Char Etrusque Carro etrusco di Monteleone New York Metropolitan Museum









Char Etrusque Carro etrusco di Monteleone New York Metropolitan Museum

English Translation


Historique Voir ICI
History Click HERE

 


En 1902, un propriétaire terrien travaillant sur sa propriété a découvert par hasard un tombeau souterrain recouvert d'un tumulus Les fouilles ont révélé les restes d'un char de parade ainsi que des ustensiles en bronze, en céramique et en fer ainsi que d'autres objets funéraires. Après la découverte, les trouvailles passèrent entre les mains de plusieurs propriétaires et marchands italiens qui étaient responsables de l'apparition du char et du matériel connexe sur le marché de l'art parisien. Là, ils ont été achetés en 1903 par le général Luigi Palma di Cesnola, le premier directeur du Metropolitan Museum of Art. Le char de Monteleone est l'exemple le mieux conservé du genre de l'Italie antique avant la période romaine. Le relativement bon état de ses principales pièces - les panneaux de la voiture, le poteau, et les roues--a permis d'entreprendre une nouvelle reconstruction basée sur l'érudition la plus récente. De plus, certains des fragments d'ivoire survivants peuvent maintenant être placés avec une certitude raisonnable. Les autres meubles funéraires acquis avec le char sont exposés dans deux vitrines sur le mur sud de cette galerie.
La forme et la fonction du char
Les chars sont originaires du Proche-Orient ancien au début du deuxième millénaire avant JC et se sont propagés vers l'ouest à travers l'Égypte, Chypre et le monde grec. Dans le premier type prédominant, la voiture se composait essentiellement d'une plate-forme avec une barrière lumineuse à l'avant.
Sur la péninsule italienne, le plus grand nombre de chars viennent d'Étrurie et des régions environnantes. Ils sont datables entre la seconde moitié du VIIIe et le Ve siècle av. J.-C. et représentent plusieurs variétés. Aucun ne semble avoir été utilisé pour combattre au combat. La plupart ont été découverts dans des tombes ; après avoir servi dans la vie, ils ont été enterrés avec leurs propriétaires, hommes et femmes. Le char Monteleone appartient à un groupe de chars de parade, ainsi appelés parce qu'ils étaient utilisés par des personnes importantes lors d'occasions spéciales. Ils ont deux roues et étaient tirés par deux chevaux distants d'environ quarante-neuf pouces (122 centimètres) à l'endroit où le joug repose sur leur cou. La voiture aurait accueilli le conducteur et le distingué passager. La forme de la voiture, avec un panneau haut à l'avant et un panneau inférieur de chaque côté, fourni de vastes surfaces pour la décoration, exécutées au repoussé. La frise à l'essieu, la fixation du poteau à la voiture et les extrémités du poteau et du joug ont tous un embellissement figuratif supplémentaire.
Les matériaux du char
Bien qu'aucune des sous-structures du char d'origine ne survive, à l'exception d'une roue, de nombreuses informations peuvent être glanées à partir de détails sur les pièces de bronze, d'autres chars conservés et d'anciennes représentations de chars. Notez qu'un char est représenté sur le panneau gauche approprié de la voiture. Les éléments en bronze conservés de la voiture étaient à l'origine montés sur une sous-structure en bois. Les rails supportant les trois principaux panneaux figuratifs étaient fabriqués à partir d'un arbre tel qu'un if ou un figuier sauvage. Le sol était composé de lattes de bois. Les roues en bois étaient revêtues de bronze, une pratique exceptionnelle probablement réservée aux seuls chars les plus élaborés. Une partie du noyau conservé a été identifiée comme du chêne. Les pneus sont en fer. Les sections du poteau étaient montées sur des branches droites. Un élément majeur du véhicule d'origine était le cuir appliqué sur la sous-structure en bois. La connexion du poteau à la voiture aurait été renforcée par des sangles en cuir brut rassemblées sous la tête du sanglier, et le joug aurait été attaché au poteau. L'extrémité supérieure du poteau montre des traces des bandes de cuir. De plus, tous les harnais des chevaux étaient en cuir. De plus, des anneaux de peau de porc avec la graisse attachée ont aidé à réduire les frottements entre les pièces mobiles des roues. Le char de Monteleone se distingue non seulement par l'exécution extraordinaire des panneaux de bronze mais aussi par l'inclusion d'incrustations d'ivoire. Les ivoires d'éléphant et d'hippopotame sont si fragmentaires que seules les défenses du sanglier et les embouts à l'arrière de la voiture ont été placés dans leur position d'origine. Les pièces restantes sont exposées dans un coffret sur le mur sud. Une série de longues bandes étroites servaient de bordure, peut-être autour des panneaux de la voiture ou sur le dessous du poteau. Il est possible que d'autres fragments aient rempli les espaces entre les personnages dans le panneau central de la voiture. Une question majeure concernant ces adjuvants est le mode de leur fixation, nécessitant l'utilisation d'un adhésif. Une autre question est de savoir si les ivoires ont été peints.
Les chiffres sur le char


L'iconographie représente un programme mûrement réfléchi. Les trois panneaux principaux de la voiture représentent des épisodes de la vie d'Achille, le héros grec de la guerre de Troie. Dans la magnifique scène centrale, Achille, à droite, reçoit de sa mère, Thétis, à gauche, un bouclier et un casque pour remplacer l'armure qu'Achille avait donnée à son ami Patroklos, pour le combat contre le Troyen Hektor. Patroklos a été tué, permettant à Hektor de prendre l'armure d'Achille. Le sujet était largement connu grâce au récit de l'Iliade d'Homère et de nombreuses représentations dans l'art grec. 

 

 

Le panneau de gauche montre un combat entre deux guerriers, généralement identifiés comme le grec Achille et le troyen Memnon. Dans le panneau de droite, l'apothéose d'Achille le montre montant dans un char tiré par des chevaux ailés. Les reliefs subsidiaires partiellement recouverts par les roues sont interprétés comme montrant Achille comme un jeune sous la garde du centaure Chiron et Achille comme un lion abattant ses ennemis, dans ce cas un cerf et un taureau. 

L'axe central du char est renforcé par la tête et les pattes avant du sanglier à la jonction du mât avec la voiture. Le cerf sous le bouclier d'Achille apparaît en bandoulière sur le dos du sanglier. La tête d'aigle à l'avant du poteau reprend les deux aigles attaquants en haut du panneau central, et les têtes de lion sur le joug se rapportent aux nombreux félins sauvages sur la voiture. Si la signification des figures humaines et animales permet diverses interprétations, il y a une unité thématique et une qualité homérique soulignant la gloire du héros.
L'origine artistique du char
Les trois panneaux de la voiture représentent la principale réalisation artistique. L'opinion savante s'accorde à dire que le style de la décoration est fortement influencé par l'art grec, en particulier celui d'Ionie et des îles adjacentes telles que Rhodes. Le choix des sujets reflète d'ailleurs une connaissance approfondie des épopées relatant la guerre de Troie. Dans l'étendue de l'influence grecque, le char ressemble à des œuvres de pratiquement tous les médias de l'Étrurie archaïque. Les ambres sculptés contemporains reflètent une situation similaire. Les caractéristiques typiquement étrusques de l'objet commencent par sa fonction, car les chars n'étaient pas significatifs dans la vie grecque du VIe siècle av. De plus, des motifs iconographiques tels que les chevaux ailés de l'apothéose d'Achille et la pléthore d'oiseaux de proie reflètent les prédilections étrusques. Les panneaux repoussés ont peut-être été produits dans l'un des grands centres métallurgiques comme Vulci par un artisan local bien familiarisé avec l'art grec ou peut-être par un bronzier immigré. Le char pourrait bien avoir été fait pour un individu important vivant dans le sud de l'Étrurie ou du Latium. Son enterrement à Monteleone est peut-être lié au fait que cette ville contrôlait une route majeure à travers les Apennins. Le véhicule aurait pu être un cadeau pour gagner les faveurs d'une puissante autorité locale ou pour récompenser ses services. Au-delà de la discussion est l'habileté superlative de l'artiste. Sa maîtrise de la hauteur du relief, du très haut au subtilement peu profond, est extraordinaire. Tout aussi remarquables sont la richesse et la variété du décor prodigué à l'ensemble des personnages, notamment ceux du panneau central. Dans son état d'origine,
La reconstruction
Après l'arrivée des pièces du char au Musée en 1903, elles ont été assemblées dans une présentation qui est restée visible pendant près d'un siècle. Lors de la nouvelle reconstruction, qui a nécessité trois ans de travaux, le char a été entièrement démonté. Un nouveau support a été réalisé selon les mêmes principes structurels que l'ancien aurait été. Le réexamen de nombreuses pièces a permis de les placer dans leurs positions correctes. De plus, le revêtement en bronze du mât, qui avait été considéré comme n'ayant été que partiellement conservé, a été reconnu comme substantiellement complet. L'élément principal qui n'a pas été reconstruit est le joug. Bien que la longueur soit correcte, la barre en bois relie simplement les deux pièces en bronze.

 

Voir Aussi Autres Photoscopes  See Also Others Walk Around
Armée Etrusque
Char de Guerre
Char Etrusque Vatican

 

   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5865283
Nb de visiteurs aujourd'hui:808
Nb de connectés:42