux-ci incluent "A" pour Pomeroy PSA Mark I (bien que "Y" ait été utilisé plus tard) et "H" pour Buckingham Huxley incendiaire.
Tous ces suffixes n'étaient pas inclus dans le poinçon; certains n'étaient utilisés que pour l'identification dans la nomenclature et l'emballage.
Ceux qui sont connus pour avoir été effectivement utilisés sur les poinçons sont A.A., B, G, P, S, T et W.
Après 1926 Le système de suffixe décrit ci-dessus a été de rigueur jusqu'à la fin des années 1920, lorsque le système a été modifié pour attribuer à chaque charge son propre code et numéro de marque.
Ainsi SPG Tracer Mark VIIG est devenu Tracer G Mark I et Armor piercing Mark VIIW est devenu W Mark I etc.
Bien que ce changement ait eu lieu officiellement en décembre 1927, les cartouches traçantes fabriquées en 1926 et 1927 ont été signalées avec un style provisoire de poinçon « VIIGI ».
Les codes du nouveau système étaient en partie basés sur ceux en usage à la fin de la Première Guerre mondiale et étaient les suivants :
B. Incendiary
D Drill

E Fumigène
F. AT
G. Traceur
H. Grenade Fusil
J Eclairant
L A blanc
O Observation
P Factice
Q Test
R Explosive
U Inspector’s Dummy
W Armour-piercing
Ces codes pourraient être combinés, par exemple comme dans Practice Tracer PG Mark I. En plus de ce qui précède, la lettre "N" indiquant le service naval peut être trouvée sur des rondes de forage spécialement faites et la lettre "S" trouvée sur certains après-guerre Les cartouches australiennes les marquent comme balle standard.
 
 
 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5922293
Nb de visiteurs aujourd'hui:152
Nb de connectés:25