URSS Marine les vedettes Lance-Torpilles

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 21/01/2022 à 19:11:25



Les vedettes lance torpilles Soviétiques

 
 
 
La majorité de tous les vedettes lance-torpilles  à moteur à grande vitesse soviétiques de la Seconde Guerre mondiale étaient de ce type, appelés G-5. Cette vedette lance torpille extrêmement rapide est dérivé d'une série de prototypes mis au point par une équipe sous la direction du célèbre concepteur d'avions AN Tupolev. Près de 300 ont été construits, dont 73 ont été perdus pendant la guerre, et des dizaines sont restés en service après 1945.
La vedette "G-5" était l'un des bateaux les plus rapides au monde et était très bien armé pour son déplacement. Elle était adaptée aux attaques audacieuses surtout par mer calme. 
En effet les avantages de cette vedette s'accompagnaient d'inconvénients. Le redan qui permettait d'atteindre une vitesse élevée était également à l'origine du fort lacet et de la perte de vitesse sur les vagues.
Dans une mer agitée à pleine vitesse, le bateau a été battu par les vagues et il était donc humide car de fortes éclaboussures ont entravé le travail de l'équipage et l'observation. Cela peut diminuer la précision des tirs de torpilles et de mitrailleuses.
Pour les torpille il faut savoir que les vedettes étrangeres de même tonnage étaient généralement armés de torpilles moins puissantes de calibre 450 – 457 mm.
Historique
La marine tsariste était connue pour son innovation et sa volonté d'adopter des idées, aussi cette politique s'est soldée par l'achat de technologies de conception de coques et de machines en France, en Allemagne et en Italie, selon les disponibilités
La marine soviétique post-révolutionnaire va insister après la guerre civile pour développer une force puissante et efficace de bateaux côtiers.
 La flotte de combat étant chargée de combattre au large , les bateaux côtiers navigant tous en eau peu profonde et abritée, et sur des petites distances doivent être affectés à cette mission
Il faut savoir que les Soviétiques ont en mémoire, les attaques réussies des CMB britanniques en 1919 qui avaient démontré le potentiel de ces bateaux tels que les Thornycroft de 55 pieds qui entre de bonnes mains ont fait d’énormes dégâts
Aussi les Soviétiques ont produit en 1928 un engin de 18 m asse bien réussi connu sous le nom de S4. Mais l’état de délabrement et d ‘anarchie de l’ URSS obligent les soviétiques à acheter des moteurs à essence américains qui se révèlent fiables
La forme saine de la coque permettait une vitesse d'essai très élevée,sur mer calme approchant les 50 nœuds, bien que considérablement diminuée par une charge de deux torpilles de 457 mm (18 pouces)  Environ 60 S4 ont été construits, donnant aux Soviétiques une expérience considérable,
En partant de cette vedette les Soviétiques vont produire une nouvelle vedette le type G5 de 19 m là encore fortement influencé par le CMB britannique en ayant une coque à gradins et deux auges à l'arrière pour le lancement arrière de torpilles dont la taille avait été augmentée. à 533 mm (21 po),
les Soviétiques ont réussi à mettre au point un moteur à essence performant qui était assez fiable et capable d'être amélioré.
 Le défaut du G5 était son utilisation précoce d'alliage d'aluminium pour la coque et les cadres, de sorte qu'il était en proie à des problèmes de corrosion. Pour cette raison, les embarcations D3 suivantes de 21,6 m ont été construites en bois,
De nombreux types G5 et D3 ont servi pendant la guerre, épaulées par plus de 200 bateaux livrés par les USA et le Royaume-Uni au titre du Land and lease
 Des vedettes blindées de divers types ont été également produites en grand nombre armés de canons et de canons dans des tourelles de chars. Ils étaient toutefois relativement lents mais Ils se sont avérés de redoutables embarcations à l aise sur les fleuves.
La vedette G 5
Les vedettes soviétiques [MTB] ont été développés à partir de l'expérience acquise avec la G 4 de conception antérieure elle même basée sur les CMB britanniques de la Première Guerre mondiale, des plans italiens et de nouvelles idées de conception soviétiques.
 La majorité de toutes les vedettes à moteur à grande vitesse soviétiques de la Seconde Guerre mondiale seront donc des G-5.
Les caractéristiques intéressantes du Type G-5 étaient les coques légères en aluminium et l’utilisation de torpilles plus puissantes de 21 pouces
Dans un premier temps les soviétiques utilisaient la torpille de 18 pouces
 Le type G-5 a été construit de 1930 à 1939 selon diverses spécifications en tant que séries 7, 8, 9,10 et 11,
la dernière série nommée étant produite en 1939, équipée de deux moteurs GAM 34 BSF qui nécessitaient des coques plus robustes, et un bateau aurait pu atteindre une vitesse de 62 nœuds à vide.
Quelque 329 bateaux ont été construits selon ce modèle de 1934 à 1944, répartis en cinq séries de base.
 En 1942, suite à l'utilisation réussie de lance-roquettes Katyusha 88 mm de fabrication artisanale à partir de bateaux de ce type, les autorités navales ordonnèrent que des lance-roquettes militaires de 82 mm et 132 mm soient adaptés à un usage naval ce qui fait qu’en 1945 242 avaient été commandés
 Certains des bateaux de classe G5 achevés de 1943 à 1944 avaient les lance-torpilles sur le pont à bâbord et tribord des lanceurs style LRM montés au-dessus de la tourelle.
Ces vedettes à coque métallique conçues par Tupolev, étaient extrêmement rapides, naviguer à 53 nœuds avec deux torpilles de 21 pouces (533 mm) plus une mitrailleuse de 12,7 mm.
 Ces vedettes G-5 utilisaient un système de lancement de torpilles inhabituel. Les torpilles n'ont pas été tirées à partir de tubes, ni suspendues à l'extérieur et larguées, mais montées sur des rails à l'arrière et ont été éjectées la queue la première derrière le bateau,
Au total, 321 bateaux "G-5" ont été produits. Ils ont été activement utilisés sur tous les théâtres de guerre, sauf dans le Nord.
 
 
 
 
 
 
 
 
 Les Vedettes Lance-Torpilles Sovietiques en action  
Vedette lance Torpille soviétiques au combat durant le 2e Guerre Mondiale
Le théâtre de la Mer noire.
 Le 20 juin 1942, la base Navale Allemande de Yalta semble sécure . En effet la base la plus proche des vedettes soviétiques se trouvait à Novossibirsk à une distance dépassant la portée des bateaux soviétiques G-5, les adversaires bien connus des Allemands.
Mais les allemands ne savaient pas que la flotte de la mer Noire possédait deux grosses vedettes développées par des constructeurs soviétiques à la veille de la guerre.
La nécessité d'avoir de tels navires avait déjà été définie lors des manœuvres de la flotte du Pacifique en 1935.
Ensuite, le commandant de la flotte MV Viktorov, lorsqu'il commentait les opérations des petits bateaux type Sh-4 et G-5 de Tupolev, avait déclaré : Pour les théâtres ouverts, comme l'océan Pacifique, nous avons besoin de bateaux de plus grand déplacement et de plus grande portée, capables de naviguer dans des vagues de force 5 au moins.
En effet, la faible navigabilité des petits bateaux, en particulier les Sh-4, n'était un secret pour personne. Même des vagues modérées les inondaient et pénétraient facilement via le cockpit très bas et ouvert au sommet.
Le lancement de torpilles n’était garanti lorsque les vagues n'étaient pas plus grosses que la force 1, et leur course en mer pouvait déjà être altérée aux vagues de force 3. En raison de leur faible navigabilité, les Sh-4 et G-5 atteignaient leur but car elles dépendaient du carburant mais aussi des conditions météorologiques. 
Toutes ces tares sont issues de l'héritage « aéronautique » des bateaux. Les constructeurs ont basé leur projet sur le profil d'un flotteur d'hydravion. 
Au lieu du pont supérieur, les Sh-4 et G-5 avaient une surface courbe abrupte
Si cela fourni une résistance mécanique élevée de la coque, cela pose beaucoup de problèmes car même à quai avec un bateau immobile il était difficile de tenir dessus
Alors q lorsque le bateau était à pleine vitesse, il était absolument impossible de tenir dessus à moins d’être attaché
 Cela s'est avéré un inconvénient très sérieux en ce qui concerne les opérations de combat: les équipes de débarquement devaient être logées dans les gouttières de torpilles car il n'y avait pas d'autre espace pour elles.
 Également en raison du manque de pont plat, les Sh-4 et G-5, malgré des qualités de flottaison relativement bonnes, ne pouvaient pratiquement pas transporter de plus grosses cargaisons.
 Une autre lacune « aéronautique » des bateaux de Tupolev était les profils fermés : ils se sont avérés trop chers et trop peu pratiques dans la construction navale. De plus, le matériau de la coque était défectueux. La corrosion a littéralement "dévoré" le duralumin, et les navires devaient passer en cale sèche pratiquement après chaque mission on mer.
Tout cela a obligé la marine à accélérer la définition des exigences imposées à l'industrie de la construction navale, concernant le développement de vedettes lance -torpilles plus grosses et plus marines pour les flottes du Nord et du Pacifique. 
À l'automne 1935, un groupe de constructeurs a lancé des projets des vedettes à coques en acier SM-3 et SM-4 (stalnoy morekhodnyi - et à trois et quatre moteurs.
 Un autre groupe a commencé des travaux simultanés selon le même cahier des charges sur les bateaux D-2 et D-3 à coques en bois
. À l'été 1939, les prototypes expérimentaux sont dévoiles à l'amiral Ivan Isakov, après quoi une commission a été créée pour effectuer des tests dans la Baltique.
il s'est vite avéré que le projet D-2 ne satisfaisait pas entièrement aux exigences de la marine : il s'est avéré trop instable sur des parcours en lacet
. Son déplacement dépassait à peine le G-5.
Par contre lors des essais du D-3 celui ci a fait preuve d’ une bonne agilité et un comportement marin tout à fait satisfaisant.
Avec un tonnage de 40 t et une puissance fournis par trois moteurs GAM 3600 ch, il pouvait atteindre une vitesse de 48 nœuds. 

Les meilleurs navires étrangers de type comparable n'ont atteint une telle vitesse que 15 ans plus tard.
 De plus, le D-3 avait une grande autonomie 355 milles contre 220 milles pour le G-5) et pouvait donc être considéré comme un vedette à longue portée.
Le test en mer Noire a confirmé la fiabilité et les qualités de combat des bateaux D-3, qui ont été mis en service et remis à la flotte de la mer Noire.
 Simultanément, le Commissariat du Peuple pour la Marine passa une commande de plusieurs dizaines de ces bateaux à l'industrie de la construction navale. Au printemps 1940, alors que la production des bateaux D-3 démarrait déjà dans plusieurs chantiers navals, il arriva que l'industrie aéronautique était incapable de livrer les moteurs GAM 1250cv.


 

 

Aussi la marine dut se contenter de moteurs de 1000cv, ce qui réduisit la vitesse en dessous de 40 nœuds.

Au moment où la marine a reçu les premiers D-3, l'industrie a également terminé la construction du prototype expérimental du SM-3.
 En février 1941, la commission d'État a commencé à tester le nouveau bateau. Il a été constaté dès les premières sorties des imperfections Coque peu solide et, les couples et bordées autour des moteurs vibraient excessivement à haut régime. 
Finalement ces problèmes divers vont provoquer la perte du prototype Filant à une vitesse de 42 nœuds, la coque en acier de 4 mm d'épaisseur s'est fissurée et l'eau a pénétrée dans la coque par une fissure était en plein milieu du compartiment moteur, Cette fissure menaçait de casser le bateau en deux sur des vagues de force 4.
 Heureusement, le SM-3 a réussi à revenir au port Il fut decidé que le bateau ne pouvait pas être mis en service ainsi et il fut recommandé le renforcement de la coque avec des longerons supplémentaires.
Cela va alourdir le bâtiment et le rendre moins rapide mais en retour la flotte de la mer Noire recevra une vedette à longue portée et plus solide
Quelques mois plus tard, l’entrée en guerre de l ‘URSS et le début de la Grande Guerre patriotique vont confirmer la prévoyance des spécialistes et la sagesse de leur décision.
Fin décembre 1941, le SM-3 débarque une escouade de reconnaissance sur le Cap Chauda. Quelques jours plus tard, le même bateau a navigué deux fois vers Kertch pour détourner le feu de l'artillerie allemande des troupes soviétiques
Le 18 juin 1942,une reconnaissance aérienne sur le port de Yalta repère plusieurs navires de guerre et des transports
Une force navale composée entre autre du D-3 et du SM-3 - les seuls torpilleurs à longue est chargée de l attaque
Comme la distance entre Novossibirsk, où les bateaux étaient basés, et Yalta dépassait la portée des bateaux, le responsable de la force a calculé que de l'essence supplémentaire stockée sur les ponts dans des barils fournirait suffisamment de carburant pour effectuer le assaut sur Yalta et retour à la maison. 
A cela s’ajoute que les Allemands sont persuadés d être hors de portée et en sécurité
Les soviétiques sont aussi persuadés que jouant sur l ‘effet de surprise les Allemands, dans le brouillard matinal vont prendre probablement les nav ires soviétiques pour leurs propres navires revenant de patrouille.
L’opération es décidée et le groupe composé de D-3 et du SM-3 va prendre le large dans la soirée du 19 juin, avec le carburant supplémentaire,

Après 7 heures de voyage, l attaque surprise à lieu
Après l'assaut les deux navires quitte le théâtre d’opération lorsque un obus d'artillerie a touché l'un des bateaux soviétiques en retraite rendant les moteurs du SM-3 inutilisables
Alors que le navire est en panne le D 3 le cache grace à un rideau de fumée et le remorque pour le mettre à l'abri des tirs d'artillerie
les moteurs sont remis en marché et à la vitesse de 20 nœuds. La force navale rejoint son port d’attache dans la soirée du 20 juin,
Bilan un sous-marin et une vedette coulés Plusieurs autres navires sont endommagés
Et plusieurs semaines après, les bateaux soviétiques se sont à nouveau distingués en coulant deux péniches de débarquement
Au début de la guerre, la marine soviétique, outre le prototype expérimental de la mer Noire, possédait deux autres bateaux D-3. Ce sont les seules vedettes avec lesquels la Flotte du Nord est entrée en guerre. 
En août, cinq autres unités sont transportées de Leningrad par train, et cette petite escadre a combattu jusqu'en mars 1943, lorsque la flotte du Nord a reçu au titre de la loi prêt bail des bateaux de type Higgins et Vosper, livrés par les Alliés.
Mais les D-3 et SM-3 ne furent pas les seules vedettes lance torpilles développées en URSS à la veille de la guerre.

Un groupe de constructeurs a développé un petit torpilleur Komsomolets, qui avait presque le même déplacement que le G-5, des tubes lance-torpilles améliorés et une meilleure défense anti-aérienne et anti-sous-marine. 
Le test réussi du D-3 a poussé les soviétiques à réfléchir à un projet de petit chasseur de sous-marin et de torpilleur construit sur la même coque universelle, et comme base de leur projet, ils vont utiliser lacoque du D-3.

 Les autorités ont soutenu cette idée et l'industrie a reçu une commande pour le développement d'une coque en bois, qui pourrait devenir soit un petit chasseur, soit un torpilleur, selon l'armement qu'il transportait.
 Le bureau des constructions à faible tonnage, filiale de Baltsudoproyekt, a achevé avec succès la tâche en 1941 : en 1942, un groupe de constructeurs a conçu le petit chasseur OD-200 et le torpilleur TD-200 sur une coque en bois universelle. Ce dernier, par rapport au D-3, avaient de lance-torpilles qui protégeaient les torpilles du givrage
. La chaîne de production des coques en bois s'établit dans l'une des usines évacuées
Outre la coque en bois, une coque universelle en acier a également été développée, qui est devenue la base du petit chasseur OM-200 et du torpilleur TM-200.
   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6149031
Nb de visiteurs aujourd'hui:1730
Nb de connectés:41