Rome Via Appia Via Latina Sepolcro Valerii









Rome Via Appia  Via Latina  Sepolcro Valerii
English Translation
Texte et Certaines Photographies tirées de ce blog

 


Historique Voir ICI
History Click HERE

Traduction en français tiré de ce blog en italien

Non loin de la Via Appia Antica passe l'ancienne Via Latina, la voie romaine qui reliait l'Urbe à la ville de Capoue, Il faut savoir que les morts devaient être enterrés hors des murs de la ville, c'est-à-dire au-delà du pomerium, et souvent les lieux étaient situis le long des routes qui quittaient la ville avec la construction de monuments funeraires
A Rome la zone archéologique qui porte aujourd'hui le nom de "Tombe de la Via Latina" est peut-être la plus importante de toute la ville, car le site nous fait comprendre quel était le culte que les anciens Romains vouaient à leurs morts et il nous montre également la somptuosité et le luxe avec lesquels les patriciens, les nobles et les riches enterraient leurs morts
Depuis l'époque républicaine, des monuments funéraires ont été construits sur ce tronçon de la Via Latina. Certains présentent des utilisations différentes, car des tombeaux  furent par suite  réutilisés par des familles autres que celles qui les avaient construits. Ils ont donc été utilisés pendant toute la période impériale jusqu'au début du Moyen Âge. .
Après la chute finale de l'empire romain, le site a été abandonné, comme beaucoup d'autres, pillé jusqu'à ce que l'oubli prenne la relève, mais en juillet 1857, les choses changent
En effet, à cette date, Lorenzo Fortunati a eu le feu vert pour procéder à des fouilles au quatrième kilomètre de la Via Latina,là où une nécropole aurait pu exister, . En effet les vestiges de certaines sépultures étant encore visibles,
Fortunati, enseignant de profession, est un passionné d’archéologie. . En fait, il a effectué  des fouilles sur ces deniers personnels  et il a revendu  certaines de ses découvertes  avec profit. Cette décision de fouilles archéologiques était toute à fait légitime. Lorenzo Fortunati  qui avait donc réalisé des fouiolles dans de nombreuses autres régions de Rome utilise la loi en en vigueur qui  permettait aux personnes autorisées de procéder à des fouilles non seulement à des fins de recherche scientifique,de diviser à parts égales les découvertes  entre le découvreur et le propriétaire du terrain.
Notre professeur commença ainsi une activité qui ressemblait plus à un travail de terrassement qu’à une recherche archéologique. L’ouvrage se poursuivit jusqu’en 1858, au cours duquel furent découvertes de nombreuses tombes, une villa, les vestiges d’une basilique attribuée à Santo Stefano et un tronçon de la rue pavée Via Latina.
Ces découvertes, cependant, n’ont pas suscité l’intérêt de Fortunati, car les seules pièces de valeurs mises à jour et qui pouvaient être vendues sur le  marché des antiquités ou aux États italien et papal n'etaient que quelques  sarcophages, et inscriptions . Aussi la découverte de la basilique donna lieu à des désaccords avec la Commission d'archéologie sacrée qui souhaitait fouiller le batiment  Le pape Pie IX  y étant favorable
Aussi  devant l l'ampleur des désaccors et la découverte de la vente  de certains objets  sur le marché des antiquités  ont fait que Fortunati il a dû interrompre les fouilles.
L'ensemble de la région, qui appartenait à la famille Barberini, a été transféré à l'État italien après son achat en 1879. C'est ainsi qu'a commencé la restauration des tombeaux qui, au début du XXe siècle, avaient été dirigés par Rodolfo Lanciani. Toute la région, après la restauration, devait devenir un parc archéologique à l’initiative du ministre Guido Baccelli. Elle a été aménagée en un grand jardin et des pins ont été plantés. Aujourd’hui,c'est un lieu de promenades agréables Mais les racines des pins  ont probablement endommagé les vestiges qui n’ont pas encore été excavés et continueront de le faire au fil du temps

 


 

 

Le nom de cette tombe est tout à fait conventionnel et dérive d'une inscription trouvée dans la villa de Demetriade, qui  se tropuve  devant le sépulcre. La tombe peut être datée de 160 après JC grâce à la découverte, sur quelques fragments de briques de la voûte de la chambre souterraine
L 'aspect que nous en avons aujourd'hui est le résultat d’une reconstruction effectuée entre 1859 et 1861, probablement pour protéger l’environnement de l’hypogée. Celle ci est  tout à fait hypothétique en effet la seule pièce originale est la colonne de gauche de l’arcade.
Au cours des fouilles, seules des traces d'une voute ont été découvertes. Aussi  l'hypogée actuelle est une reconstitution 

Acutellement le batiment refait se présente comme   comme une habitation  avec un portique à deux colonnes. de plan rectangulaire, avec étage supérieur avec une fenêtre rectangulaire et un  toit double pente.
La partie souterrraine  refaite entierement est accéssible par deux escaliers symétriques, avec en sous sol un vestibule et  deux chambres funéraires
En descendant par l'un des deux escaliers, recouvert à l'origine de dalles de marbre, nous arrivons à un vestibule à ciel ouvert qui servait de point de rencontre avec puit de lumière entre deux chambres  qui sont  l'une en face de l'autre, . Ces chambres funéraires ont  toutes deux  une voûte en berceau.
Les décorations de la chambre funéraire principale, qui devaient etre  celle des propriétaires, revêtent une importance considérable, car le decar est d'une grande richesse et une grande beauté.
La voûte de tonneau et les lunettes sont extraordinaires, conservant un décor articulé en trente-cinq médaillons et carrés de différentes dimensions, en stuc blanc, avec des représentations d’amours, d’érotes, de satyres, de ménades, de néréides, d’animaux fantastiques et de figures féminines.
 
 
 


Dans le médaillon central est représenté, enveloppé dans un voile mortuaire, le défunt qui est emmené de l’autre côté à l’arrière d’un griffon.

Les dimensions de cette chambre étaient compatibles pour un sarcophage, pour deux personnes, ce qui laissait penser  que la femme était morte auparavant et que son mari avait fait construire la tombe pour les deux, dans l'attente de la rejoindre.
Les murs étaient tous recouverts de dalles de marbre blanc, aujourd'hui disparues, ainsi que le sarcophage. Aujourd'hui, on trouve les empreintes du revêtement et les trous relatifs aux crochets de fer les soutenant qui sont toujours visible  visibles.
Le sol possédait un revêtement en marbre blanc, dont une une petite partie est encore  visible. Enfin, dans cette tombe, malgré divers pillages, des découvertes intéressantes ont été découvertes, telles que les deux fragments de sarcophages, l’un représentant les travaux d’Hercule et l’autre les rituels liés à Bacchus.

 
   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4405286
Nb de visiteurs aujourd'hui:165
Nb de connectés:20