Egypte Pharaon et son armement Armure Char et Arc

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 16/06/2022 à 22:55:54



Egypte Pharaon et son armement Armure Char et Arc

 

Chronologie Egypte Ancienne

Les Chars de Guerre

 
L’Ancienne Égypte nous a légué en plus des pyramides des hiéroglyphes des momies toute une panoplie de matériel moins pacifique
En effet au début du Nouvel Empire,vont apparaître les arcs complexes, des chars et la tradition de porter des armures lourdes
Cette tradition de port d armure est propre à ces contrés du Moyen Orient et de l Égypte
Mais il faut savoir que l’armure était principalement un butin de guerre ou un hommage reçu des voisins.Ainsi elles étaient très rares et étaient associées à des attributs de pouvoir et de prestige
Les images du pharaon en armure, qui, du haut d'un char en course rapide, frappe avec un arc des foules d'ennemis fuyant devant lui, sont devenues une partie importante de l'iconographie royale égyptienne.
Mais peu à peu au fur et à mesure que le nombre d'armures augmentait, en plus du pharaon, d’autres personnages importants et certains types de guerriers ont peu les porter mais il est très rare que des simples guerriers aient pu en porter.
Chars, archers, armures
Les armures lourdes sont apparues pour la première fois au Moyen-Orient en Mésopotamie et en Syrie à la fin du IIIe / début du IIe millénaire Av JC Du croissant fertile elles ont "migré" vers les régions voisines.
Cela a été facilité, entre autres, par les changements dans la tactique militaire associé à la diffusion des harnais de char et à l'émergence de nouvelles tactiques de combat beaucoup plus mobiles.
A cette époque, les archers combattant sur des chars sont venus au premier plan, qui, grâce à leur mobilité, pouvaient effectuer des reconnaissances et agir sur les communications ennemies, tirer sur sa formation d'infanterie à distance de sécurité, poursuivre la fuite et également échanger des tirs avec char ennemi archers.
e char sera un élément essentiel l'armée égyptienne, après son introduction à la fin de la deuxième période intermédiaire (vers 1650–1550 avant JC) / au début du Nouvel Empire (vers 1550–1069 avant JC).
Les conducteurs de char ont été tirés des classes supérieures en Egypte. Les chars étaient généralement utilisés comme plate-forme mobile à partir de laquelle utiliser des armes à projectiles et étaient généralement tirés par deux chevaux
Il y avait deux soldats un conducteur qui portait un bouclier et un homme avec un arc ou un javelot. Les chars avaient également un soutien d'infanterie. À l'époque de Khadesh, cette subdivision d’arme était à l'apogée de son développement. Il a été conçu pour allier vitesse et la maniabilité, tout en étant léger et délicat en apparence. Sa puissance offensive résidait dans sa capacité à manœuvrer rapidement, de charger à plusieurs reprises, à pénétrer la ligne ennemie et à fonctionner comme une plate-forme de tir mobile qui permettait aux membres d'équipage de combat de tirer de nombreuses flèches à partir de l'arc composite.
Le corps de chars était une arme indépendante mais était rattaché à l d'infanterie.
De nombreux véhicules plus légers ont aussi été utilisés pour des tâches de reconnaissance et de communication. Au combat, les chars étaient déployés en escadrons de 10, allant jusqu’à la plus grande unité s'appelait le pedjet, commandée par un officier avec le titre de «commandant d'un hôte de chars» et comptant environ 250 chars.
Les chars sont des véhicules tractés par des chevaux à deux roues à rayons qui obligent leurs conducteurs et passagers à se tenir debout lorsqu'ils sont en mouvement
Simplement décrit, le char existe depuis des siècles dans le Proche-Orient, montrant non seulement le statut de propriétaire dans les sociétés, mais aussi en temps de guerre. Cela est devenu vrai au XVIe siècle lorsque le char a été utilisé lors d'une guerre avec l'armée Hyksos (Shulman).
Les chars seront utilisés comme des taxis de la Marne afin de transporter les archers vers des positions de tir appropriées, où ils descendaient de cheval et tiraient à l'arc à pied, remontant dans leurs chars et s'enfuyant lorsqu'ils étaient menacés»
L'une des principales utilisations du char était de percer les lignes de front de l'ennemi. Maisil faut savoir que les chevaux de guerre, bien qu'entraînés, ne chargeront pas volontairement dans des rangs massifs d'infanterie, préférant toujours s'arrêter et s'arrêter juste avant leurs lignes, quelles que soient les intentions des cavaliers et des manieurs»
Les chars se révèlent plus utiles sur un terrain plat et ininterrompu, c'est là que leur vitesse et leurs capacités de manœuvre étaient à leur apogée.
Mais au IX et VIIIe siècles les chars égyptiens sont incapables d'accomplir leurs tâches prévues en raison de la nature même de le paysage; montagneux et rocheux.
Des chercheurs affirment que les chars étaient responsables de la fin de l'âge du bronze tardif et que les mercenaires de la région à cette époque ont consacré beaucoup d'efforts et de temps à observer et à apprendre les forces et les faiblesses des styles de guerre de l'armée égyptienne pour aider dans les futures rébellions qu'ils organiseraient pour renverser le gouvernement

L'utilisation d'une armure de protection permettait au guerrier de libérer ses mains pour tendre un arc , et lui a également fourni une bonne protection contre les flèches et les fléchettes de l'ennemi.
Ramsès II à la bataille de Kadesh
Arc composite
 
L' arc composite avait une grande portée La longueur maximale de tirage était celle du bras de l'archer. L'arc, bien que non cordé, se courbait vers l'extérieur et était sous une tension initiale, augmentant considérablement le poids de traction. Un simple arc en bois ne correspondait pas à l'arc composite en termes de portée ou de puissance. Le bois devait être soutenu, sinon il se briserait. Ceci a été réalisé en ajoutant une corne au ventre de l'arc (la partie faisant face à l'archer) qui serait comprimée pendant le tirage au sort. Un tendon a été ajouté à l'arrière de l'arc, pour résister à la tension. Toutes ces couches ont été collées ensemble et recouvertes d'écorce de bouleau.
Les arcs en composite nécessitaient plus de soins que les simples arcs de base et étaient beaucoup plus difficiles et coûteux à produire.
Ils étaient plus vulnérables à l'humidité, exigeant qu'ils soient couverts. Ils devaient être détachés lorsqu'ils n'étaient pas utilisés et ré-enfilés pour l'action, ce qui nécessitait généralement l'aide d'une deuxième personne. En conséquence, ils n'ont pas été utilisés autant qu'on pourrait s'y attendre. Le simple arc de portée n'a jamais disparu du champ de bataille, même dans le Nouvel Empire. Les arcs les plus simples étaient utilisés par la plupart des archers, tandis que les arcs composites allaient d'abord aux chars, où leur pouvoir de pénétration était nécessaire pour percer le blindage en écailles.Les premières pointes de flèches étaient en silex, qui a été remplacé par le bronze au IIe millénaire. Les têtes de flèches étaient principalement faites pour le perçage, ayant une pointe acérée. Cependant, les pointes de flèches pouvaient varier considérablement, et certaines étaient même émoussées (probablement davantage utilisées pour la chasse au petit gibier).
 
 


 
La première découverte de restes d'armures en plaques provient du cimetière Hyksos près de Gaza, datée des XVIIIe et XVIIe siècles AV JC.
Les fragments retrouvés prouvent que nous avonbs affaire à deux types d armures une avec des écailles très grandes, d'environ 12 à 15 cm de long et 4,5 cm de large, de forme rectangulaire, pointues vers le bas, avec une nervure de raidissement verticale qui court en son centre et les autres beaucoup plus petites, également rectangulaires, arrondis en bas et sans raidisseur.
Les nombreux trous dans les plaques indiquent que l'armure appartenait au type lamellaire, dont une caractéristique était l'absence de base molle. 
Les plaques étaient attachées ensemble avec un fin cordon de cuir. La reconstruction de l'apparence de la coquille est possible grâce aux nombreuses images de guerriers vêtus d'une telle armure, y compris ceux d'origine égyptienne.
Armure lourde Égypte
 
Pendant la Période dite des Hyksos Au début de l'ère du Nouvel Empire, des arcs complexes, des chars et la tradition de porter des armures lourdes sont venus en Égypte du Moyen-Orient. La première armure était principalement un butin de guerre ou un hommage reçu des voisins. Pour cette raison, ils étaient très rares et étaient associés à des attributs de pouvoir et de prestige. Les images du pharaon en armure, qui, du haut d'un char en course rapide, frappe avec un arc des foules d'ennemis fuyant devant lui, sont devenues une partie importante de l'iconographie royale égyptienne. Au fur et à mesure que le nombre d'armures parmi les Égyptiens augmentait, non seulement le pharaon, mais aussi d'autres guerriers ont commencé à les porter.
Chars, archers, armures
Les armures de protection lourdes sont apparues pour la première fois au Moyen-Orient en Mésopotamie et en Syrie à la fin du 3e - début du 2e millénaire av. et de là "migré" vers les régions voisines. Cela a été facilité, entre autres, par les changements dans les affaires militaires associés à la diffusion des harnais de char et à l'émergence de nouvelles tactiques de combat beaucoup plus mobiles. A cette époque, les archers combattant sur des chars sont venus au premier plan, qui, grâce à leur mobilité, pouvaient effectuer des reconnaissances et agir sur les communications ennemies, tirer sur sa formation d'infanterie à distance de sécurité, poursuivre la fuite et également échanger des tirs avec char ennemi archers. L'utilisation d'une armure de protection permettait au guerrier de libérer ses mains pour tendre un arc complexe ., et lui a également fourni une bonne protection contre les flèches et les fléchettes de l'ennemi.
 
Char égyptien avec équipage composé d'un conducteur de char et d'un archer, vers 1430 av. Reconstitution par Angus McBright.

 
La première découverte de restes d'armures en plaques provient du cimetière Hyksos près de Gaza, datée des XVIIIe et XVIIe siècles av. Les assiettes ont été conservées en fragments, mais il est clair qu'elles appartenaient à au moins deux variétés : très grandes, d'environ 12 à 15 cm de long et 4,5 cm de large, de forme rectangulaire, pointues vers le bas, avec une nervure de raidissement verticale qui couru au milieu, et beaucoup plus petits, également rectangulaires, arrondis en bas et sans raidisseur. Les nombreux trous dans les plaques indiquent que l'armure appartenait au type lamellaire, dont une caractéristique était l'absence de base molle. Les plaques étaient attachées ensemble avec un fin cordon de cuir. La reconstruction de l'apparence de la coquille est possible grâce aux nombreuses images de guerriers vêtus d'une telle armure, y compris ceux d'origine égyptienne.
Armure lourde en Égypte
En raison de contacts étendus avec la région syro-palestinienne pendant la période dite Hyksos (1730-1580 Av JC), les Égyptiens ont introduit dans leur arsenal les chars et les armures lourdes que leurs voisins utilisaient
La preuve la plus ancienne de sa présence est la peinture de la tombe de Ken-Amon, le petit-fils du pharaon Amenhotep II (1425-1401 av. J.-C.), qui montre l'armurerie royale. L'armure illustrée est une chemise blindée de coupe droite, environ jusqu'aux genoux, avec des manches courtes et un col montant haut.
L’armure est constituée de plaques rectangulaires avec un bord inférieur arrondi et une nervure de raidissement longitudinale, situées les unes sur les autres.On trouve aussi un trou pour faire passer un cordon enfilé à travers deux trous, l'un en dessous de l'autre, par lequel chaque plaque est reliée à celle sous-jacente.
 
 Carapace sur une fresque de la tombe de Ken-Amon.
commons.wikimedia.org
On voit des armures du même type sur le tableau du mur gauche de la salle M de la tombe du pharaon Ramsès III (1186-1154 av. J.-C.).
 La peinture représente quatre groupes d'armures, quatre dans chacun, dans lesquels une coque repose sur l'autre. Malgré les 200 ans qui se sont écoulés depuis l'époque d'Amenhotep II, les différences entre les armures sont minimes. Les écailles de l’armure de Ramsès III sont un peu plus petites. Les rangées de numérotation horizontale ne sont pas décalées les unes des autres. Les plaques qui composent les manches de l'armure sont représentées perpendiculairement aux plaques du torse, et n'en sont pas la continuation, comme dans l'armure d’Amenhotep II
 L'armure de Ramsès III n'a pas de bordure, et son haut col montant est un peu plus bas et se compose de deux rangées de plaques. De plus, il a une fente au niveau de la gorge. Les écailles sont peintes en rouge, bleu et vert.
Armure sur le tableau du mur gauche de la salle M de la tombe du pharaon Ramsès III.  pinterest.com - Armure de pharaon |  warspot.ru
 Armure sur le tableau du mur gauche de la salle M de la tombe du pharaon Ramsès III.

 
Armure de Toutankhamon
Parmi les découvertes faites lors de la fouille de la tombe de Toutankhamon (1332-1323 av. J.-C.) dans la "Vallée des Rois" à Louxor en 1922, se trouve une armure de cérémonie appartenant au pharaon ce qui est une trouvaille unique pour l'Égypte
A ce jour malgré un nombre considérable d'images la cuirasse de Toutankhamon reste la seule armure retrouvée in situ.
Mais avec l’avancée des technologies on a trouvé des traces invisibles à l’œil nu
Grâce à cette technologie, les scientifiques ont décelé d’invisibles marques sur la cuirasse du jeune roi d’Égypte. "Il a été possible d’observer une abrasion le long des bordures des écailles de cuir, ce qui signifie que l’armure a été considérablement utilisée", "Cela veut dire que Toutankhamon a porté, et qu’il avait même peut-être assisté à une bataille
Si cela est vrai, ce serait une incroyable révélation, contredisant l’idée que Toutankhamon était un enfant-roi faible et chétif" car jusqu'à présent les spécialistes avaient dressé un portrait peu flatteur du souverain.suggérant qu'il était incapable de conduire un char en raison du
pied-bot dont il souffrait,Il faut dire que la présence importante de cannes dans le mobilier funéraire allait dans ce sens. D'autres découvertes sont des pièces d'armure venant de panoplies diverses ce sont le plus souvent des plaques de bronze, cousues sur une base tissée souple. A ce propos, on peut citer des plaques de bronze du palais d'Amenhotep III (1388-1351 avant J. Musée de Brooklyn.
 
 
Armure de Toutankhamon immédiatement après la découverte
1/2

 
 
​Le croquis d'Howard Carter sur la façon d'attacher des plaques de cuir à une base d'armure tissée - Pharaoh's Armor |  warspot.ru Сделанная Говардом Картером зарисовка способа крепления кожаных пластин к тканой основе доспеха
Une autre caractéristique unique de cette découverte est le matériau de l'armure, qui se compose de plaques de cuir rectangulaires reliées les unes aux autres par des lanières de cuir et cousues sur une base tissée en lin. Les plaques sont de forme rectangulaire, leur bord inférieur est pointu. Chaque plaque a un raidisseur convexe et quatre trous à travers lesquels un cordon a été passé à travers lequel les plaques ont été reliées les unes aux autres et attachées à une base tissée.
 On peut supposer que les armures en cuir étaient très répandues dans l'Antiquité, ce qui était facilité par le bon marché relatif du matériau, la légèreté du produit fini et les conditions climatiques, qui rendaient les armures en cuir beaucoup plus confortables à porter que les armures en métal. Les mêmes prémisses s'appliquent non seulement à l'Égypte, mais aussi à d'autres civilisations du Proche-Orient ancien.
 Écailles abandonnées de l'armure de Toutankhamon.
 
Depuis la découverte en 1922, certaines parties de l'armure ont beaucoup souffert. Comme on peut le voir sur les photographies, la plupart des plaques de cuir qui composaient l'armure étaient séparées de la doublure en lin. Les plaques elles-mêmes sont devenues très cassantes, certaines d'entre elles sont perdues. Pour sauver la découverte de la destruction, Alfred Lucas, un restaurateur anglais qui a travaillé à l'excavation de la tombe avec l'archéologue Howard Carter, a utilisé de la paraffine, dont il a imprégné la peau. Après cela, l’armure a été conservée dans les réserves du Musée égyptien pendant près de cent ans et, en raison de son mauvais état, n'a jamais été exposée. Une nouvelle étape dans l'histoire de cette découverte a commencé avec le transfert de la collection du musée dans le nouveau bâtiment du Musée égyptien. L'équipe de restaurateurs a étudié les restes de l'armure pendant deux mois, puis les travaux de restauration ont duré environ un mois.
Une reconstruction à l’identique a été réalisée par, la spécialiste des cuirs anciens Lucy Skinner membre de l’Institut des technologies innovantes du cuir, elle a mis en œuvre les techniques expérimentales dont elle a le secret pour parvenir à fabriquer une réplique fidèle de l’objet.
Elle a travaillé sur plusieurs méthodes de tannage expérimentales pour créer des répliques de chacune des écailles.
Ce travail de reconstruction s’avère lui aussi crucial pour sauvegarder ce trésor de l’Égypte antique, très fragile et déjà fortement endommagé lors de son extraction de la tombe du pharaon en 1922. Seule une infime portion de l’armure subsiste aujourd’hui, et les conservateurs du musée du Caire espèrent bien que ces travaux récents permettront d’aboutir à une restauration minutieuse de l’objet. Capable de résister à la violence des combats, l’armure semble en revanche bien impuissante quand il s’agit de faire face aux affres du temps.
 
Armure de Toutankhamon après restauration.

 

 

Iconographie royale

 

Étant un objet rare et associé à des considérations de prestige, l'armure est devenue une partie importante de l'idéologie pharaonique du pouvoir. 
Parlant des préparatifs de Ramsès II pour la bataille contre les Hittites à Kadesh en 1274 av. J.-C., Pentaur, l'auteur du texte du poème égyptien, décrit son apparition dans les termes suivants :
et il est apparu dans l'éclat, comme le père de Montu,avec des armes militaires et vêtu d'une armure ,comme Baal dans sa grande heure."
Baal est le dieu du ciel, combattant la mer. Assimilant Ramsès II à une divinité, le poète a voulu souligner non seulement sa puissance, mais aussi le grand nombre de ses ennemis.
 Un autre détail de cette image est le port de l'armure par le roi, qui occupe une place de choix dans l'iconographie royale de l'époque du Nouvel Empire. Sur de nombreux monuments, le pharaon est représenté en vainqueur, monté sur un char, en armure de plaques, un arc à la main, poursuivant ses ennemis.
 
Dessin colorisé représentant Ramsès II au combat contre les Hittites.
Un autre aspect important de cette image est la représentation de la peur et de la désorientation de ses ennemis, fuyant dans la panique la colère royale. Image de la puissance militaire royale, l'impuissance de l'ennemi était généralement véhiculée par l'exhibition d'armes brisées, de casques et d'armures abandonnés gisant partout, ainsi que de cadavres
. La preuve la plus évidente de cet aspect idéologique est les scènes de bataille qui ornent le corps en cuir du char de Thoutmosis IV (1397-1388 av. J.-C.).
 Le pharaon est représenté en couple avec le dieu Montu, tirant des flèches de son char sur un groupe d'auriges syriens
 Dans la confusion des chars en fuite, trois guerriers en armure se distinguent nettement. L'un d'eux, toujours au volant de son char bien qu'il ait été touché par une flèche, porte également un casque en ecailles et une armure de plaques.
Décoré de scènes de bataille, le côté droit de la boîte en relief du char de parade de Thoutmosis IV. Source : Spalinger, AJ Guerre dans l'Égypte ancienne. nouveau royaume. —Oxford : Blackwell Publishing, 2005
Trophées de guerre et cadeaux diplomatiques
En général, les armures lourdes, bien que connues en Égypte, restaient rares iet de plus les archéologues et historiens s'accordent à dire que ces armures n'étaient pas produites localement, mais étaient souvent des trophées de guerre pris en Palestine-Syrie
Thoutmosis III (1481 av. J.-C. - 1425 av. J.-C.), une fois sorti de l'ombre de la régence autoritaire d'
Hatchepsout, se fit rapidement un nom. Il fit du royaume d'Égypte, alors replié sur lui-même, une nation triomphante et conquérante. Et il se forgea une réputation de brillant stratège, lui ayant même valu beaucoup plus tard le surnom de « Napoléon d'Égypte ».
Quelques mois à peine après son accession au pouvoir, Thoutmosis III marcha avec une armée de 20 000 soldats sur Megiddo, dans le nord de l'actuel Israël, un site plus connu sous son nom grec : Armageddon. Une coalition d'opposants s'y était réunie à l'extérieur de la ville. Des scribes ont voyagé avec les forces de Thoutmosis III et ont consigné les détails de la campagne, une chronique d'une valeur inestimable connue aujourd'hui sous le nom d'Annales de Thoutmosis III.I (1479-1425 av. J.-C.), gravées sur deux stèles de Karnak.
Le pharaon faisant fi des conseils de son entourage surprit ses ennemis en franchissant un col montagneux dangereux pour monter une attaque directe et meurtrière sur Megiddo. Il chevaucha en première ligne pour prouver que les dieux les protégeaient, lui et ses troupes. Et en effet, tous franchirent le col indemnes Puis commença la bataille de Megiddo. « Sur un char d'or fin, paré de son armure étincelante », Thoutmosis III éblouit et intimida ses adversaires, qui abandonnèrent bientôt le combat et se retirèrent dans leur dernier bastion, à l'intérieur des murs de la ville. Thoutmosis III assiégea Megiddo pendant sept mois, affamant impitoyablement les derniers habitants jusqu'à ce qu'ils se rendent.
Ils rapportent qu'après la bataille de 
Megiddodans la 23e année de son règne, Thoutmosis III a capturé plus de 200 pièces d'armure sur le champ de bataille comme butin. Seules deux parmis le lot étaient fabriquées "en bronze de la plus haute qualité" et provenaient respectivement des dirigeants de Megiddo et de Kadesh. Les autres armures étaient en cuir. 
Les butins des campagnes militaires de Thoutmosis III - pillages, taxes et tributs - renflouèrent considérablement le trésor égyptien et firent du pharaon l'homme le plus riche du monde d'alors. Les terres conquises lui permirent par ailleurs d'étendre son influence. Les fils des souverains vaincus étaient emmenés en Égypte et éduqués à la cour. Acclimatés aux coutumes égyptiennes, ces enfants rentraient chez eux en étant favorables à la domination égyptienne.
Plus tard, dans la 35e année de son règne, Thoutmosis III a capturé un autre lot d’armures après un affrontement sur le champ de bataille avec une coalition d'alliés syriens du Mitanni. Cette fois, son butin était de deux cuirasses et cinq casques de bronze.
Scènes de bataille, le côté gauche de la boîte en relief du char de parade de Thoutmosis IV

 
 
Après la victoire de Megiddo, Thoutmosis III a reçu une énorme quantité de cadeaux et d'hommages étrangers. À partir de la 38e année de son règne, l'armure est incluse dans le nombre d'offrandes annuelles reçues du pays de Retenu (Syrie).
Les annales de Karnak répertorient les armures de bronze présentées au pharaon en hommage les 38e, 41e et 42e années de son règne. 
Dans le même temps les hauts fonctionnaires et des nobles du pharaon ont reçu des armures et des casques en cadeau.
Dans la nécropole du cheikh Abd el-Qurna, il y a au moins cinq scènes d'offrandes par des délégations étrangères de casques et d'armures au pharaon et à son entourage. Le nombre de cuirasses ne dépasse pas un ou deux, et celui des casques varie de cinq à dix. Tous les cadeaux sont peints en jaune pour le bronze. Tous ces monuments datent du règne de Thoutmosis III et de son successeur Amenhotep II.
Syriens apportant des casques sont représentés dans la tombe de Menkheperrasoneb, prêtre d'Amon à Thèbes, datée du règne de Thoutmosis III.

 
 
Une tablette d'argile avec un texte cunéiforme akkadien trouvée dans une archive diplomatique à Tell el-Amarna mentionne des cadeaux envoyés en Égypte par le roi mitanien Tushratta (1370-1350 av. J.-C.) à l'occasion du mariage de sa fille Taduhipa avec le futur pharaon Amenhotep III (1388-1351 av. J.-C.).
Tablette d'argile de Tell el-Amarna décrivant les cadeaux envoyés en Égypte par le roi Mitanni Tushratta

Parmi les cadeaux de mariage on trouve une cuirasse en bronze, un casque en bronze, une autre cuirasse en cuir, un casque en bronze pour un soldat Sharku, des couvertures de cheval en cuir renforcées de plaques de bronze et deux bonnets de cheval en bronze.
Répartition des armures parmi les soldats égyptiens
L'afflux constant d'armures par la capture de trophées, d'hommages et d'échanges de cadeaux à la fin de la 18e dynastie a conduit à l’équipement progressive de l'armée égyptienne en équipements de protection.
La répartition des casques et des armures parmi les soldats égyptiens peut être jugée sur la base de documents illustrés. Un fragment d'un relief qui devait appartenir au bâtiment de Toutankhamon à Karnak, mais qui a été réutilisé dans un bâtiment d'une époque ultérieure, montre deux casques à panaches de plumes portés par des auriges égyptiens. Un autre relief, peut-être originaire du même bâtiment, représente un groupe de chars égyptiens. L'un des deux auriges porte un casque à plumes semblable à ceux décrits ci-dessus.
Bloc de la tombe Memphis Horemheb représentant un groupe de soldats casqués. Musée Archéologique, Bologne. Photo de l'auteur

 
Un bloc de la tombe Memphis d' Horemheb (1319-1292 avant JC), maintenant au musée de Bologne , montre un groupe de sept soldats, probablement des auriges, portant une lourde charge sur leurs épaules. Trois d'entre eux portent un casque sur la tête. Un fragment d'une scène de bataille du temple funéraire Horemheb représente un char égyptien traversant un champ jonché de cadavres d'Asiatiques. Des deux guerriers debout à l'arrière du char, seul le conducteur de char porte un casque, tandis que la seule protection du porteur de bouclier est son bouclier.
 En règle générale, les auriges étaient 
d'origine aristocratique , tandis que les porteurs de boucliers appartenaient aux couches inférieures de la société. En conséquence, la différence d'équipement des deux guerriers reflète la différence non seulement de leur rang militaire, mais aussi de leur statut social
   


Copyright © 2003-2022 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5798765
Nb de visiteurs aujourd'hui:494
Nb de connectés:41