Rome 0 Thermes Rione San Saba Thermes de Caracalla









Rome Rione San Saba Thermes de Caracalla
English Translation
Rione San Saba R XXI
Regiones Quattuordecim        Regio XII Piscina Publica
 

 
 
Historique Voir ICI
History Click HERE
 
 
 
 
 
 
 
Les Thermes de Caracalla ou Antoniniens furent commencés sous le règne de Septime Sévère et achevés en partie sous le règne de l'empereur Caracalla sur l'Aventin entre 212 et 217 comme le prouvent les timbres apposés sur les briques Par contre l ‘enceinte extérieure fut réalisée par Héliogabale et Alexandre Sévère.
Ces thermes étaient grandioses ( 11 hecares ) avec une décoration très riche avec des ornements précieux ils pouvaient contenir 1600 personnes et étaient destinés aux population de la XII Région. Pour les construire , tout un quartier est démoli et creusé de six mètres . On a retrouvé les vestige d’une domus Hadriana, qui a été rasée .
Polemius Silvius, auteur du Ve siècle les décrivait comme une des7 merveilles de Rome


 
Comme les principaux chefs-d'œuvre de l'ingénierie romaine, les thermes avaient comme éléments de base une arche et des voûtes énormes qui couvraient les passages et les pièces, tandis que les voûtes croisées dominaient les vastes pièces centrales, avec l'utilisation conjointe du béton et de la brique Cela est mème utilisé pour les locaux de services tels que les vestiaires, les laveries,
Comme les constructions semblables du IIe siècle, il avait un grand bâtiment central, entouré de grands jardins, auquel on accédait par quatre portes. Toutes les pièces étaient couvertes de mosaïques et de marbres précieux, provenant généralement d'Asie et d'Afrique du Nord.
L'approvisionnement en eau a été obtenu à partir d'une branche de l'Acqua Marcia et aussi par l'Acqua Antoniniana, construit tout spécialement pour ces thermes en 212 en captant une une nouvelle source. Cela alimentait 64 citernes de 80 000 litres chacune, Les thermes de Caracalla avaient des voûtes s’élevant à 23 m de haut la mer; mais l'eau pouvait être envoyée à presque 40 m de haut ( 39.65 m pour être précis )
Les piscines du complexe pouvaient donc être remplies sans problème grâce à la pente appropriée de l'aqueduc.
L’'eau était chauffée grâce à des foyers se trouvant en sous sol et à des canalisations placés dans les murs et sous les planchers qui répandaient l'air chaud ( hypocaustes )

.Divers travaux de restauration ont été effectués par Aurélien, Dioclétien et Théodoric. Cependant, après la destruction des aqueducs par Vitigès , roi des Goths, en 537 les Thermes de Caracalla, comme tous les autres bains, ont cessé de fonctionner.
orsque les Goths détruisent l'aqueduc l'alimentant, les thermes de Caracalla sont devenus des carrières pour les nouvelles constructions de la ville. Ainsi, le Pape Paul III puisa largement dans cette réserve pour la construction de l'actuelle basilique Saint Pierre.
Les thermes ont été fouillés depuis le XVIe siècle, ce qui a enrichi la collection Farnèse.
Ce pillage a aussi permis la mise à jour de nombreuses statues telles que le Taureau et l'Hercule de la collection Farnèse de Naples. Vous retrouverez aussi, devant l'ambassade de France, sur la piazza Farnèse, deux grandes fontaines de granit provenant des thermes de Caracalla.
En 1938, un mithraeum, le plus grand de Rome, a été découvert. Tout au long de la deuxième moitié du XXe siècle, la partie centrale des thermes servait à des concerts et à des représentations théâtrales pour la saison de l'Opéra de Rome. En 2000, les installations de divertissement ont été supprimées.
LE COMPLEXE
Le complexe couvre une surface de 337 m. x 328 m on arrive même avec les exèdres, Le corps central mesure à lui seul 220 m. x 114.
L'orientation du caldarium  plein sud le fait pleinement profiter de l'exposition au soleil,  Il fait d ‘ailleurs saillie.
A l'intérieur de la distribution des chambres était symétrique: au centre la basilique, couverte par trois voûtes croisées, ensuite on passait au Caldarium (le plus chaud) au Tepidarium (tiède) pour finir dans la plus grande salle, le Frigidarium (froid). , sur les côtés de la salle de gymnastique  des vestibules et des vestiaires. Il y avait un jardin des boutiques et restaurants, un stade des bibliothèques, des médecins
L'ENCEINTE
Une série de pièces avec des arcades à double arche soutenaient un côté du remblai sur lequel se trouvaient les thermes.
Au-dessus se trouvait une enceinte extérieure avec un portique dont il ne reste presque rien.
De chaque côté de la clôture, il y avait deux colonnades, deux exèdres symétriques et deux chambres à l'abside, sur les côtés deux petites pièces: une avec une basilique absidiale et une avec un plan central.
Au fond, une exèdre aplatie, avec des marches, cachait les énormes citernes placés 2 par 2 cote à cote, d'une capacité de 80 000 l.
Sur les côtés dans les absides on trouvait des bibliothèques dont celle reste celle de droite reste. Une passerelle surélevée et une arcade suivaient l'enceinte, tandis que l'espace entre l'enceinte et le bâtiment principal était occupé par des jardins.
CORPS CENTRAL
C'était un rectangle avec au centre faisant saillie au sud-ouest, une exèdre . Les pièces les plus grandes sont au centre et de chaque cote symétriquement on trouve d autres pièces.
Il y avait 4 entrées, 2 donnant sur les vestibules et 2 sur les gymnases. Du vestibule,qui donnait sur la natatio avec un portique à 4 colonnes, on entrait dans l'apodyterium,ou vestiaire.
Deux gymnases, étaient disposés symétriquement le long des petits côtés avec une cour centrale de 50 mètres x 20, fermée sur trois côtés par un portique de colonnes en marbre jaune, avec voûte croisée recouverte de mosaïques polychromes
A partir du portique on trouvait un grand hémicycle recouvert d'une demi coupole Les murs possédaient des niches qui devaient abriter des statues, On trouve de l autre coté une une longue pièce avec abside.

Sur le plus petit côté, il y a trois pièces voûtées pavées de mosaïque noir et blanc ; Sur l’autre coté du gymnase, il y avait quatre pièces, chauffées et avec de entrées inclinées et petites afin d ‘éviter la dispersion de la chaleur.
Dans la salle rectangulaire on trouve le laconicum (le sauna), où deux rangées de fenêtres qui sont baignées de lumière de midi au coucher du soleil Le sauna possède une grande piscine plus 6 piscines placées entre les pylônes
De là, on passe au caldarium, une salle circulaire de 34 mètres, avec un bassin rond d'eau chaude au milieu pour humidifier l'air. Ce chemin était symétrique et identique dans l'autre moitié du bâtiment.
Puis on arrive dans le tepidarium, plus petit et plus tempéré, qui est une pièce carrée avec deux bassins latéraux et des niches sur les murs.
Enfin, à travers la grande salle centrale de la basilique, nous arrivons à la natatio, la piscine extérieure. Tous les bassins étaient en marbre

La basilique, en forme de croix mesurait 58 mètres x 24, Le plafond était en voûtes croisées posé sur 8 piliers et 8 colonnes de granit: au centre on trouvait deux magnifiques bassins de granit qui se trouvent aujourd’hui transformés en fontaine à la Piazza Farnèse.
Sur les côtés on trouvait les salles pour les massages avec huile et sable. Puis on arrive à la natatio, découverte un bassin de 50 x22 m
.Sur l'un des grands côtés, il y avait deux absides, encadrées par 4 colonnes de granit monolithiques: la seule survivante est, depuis 1563, sur la place de S.Trinita à Florence.
En face on trouvait 18 niches qui se chevauchent sur deux étages, avec d ‘énormes colonnes de granit gris, à grands chapiteaux sculptés avec des divinités. des colonnes et des statues,
LA PISCINE OLYMPIQUE

Cette piscine découverte  une piscine olympique anté litteram   avait des dimensions énormes soit 50 x 22 mètres  Les murs qui l’entouraient étaient haut de 20 m  Il y avait des étages car on a retrouvé un escalier pour y accéder,
Il y avait des bibliothèques dont une a était découverte en 1912 et fouillé dans les années 80 Elle est située  à côté de l'entrée de l'Aventin: C’est une pièce rectangulaire de 38 par 22 mètres, trois murs possèdent  32 niches dont une plus grande au centre qui devait accueillir peut-être  une statue d'Athéna.

La  décoration des  gymnases, a pu être reconstituée  car une partie de la décoration a été retrouvée,Elle était en marbre précieux du mont Pentelique  Le décor ait fabuleux avec des bases, des chapiteaux décorés de couronnes de chêne, des images de Jupiter, architrave, et autres symboles.

Des putti ailés, qui chassaient aussi un sanglier; les armes, et même la tête d'un barbare: qui devait faire référence aux campagne  militaires, peut-être de Septime Sévère, père de Caracalla, à qui nous devons les Thermes, inauguré en 216.
Les chapiteaux, les colonnes et les bases de la Bibliothèque ne sont plus là: depuis le début du XIIIe siècle, ce sont ceux de la nef centrale de Santa Maria in Trastevere;
Les bustes des divinités égyptiennes, et se réfèrent à la bibliothèque d'Alexandrie, ont été découverts Les2 600 fragments restent stockés ".
Les souterrains
 
 
Ce sont les seuls survivants des thermes de la ville de Rome 
Ces sous sols étaient le cœur des Thermes avec une multitude  employées et des matériels en effet ici travaillent des centaines d'esclaves et de travailleurs qualifiés pour faire fonctionner la machine technologique complexe des bains.
 
Le trafic vers et depuis les bains souterrains devait être continu mais parfaitement organisé . En fait, à une entrée du tunnel, du côté de Via Antonina, se trouvait un grande giratoire avec un poste de garde au centre avec gardien  qui contrôlait le trafic des charrettes , et les hommes servant dans les thermes. 
En plus de l'élévation de deux étages, qui, dans certains points de mesure pas moins de 37 mètres de hauteur, les thermes de Caracalla possèdent trois niveaux souterrains, dont ouvert au public, pour l'instant, seulement deux galeries à environ 2 km conservés.
Les voûtes en berceau qui recouvraient les sous-sols étaient supportées par des piliers carré en brique de 19x19 cm Ce labyrinthe de tunnels de plus de six mètres de large, courent sur  deux kilomètres
Ils sont pratiquement intacts  avec leurs voûtes en berceau de six mètres de haut, s'articulant dans un labyrinthe de carrefours et de virages.
Dans ce monde inconnu, on trouve un espace de service gigantesque et bien équipé, puisque la fréquentation des thermes se situait entre 6000 et 8000 personnes par jour, ce qui témoigne aujourd'hui à la fois de la capacité artistique et du génie de l'ingénierie romaine.  Il y avait des salles de service pour la bonne gestion des bains, avec un réseau routier souterrain qui permettait le passage aux charrettes tirées par des mulets, au chargement et au déchargement des marchandises, comme la lessive sale, jetée des étages supérieurs par les trappes. sable pour l'arène, et les fagots et le bois, accumulés dans de grands magasins à côté des fours. Certainement ici étaient également les magasins, avec des oreillers, des serviettes, des serviettes, des rideaux, de la nourriture, des vins, et n'importe quel outil scénique pourrait encourager les Romains riches. Il y avait aussi un réseau complexe de tuyaux qui conduisaient l'eau chaude ou froide vers les réservoirs et les fontaines, et il y avait aussi, pour le moins, proportionné à la splendeur et à la taille des bains, un moulin à eau qui permettait l'échange de les eaux.  Ici on été retrouvé des grandes œuvres d'art qui se trouvent  maintenant dispersées dans de nombreux musées du monde, et en particulier au Musée Archéologique de Naples  comme L’Ercole et le Toro Farnèse, 

Sont exposées des pièces magnifiques et impressionnantes qui permettent d'imaginer et de reconstituer la somptuosité de la décoration originale: Par exemple, les chapiteaux  haut d'un mètre et demi, et exposés posés sur des fausses colonnes de trois mètres de haut .On a trouvé aussi un bas relief racontant les campagnes de l'empereur contre les barbares. Thème inhabituel dans un environnement de thermes qui nous montre comment les thermes étaient avec le forum impérial et l arc de triomphe  un des support des la  publicité pour les empereurs romains Ce bas relief en morceau devait faire 100 m de long.   Ces souterrains servent d’antiquarium en présentant diverses pièces qui se trouvaient dans ces thermes
En 1938, on a découvert le plus grand mithraeum de Rome, avec vestibule flanqué de deux zones de service, avec écuries pour le taureau du sacrifice, suivi d'une petite salle et la salle de classe principale.
Deux comptoirs latéraux pour le banquet possèdent un sol en mosaïque blanche, On y a retrouvé la fosse pour recueillir le sang du sacrifice, des bases de statues et d'une niche pour un bas-relief de Mithr a terrassant le taureau Il est accessible dans les jardins de l'extérieur de l'enceinte.
Parmi les œuvres retouvées dans les ruines du Complexe thermal
Mosaïques avec des athlètes en 1824, désormais ,aux Musei Vaticani.
Vasques en granite  desormais Piazza Farnese,

Vascques  désormais cortile del Belvedere  Musei Vatican

Colonna delle giustizia désormais à Florence
Statue de  Minerva,
Statue de Venere,
Statua d’ une vestale
Statue d’une Baccante,
Toro  Farnese ou supplizio di Dirce

la grande Flora (Flora Farnese),
La maîtrise de la sculpture  des ces statues et la beauté des mosaïque  nous donne une idée du luxe et la  beauté de ces thermes  . Il faudrait aussi rajouter des bronze  des marbres des bas relief et les jardins . Le tout pouvait faire ressembler comme aurait put le dire Lucrèce à une tranquille demeure des dieux.
 
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6026248
Nb de visiteurs aujourd'hui:500
Nb de connectés:21