Serbie 1914 1918

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 01/10/2021 à 22:14:28



La Serbie  1914 -1918
 


 

 

 

En raison de sa position géopolitique dans les Balkans, la Serbie ne peut être comprise qu'à travers le cadre plus large des intérêts opposés des puissances centrales et de l'Entente à l'époque.


 L'Autriche-Hongrie avait développé ses propres projets balkaniques dès 1906 alors que la Russie , l' Italie et l' Allemagne avaient leurs propres plans.
Toutes les nations des Balkans ont également développé leurs plans particuliers, visant collectivement à atteindre les objectifs de libération nationale aux dépens de l' Empire ottoman en déclin
. Inversement, l'Empire ottoman et l'Autriche-Hongrie ont connu des conflits ethniques internes de la Pologne à l'Italie et aux Balkans. 
L'ancien Empire était également désireux d'améliorer sa crédibilité en tant que grande puissance. De plus, à un moment donné, les intérêts de l'Autriche-Hongrie vont étroitement s’aligner sur ceux de l'’empire allemand
Les guerres balkaniques ont conforté les positions de la Serbie et de la Russie.


 Malgré le succès de la création de l' Albanie qui interdit l'accès à la mer de la Serbie l'Autriche-Hongrie se sent frustrée car ses plans étaient compromis, voire totalement entravés.
Les guerres des Balkans ont résonné parmi sa population slave du Sud et cela, ainsi que sa peur de l'intégrité, a conduit à la décision de l'Autriche-Hongrie d'agir de manière décisive conformément aux plans précédents, refusant ainsi à la Serbie le temps de se redresser et à la Russie de mener à bien ses réformes militaires et réseau ferroviaire dans les trois prochaines années. 
Le général Franz Conrad von Hötzendorf (1852-1925) , chef d'état-major général de l'empire austro-hongrois, a lancé 24 demandes pour exiger le recul des prétentions serbes entre le 1er janvier 1913 et le 1er juin 1914,


Cela prouve que Conrad von Hötzendorf n'a pas trouvé une excuse ou un prétexte assez bon pour convaincre le public en Autriche-Hongrie et en Allemagne que la guerre était nécessaire.
Le gouvernement serbe de son coté était pleinement conscient de l'hostilité austro-hongroise, tandis que son propre pays était entièrement épuisé après les deux guerres balkaniques. 

 


Le gouvernement et son Premier ministre ont également compris que son puissant voisin pourrait continuer à soulever Albanais et Bulgares contre la Serbie.Par conséquent, le Premier ministre Nikola Pašić (1845-1926) dans son discours au Parlement à la fin de 1913 déclare la chose suivante:
[le] gouvernement serbe est convaincu que le peuple serbe a besoin d'une longue période de paix pour cultiver les territoires nouvellement acquis et réaliser son développement global. Dès lors, le gouvernement est envahi par la volonté de vivre en paix et en amitié avec tous ses voisins et de démanteler tous les obstacles possibles qui pourraient nuire à la politique de paix et d'amitié

La publication de de cette allocution, invitait donc l'Autriche-Hongrie à régler pacifiquement tous les différends avec la Serbie. En signe de bonne volonté, le gouvernement serbe a ouvert des négociations pour céder une concession des chemins de fer du sud à l'Autriche-Hongrie.
Les pourparlers étaient en cours lors de l' assassinat de l'héritier de l'empire austro-hongrois, Franz Ferdinand, archiduc d'Autriche-Este (1863-1914) à Sarajevo  photoscope de la Voiture

.
 De plus, afin d'apaiser la monarchie, la Serbie- Monténégro
a annulé les négociations en cours sur l'unification des deux royaumes serbes. Ce dernier est venu après un avertissement de mécontentement autrichien arrivé à Saint-Pétersbourg en provenance de Berlin et de Vienne, et à la demande du ministre russe des Affaires étrangères
Pour priver la monarchie de tout prétexte possible à une nouvelle crise - ou pire, une guerre - le gouvernement serbe a ordonné, via son ministère de la Guerre, le retrait de la frontière de tous les officiers qui avaient été impliqués dans des travaux de renseignement antérieurs ou avec des organisations patriotiques. en Bosnie et en Croatie
 Plusieurs d'entre eux, membres présumés de l'organisation clandestine « Unification ou la mort », ont été déplacés à l'intérieur des frontières.
Le gouvernement serbe mis au courant de la contrebande présumée d'armes et d'explosifs vers la Bosnie-Herzégovine avait fait de son mieux afin d'arrêter de telles activités.
 Cependant, les munitions avaient déjà été livrées;Quand aux projets d ‘attentats i n'y a aucune preuve que le gouvernement serbe était au courant du plan d'assassinat, ni qu'il avait donné des instructions à son envoyé à Vienne pour avertir e gouvernement 
austro - hongrois 
Le  Premier ministre Pašić a ordonné au ministre de la Défense d'empêcher de tels actes dangereux. Il invite aussi le ministère de l'Intérieur et l'organisation « Défense nationale » ( Narodna Odbrana ) à cesser d'interférer et d'entraver le renseignement militaire

 


On envoie un émissaire secrètement chez les Jeunes Bosniaques pour les dissuader du complot.
Mais personne n’a pas voulu 'écouter et l’organisation s’en tient au plan initial d'éliminer Franz Ferdinand.
L'assassinat de Sarajevo le 28 juin 1914 a donc été un choc pour les milieux publics et officiels serbes.
Peu de temps après a Serbie, annule toutes les célébrations de la Saint-Guy (Vidovdan), pour commémorer la bataille du Kosovo en 1389


Tout le monde a senti instinctivement que l'Autriche-Hongrie allait se servir de ct assassinat comme prétexte pour attaquer
e fait même que les assassins étaient d'origine serbe et que deux d'entre eux étaient récemment rentrés de Serbie pourrait permettre cette excuse, qu'elle soit vraie ou non.
Les télégrammes de Vienne et de Berlin, à partir du 29 juin, mettaient en garde le gouvernement de Belgrade contre les sous-entendus qui prévalaient dans les médias. Il était trop évident que dans les deux capitales des empires Centraux, les médias insistaient sur la responsabilité directe de la Serbie.
Le gouvernement serbe a publiquement condamné le crime et exprimé ses condoléances mais en vain.
 Le cours des événements a tourné au pire des cas, conforme aux craintes sous-jacentes en Serbie.
En effet immédiatement après l'assassinat, on voit la volonté de l'Autriche d'entreprendre une action militaire contre la Serbie et d'accepter consciemment le risque de guerre, ainsi que la volonté allemande de les soutenir dans une telle entreprise,
Tout cela est d’importance majeure pour déterminer l'issue de la crise qui a suivi.
Au début du mois de juillet, les experts militaires à Berlin soulignent l'opportunité que représentait la crise actuelle, soulignant en particulier le manque relatif de préparation de la Russie.
Lorsque Guillaume II, empereur d'Allemagne reçoit le premier rapport sur les événements de l'ambassadeur d'Allemagne à Vienne, declare maintenant ou jamais ».


 Dès son arrivée à Vienne le 29 juin, le général Conrad von Hötzendorf a demandé la mobilisation pour le 1er juillet.
 Le même jour, il explique son programme au comte Léopold Berchtold (1863-1942) , ministre des Affaires étrangères : « Guerre, guerre, guerre ! »
Le chargé d'affaires austro-hongrois à Belgrade, Wilhelm von Storck, a reconnu la possibilité que l'assassinat dirigé par la Serbie n'était pas à ce moment précis reconnu et il suggère un règlement avec la Serbie. Bien qu’il ait declaré antérieurement de saisir toute bonne excuse « pour porter un coup dévastateur à la Serbie » et que le gouvernement serbe ne comprend que le langage de la force
Les fonctionnaires qui ont mené l'enquête sur l'incident de Sarajevo n'ont pas fourni à Vienne la preuve concluante espérée de l'implication officielle de la Serbie dans le complot ; pas plus que l'envoyé spécial de Vienne, Friedrich von Wiesner (1851-1926) , qui avait été envoyé à Sarajevo pour recueillir des informations et signaler tout ce qui pourrait être compromettant pour la Serbie.
Dans son télégramme du 13 juillet, il a souligné qu'il n'était pas possible de prouver une quelconque implication du gouvernement serbe, concluant que les faits excluaient t une telle possibilité
Néanmoins, dans les premiers jours de juillet les deux puissances centrales décidèrent de la guerre, s'accordant même sur le ton et le caractère de l'ultimatum. Afin de limiter une éventuelle médiation d'autres grandes puissances, leur ultimatum prévoyait de ne donner au gouvernement serbe que quarante-huit heures pour répondre
 La Serbie n'ayant pas accédé inconditionnellement à deux des dix demandes, l'envoyé austro-hongrois en Serbie, le général Wladimir Baron Giesl von Gieslingen (1860-1936) , a rompu les relations dans la soirée du 25 juillet.
Il n'était pas en mesure de décider si son pays s'engagerait dans une guerre, il était donc évident que son seul but était de fournir une excuse pour la guerre.

 


La guerre a été annoncée au gouvernement serbe via un câble ouvert le 28 juillet. Belgrade a été bombardée le même soir.


Dans les quarante-huit heures décisives qui ont suivi la remise de l'ultimatum autrichien, le seul espoir de la Serbie était entre les mains de la Russie, de la France , de la Grande-Bretagne et de la famille royale italienne
. Le chargé d'affaires russe n'avait pas d'instructions, mais il conseilla au régent serbe, qui sera ensuite  Alexandre Ier, roi de Yougoslavie (1888-1934) , d'écrire une lettre personnelle au tsar.
 Le gouvernement russe a répondu qu'il chercherait la médiation internationale des pays neutre
s : Mais sans l'approbation du tsar, ils ne pourraient rien faire de plus. Ce message a été délivré par un envoyé serbe de Saint-Pétersbourg tôt le matin du 25 juillet.
n fin de soirée, Belgrade a reçu une déclaration officielle russe selon laquelle la Russie était préoccupée par l'enchaînement des événements auquel elle ne pouvait être indifférente.
Le prince Alexandre avait adressé un appel à Nicolas II, empereur de Russie (1868-1918) le 24 juillet mais la réponse n'a pas été donnée avant le 28 juillet
 L'envoyé russe à Belgrade avait suggéré aux politiciens serbes de garder à l'esprit que la Russie n'était pas prête pour la guerre ; en d'autres termes, qu'ils aillent le plus loin possible pour répondre aux demandes autrichiennes
. La nouvelle de la session du gouvernement russe en début d'après-midi du 25 juillet, porte sur une mobilisation partielle envisagée en cas d'événements défavorables, n'est parvenue à Belgrade qu'en fin de soirée ce jour-là (ou peut-être le lendemain) soit en retard sur le timing
La Serbie a répondu à l'ultimatum. D’ailleurs le Premier ministre a cablé aux légations serbes à l'étranger, ainsi qu'à certains représentants étrangers amis à Belgrade, qu'une réponse[serait] rédigée dans les termes les plus conciliants et [répondrait] aux exigences autrichiennes dans la plus large mesure possible. ... L'opinion du gouvernement serbe est que, à moins que le gouvernement autrichien ne souhaite la guerre à tout prix, il acceptera la pleine satisfaction offerte dans la réponse serbe. 
On voit que la Serbie était prête à se conformer à tous les points de l'ultimatum tout au long du 25 juillet, mais après avoir reçu le soutien de la Russie, elle change de position.
Il est à noter que le premier ministre serbe a été déçu du degré de soutien russe
Le seul allié qui se rangeait ouvertement du côté de la Serbie était le Monténégro. Le 27 juillet, Nikola Ier, roi du Monténégro (1841-1921) envoya au régent Alexandre un message en ce sens : « L'orgueil de la nation serbe n'a pas permis d'autres concessions. Doux sont les sacrifices consentis pour la justice nationale et l'indépendance... Notre nation serbe en sortira victorieuse... »
Ce n'est qu'en août que la Grande-Bretagne et la France prennent position sur la Serbie. Surprise par les événements, la Serbie réajusta rapidement non seulement ses efforts militaires avec les nouveaux Alliés mais aussi ses objectifs de guerre .
À la fin du mois d'août 1914, le Premier ministre Nikola Pašić se justifie en exposant les objectifs de guerre de la Serbie. Cette explication a pour objectif initial d'expliquer aux puissances de l'Entente pourquoi la Serbie a refusé de céder une partie de la Macédoine à la Bulgarie comme ils l'avaient suggéré.
Le gouvernement serbe a souligné que la Serbie était devenue la victime des deux empires allemands 
Le 4 septembre, tous les ambassadeurs serbes ont reçu des instructions pour travailler à la création « d'un État slave du sud-ouest fort, qui devait englober tous les Croates, Serbes et Slovènes ». Cela a été confirmé dans la déclaration du Parlement serbe du 7 décembre 1914.
Afin d'accélérer leur programme, le gouvernement serbe propose un plan pour engager non seulement des diplomates, mais des scientifiques, des universitaires éminents et des émigrés notables d'Autriche-Hongrie, principalement de Bosnie et de Dalmatie. 
l'idée de la création d'un Comité yougoslave est née dès 1914. celui ci est créé en 1915 et travaille désormais avec le gouvernement serbe. Malgré des susceptibilités locales dues à l Histoire Cependant, le Comité a surmonté des opinions divergentes sur des points fondamentaux et a émis une déclaration commune  à Corfou,en juillet 1917 en faveur de l'unification en un Royaume des Serbes, Croates et Slovènes.Le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes nouvellement créé sera la future  Yougoslavie qui née le 1er décembre 1918
L'armée serbe pendant la Grande Guerre

 

Photoscopes Voir ICI

Serbie 1918 Réserviste Bruxelles
Serbie 1918 Infanterie 7e Régiment Bruxelles
Serbie 191918  Cavalerie Bruxelles
Serbie 1918 Infanterie Paris
Serbie 1914 Infanterie Vojnik Londres et Meaux
Bulgarie Infanterie 1915 Londres
Bulgarie Infanterie 1915 Meaux
1914 Infanterie Jager Oberleutnant IWM

 Les événements de l'été 1914 ont surpris l'armée serbe totalement non préparée à la guerre.
Selon son premier ministre la Serbie et son armée ont eu besoin d'au moins trois ans pour se réarmer et pour développer de nouvelles formations militaires dans le sud.
L'afflux du nouveau contingent de conscrits du sud n'avait commencé qu'en avril 1914. La Serbie avait besoin d'une période beaucoup plus longue pour le développement d'un nouveau réseau ferroviaire dans les parties sud et ouest du pays, ainsi que pour la construction d'un pont sur le Danube pour établir une liaison ferroviaire avec la Roumanie

Ces vues ont été partagées par l'état-major général et le prince Alexandre


L'armée serbe manquait d'au moins 120 000 fusils , d' artillerie lourde et de montagne, des munitions, des moyens de transport , du matériel de cantonnementn, quelque 300 000 ensembles complets d'uniformes, du matériel médical, du personnel médical, des hommes nouvellement formés pour remplacer quelque 50 000 morts et handicapés des guerres balkaniques, et aussi de 6000 chevaux
Le Premier ministre Pašić, pleinement conscient de ces faiblesses et des menaces qui sont aux frontièere recherche des prêts en France et en Russie afin d'acheter les armements à temps. Il se tourna d'abord vers la Russie en janvier 1914 et demanda 120 000 fusils, vingt-quatre obusiers 105 mm, trente-six canons de montagne et du matériel pour 250 000 hommes


Mais sa demande a été déclinée en janvier, aussi elle est représentée à nouveau en avril et une autres fois de plus au plus fort de la crise de juillet.
 Le motif principal qui a poussé les Russes a décliner cette demande était une tentative d’empêcher les Autrichiens d’avoir un prétexte pour blâmer la Serbie et la Russie
Par contre les demandes serbes reçoivent une bon accueil en France avec l’obtention d’un prêt de 130 millions de francs, mais pas avant mai 1914.
Cependant, seule une petite quantité de munitions d' artillerie , de poudre noire et d'autres matériels atteignit la Serbie par le port de Salonique avant le déclenchement de la guerre. Les fusils et les obusiers, dont l'armée avait grand besoin, ne purent être transportés à temps
Lorsque l’interdiction d'exporter a été levée en septembre, la Russie a envoyé 119 980 fusils, 90 millions de cartouches, 1 280 obus de 120 mm et 1 140 chevaux.Malgré ses faiblesses, la Serbie était déterminée à se défendre en cas d'attaque.Le chargé d'affaires russe a hésité à délivrer un message de Saint-Pétersbourg suggérant que les Serbes ne devraient pas opposer de résistance mais plutôt se retirer vers le sud et faire appel aux grandes puissances pour une médiation
La mobilisation générale est déclarée dans la soirée du 25 juillet, peu après que le plénipotentiaire austro-hongrois à Belgrade ait déclaré la rupture des relations diplomatiques. La mobilisation a commencé le 26 juillet. Tout le monde a obéi et il n'a donc fallu que trois jours pour atteindre les objectifs de mobilisation. Plus de 400 000 réservistes se sont enrôlés dans les rangs.

 

 


L'armée serbe comptait quelque 250 000 combattants répartis dans onze divisions d ‘infanterie une  de cavalerie et plusieurs détachements. Au total, il comptait 213 bataillons, cinquante escadrons de cavalerie, 200 mitrailleuses et 528 canons.
Le reste des hommes comprenaient des recrues, des cadets ou des non-combattants (près de 250 000) étaient affectés à diverses tâches, notamment le soutien logistique, la poste, la police, le travail dans les chemins de fer ou dans l'industrie de guerre.
 La concentration complète a été développée le 10 août.
La Ie armée (trois divisions) était située dans la vallée de la Morava
; la IIe (quatre divisions) en Serbie centrale ;
 la IIIe (2,5 divisions) le long des rivières Drina et Sava
; l'armée d'Užice (une division) sur la Haute Drina ; 
Un détachement Braničevo a été distribué le long des rives du Danube (1,5 divisions).
e haut commandement austro-hongrois se decide pour une punition» rapide de la Serbie, et pour cela il mobilise trois de ses armées (une partie de la IIe et l'ensemble de la Ve et VIe soit un total de onze divisions d'infanterie et six brigades de première classe, une division de cavalerie et des brigades de  landstur Marsch Il faut aussi compter sur les  bataillons de la protection des frontières,
Contrairement à la Serbie il a fallu plusieurs semaines après la déclaration de guerre en date du 28 juillet à l'Autriche-Hongrie pour avoir un effectif suffisant afin de lancer une offensive à grande échelle.
 Les 5e et 2e armées sont dirigées vers Loznica et Šabac et lancent l'attaque le 12 août. La sixième armée elle se contente d’une petite opération vers Užice.
 La partie nord-ouest de la Serbie avec les monts Tser (Cer) au centre devient rapidement le théâtre de la première victoire des Serbes at aussi des Alliés
La principale force serbe, la IIe armée, avait arrêté les envahisseurs, les repoussant au-delà des frontières (du 16 au 20 août)
]


Mais tout va se gâter car les Alliés ont surestimé les capacités de l'armée serbe, qui était en attente des livraisons d ‘armes 120 000 fusils promis, des munitions d'artillerie, des chevaux, des tentes et suffisamment de pontons pour les ponts flottants
Ils veulent que les serbes lancent une offensive sur les frontières  À contrecœur, les Serbes acceptèrent et poussèrent leur Ie et une partie de la IIe de l'autre côté de la rivière Sava.
 L'armée d'Užice, en étroite coopération avec l'armée monténégrine, traversa la Haute-Drina et poursuivit la sixième armée austro-hongroise vers Sarajevo et la Bosnie orientale : mais pas pour longtemps. 

 

 


Car après avoir regroupé ses armées le général Oskar Potiorek (1853-1933)lance sa deuxième offensive sur la Serbie fin septembre. 


Après cinquante-cinq jours de batailles féroces au cours desquelles les munitions d'artillerie viennent à maquer l'armée serbe a commencé une lente retraite laissant même la capitale Belgrade. Aux mains des Austro- Hongrois
Mais l 3 décembre 1914 alors que personne, surtout Potiorek, ne s'y attendait, l'armée serbe lança une contre-offensive le 3 décembre. La Ie armée serbe dirigée par le général Živojin Mišić (1855-1921
) réalise une percée Les troupes austro-hongroises ont été chassées de Serbie pour la deuxième fois en dix jours.
Mais Le gouvernement serbe et le haut commandement étaient, à juste titre, préoccupés par l'attitude des Jeunes Turcs en Albanie du Nord et par l'effort clandestin austro-hongrois d'encourager le soulèvement albanais et les attaques à revers
 Après plusieurs appels à l'aide d' Essad Pacha Toptani (1863-1920
) , le gouvernement serbe décide de le soutenir et envoie des troupes en juin 1915 occuper d'importants postes de communication le long de la rivière Drin et des villes d'Elbasan et de Tirana. Cette mission a été menée à bien malgré les avis contraires et même quelques menaces de la part des Alliés. Ce mouvement serbe s'est avéré très utile six mois plus tard lors de la retraite à travers l'Albanie
Après dix mois d’accalmie en octobre 1915, la IIIe armée austro-hongroise, la XIe allemande ainsi que deux armées bulgares, soutenu par les troupes du général Stephan von Sarkotic (1858-1939) de Bosnie-Herzégovine fortes de 47 bataillons, 148 canons , vont envahir la Serbie pour la troisième fois depuis le début de la guerre.


Les puissances centrales ont mis le paquet avec 26 divisions (huit allemandes, huit austro-hongroises, dix bulgares, au total 493 bataillons, 66 escadrons de cavalerie, 483 batteries, 492 000 fusils, 9 430 cavaliers et 1 717 pièces d'artillerie). Le tout sous les ordres du maréchal August von Mackensen (1849-1945) .
La Serbie poursuit son effort de guerre en rassemblant au total 8 897 officiers et 411 700 hommes (288 bataillons, 250 000 fusils, quarante escadrons de cavalerie et 678 pièces d'artillerie). L'armée monténégrine la soutient avec 48 244 hommes (82 bataillons et 134 canons).
Les alliés aident aussi de leur coté
Les Russes ont envoyé des ingénieurs de marine, des artilleurs, des canons, des mines et des batteries de torpilles. Les Britanniques et les Français ont envoyé de l'aide sous forme d'armes, d'hommes et de munitions.
La mission principale était de renforcer la défense de Belgrade et de la rive droite de la Danube en mettant en batterie des canons côtiers lourds, des mines et des torpilles. Les Français étaient engagés dans la création d'une armée de l'air. Ils sont venus avec un escadron et ont rapidement incorporé les petites forces serbes dans la Mission d'aviation militaire française
Les armées austro-hongroise et allemande lancent leur offensive sur le Danube le 6 octobre 1915. Les cibles principales étaient Belgrade et la vallée de la Morava où les puissances centrales établiraient un contact direct avec la Bulgarie et la Turquie, repousseraient la Serbie et couperaient la route d'approvisionnement avec la Russie via Salonique. Le 12 octobre, les Bulgares rejoignent les puissances centrales.

Après deux semaines de combats, les armées de von Mackensen n ont avancé que de trente kilomètres en Serbie, beaucoup moins que ce qui avait été prévu, en raison de la formidable ténacité des Ie et IIIe armées serbes. La IIe armée serbe a stoppé avec succès la Ie armée bulgare de l'est. 
Après avoir analyse cela, le haut commandement allemand
a conclu qu'en dépit des pénuries sur d'autres fronts, il fallait envoyer son corps alpin se battant sur le front occidental en vers la Serbie pour renforcer l'armée de von Mackensen.
De plus, l'Autriche-Hongrie a envoyé sa Xe brigade de montagne. Fin octobre, les Puissances centrale ont de nouveau fortement avancé mais les Serbes combattent peid à pied et se retirèrent lentement espérant désespérément l'aide promise par les Alliés.
 Malheureusement, l'arrivée des Français et des Britanniques à Salonique a été très lente car il fallut créer une armée forte de 150 000 hommes ce qui correspond aux forces bulgares engagées dans le sud de la Serbie.
On voit que les Alliés, pour de nombreuses raisons, ne se sont pas engagés dans une action à plus grande échelle.


 Pendant ce temps, la IIe armée bulgare a réussi à couper la route de retraite serbe vers Salonique en prenant Skopje le 22 octobre, puis a poussé vers le nord-ouest jusqu'au Kosovo. 

 

 


Enfin, l'armée serbe, suivie d'un grand nombre de réfugiés, se replie dans la vallée du Kosovo, échappant ainsi à plusieurs reprises aux tentatives de l'ennemi de la couper et de forcer la capitulation
. Le 25 novembre, le haut commandement serbe a donné l'ordre de se retirer à travers le Monténégro et l'Albanie, de rejoindre les Alliés et de poursuivre la guerre hors du pays. Le haut commandement serbe a souligné que son armée n'était pas dans une situation favorable pour une contre-offensive, mais que la capitulation était considérée comme un pire choix
Cette retraite épique à travers de hautes montagnes enneigées, d’une armée suivie par des refugiès sans vêtements sans nourriture ni fournitures médicales, parfois à travers les villages albanais hostiles, a coûté la vie à des milliers de soldats et fait de nombreux blessés. Les souffrances étaient égales pour touts militaires civils et aussi les prisonniers de guerre


La France réussi à convaincre les Alliés à organiser une mission de sauvetage et à aider à sauver l'armée serbe sur le littoral albanais. 
Le général Piarron de Mondésir (1857-1943
) est à la tête de la Mission depuis le 12 décembre. Et une commission interalliée a été créée à Rome pour aider à coordonner les efforts conjoints.
L'île grecque de Corfou a été occupée dans ce but car d’est l'endroit le plus approprié pour y rapatrier cette armée et les civils serbes
La première phase fut l'évacuation d'Albanie. Aussi quelque 87 paquebots et navires- hôpitaux sont engagés, ainsi que 70 navires de guerre
.La deuxième phase était la récupération et la réorganisation de 169 828 soldats et civils qui seront transférés à Corfou, mais aussi à Bizerte, en Italie et en France.
 Après plusieurs mois de repos, quelque 125 000 soldats serbes ont été envoyés à Khalkidhiki, près de Salonique où Ils furent bientôt renforcés par 4 641 volontaires d'outre-mer ainsi que par 14 626 Yougoslaves de Russie, principalement des Serbes.
Ceux ci ont rejoint l'armée serbe en 1918 après un long voyage depuis Vladivostok ou Arkhangelsk. Ils faisaient autrefois partie des 44 851 hommes du corps de volontaires serbes (yougoslaves) en Russie. 
Les prisonniers de guerre austro-hongrois en Russie, s'ils étaient d'origine sud-slave, ont eu la possibilité de changer de camp et de rejoindre les Alliés. La Serbie avait envoyé des officiers de Corfou à cette fin. 
L'armée serbe est devenue une partie de l' armée d'Orient et a été chargée de la défense d’une grande partie centrale du front de Salonique.

Chronologie du Front d’Orient

1915

  • Bataille des Dardanelles du 18 mars 1915 au 9 janvier 1916 (9 mois et 22 jours)
  • 18 mars : Échec de la tentative de forcement du détroit des Dardanelles, plusieurs cuirassés britanniques et français sont coulés.
  • 24 avril : Arrestation et déportation de plus de 600 intellectuels arméniens de Constantinople par les Jeunes-Turcs, date qui marque le début du génocide arménien.
  • 25 avril : Débarquement très difficile d’un corps expéditionnaire allié au cap Helles et dans la baie ANZAC à l’extrémité sud de la péninsule de Gallipoli.
  • 11 juin : Les troupes serbes envahissent l’Albanie et occupent Tirana.
  • 21 août : L’Italie déclare la guerre à l’Empire ottoman.
  • 6 septembre : Traité secret entre la Bulgarie et les empires centraux, selon lequel la Bulgarie obtiendrait la Macédoine et un débouché sur l’Adriatique si elle déclare la guerre à la Serbie et à l’Entente.
  • 5 octobre : Entrée en guerre de la Bulgarie contre la Serbie. Arrivée des premières troupes de l’Armée d’Orient (A.O.) mais renvoie du premier ministre grec Vénizélos, favorable à une entrée en guerre de son pays aux côtés des alliés, par le roi Constantin, cousin du Kaiser et partisan de la neutralité de la Grèce.
  • Expédition de Salonique ou Front de Macédoine du 6 octobre 1915 au 29 septembre 1918
  • 6 octobre : Invasion de la Serbie par la Bulgarie.
  • 9 octobre : les troupes germano-autrichiennes entrent dans Belgrade.
  • 28 octobre :Le président du Conseil roumain Ion Bratianu refuse le libre passage sur le territoire roumain de l’armée russe qui viendrait renforcer les Serbes.
  • 23 novembre : Battue sur tous les fronts, l’armée serbe bat en retraite vers l’Albanie (indépendante depuis 1913 et neutre) d’où elle est évacuée vers l’île grecque de Corfou.
  • 2 décembre : Les troupes alliées de Salonique reçoivent l’ordre de se replier au-delà du Vardar.
  • 4 décembre : À Calais, les états-majors de France et de Grande-Bretagne examinent la question de Salonique, hésitant entre l’évacuation et le maintien des troupes.

1916

  • 11 janvier : Les Austro-hongrois occupent le Monténégro.
  • 16 janvier : Occupation française de Corfou. Les troupes serbes débarquent dans l’île.
  • 3 juin : Les Alliés proclament l’état de siège à Salonique à la suite de la prise du fort de Rupel par les troupes germano-bulgares.
  • 22 juin : Le Premier ministre grec Zaïmis ordonne la démobilisation de l’armée à la suite de dissensions avec les Alliés.
  • 4 juillet : Le Premier ministre roumain Ion Bratianu rappelle aux Alliés que son pays interviendra à leurs côtés s’ils ne se retirent pas des Dardanelles et s’ils déclenchent une offensive contre les Bulgares à partir de Salonique.
  • 4 août : Offensive serbe dans la région du lac Prespa en Macédoine.
  • 9-18 août : Bataille de Doïran : trois divisions françaises et une division britannique du corps expéditionnaire de Salonique avec 45 000 hommes et 400 canons lancent une offensive contre les positions de l’armée bulgare au lac Doïran. Les alliés sont contraints de se replier sur leurs positions de départ avec de lourdes pertes.
  • 17 août : Traité d’alliance entre l’Entente et la Roumanie signé à Bucarest : en échange de son entrée en guerre contre l’Autriche, on lui promet la Bucovine, la Transylvanie et le Banat.
  • 23 août : L’armée bulgare bouscule les troupes serbes à l’ouest du dispositif allié.
  • 27 août : La Roumanie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie.
  • 28 août : L’Allemagne, puis la Turquie, déclarent la guerre à la Roumanie. Les troupes roumaines du général Averescu entrent en Transylvanie.
  • 1er septembre : La Bulgarie déclare la guerre à la Roumanie.
  • 12 septembre – 19 novembre : bataille de Monastir (aujourd’hui Bitola) qui permet aux troupes françaises et serbes de l’expédition de Salonique, commandée par le général Sarrail, de percer les lignes bulgares et d’atteindre la vallée de la Cerna. Les deux armées s’affrontent sur le sol théoriquement neutre du royaume de Grèce.
  • 14 septembre : Les troupes bulgaro-allemandes d’August von Mackensen lancent une offensive à l’est de Silistra contre la Roumanie
  • 7 octobre : Les Allemands forcent les Roumains à évacuer la Transylvanie.
  • 9 octobre :Eleftherios Venizelos constitue à Salonique un gouvernement provisoire favorable aux Alliés.
  • 19 novembre : Prise de Monastir en Macédoine par le général Sarrail et les forces alliées (franco-anglo-russo-italiano-serbes).
  • 2 décembre : L’Armée d’Orient du général Sarrail occupe Athènes après de sévères affrontements avec les Grecs.
  • L’armée allemande de Falkenhayn traverse la Valachie, fait la jonction avec les Germano-bulgares de Mackensen venus de Dobrogea, et entre à Bucarest le 6 décembre, évacuée la veille par le gouvernement Bratianu qui se retire en Moldavie.

1917

  • 12-18 mars : Bataille du Lac Prespa et de la cote 1248. Mai : Bataille de la Boucle de la Cerna et du Vardar. Tentative des troupes françaises et serbes, commandées par le général Sarrail de dégager la ville de Monastir enserrée par les troupes germano-bulgares.
  • 29 juin : La Grèce entre dans la guerre au côté des Alliés.

1918

  • 18 mars : La Roumanie signe un traité de paix préliminaire avec les puissances centrales à Buftea.
  • 29-31 mai : Bataille de Skra di Legen qui se déroule autour de la position fortifiée de ce sommet du massif montagneux du Páiko, au nord-est de Salonique, et lors de laquelle les troupes grecques appuyées par une brigade française remportèrent une victoire sur les forces bulgares.
  • 8 mai : Traité de paix de Bucarest : la Roumanie est dépossédée de la Dobroudja par la Bulgarie et d’une partie des Carpates par la Hongrie. Elle libère la Bessarabie de l’occupant russe.
  • 15 septembre : Bataille de Dobro Polje. Début de l’offensive alliée qui permet aux troupes françaises et serbes de percer les lignes bulgares et qui allait mener à une victoire décisive sur les troupes bulgares.
  • 24-29 septembre : Manœuvre d’Uskub (aujourd’hui Sopje en Macédoine). Elle permet aux troupes alliées, commandée par le général Franchet d’Espèrey, d’exploiter la percée du front en remontant la vallée du Vardar en direction de Vélès et d’Uskub, coupant ainsi l’armée bulgare en deux et obligeant la Bulgarie à demander l’armistice.
  • 29 septembre : L’armistice de Salonique est signé par la Bulgarie et les puissances alliées, représentées par le général Franchet d’Espèrey.
  • Octobre : Les forces de Franchet d’Espèrey marchent vers la Hongrie.
  • 31 octobre : La Turquie signe l’armistice à Moudros.
  • 1er novembre : Les Serbes entrent dans Belgrade désertée par les troupes austro-hongroises.
  • 10 novembre : La Roumanie entre à nouveau en guerre et libère la Transylvanie.
  • 13 novembre : L’armistice de Belgrade signée par le général Franchet d’Espèrey avec le gouvernement de Mihály Károlyi fixe la ligne de démarcation entre Hongrois et Roumains en Transylvanie. Le Banat est occupé par la Serbie.
Tiré de ce site


L'armée réorganisée était plus petite, mais possédait plus de puissance de feu qu'auparavant.
 La soudaine offensive bulgare du 17 août1916, au sud de Monastir, a pris par surprise le commandant suprême des Alliés et les forces serbes, alors qu'ils marchaient dans une position difficile
Mais ils vont arrêter l'offensive bulgare et s'emparer des sommets dominants des montagnes, repoussant l'ennemi sur la deuxième chaîne de montagnes.
 Monastir (Bitolj) est libéré, devenant ainsi le le premier morceau de territoire serbe. Libre
Au cours des deux années suivantes, le front sera calme sans opérations à grande échelle.
La prochaine offensive réussie, se déroulera en septembre 1918, eut des conséquences de grande envergure. Elle prouva la clairvoyance des généraux tels que Franchet d'Espèrey (1856-1942) et Noël de Castelnau (1851-1944) ,


Ces généraux commandants en 1914 sur le front occidental.furent affectés à cette armée d’orient rejoints plus tard par des Américains qui développèrent exactement les mêmes idées Ce front était aussi le ventre mou des empires centraux et la décision pouvait aussi venir de là
La IIe armée serbe renforcée par deux divisions françaises en première ligne a fait une percée majeure à travers les montagnes de Dobro Polje. 
Le coup était si terrible que l'ennemi n'a pas pu se regrouper. Les deux armées serbes ont continué à poursuivre les troupes bulgares démoralisées et ont écrasé toutes les tentatives faites par les réserves.
Les Bulgares vacillent rapidement et concluent une trêve fin septembre. La pénétration rapide de la Ie armée serbe et de la cavalerie française dans la vallée de la Morava et la libération de Niš ont détruit tous les espoirs du haut commandement allemand d'organiser un nouveau front des Balkans et de sauver ainsi l'Autriche-Hongrie de l'effondrement.

 L'ensemble du territoire de l'ancien royaume de Serbie a été libéré le 1er novembre 1918.

 C’était un effondrement militaire.Cela a contribué à une montée des idées libérales en Europe centrale. En réponse aux nouvelles de l'avancée serbe, le mouvement slave du sud a commencé à prendre de l'ampleur. 
La presse répandit l'optimisme, annonçant de grands événements à venir tel que l'effondrement de l'empire Austro Hongrois et la Naissance du Royaume de Yougoslavie
Le commandant suprême des forces alliées à l'est, le général D'Espèrey, a donné aussi de consignes à l'armée serbe qui n'avaient pas seulement une signification militaire, mais aussi politique.
 Le premier comprenait des instructions pour traverser les rivières Drina, Sava et Danube avec de plus petits détachements, pour lui permettre de déclarer que ses troupes avaient avancé en Autriche-Hongrie.
 Ses instructions du 3 novembre assignaient l'armée serbe au soutien général et à l'organisation du mouvement yougoslave en Bosnie, en Croatie et en Voïvodine. 
Ce dernier était conforme aux instructions du chef du haut commandement serbe Mišić à ses commandants de l'armée, ainsi qu'à sa réponse aux demandes du Conseil national des Slovènes, des Croates et des Serbes basé à Zagreb pour une assistance militaire sur l'Adriatique contre les revendications italiennes. 
En outre, le général d' Espèrey avait demandé des troupes pour protéger l'ordre et la sécurité le long des voies ferrées et dans les principales villes.
 Entre-temps, le Conseil national a organisé plusieurs détachements militaires avec d'anciens prisonniers de guerre serbes en Autriche-Hongrie (Ljubljana, Maribor, Zagreb, Novi Sad). 
D'Espèrey avait également le droit de déterminer les limites des zones d'occupation pour chaque allié.
 Politiquement, c'était un sujet très sensible puisqu'il impliquait des questions sur les traités secrets entre les Alliés et l'Italie et la Roumanie, ainsi que des questions futures sur la délimitation entre l'Albanie et ses voisins, la Hongrie et l'Autriche.
 Espèrey avait également le droit de déterminer les limites des zones d'occupation pour chaque allié.
La contribution de guerre serbe

 La contribution serbe aux efforts conjoints des Alliés a été considérable. 
400 000 serbes se sont battus sur le front serbe tout au long de 1914,
Le total des pertes sur le front balkanique s'élève à 273 813 (28 285 morts, 122 122 blessés, 46 716 malades, 76 690 capturés ou disparus) en 1914, et 29 000 morts, blessés et capturés en 1915.
En 1915, les Allemands perdent 12 000. hommes et les Bulgares 30 000 sur le même front
Pour faire le détail
L'armée serbe a perdu au cours du premier mois des hostilités, 2 068 tués, 11 519 blessés et 8 823 prisonniers
 A la fin de 1914 les combats ont provoqué  en plus 20 208 morts, 84 185 blessés et 36 336 prisonniers ou disparus
C 1915 voit les pires pertes en vies humaines qui surviennent au cours des premiers mois de 1915, avec 27 000 morts dont beaucoup blessés, moururent du typhus.
Mais il de nos jours encore très difficile de chiffre les pertes civiles des personnes qui n'avaient pas atteint les côtes albanaises à la fin de 1915.
Les Alliés n'ont sauvé que 153 000 soldats
Les données des divisions, les données du corps médical et les registres régimentaires ont été volontairement détruits ou seulement partiellement sauvegardés.
 En plus nous savons que les puissances centrales ont fait plus de 167 000 prisonniers de guerre jusqu'à la fin décembre 1916,
A Corfou quelque 2 900 personnes sont mortes d'épuisement et de maladie. Les données françaises donnent 4 847 soldats serbes supplémentaires décédés à Corfou du 23 janvier au 23 mars 1916. Quelque 3 000 évacués gravement malades sont morts à Bizerte (Tunisie).
Au cours des opérations de 1916 et 1917 (jusqu'au 15 mai) quelque 5 108 ont été tués au combat ou sont morts, 20 451 blessés, 2 630 blessés par explosion et 2 040 ont disparu.
Le paludisme a également fait des ravages, faisant 412 morts de 1916 à 1918


L'offensive finale de septembre 1918 a fait 681 morts, 3 206 blessés et 132 disparus.
Les pertes alliées combinées représentaient 16 200 victimes, dont 4 000 morts et disparus. 
En comparant les recensements de 1911 et 1921 pour la Serbie proprement dite on voit une baisse de la population masculine
Les pertes civiles causées par la guerre et l' occupation n'ont jamais été pleinement établies. Les épidémies de typhus, la famine, les souffrances dans les camps de concentration ou les morts en représailles des occupants ont fait des centaines de milliers de victimes.


: Pertes de l'armée serbe de 1914 à 1918
 

Période de temps

Tué en action

 

Blessés

Décédé dans les hôpitaux (blessures et maladies)

Manquants ou prisonniers de guerre

Mort en captivité

1914, août à décembre

22 759

97 044

2 572

45 420

 ?

1915, octobre à décembre

Pas de données exactes

Pas de données exactes, 25 000 ont été laissés dans les hôpitaux en décembre

Jusqu'à 27 000 sont morts en mai

166 000 (PG)

80 000 disparus (Combat et retraite à travers l'Albanie)

?

1916 janvier à mai (Corfou, Bizerte)

 

 

11 647

 

 ?

1916-1918

6 490

30 054

1 808

2 740

79 000-81 214

Le total

29 249

152 098

43 027

294 160

79 000-81 214

 


 


 


 

 Conclusion

L'armée serbe a une nouvelle fois prouvé sa réputation acquise lors des guerres balkaniques. Il a vaincu à deux reprises des armées austro-hongroises bien supérieures et mieux équipées (en août et décembre 1914). Au cours de la campagne de 1914, la monarchie a employé près d'un tiers (400 000) de ses forces totales et le total des pertes est passé à 273 813. La troisième offensive contre la Serbie à l'automne 1915 menée par le maréchal allemand von Mackensen, malgré la formidable ténacité de l'armée serbe, a apporté le succès aux puissances centrales, et la Serbie a été occupée pendant les trois années suivantes. Les restes de l'armée qui avaient traversé les montagnes du Monténégro et de l'Albanie ont été rassemblés et réorganisés en une nouvelle force de combat sur Corfou et plus tard déplacés vers le front de Salonique. Encore une fois, ces forces ont joué un rôle important dans les différentes offensives de 1916 et 1918.
Mais ces succès ont coûté quelque 63 000 tués au combat, 115 000 blessés (données pour 1914, 1916-1918), 35 000 morts de maladie ou d'épuisement, et quelque 79 000 qui ne sont jamais revenus de captivité (Bulgarie, Turquie, Autriche-Hongrie, Allemagne).
 Le pays dans son ensemble est dévasté par la guerre et les réquisitions exercées par toutes les armées et autorités d'occupation. La main-d'œuvre a été absente des champs pendant des années et le bétail a été mobilisé ainsi que les ressources humaines.

 Cependant, la politique financière serbe et le financement des efforts de guerre étaient stables. La Banque nationale a transféré à temps l'or et l'argent en France.
 Parallèlement aux prêts et à l'aide étrangers, la monnaie serbe (dinar) n'avait perdu que 10 % de sa valeur d'avant-guerre. Dès le début de la guerre, la Serbie avait besoin de 30 millions de dinars francs par mois pour faire vivre son armée, ses réfugiés et prisonniers de guerre,
enfin la Serbie va jouir de sympathies généralisées dans de nombreux pays alliés, ainsi que parmi les neutres. 
Le pays va recevoir des missions médicales et des médecins avec de la nourriture et des fournitures médicales
Les réfugiés serbes y seront accueillis après 1916 et 5 500 élèves et étudiants feront formés à l étranger
. À la fin de la guerre, la Serbie avait atteint son objectif de guerre déclaré en août 1914 par son gouvernement et soutenu par le parlement le 7 décembre 1914. Aux côtés du Comité yougoslave créé en 1915, ils ont établi les principes de base de l'unification de la Slavonie du Sud qui a été promulguée. le 1er décembre 1918. avec la naissance du royaume de Yougoslavie



 


 

   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5462520
Nb de visiteurs aujourd'hui:1368
Nb de connectés:57