Gard St Bonnet du Gard Oppidum Marduel Piliers Nimes MR









Gard St Bonnet du Gard Oppidum Marduel Piliers Nimes MR
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

 

 Tiré de cet article Stèles, piliers et buste du Marduel

 

Le lot que l’on doit évoquer en premier, parce qu’il a fourni de nouvelles clés pour la lecture de l’ensemble, est celui mis au jour sur l’oppidum du Marduel, à Saint-Bonnet-du-Gard, habitat établi en bordure du Gardon non loin du Pont-du-Gard, sur la façade rhodanienne du pays des Arécomiques. Ce site, d’abord occupé de manière intermittente au Bronze final II, au Bronze final IIIb et au début du VIe s. av. n. è., est muni à la fin du VIe s. d’un puissant rempart de pierre enserrant un habitat bâti en dur dont l’occupation sera ensuite continue jusqu’à l’époque romaine. À la base d’une épaisse stratigraphie a été dégagée une maison à deux pièces appuyée contre le parement intérieur de l’enceinte archaïque et ouvrant sur une large cour enclose. Un abondant mobilier a permis de dater la construction de cette habitation à la fin du VIe s. av. n. è. et sa destruction dans le premier quart du Ve s. C’est dans les murs de cette maison qu’ont été découverts en réemploi des fragments de stèles et de piliers en pierre taillée (fig. 2), ainsi que la base cubique d’un buste orné d’un torque (Py, Lebeaupin 1994).
Dix fragments de piliers monolithes ont été identifiés, appartenant à cinq individus différents au moins, recassés volontairement en plusieurs morceaux lors du réemploi, comme le montrent les traces de découpe avec des coins et les retouches des extrémités. Ces piliers avaient au minimum deux mètres de hauteur si l’on en juge par les cas les mieux conservés ; les sections sont très similaires, situées entre 37 et 42 cm pour la largeur et entre 25,5 et 26,5 cm pour l’épaisseur. Les faces sommitales présentent une mortaise centrale, qui dans un cas se situe à l’intérieur d’une dépression circulaire (fig. 3). Le matériau employé est homogène : un calcaire coquillier gréseux local dont on connaît au moins une carrière d’extraction sur le site même. Les traces d’emploi d’une escoude et de coins métalliques que portent ces blocs sont parmi les plus anciens témoignages connus en Gaule d’une extraction de type méditerranéen, à l’aide d’outils de fer.

Un deuxième groupe est constitué de six fragments de stèles, dont trois ont gardé leur sommet arrondi (fig. 4). Ces éléments sont plus minces que les piliers mais présentent comme eux des angles chanfreinés. Cinq sont façonnés dans la même roche et un taillé dans un calcaire coquillier fin, manifestement étranger au substrat local, qui pourrait provenir de Beaucaire, à 15 km au sud du Marduel. La taille est de moindre qualité et plus hétérogène, ce qui fait penser à des œuvres de tailleurs de pierre occasionnels réalisées à diverses périodes, contrairement aux piliers dont l’homogénéité et les caractères techniques témoignent d’un chantier professionnel bien organisé.

 

 

Internet

 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4366280
Nb de visiteurs aujourd'hui:122
Nb de connectés:14