Afghanistan 1979-1989 Histoire d'une invasion

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 05/09/2021 à 15:13:08



  
       L'invasion soviétique de l'Afghanistan et la montée des talibans
 
 
En 1979, l'Union soviétique a envahi l'Afghanistan en soutien au gouvernement communiste du pays, né un an plus tôt et plongé dans une guerre civile contre les groupes insurgés moudjahidines. 
L'irréductibilité millénaire afghane et le soutien international aux moudjahidines vont prolongeraient un conflit sanglant pendant neuf ans qui ne se terminera pas seulement par la défaite soviétique et précipiterait la chute de l'URSS ; cela conduirait également à la montée des talibans et à l'établissement d'un nouvel ordre international après le 11 septembre  2001
 
 Introduction 
Le jour de Noël 1979 a vu ce qui a été perçu dans le monde entier à cette époque comme une invasion massive, surprise et très efficace de l'Afghanistan par l'Union soviétique .
 Le bloc occidental a vu cette intervention comme un acte d'agression flagrant de la part d'un État totalitaire.
 Du point de vue de Moscou, cependant, il s'agissait d'une contribution limitée de troupes, à la demande du gouvernement communiste afghan, pour mettre fin à une situation de guerre civile ouverte provoquée par les rebelles tribaux et les islamistes ; C'était donc un acte fraternel de solidarité socialiste.
L'intervention, oui, avait un grand avantage de départ. En réalité, l' Afghanistan regorgeait de conseillers militaires soviétiques à tous les niveaux depuis au moins un an auparavant. 
Par exemple, en mars 1979, un bataillon entier de parachutistes déguisés en soldats afghans avait été transporté par avion vers la base de Bagram près de Kaboul, avec des hélicoptères de transport et d'attaque. 
En avril, le général Alexei Yepishev et dix autres hauts responsables ont visité le pays pour évaluer la situation. 
En mai, en pleine agitation, un groupe d'une cinquantaine d'officiers et militaires du ministère de l'Intérieur (Grupo Zenit) sous le commandement du colonel Grigory Boyarinov (chef du département des opérations spéciales du KGB) a marché jusqu'à Kaboul déguisé en ingénieurs pour protéger l'ambassade et est entré dans les ministères en tant que conseillers.
 En août, pas moins que le chef de l'armée, Ivan Pavloskii, accompagné d'une soixantaine de commandants, ont effectué une tournée de plusieurs semaines en Afghanistan. 
Le 9 décembre, le 154e bataillon indépendant des forces de Spetsnaz protégeait le palais présidentiel et le président ; Il était composé de troupes des républiques soviétiques d'Asie avec l'idée de limiter l'impact « visuel » ; Il est devenu connu sous le nom de « bataillon musulman »Il y avait aussi des conseillers militaires dans les ministères et dans les unités afghanes jusqu'au niveau du bataillon.
Ces hommes ont démantelé de l'intérieur, juste avant l'invasion, les capacités défensives de l'armée afghane . Par exemple, dans les bataillons blindés, ils conseillaient de dé mettre sous cocon les chars de combat pour « les préparer au stockage hivernal », les rendant ainsi inopérants pour une action immédiate.
Entre le 3 et le 16 décembre, deux autres bataillons aéroportés du 345e régiment indépendant sont stationnés à Bagram, la principale base aérienne du pays, près de Kaboul. 
Le président afghan Hafizullah Amin, qui, comme son prédécesseur, avait demandé l'arrivée des forces soviétiques, était au courant d'une partie de l'opération, mais pensait qu'elles venaient à son secours et non pour le renverser.
Les premières unités de la 108e division motorisée ont lancé un pont flottant qui sera remplacé par un pont en dur en 1982 sur l'Amou Daria à Termez
Le 25 décembre à 16h30 va atterir à Kaboul la 103e division aéroportée de la Garde, avec un soutien blindé sous la forme de 31 ASU-85 et 320 BMD-1.
Le 28 décembre, la 5e division motorisée, partie plus à l'ouest de Kushka au Turkménistan, occupait Herat, près de la frontière iranienne, tandis que les troupes aéroportées occupaient la base aérienne voisine de Shindand.
Quinze jours plus tard, à la mi-janvier, tous les principaux centres urbains, bases et aéroports et installations électriques étaient sous contrôle soviétique sans résistance militaire.
D'autres sources indiquent que des éléments des 201 e,360 e et 357e Divisions Motorisées y ont également participé.
En général, et avec ces avantages initiaux, l'opération a été bien planifiée et exécutée, bien qu'il y ait eu des dysfonctionnements dus au secret.
 

 Par exemple, dans l'opération Tempête 333, nom de code de l'assaut (27 décembre 1979) contre le palais de Tajbeg, près de Kaboul, où résidait le président afghan, trois opérations soviétiques ont eu lieu simultanément, à l'insu des deux autres.
 D'une part, une tentative d'empoisonnement d'Amin qui fut déjouée par l'intervention d'un médecin soviétique Anatoly Alexeiev, envoyé en urgence par l'ambassadeur, qui ignorait tout des desseins du KGB.

Et au même moment, l'assaut du palais par un fort contingent de 700 forces spéciales soviétiques de trois unités différentes et vêtus d'uniformes afghans et brassards de bra sur le bras en signe de reconnaissance, qui a combattu avec le bataillon de la garde présidentielle afghane, l'a détruit et a assassiné le président Amin et son fils. Le reste de Kaboul était sous contrôle soviétique complet en quelques heures .
La force avec laquelle l'URSS est entrée en Afghanistan, officiellement appelée « contingent limité des forces soviétiques » ( sic), était suffisante pour faire face à une éventuelle résistance organisée déjà largement démantelée en fait de l'armée afghane.
 
Cette force était composée de deux divisions mécanisées , une division aéroportée, plusieurs brigades indépendantes (motorisées, d'assaut aérien), des forces supplémentaires supplémentaires et une forte composante aérienne. Cependant, ce contingent, d'au plus 90 000 hommes mais en fait environ 61 800 en unités combattantes, était tout à fait insuffisant pour garnir tout le pays et aussi monter des offensives contre la guérilla, forte de 40 000. hommes sans compter les futurs déserteurs de l’ armée régulière afghane .
L'état-major soviétique a pris comme modèle opérationnel ses précédentes interventions en Hongrie (1956) et en Tchécoslovaquie (1968) (Opération Danube), sans tenir compte du fait qu'elles ont pénétré avec des troupes très limitées dans un pays beaucoup plus vaste que ceux-là, plongé en pleine guerre, sans structures étatiques, sans bonnes communications et avec une tradition millénaire de résistance réussie contre les envahisseurs étrangers. Le « modèle tchèque » pour écraser une insurrection populaire urbaine instruite devait se révéler désastreusement trompeur en Afghanistan.
Une nécessaire perspective historique : le Great game ou Grand Jeu
Au XIXe siècle, le « joyau de la couronne » de l'immense Empire britannique, source d'innombrables richesses et d'un commerce lucratif, était le sous-continent indien, qui englobait largement ce qui est aujourd'hui l'Inde, le Pakistan, le Bangladesh et même le Népal, à des degrés divers de contrôle direct ou influence tout au long du siècle. Le contrôle de l'océan Indien et du golfe Persique était nécessaire pour protéger un commerce vital.
Cependant, après la défaite de Napoléon en 1815, les tsars russe Alexandre Ier ( 1801-1825) et son successeur Nicolas Ier ( 1825-1855) se tournent vers les vastes etendues se trouvant au confins de leur Empire en Asie C ‘est à dire vers l'ouest au-delà de la mer Caspienne et vers le Caucase du Sud, sur les traces de Pierre le Grand
Dans un premier temps, l'expansion russe s'est effectuée à travers le Caucase vers la Tchétchénie, le Daghestan et la Géorgie et même l'Arménie (1828-1829) en conflit ouvert avec l'Empire ottoman affaibli
. La Grande-Bretagne a vu l'avance russe vers le sud avec méfiance dès le début , et l'alliance avec les Turcs et la guerre de Crimée (1853-1856) ont ralenti l'avance russe vers la Méditerranée.
Mais cette oposition britannique va faire changé d'orientation les axes de perpétration russes
En 1825 Nicolas Ier a commencé l'avancée vers le sud en Asie centrale et annexe d'abord le Kazakhstan, débouchant vers 1830 un pays qui va devenir un enjeu du combat d ‘influence et un un terrain de jeu ou vont s’affronter les deux empires d'Asie, je veux parler de l’Afghanistan.
 Pour les Britanniques, le but ultime de la Russie était de s'assurer un débouché vers l'océan Indien soit par l'Iran, soit par le Baloutchistan (partie sud de l'actuel Pakistan), où les ports et les arsenaux militaires permettraient en cas de guerre de menacer les intérêts commerciaux britanniques vitaux en Inde, en particulier les communications entre l'Inde et la Grande-Bretagne ou par le Canal de Suez (ouvert en 1869) bien par la pointe sud de l'Afrique. L'augmentation de l'activité diplomatique russe en Perse a aiguisé les craintes britanniques.
On appellera cela le grand Jeu
De son côté, la Russie se méfiait, dans une moindre mesure, des futures avancées britanniques vers l'Asie centrale. On considère généralement que le Grand Jeu a commencé en janvier 1830 lorsque les Britanniques en Inde ont décidé d'ouvrir une nouvelle route vers le Sultanat
de Boukhara qui deviendra un protectorat russe en 1873 et surtout de créer à travers la Perse une zone tampon. avec la Russie
D’où vient le terme de Grand Jeu ou Great Game

. Cependant, il est paradoxal que ce terme n'ait atteint le grand public qu'avec la parution en 1901 du roman Kim , de Rudyard Kipling, et qu'il ne se soit généralisé que des décennies après la fin du « jeu »
Rudyard Kipling a certes popularisé les aventures de Mowgli, Baloo et Bagheera dans le Livre de la jungle mais dans Kim, un autre de ses romans publié en 1901, l’écrivain a aussi popularisé l’expression de "Grand Jeu", ou "Great Game" en version originale. Le Grand Jeu, c’est cette lutte d’influence pour le contrôle de la région de l’actuel Afghanistan qui opposa la Russie tsariste à l’empire des Indes britanniques tout au long du XIXe siècle. Une expression passée dans le langage courant, et notamment dans le langage journalistique, charriant son lot de représentations exotiques et coloniales.
La perception - réelle ou exagérée - de toute avancée diplomatique russe à la cour de Kaboul a provoqué des réactions excessives. En 1839, les faucons britanniques ont manipulé et exagéré la nouvelle qu'un représentant russe aux intentions ostensiblement commerciales Jan Witkiewicz, un simple capitaine avait été envoyé à Kaboul, la présentant comme le début d'une invasion russe. 
Ils ont de leur coté caché que la même année, le colonel anglais Charles Stoddart de la Compagnie des Indes orientales s'était rendu à Boukhara, dans l'extrême nord, à la recherche d'alliances Ce fut un échec car ce colonel a été décapité pour ne pas avoir apporté de cadeaux ou s'être prosterné devant l'émir local.
 Quoi qu'il en soit, le rapport négatif de Burnes sur l'ambassade de Russie à Kaboul a déclenché la désastreuse invasion britannique de 1839-42  Cette première guerre va voir une défaite catastrophique des anglaisAlexander Burnes, pour sa part, envoyé britannique à Kaboul depuis 1832, était d'accord avec l'émir afghan (« roi ») Dost Mohammed Khan, ses rapports faisaient états des échecs des négociations russes
Les anglais vont demander à leur gouverneur général de l'Inde, George Eden, Lord Auckland,d’envahir le pays . On assiste donc à la prise de Kaboul et la déposition de Dost Mohammed qui est envoyé en exil en Inde)
Il est remplacé en 1839 Shah Suja Durrani,  Mais les gouvernements britanniques par le jeu démocratique des élections changent aussi lorsqu'un nouveau gouvernement britannique annoncé en août 1841 des économies qui se traduisent par la réduction des subventions au nouveau roi afghan qui avec lequel celles ci achetait la loyauté des chefs tribaux, la tempête s'est déclenchée. 
En quelques jours, la tribu Ghilzai a coupé la communication avec l'Inde en attaquant une caravane, et le fils de Dost Mohammed,Akbar Khan, révolté, prend Kaboul, élimine Shah Suja , arrête le général Elphinstone et assassine également Burnes et d'autres diplomates et officiers  britanniques.
Sans ordres et ayant perdu des cadres l'armée entame en janvier 1842 une retraite désastreuse à travers des cols montagneux vers Jalalabad, au cours de laquelle elle est complètement anéantie : sur 4 700 soldats britanniques et indiens, et 12 000 civils accompagnants, un seul médecin, William Brydon, parvient à l'atteindre. Les survivants une centaine de soldats et 2 000 civils ont été faits prisonniers, et la plupart sont morts en captivité. 
 

D'autres contingents (de Kandahar) se retirèrent avec plus de succès .Il faut attendre septembre 1842 pour que les  Britanniques, sous le commandement du général G. Pollock,  avancent à nouveau de Jalalabad, reprenant Kaboul et détruisant le Grand Bazar pour se venger avant de battre en retraite.
En Grande-Bretagne certains  politiques comme Disraeli considéraient que la guerre n'avait pas été nécessaire, puisque la frontière russe était encore en 1837 très éloignée de l'Amou-Daria.
Pendant ce temps, Dost Mohammed, libéré par les Britanniques, a repris le pouvoir en Afghanistan et a signé la paix avec la Grande-Bretagne en 1855  Ce  traité de Peshawar, a été signé en pleine guerre de Crimée
L'émir était loyal, s'abstenant même de profiter de la grande rébellion cipaye de 1857 . Mais à sa mort en 1863, une guerre civile éclata entre ses enfants,  et apres plusieurs coups, de théatre c'est Sher Ali Khan qui en sort vainqueur, qui tenta de nager entre deux eaux dans le Grand Jeu.
En effet, entre 1842 et 1880, la Russie s'était avancée encore plus au sud de la région de la mer d'Aral, annexant le Turkestan-Ouzbékistan (Tachkent et Samarkand et le khanat de Khiva et Boukhara) et le Turkménistan et atteignant le fleuve Amou-Daria, frontière nord de l'Afghanistan, un émirat qui devint ainsi un espace tampon entre les empires russe et britannique .
 Et encore une fois, l'histoire se répéte: à l'été 1878, la Russie envoye  un ambassadeur à Kaboul, que l'émir Sher Ali Khan a tenté en vain de rejeter, Il avait agit de même  avec l'ambassade que les Britanniques ont envoyée d'Inde. Cela a déclenché une nouvelle invasion britannique , qui pénêtre en Afghanistan en trois colonnes. L'émir s'enfuit et meurt peu après, et son successeur, Mohammed Yaqub Khan, signe le traité de Gandamak (mai 1879) par lequel, en échange de subventions, il permet à la frontière britannique d'atteindre le col de Jáiber ce qui laisse le loibre accès  pour  d'éventuelles invasions ultérieures ,Il cède aussi certaines provinces de l'Est et a laissé sa politique étrangère entre les mains des Britanniques.
Mais en septembre 1879, un soulèvement à Kaboul a conduit au massacre du représentant britannique, Cavagnari et de ses compagnons. Cela a déclenché une nouvelle invasion britannique sous le commandement de Sir Frederick Roberts . Malgré un succès partiel afghan à la bataille de Maiwand (juillet 1880), la victoire décisive de Roberts à Kandahar (1er septembre) met fin à la guerre avec la destitution de l'émir, le renouvellement des conditions du traité précédent, et le retrait britannique, qui renonce. laissant garnison ou même des représentants à Kaboul.
L'« incident de Pandejh »
Cet incident diplomatique et militaire a lieu à la frontière nord de l'Afghanistan (non loin d'Herat), en février 1885,et on frole un affrontement direct entre les deux empires. Comme on l'a dit, l'expansion russe avait atteint le fleuve Amou Daria (l'ancien Oxus) et le nord de l'Afghanistan après avoir annexé ou soumis les différents khanats. La frontière entre la Perse, l'Afghanistan et l'Empire russe était en 1880 sans encore le préciser , alors les Russes pressèrent vers le sud, ce qui provoqua la résistance armée de l'armée de l'émir afghan. Les Russes ont insisté sur le fait que la région du Panjdeh appartenait à une tribu qui s'était soumise à la Russie ; les Afghans, soutenus par les Britanniques, dont la zone appartenait au domaine d'Herat, leur propre territoire traditionnel.

 
Franchissement par les russes de  l'Amou Daria (1889), huile sur toile de Nikolai Karazin (1842-1908).
 
Au début de 1885, les Russes commencèrent à construire un fort à Kazyl Tepe et il y eut des combats avec les Afghans au cours desquels il y eut 500 victimes afghanes pour 11 Russes. La Grande-Bretagne, après avoir reçu la nouvelle, s'est préparée à la guerre et Gladstone a même demandé aux Communes un crédit spécial pour la campagne. Finalement, les Britanniques acceptèrent le fait accompli, violant ainsi les termes du traité de Gandamak par lequel ils promettaient d'aider l'émir Abdur Rahmar face aux pressions russes. Le tsar a finalement obtenu ce qu'il voulait, mais a arrêté son avance vers le sud à ce moment-là. Encore aujourd'hui, le village de Sherhetabat / Kushka est le point le plus au sud de l'Empire russe et de l'ex-Union soviétique.
La fin du Grand Jeu
Pendant le nouvel émirat d'Abdur Rahman (1880-1901), qui accepta les impositions britanniques, ceux-ci et les Russes s'accordèrent sur les frontières de l'Afghanistan qui subsistent jusqu'à aujourd'hui, mais l'émir céda le contrôle de sa politique étrangère aux Britanniques , convertissant son pays dans un protectorat.
En 1893, un responsable britannique, Sir Mortimer Durand, a tracé une ligne de 2430 km pour séparer l'émirat afghan de la zone de contrôle britannique, une démarcation artificielle et encore informelle qui séparait en deux une immense région ethniquement pachtoune, et qui allait plus tard fossiliser comme la frontière entre l'Afghanistan et l'Inde (plus tard le Pakistan), comme la source d'innombrables problèmes. Même aujourd'hui, l'Afghanistan ne reconnaît pas la frontière avec le Pakistan, séparant les tribus traditionnelles pachtounes.
En 1895, les protocoles de la « Commission des frontières » du Pamir ont également été signés, qui définissent la frontière entre l'Afghanistan et la Russie le long de l'Amou-Daria. Sur ce, le Grand Jeu s'est terminé. Ainsi, de 1890 à 1895, l'Inde et l'océan Indien étaient en sécurité.
Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui pensent que le Grand Jeu a été une réaction britannique excessive à une "menace" russe qui n'était pas telle, en raison de la distance et des difficultés géographiques, et qu'il a montré le visage le plus agressif de son impérialisme dans sa tentative de créer et maintenir des gouvernements fantoches à Kaboul, comme il l'avait fait pendant des siècles en Inde. En 1889, Lord Curzon, futur vice-roi des Indes, écrivait : « Nos relations avec l'Afghanistan au cours des quarante années entre 1838 et 1878 ont été successivement celles d'ingérence maladroite et d'inactivité médiocre »a écrit Curzon 1889.
La troisième guerre anglo-afghane (1919)
Mais en 1919  éclate lan derniere mais brève troisième guerre anglo-afghane entre mai et Aout . L'Afghanistan avait été neutre pendant la Grande Guerre, malgé la pression turque pour rejoindre les puissances centrales. En 1919, le nouvel émir Amanullah ( 1919-1929), pour détourner l'attention des discordes tribales et familiales habituelles de sa succession, franchit le col de Khaiber et fit une avancée très limitée en Inde. Les Britanniques réagissent à cela par une déclaration de guerre, profitant de leur supériorité aérienne et d'artillerie sur l'armée afghane régulière. L'armistice a laissé une situation ambiguë mais en fait l' Afghanistan a obtenu une indépendance non seulement de jure mais aussi de facto:
Il développa immédiatement sa propre politique étrangère, établissant par exemple des relations avec l'Union soviétique naissante, qui se poursuivront, de plus en plus étroites, tout au long du XXe siècle.En 1923 l'Afghanistan, encore un émirat, avait été le premier pays à reconnaître l'URSS, attention que l URSS rendit en reconnaissant l'Afghanistan comme un état indépendant. Depuis 1947, l'URSS était le principal bienfaiteur du pays , fournissant une formation et une aide militaire, en plus de grandes quantités d'aides de toutes sortes, d'abord avec l'émir, et depuis 1973 avec la république lorsque le roi Zahir Shah a été destitué par le premier président., Daoud
Les Prémices à l invasion soviétique
 
Le nouveau président (avril 1978), Nur Mohammed Taraki, chef de la faction extrémiste Khalq («peuple») du Parti communiste afghan, a de facto fait de son pays un État satellite de l'URSS , et il procéde, dans les meilleures traditions locales en faisant assassiner l'ancien président, Daud Jan, et de purger ses rivaux de la faction Parcham (« drapeau ») plus urbaine et instruite du Parti, d'origine tadjike et ouzbek,  Il envoie en exil l'un de ses plus grands rivaux, Babrak Karmal, comme ambassadeur en Tchécoslovaquie
Mais il veut aller trop vite  et il met en oeuvre une série de mesures radicales pour déraciner le « féodalisme » social traditionnel, de la redistribution des terres à la modification du statut des femmes. Ces mesures vont détruire le tissu social du pays. 
Dans de nombreux cas, en plus, la résistance villageoise a été brisée par la force. Pour 90 % des Afghans, l'orthodoxie marxiste et athée était non seulement incompréhensible, mais haineuse, et les directives de Kaboul pourraient bien venir d'une autre planète, notamment celles faisant référence à la collectivisation agraire, la mixité ou la libération des femmes. En comparaison, la construction d'hôpitaux et d'écoles ne signifiait presque rien.
Bientôt, des groupes de moudjahidines  combattants de/pour la foi ») se sont soulevés en rébellion, brandissant l'étendard de la religion , mais en réalité défendant aussi ses coutumes et coutumes laïques. Pendant ce temps, l'enlèvement en février 1979 par des opposants au régime de l'ambassadeur américain s'est soldé par sa mort accidentelle lors d'une tentative de sauvetage maladroite.
En quelques mois, la moitié des 90 000 militaires désertèrent, dont l'ensemble de la 17e division Herat en mars 1979. Les bombardements qui s'ensuivirent et la reconquête de la ville firent des milliers de morts - des deux côtés, y compris des conseillers soviétiques - et le pays entra dans une guerre civile ouverte.
 Il est possible qu'entre avril 1978 (coup d'État) et l'intervention soviétique (décembre 1979), le gouvernement ait exécuté jusqu'à 27 000 personnes dans le seul complexe pénitentiaire de Pul-e Charji.
Face à la résistance croissante, Taraki a lancé à plusieurs reprises un appel à l'aide militaire soviétique , en utilisant des soldats ouzbeks vêtus d'uniformes afghans, ce que le Premier ministre Kossyguine a démenti par téléphone le 20 avril, Mais si une intervention est refusée on va offrir des armes à des prix "amis", Mais la situation se dégradait si rapidement et le cout financier del' investissement soviétique en Afghanistan  va sélever à 1 000 000 000 $ d'aide militaire et 1 250 000 000 $ d'aide civile . Le parti  communisme afghan PDPA s'effondre . La situation s'est tellement dégradée que le Premier ministre de Taraki, Hafizullah Amin, organise un coup d'État dans le palais en septembre 1979, en assassinant  Taraki et 
Il  tenté de rétablir l'ordre avec le même insuccés que que son prédécesseur.
 
 Hafizullah Amin (1929-1979), cofondateur du Parti démocratique du peuple afghan et secrétaire général
 
Les Soviétiques, irrités par un coup d'État dont ils n'avaient pas été consultés, par la brutalité d'Amin - encore plus grande que celle du gouvernement Taraki - et alarmés par les prétendus contacts d'Amin avec la Chine mais aussi avec le Pakistan et la CIA, ont commencé à changer d'opinion. sur une éventuelle intervention. Pendant ce temps, les services secrets pakistanais, alarmés à leurs côtés, finançaient et aidaient à former le parti fondamentaliste Jamiat-i Islami ("Société islamique"), le plus ancien parti local (fondé en 1968) de domination tadjike (nord), pour contrer le poids des Pachtounes qui ont toujours aspiré à annexer la bande de territoire pakistanais à l'est de la frontière de la ligne Durand, habitée par des personnes de leur ethnie.
Pourtant, malgré le secret habituel sur les délibérations du Politburo, tout indique que l'invasion a été décidée de manière assez improvisée et même à contrecœur . Nous ne sommes plus à l'époque de Staline et Brejnev n'était pas un monarque absolu, et les décisions critiques étaient prises par un groupe d'anciens, un sous-ensemble des quatorze membres à part entière du Politburo.
Lors de la réunion décisive du 12 décembre 1979, deux semaines seulement avant l'invasion, il n'y avait que le secrétaire général Brejnev, le ministre de la Défense Ustinov, l'idéologue du parti Suslov, le ministre des Affaires étrangères Gromyko, le directeur du KGB Andropov et - peut-être - le Premier ministre Kossyguine.
On ne sait pas vraiment qui a pris la décision. Brejnev, déjà malade ou Gromyko, Cependant, d'autres personnalités proches du pouvoir estiment qu'en 1979 Brejnev ne pouvait plus tenir une conversation intelligente plus de vingt minutes, et était déjà incapable de prendre des décisions politiques de grande envergure  D'autres prétendent que la décision n'a même pas été formellement votée, et le seul document manuscrit connu à cet égard, intitulé « Sur la situation en A », rédigé par Tchernenko, puis signé par plusieurs des membres du « cercle restreint » ( Brejnev, Andropov, Ustinov, Gromyko, Suslov, Tchernenko, Pelshe, Grishnin, Tijonov, Kirilenko et Scherbitsky - mais pas Kosyguin  : les membres non titulaires ont simplement été informés de la décision déjà prise.
Plusieurs pensent qu'Andropov et Ustinov étaient les "faucons" les plus susceptibles d'envahir, bien qu'après la guerre, le général VI Varennikov, qui était commandant suprême en Afghanistan, et plus tard commandant en chef de l'armée soviétique, insiste pour que les forces armées les forces étaient réticentes et elles auraient dû rester fermes dans leur opinion de ne pas intervenir. Enfin, d'autres analystes pensent que c'est l'idéologue du parti, M. Suslov, qui a promu l'intervention.
Evidemment, dans la prise de décision de ces vétérans de la « Grande Guerre Patriotique » et de la Guerre Froide, il y avait une crainte réelle  et justifiée de l'éventuelle installation de nouvelles bases occidentales en Afghanistan qui menaceraientl l'URSS si le président Amin se jetait dans les bras des États-Unis. Et si Amin était vaincu, il y avait la crainte encore plus grande d'une propagation de l'islamisme fondamentaliste aux républiques soviétiques musulmanes 
 A cela s'ajoute une possible exploitation des ressources minérales du pays et la possibilité d'un accès supplémentaire à l'océan Indien  qui jouent un rôle dans l'esprit des « faucons » du groupe.
l 'URSS opte donc de déposer et  d'éliminer physiquement - Amin ;  en le remplaçant par  Babrak Karmal , membre plus modéré de la branche Parcham du Parti, de confiance de Moscou, récemment revenu de Tchécoslovaquie  de  stabiliser au minimum la situation et  de se retirer, laissant la tâche de mettre fin à l'insurrection à l'armée afghane.
Mais une fois à l'intérieur, le Politburo a constaté qu'il avait été beaucoup plus facile d'entrer que d'en sortir . L'armée afghane n'était pas capable de combattre la guérilla grandissante, et abandonner le gouvernement communiste à sa destruction certaine était une perte de prestige intolérable.
La 40e Armée y est restée, sans y être préparée, ni à cause du terrain, ni à cause de sa structure, ni à cause du type d'ennemi à combattre. 
 

En effet, dès le 28 janvier 1980, un mois exactement après le début de l'invasion, le maréchal Sokolov déclarait au représentant du KGB à Kaboul, Bognadov, qu'il craignait la décomposition de l'armée afghane et que ce serait son armée qui aurait prendre le relais. , empêchant le retrait immédiat souhaité annoncé par Brejnev. Ses paroles étaient prophétiques.
A cela il faut ajouter qu'en raison de l'âge et de la maladie, Brejnev était presque frappé d'incapacité (il mourut 13 mois après l'invasion), et que ses deux successeurs comme secrétaire général, Y. Andrópov (nov. 1982-fév. 1984) et K. Chernenko (février 1984-mars 1985) ne furent  au commande qu'une  année chacun. La direction soviétique a souffert d'une paralysie institutionnelle pendant les années critiques de janvier 1980 à mars 1985, date à laquelle M. Gorbatchev a été élu.
De l'intérieur, les commandants et les soldats soviétiques étaient également isolés de la réalité du pays, qu'ils ne comprenaient pas au départ "séparés par huit millimètres de verre pare-balles à travers lesquels nous regardions avec peur depuis l'intérieur de nos véhicules blindés" (Borovik).
Afghanistan, territoire et société
L'Afghanistan est un très grand pays, de plus de 650 000 km2, avec une longue frontière montagneuse de 2 180 km avec le Pakistan et une autre de 829 km avec l'Iran, qui deviendraient des sources de ravitaillement pour la guérilla. 85 % de sa superficie est montagneuse et seulement 5 % est boisée, notamment dans la zone frontalière avec le Pakistan.
Comme une colonne vertébrale court la chaîne de montagnes de l'Hindu Kushsur une largeur allant jusqu'à 500 km dans une direction nord-est-sud-ouest, s'ouvrant à l'ouest en crêtes plus petites comme les doigts d'une main. La hauteur varie entre 2000 et 7000 m, les dernières hauteurs extrêmes où le combat conventionnel n'est pas possible et les hélicoptères n'atteignent pas. Dans la partie orientale, et dans une direction approximativement nord-sud s'étend la chaîne de montagnes Suleiman, avec des sommets jusqu'à 3 500 m, qui sert de zone frontalière avec le Pakistan, bien que des deux côtés de la frontière (ligne Durand) la population appartient à le même pachtoune. Il y a peu de cols entre le plateau afghan et la vallée de l'Indus à l'est au Pakistan. Entre ces deux zones montagneuses se trouvent les plaines du plateau de Ghazni-Kandahar. Toute la zone montagneuse centrale du pays, de l'ethnie Hazara, a été épargnée des pires effets de la guerre.Le système hydrologique est endoréique, à la fois dans le bassin de l'Amou Daria qui se jette vers la mer d'Aral et forme la frontière avec l'URSS, et dans la zone désertique méridionale (sud des provinces de Helmand et de Kandahar), qui fait le lien avec le baloutchistan pakistanais.Autour de la zone montagneuse centrale, il y a un anneau plus plat, où se trouvent les principales villes, une bonne partie des terres arables et la petite industrie existante. L'Afghanistan n'avait pas de réseau ferroviaire. Ces zones plates et plus peuplées sont reliées par la seule grande autoroute du pays , en forme d'anneau (la Ring Road), dont le contrôle était vital pour l'Union soviétique. Dans le sens des aiguilles d'une montre relie Kaboul, Ghazni, Kandahar, Herat (sortie vers l'Iran), Mazar i Sharif (sortie vers Termez en Ouzbékistan) et à nouveau Kaboul.
 
 
 
À seulement 78 km au nord-est de Kaboul, il y a un tunnel de 2,7 km tunnel de Salang  creusé dans la montagne, un véritable goulet d'étranglement sur la seule route terrestre vraiment praticable entre la capitale et la frontière de l'Union soviétique à Termez. Il a été construit par l'URSS en 1968 et à l'époque il était le plus haut du monde (3400 m)
A l'est-nord-est se trouve la vallée du Panjshir , longue d'environ 130 km, dont le fond étroit était assez peuplé de nombreux villages, et dont les montagnes environnantes sont devenues un refuge et une base pour l'un des plus puissants partis moudjahidines, dirigé par Ahmed Sha Massoud, le "lion du Panjshir." Idéalement situé comme base pour attaquer l'autoroute et couper le tunnel, le Panjshir est devenu le théâtre d'une douzaine d'offensives soviétiques majeures.
Quelques routes radiales, extérieures à la grande route circulaire, la reliaient aux frontières, notamment à Jalalabad et à Peshawar déjà au Pakistan, et à Gardez et Khost un peu plus au sud. Ce sont les provinces de Paktya, Paktika et Khost. Ces deux routes empruntées par les résistants pour apporter de l'aide du Pakistan ont également fait l'objet de certaines des batailles les plus disputées de la guerre. D'autres routes radiales qui partaient de la circulaire reliaient Hérat à l'Iran à l'ouest et à l'Ouzbékistan (URSS) au nord, Mazar i Sharif à l'Ouzbékistan (URSS), etc.
A ce territoire rude et difficile correspondait une société morcelée et revêche . L'Afghanistan n'était ni ethniquement ni linguistiquement unitaire. Depuis le XIXe siècle et avant, les émirs, les rois et les présidents exerçaient un contrôle relatif sur les régions, souvent en échange de subventions généreuses ou de pots-de-vin aux chefs tribaux régionaux pour maintenir une paix relative.
La base sociale était le village et la tribu, ou mieux les Qawm, fondés sur la parenté, la résidence et parfois l'occupation, indépendants du pouvoir central et qui peuvent parfois unir des éléments de différentes tribus ou ethnies autour d'un intérêt commun. « Qwam est le terme utilisé pour décrire un segment social uni par des liens de solidarité, qu'il s'agisse d'une famille élargie, d'un clan, d'un groupe professionnel ou d'un village. Elle repose sur les liens de parenté et les relations clients. Plutôt qu'un groupe ethnique ou tribal, c'est un groupe solidaire qui protège ses membres des autres qwam et de l'État, bien qu'en même temps il soit un lieu de compétition pour la suprématie interne. »
Ces éléments fondamentaux du tissu social font à leur tour partie de groupes ethniques et de confessions religieuses plus larges. La mosaïque ethnique et linguistique est très complexe . Les groupes pachtounes (sud-est et est) se distinguent, représentant plus de 40 % de la population, Tadjiks, Ouzbeks, Turkmènes (nord), Hazara (centre), Baloutchis (sud-ouest), etc. avec une longue tradition de méfiance et d'affrontements entre eux (notamment entre Pachtounes et Tadjiks), mais aussi d'union temporaire laïque contre tout ennemi extérieur, qu'il soit macédonien, persan, sikh, britannique ou soviétique.
99% de la population est musulmane, pas spécialement fondamentaliste dans les années 1970 du 20ème siècle, avec 85% sunnites (comme l'Arabie saoudite) et 15% chiites (comme l'Iran).
En 1979, les 17 millions d'habitants avaient un taux d'alphabétisation très faible de 10 %. Au début de la guerre, 85 % de la population était rurale, concentrée dans les vallées et les zones pré-désertiques.Au-dessus de la religion, les relations sociales afghanes étaient régies - et régies - par un code d'honneur et d'hospitalité très compliqué dans lequel trahison, tromperie et violence étaient omniprésentes selon des critères presque toujours incompréhensibles pour les Occidentaux ou les russo-soviétiques. Un jeune Winston Churchill, qui a visité la frontière nord-ouest de l'Inde en 1896-1898, et a écrit en tant que journaliste de guerre pour le Daily Telegraph , a pu écrire sur les Pachtounes :"Son système éthique, qui considère la trahison et la violence comme des vertus plutôt que des vices, a déclenché un code d'honneur si étrange et incohérent qu'il est incompréhensible pour un esprit logique."
Les forces opposées
La 40e armée soviétique
Les informations disponibles indiquent ainsi qu'une grande partie des militaires était sceptique quant à l'occupation de l'Afghanistan. L'opération militaire initiale était la plus importante menée par l'URSS en dehors de ses frontières depuis l'occupation de la Tchécoslovaquie pendant le printemps de Prague de 1968. L'effectif total variait de 90 000 à environ 118 000 hommes . Par comparaison, lorsque les Soviétiques ont occupé la Tchécoslovaquie en 1968 (cinq fois plus petite que l'Afghanistan), ils ont employé au moins 250 000 soldats du Pacte de Varsovie avec 2 000 chars, soit plus de dix fois la densité de troupes au kilomètre carré.
La plupart des troupes envoyées en 1979 étaient de grandes unités (divisions, environ 10 000 hommes) blindées, mécanisées et d'artillerie lourde, conçues pour combattre l'OTAN ou la Chine dans le cadre d'une guerre conventionnelle à grande échelle. Ils se sont vite avérés peu utiles dans le contexte géographique afghan. Au fil du temps, de nombreuses brigades d'artillerie et unités blindées ont été rapatriées et remplacées par des troupes aéromobiles et des forces spéciales beaucoup plus utiles.
 
Groupe Spetsnaz  (opérations spéciales)  effectuant une mission en Afghanistan, 
 
 
A son apogée, la 40e Armée , réactivée spécifiquement en Asie centrale pour l'invasion et l'occupation, se composait de quatre divisions  de cinq brigades indépendantes, de trois autres régiments indépendants ainsi que d'unités de soutien et de logistique chargées de couvrir 29 capitales provinciales, voies de communication et quelques centres industriels sur plus d'un demi-million de km2.
L' offensive des opérations Les forces soviétiques impliquaient presque toujours aussi des forces afghanes dans une plus ou moins grande mesure, ce chiffre va augmenter  après 1985.
Il y avait essentiellement plusieurs types d'opérations :
Opération  impliquant plusieurs milliers d'hommes pendant plusieurs semaines dans une zone géographique large - par exemple la vallée du Panjshir - ; normalement pas plus de deux étaient produits par an. 
Opérations au niveau du groupe tactique avec plusieurs bataillons toujours à court de troupes ; avec appui aérien et forces spéciales, destiné à détruire un groupe spécifique de résistance de quelques dizaines ou quelques centaines d'hommes, localisé par des opérations de renseignement. Ils ont duré entre une semaine et dix jours.
 
 Opérations de recherche dans les villages de dépôts d'armes, de blessés, etc. qui se sont souvent soldées par des pillages et des destructions de populations, notamment face à la frustration croissante des troupes soviétiques de ne pas obtenir de résultats tangibles dans la plupart des cas.
Avec le temps et l'expérience, de nouvelles tactiques aéroportées ont été créées (débarquements de blocus arrière) et de nouveaux types d'unités ad hoc (brigades d'armes combinées et bronegruppa , qui depuis c.1985 regroupe les véhicules blindés et les armes de soutien de diverses compagnies ou bataillons combattant à pied, constituant une réserve mobile ou une force de blocage, variante de la tactique du « marteau mobile » et de l'enclume. La combinaison de forces à pied, de blocus par des forces d'hélicoptères, de soutien aérien et d'artillerie, et de réserve blindée mobile a fait le meilleur pour les Soviétiques lorsqu'ils ont maîtrisé la coordination de toutes ces unités. D'autres tactiques imaginées pour une guerre à grande échelle en Europe centrale ont dû être adaptées : les troupes de reconnaissance ne marchaient plus à 15 km du gros, mais à vue de la colonne principale, compte tenu de l'absence d'artillerie ennemie et d'embuscades à courte distance. .
La plupart (jusqu'à 80%) des forces soviétiques étaient néanmoins engagées dans des positions défensives et de surveillance , couvrant la base de Bagram, Kaboul, les grandes villes vitales et la rocade et surtout le tunnel de Salang permettant la communication entre Kaboul et la frontière avec l'URSS.
 Ces forces comprenaient la plupart des divisions motorisées régulières, qui ont également affecté une partie de leurs unités à collaborer aux opérations offensives. De nombreuses unités étaient divisées en petits « forts » ( zastavas ) au niveau de la section ou de la compagnie (entre 10 et peut-être 40 hommes) approvisionnés par air ou par route, sans relais jusqu'à 18 mois, ce qui était une source de démoralisation. Fin février 1980, il y avait 862 zastavas, garnie de quelque 20 000 hommes, soit plus de 25 % de la 40e armée. Aucun n'est tombé entre les mains des rebelles pendant la guerre, étant donné qu'ils disposaient d'une bonne proportion de mitrailleuses et de mortiers, en plus du soutien aérien dans les cas extrêmes.
Les 20 % restants étaient des parachutistes, des unités de reconnaissance et des troupes spéciales, sélectionnés pour leur forme physique, leur motivation politique et leur idéalisme, mieux entraînés et plus motivés, menant la majeure partie des grandes opérations de contre-insurrection et faisant souvent preuve d'une efficacité raisonnable, d'un esprit de corps , et la camaraderie.
 
Le problème est que, compte tenu de la qualité médiocre de nombreuses unités d'infanterie régulières, ou de leur manque d'effectifs pour cause de maladie, les unités choisies étaient souvent surchargées d'opérations, ce qui a fini par miner leur efficacité et même générer des ressentiments. Même dans ces troupes choisies, les soldats étaient des troupes de conscrits qui  faisaient leurs deux ans de service,en se battant contre des guérilleros beaucoup plus expérimentés.
Les unités blindées ou motorisées régulières bien entraînées affectées au Pacte de Varsovie n'ont pas été envoyéesé en Afghanistan  La plupart des troupes étaient des Ouzbeks et des Tadjiks , sélectionnés parce qu'ils seraient censés mieux se comprendre avec les Afghans, ce qui non seulement s'est avéré faux, car cela  a eu tendance à réactiver l'islamisme dans les républiques soviétiques d'Asie. 
En outre, les soldats d'origine russe ou slave dans les unités spéciales et les commandants avaient tendance à mépriser et à maltraiter cruellement leurs propres compatriotes d'Asie centrale.
La grande majorité des combattants soviétiques étaient des conscrits avec deux ans de service . Beaucoup d'entre eux avaient une formation et une éducation limitées. de plus il existe un  terrible système de bizutage ( fingervshchina ) a amené les « grands-parents » et « arrière-grands-parents » ( dedushka, dembel ) qui exploite et même à torturer les débutants ( chizhik « birdie » et cherpak )  . Ce cercle vicieux se répète à chaque rotation.
 Souvent les soldats, dans de mauvaises conditions d'hygiène et sans distractions, tombaient dans l' 
alcoolisme et la toxicomanie, qui dans certaines unités dépassait 50%  L'alcool était parfois obtenu dans des distilleries clandestines,  Les muhajidins, par le biais d'intermédiaires, favorisaient la toxicomanie de leurs ennemis en distribuant ou en proposant des médicaments locaux à très bas prix à des intermédiaires qui se chargeaient de la distribution. En fait, il n'était pas rare que les soldats soviétiques échangent du haschich contre des armes, des munitions et des grenades (qui finiraient par être utilisées contre leurs camarades).
L' absence d'un corps professionnel de sous - officiers , indispensable dans les armées européennes, entraîne le retrait de caporaux et de sergents dans les rangs, limitant ainsi leur autorité. La figure du praporschik (sorte de sous-officier supérieur), avec des contrats de cinq à dix ans, ne suffisait pas à remédier à cette carence vitale. De nombreuses fonctions qui, à l'OTAN, étaient exercées par des sergents ou des caporaux étaient à la charge des lieutenants, ajoutant une charge excessive sur leurs épaules, ou n'étaient tout simplement pas remplies (contrôles de santé des hommes, discipline des petites unités, contrôle des abus, etc.) .
L'une des conséquences est que la principale cause de pertes n'était pas l'action de l'ennemi, mais la maladie. Les mauvaises conditions de logement, notamment dans les unités déployées dans des forts isolés, avec un manque d'eau purifiée et une mauvaise discipline sanitaire (manque de bons sous-officiers), et la logistique inefficace des uniformes et des sous-vêtements, ont causé des centaines de milliers de cas de maladies. , surtout l'hépatite et le typhus. 
À certains moments, jusqu'à un quart des troupes pourraient être en congé de maladie grave. 
Les conditions de vie épouvantables, les attaques de guérilla, les violences entre camarades, la cruauté des moudjahidines qui souvent castraient et/ou écorchaient vifs des prisonniers... ont déclenché une spirale sans fin de représailles et d'atrocités .
 De nombreux villages afghans ( 
kishlak ) ont été rasés, même par erreur : une fois qu'un informateur afghan "fidèle" a volontiers signalé sa propre maison depuis un hélicoptère... et avant que l'interprète ne traduise, l'équipage l'a rasée à coups de roquettes et de mitrailleuses ; Jeter des prisonniers depuis des hélicoptères est devenu courant après les interrogatoires. Dans de telles conditions, les rangs des moudjahidin Ils n'arrêtaient pas de grandir : un Afghan se fichait que sa femme et ses enfants aient été tués par erreur dans un bombardement ou aient été assassinés ; son honneur exigeait une vengeance sanglante.
L' équipement
 individuel des soldats soviétiques n'était pas moderne. De nombreux vétérans se souviennent de leur surprise, surtout à partir de 1985, lorsqu'ils ont capturé des caches ennemies avec du  matériel de meilleur quaiés que les leurs Souvent, il manquait des pièces détachées d'uniformes, des bottes, des gilets pare-balles... alors que les troupes de garnison dans les grandes bases elles étaient logées à meilleure enseigne  Il faut noter qu'une grande partie de leur équipement médical se trouvait dans des bocaux en verre dans des boîtes en bois, comme pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que depuis 1987, les moudjahidines transportaient souvent de meilleures armoires à pharmacie avec des contenants en plastique.

L'arme unique de base, l'AKM de 7,62 mm, était excellente pour les conditions afghanes, mais peu de temps après, les Afghans utilisaient les mêmes armes, capturées, obtenues via Israël ou provenant de Chine. En revanche, l'armement plus lourd était solide, fiable et de qualité raisonnable... d'autant plus que l'ennemi n'avait rien de tel. De nombreuses armes comme le lance-roquettes antichar soviétique RPG-7 (ou sa copie chinoise), ou les mitrailleuses lourdes 12,7 mm DshK (le fameux Dashika ) et le 14,5 mm ZPU-1I, ont été utilisés par les deux camps.
Les chars de combat ,des T-54-55  désormais obsolètes  T-62 et T-72 - et peut-être même quelques T-80 - dans les trois régiments de chars d'autant de divisions, ne furent pas très utilesé au-delà des premières semaines , et ils ont fini par être retirés du pays - peut-être quelque trois cents chars - avec les régiments de défense antiaérienne.Les divisions d'infanterie motorisée (RFM  ou DFM  dont trois et jusqu'à quatre unités étaient sur le terrain  comptaient comme régiments indépendants, avec une artillerie automotrice très puissante (2SI M.1974 de 122 mm ; 2S3 M. 1973 et 2S5 M.1977 152 mm, ainsique 2S9 (mortiers de 120 mm).La plupart de l'infanterie étaient transportée par des VCI à 8 roues  BTR-60, BTR-70 et BTR-80 ( bronetranporter ), ainsi que dans le véhicule de reconnaissance blindé à quatre roues BRDM-2 . Le BTR-70 est amphibie, armé de deux mitrailleuses (une lourde de 14,5 mm et l'autre de 7,62 mm), pèse 11,5 tonnes et embarque un équipage de 3 plus 12 ou 7 soldats équipés selon la configuration. Il atteint 80 km/h. Son blindage en acier est de 9 mm frontal et 7 mm latéral.Certains bataillons de chaque division possèdaient des  BMP-1 plus lourd  (canon de 73 mm), puis le BMP-2, avec un canon de plus petit calibre de 30 mm avec un angle d'élévation et une cadence plus importants. Il transportait un équipage de 3 et jusqu'à 8 fantassins. Il pesait 13-14 tonnes.Le BMP est considéré comme le premier VCI au monde, et bien que sa protection frontale soit  bonne, la position du conducteur et le commandant sur le devant gauche du  blindé  à côté du moteur  était un poi,nt faible si une mine ou obus AC touchaiet l engin à cet endroit . Il éliminait à la fois le personnel spécialisé et coûteux à former. Les  véhicules  BTR ou BMP étaient très vulnérables sur les côtés aux roquettes antichars RPG-7 utilisées par la guérilla, et en raison de la conception qui stockait les munitions et le carburant à côté du compartiment de combat, les explosions catastrophiques étaient courantes. Pour cette raison, les équipages avaient tendance à placer des sacs de sable sur le sol
 
Les troupes aéroportées, pour leur part, emportaient des véhicules plus légers qui, utilisés en Afghanistan pour les mêmes tâches, ont fini par être retirés en raison de leur faible protection : le véhicule de reconnaissance à quatre roues BRDM-2 , le  BMD-1 (une version légère et plus petit du BMP) et le canon d'assaut ASU-85.
 
 

Des véhicules de DCA Automoteur ont également été déployés, comme le très puissant ZSU-23-4 avec quatre tubes de 23 mm et le lance- missiles SA-4 Ganef.

Sans aucun doute, le grand atout soviétique était ses hélicoptères , avec deux modèles
Un Hélicoptère de transport moyen bimoteur capable d'attaque 
Mi8 Hip Entré en service en 1967,en Afghanistan, il emportait deux mitrailleuses dans les portes et parfois  diverses combinaisons de roquettes, bombes et missiles antichars pesant jusqu'à 4000 kg. Son autonomie de 610 km et sa vitesse de croisière de 230 km/h (max. 260) étaient plus que suffisantes. Mais surtout, il pouvait embarquer au maximum 24 soldats équipés, ou jusqu'à 12 brancards et un ambulancier en mission d'évacuation. C'était le « cheval  de bataille » de la guerre pour les opérations de contre-insurrection (COIN). Certains hélicoptères de transport lourd Mi-6 Hook ont également été utilisés .

A ces cotés on va trouver lee Mil Mi-24 Hind surnommé la libellule de la mort Ils'agit d'un hélicoptère bimoteur blindé spécialisé dans l'attaque au sol (CAS, Close Air Support), lourdement blindé et à l'épreuve des armes légères. Il avait alors une mitrailleuse rotative de 12,7 mm et quatre tubes dans une tourelle sous le nez et un canon de 30 mm, ou un double canon automatique de 23 mm, et des ailerons externes pour une terrifiante combinaison de jusqu'à 1500 kg de puissantes roquettes S. -8 sur 80 mm (remplaçant le S-5 de 57 mm), des bombes de 100, 250 ou 500 kg, et des missiles. Parfois même le troisième membre d'équipage (le technicien en armement) avait deux mitrailleuses montées de chaque côté de son poste pour surveiller les flancs. Tout cela, et sa capacité à résister aux impacts, ont fait de cet appareil  la terreur des moudjahidines, qui ont témoigné de l'exactitude de son surnom russe de "char volant", bien qu'ils aient préféré l'appeler "Shaitan-Arba », le char de Satan. Il pouvait, en plus de son équipage de trois personnes, transporter jusqu'à huit soldats équipés, mais en Afghanistan il était principalement utilisé pour l'attaque, étant donné la haute altitude à laquelle il devait souvent être opéré, concentrant le transport sur le M-8Hip plus lourd.
 Les Mi24 opéraient au moins par paires, mais aussi par groupes de quatre et huit appareils, pour soutenir des assauts, défendre agressivement des convois, protéger des positions attaquées, etc., de jour comme de nuit à la lumière des fusées éclairantes. 
Une autre mission des hélicoptères consistait à larguer d'énormes quantités de mines "papillon" anti-personnes (PFM-I), souvent confondues avec des pièges à jouets pour enfants en raison de leur forme aérodynamique. Ces mines étaient destinées à entraver les mouvements des guérilleros sur les routes de montagne et lors des attaques, à bloquer leurs voies de fuite.

Les deux modèles ont été largement remis à l'armée afghane, qui les a généralement utilisés avec une efficacité raisonnable.
Les fantassins appréciaient dans les hélicoptères leur double fonction de transport/extraction et d'attaque au sol, et surtout la capacité de rester assez longtemps sur le champ de bataille, ce que les jets rapides à voilure fixe ne pouvaient avoir.
Een plus de hélicoptères 
les Soviétiques ont utilisé une grande variété de chasseurs-bombardiers , notamment le très résistant Su-25 Frogfoot , et aussi le Su-24 Fencer  alors très moderne et le  Su-17 . Les chasseurs MIG-21 Fishbed et MIG 17 Fresco plus anciens ont également été utilisés par les Afghans, mais les Soviétiques ont utilisé le MIG-23 Flogger alors moderne avec des ailes à géométrie variable. Occasionnellement, et à partir de bases en URSS, des bombardiers lourds Tu-16 Badger étaient employés.haute altitude, pour les bombardements de zone comme dans le Panjshir. En novembre 1988, juste avant l'évacuation, ils ont même testé le Tu 22  Backfire , capable de lancer des missiles de croisière et des bombes à guidage laser.
 

 En particulier, le très puissant Su-25 introduit vers 1985, avait un  canon de 30 mm très efficace et dix ports  pour des roquettes jusqu'à 330 mm et des bombes jusqu'à 500 kg, en plus des bombes à fragmentation.
Enfin, l'URSS a utilisé un important pont aérien utilisant les transports stratégiques Ilyushin Il-76 Candid  à réacteur (l'URSS en avait environ 385) et les  Antonov An-12, An-26, An-30 (turbopropulseurs à voilure haute).
En 1982, les Soviétiques disposaient d'environ 150 chasseurs et chasseurs-bombardiers en Afghanistan, ainsi que d'environ 600 hélicoptères, dont 200 Mi24,  chiffres qui ont quelque peu augmenté avec le temps, en plus de reconstituer les pertes. 
Contrairement à l'infanterie, l'armée de l'air (VVS, 
Vozduyushno Voorezhenie Sil ) tournait tous les ans au lieu de tous les deux. De plus, il remplaçait souvent des unités complètes En URSS. Les bases étaient surtout le 27e Regiment de chasse à Kaka et le 217e Rgt de chasseurs Bombardier d' Arvat. En 1985, il y avait dix escadrons avec 15 avions en Afghanistan, avec dix autres en URSS  affectés à ce théatre d'opérations
L'armée du gouvernement afghan
L'armée afghane en 1978 était essentiellement une force d'infanterie, avec jusqu'à 12/16 divisions, jamais au complet, et quatre brigades blindées, organisées, armées et entraînées selon la doctrine soviétique. Cependant, depuis le coup d'État communiste de 1978 et les émeutes qui ont suivi, les désertions ont été massives , quelque 40 000 hommes (la moitié de l'armée) d'abord, puis pendant la guerre, au rythme d'environ 10 000 par an. De nombreux déserteurs ont rejoint la guérilla  avec leurs armes et équipement. 
Les soldats soviétiques avaient tendance à mépriser et même à vexer leurs collègues afghans, les « verts » à cause de la couleur de leurs uniformes.
équipement des unités afghanes était soviétique, mais d'une génération plus ancienne : en 1979 il y avait encore des chars T-54 plus anciens, dont quelques T34/85 de la Seconde Guerre mondiale ; une seule unité à Kaboul avait des T-72, BTR-60 et BMP-1. 
En 1979, les Afghans disposaient d'environ 170 appareils, dont des Mig-17 obsolètes et des Mig-21 plus modernes. Avec la guerre, les Soviétiques ont fourni une grande partie de leur meilleur arsenal, notamment des hélicoptères de transport Mi-6 et des hélicoptères d'attaque Mi-24. En 1985, il a été calculé que l'armée de la République démocratique d'Afghanistan n'était forte d'environ 7000 hommes, 10 avions et 30 hélicoptères effectifs (sur 80 théoriques).

Il est à noter que les mêmes hommes qui étaient habiles, courageux et déterminés dans les rangs de la guérilla formaient des unités inefficaces, démotivées et très corrompues dans l'armée régulière. Évidemment, les campagnes de recrutement du gouvernement n'ont jamais réussi à motiver ses hommes, sauf ceux qui devaient venger les proches tués par les moudjahidines, conformément au code d'honneur afghan.
A partir de 1985, les Soviétiques entreprennent un programme déterminé pour restructurer l'armée afghane , améliorer son équipement et son entraînement, et la préparer à des actions de combat offensives, moins dévastatrices pour le moral que des mois de tâches de garnison ennuyeuses, des endroits reculés bien inhospitaliers ou, à l'autre extrême, proche des tentations urbaines.Ainsi, en 1986, alors que Gorbatchev avait déjà annoncé le futur retrait, les forces afghanes atteignaient un maximum de 302.000 hommes théoriques (132.000 dans l'armée, 70.000 forces du ministère de l'Intérieur calquées sur les soviétiques, et 80.000 dans le KhAD - Khadamat -i Aettla'at-i Dawlat, Agence de sécurité de l'État -), en plus, théoriquement, de dizaines de milliers de milices régionales. Cependant, avec des désertions de 10 000 à 30 000 hommes par an de la seule armée, ces chiffres étaient une illusion : la CIA considérait en 1988 que seuls environ 20 000 soldats de l'armée étaient fiables et efficaces. Le ratio était beaucoup plus élevé dans le redoutable KhAD et le ministère de l'Intérieur.
 
 
Après le remplacement de Babrak Karmal en mai 1986 (prétendument pour « raisons de santé »), le nouveau président et ancien chef de l'Agence de sécurité, le président  M. Najibullah, a renforcé les unités de milices tribales, dont certaines ont été converties en unités régulières.
 Avec le processus de retrait, les Soviétiques ont fourni en grande quantité des armements lourds qu'ils avaient jusque-là prudemment abandonnés : des hélicoptères de transport et d'attaque modernes, et même de l'artillerie lourde sous forme de missiles SCUD, jusqu'à 500 livrés début 1989, temps du retrait définitif.
Entre 1989 et 1992, date de l'effondrement du régime communiste afghan  l'armée afghane a étonnamment bien luttée contre la guérilla moudjahidine , désormais bien armée d'équipements et d'armements occidentaux. moderne. Par exemple, l'armée gouvernementale a réussi à lever le siège de Jalalabad par des milliers de guérilleros en mars 1989, un mois après le retrait soviétique. La réaction afghane a été stimulée par l'extrême cruauté avec laquelle les salafistes étrangers ont traité les communistes capturés, excessive même pour les goûts afghans. En 1992, l'armée est dissoute et nombre de ses composantes rejoignent les nouvelles factions de Massoud au nord (notamment les Tadjiks) ou Hetmakyar (les Pachtounes).
Les moudjahidines ou "combattants de la foi"
Connus par les Soviétiques sous le nom de dukhi ("fantômes") ou dushmani ("bandits"), les combattants qui ont affronté les Soviétiques étaient les mêmes villageois et citoyens qui s'étaient soulevés contre les gouvernements de Taraki et Amin.. Après une brève et désastreuse tentative initiale d'insurrection urbaine massive, ils ont rapidement changé de tactique.
 Au début, c'étaient de petits groupes indépendants de dix à trente personnes, des jeunes (voire douze ans), des adultes et des personnes âgées, mal armés et non entraînés, mais en excellente forme physique et connaissant le terrain et fidèles à leur village naturel. Abandonnant rapidement les combats urbains, ils sont partis dans la brousse déterminés à harceler les convois de ravitaillement, à couper des routes et peut-être à attaquer des avant-postes isolés de la moins puissante armée afghane. De plus, leur réseau de renseignement, la quasi-totalité de la population civile, leur a fourni d'excellentes informations.
L' aide étrangère , pauvre et erratique au départ, sous forme d'armes anciennes (dont beaucoup de la Seconde Guerre mondiale) ou d'armes capturées aux Soviétiques, est devenue massive depuis 1984, permettant aux moudjahidines de former des groupes chacun plus nombreux et mieux équipés et coordonnés.

Des photos du début des années 1980 montrent des combattants avec de vieux fusils Lee-Enfield de la Seconde Guerre mondiale, progressivement des AK47 et des lance-roquettes RPG-7 de déserteurs de l'armée afghane elle-même. Puis vinrent les mitrailleuses anti-aériennes Dashika , également soviétiques, des mortiers et explosifs plus sophistiqués, des mines et missiles anti-aériens russes (SA-7 S trela/Grail ), anglais ( Blowpipe ), américains (Redeye), pour finir par compter depuis mi-1987 avec des armes très sophistiquées comme les missiles antichars Milan ou les missiles anti-aériens infrarouges Stingeravec capteur infrarouge pour voir la chaleur des moteurs. Parfois, les moudjahidines capturaient des armes plus lourdes, telles que des pièces d'artillerie individuelles, des véhicules blindés ou des lance-roquettes multiples, mais elles étaient rarement utilisées contre le gouvernement, à l'exception des photos de propagande.

Il est impossible d'avoir des chiffres précis ou même approximatifs, mais à la fin de 1988, jusqu'à 250 000 moudjahidines auraient combattu les Soviétiques, à temps plein ou à temps partiel, dans tout l'Afghanistan.
 Bien qu'en 1984, on estime qu'il n'y en avait jamais plus de 60 000/80 000 à un moment donné, dont seulement 20 000 environ seraient des combattants actifs, en 1988, il pourrait y avoir jusqu'à 40 000 guérilleros actifs soutenus par 110 000 autres hommes. , peut-être 150 000 en tout. Il est possible qu'au cours de la guerre, ils aient perdu jusqu'à deux fois plus d'hommes que les Soviétiques et les Afghans réunis.
De nombreux guérilleros étaient des combattants à temps partiel avec des obligations familiales temporaires, mais au fil du temps des guérillas "professionnelles" ont émergé, et même, vers la fin de la guerre, des contingents importants (peut-être plus de 2 000 hommes) d'islamistes radicaux étrangers sont arrivés, payés par différents Des organisations islamiques, les soi-disant "Arabes afghans", qui formeraient la base d' Al-Qaïda .
Cependant, il n'y a jamais eu d'autorité centrale, bien que plusieurs des centaines de petits groupes aient fini par se regrouper en quatre partis fondamentalistes et trois partis islamiques plus modérés, sept au total. Les premiers étaient les plus favorisés par l'aide distribuée par le Pakistan, qui bloquait l'aide à d'autres groupes plus révolutionnaires. Ce n'est qu'à partir de 1985 qu'il y avait une certaine coordination entre eux, avec un comité de coordination à Peshawar, au Pakistan (« les Sept de Peshawar », ou « l'Unité islamique des moudjahidin d'Afghanistan » ), formé en 1981. Les parties étaient les suivantes :
islamistes 

Hezbi-i Islami (Parti islamique, Gulbuddin Hekmatyar)
Hezbi-i Islami de Khalsi (Parti islamique, Younis Khalsi)
Jamiat-i Islami (Société islamique, Prof. B. Rabbani, bras militaire sous A. Shah Massud et sa Shura e-Nazar , presque indépendant)
Ittehad-i Islami / Organisation islamique de la Dawah (Union islamique, Prof. A. Rasul Sayeff)
Les traditionalistes
Mohaz Mili Islami (Front National Islamique, Ahmed Gailani).
Jebhe Mille Nejad (Front de libération nationale, par Sibghtullah Modjadiddi)
Harakat-i-Inqilabi-i-Islami (Mouvement révolutionnaire islamique, par Mohammed Nadi Mohammadi)
Tous ces groupes étaient sunnites et combinaient action politique et guérilla. Tous étaient principalement des Pachtounes, à l'exception de Jamia i-Islami, principalement tadjik. Finalement, les Tadjiks et les Pachtounes feraient face à une nouvelle guerre civile après le retrait soviétique et la chute du gouvernement communiste en 1992.Tous les groupes résistants n'ont pas reçu d'aide dans la même mesure. Sans aucun doute, le parti qui en a le plus profité est celui de G. Hetmatyar, soutenu par les services secrets pakistanais (ISI), qui ont centralisé l'essentiel de la distribution de l'aide, y compris américaine.Ainsi, il n'y a jamais eu vraiment d'unité de propos et d'action entre les dizaines de groupes de taille moyenne et les sept grands partis. En fait, à partir de 1986, ils ont commencé à regarder par-dessus leurs épaules, en pensant à l'Afghanistan post-communiste qui se profilait déjà à l'horizon dès le retrait des Soviétiques. Il n'était pas rare que différents groupes de résistance se battent dans le sang , à la suite de vieilles querelles, et peut-être sous l'impulsion de la désinformation du KhALD, le service de sécurité communiste afghan. L'un des dirigeants les plus prospères du nord du pays, Zabiullah, a peut-être été tué par une mine en décembre 1984 par d'autres guérilleros.Les plus importants de ces groupes avaient une branche politique et généraient dans leurs zones de contrôle une autorité civile rudimentaire qui gérait l'aide étrangère (qui atteignait également les non-combattants), y compris les services sociaux qui montraient au monde la capacité des moudjahidines à gérer votre pays.
 
 
L'un des chefs les plus connus de la guerre était Ahmed Shah Massud , un Tadjik de formation militaire, âgé de 26 ans en 1979, dont le fief, la longue et compliquée vallée du Panjshir (d'où son surnom de « Lion du Panjshir » ) dominait par le nord-est la route principale et l'entrée du tunnel vital de Salang.
Les Soviétiques lancèrent neuf offensives contre cette vallée, parmi les plus importantes de la guerre, sans plus de succès qu'une occupation temporaire du fond de la vallée (ils manquaient de troupes suffisantes pour mener à bien une occupation permanente complète). En mai 1982, Massoud comptait environ 3 000 combattants répartis en une centaine d'unités de taille irrégulière et aux fonctions spécialisées, allant des attaques nocturnes à la défense de villages ou au transport de munitions.Massoud pouvait couper le périphérique vital presque à volonté, au point que les Soviétiques ont eu recours à la négociation avec lui d'une trêve locale qui a finalement duré de décembre 1982 à avril 1984, période au cours de laquelle Massoud a renforcé son autorité, est parvenu à contrôler déjà environ 5000 chasseurs et environ 200 mitrailleuses antiaériennes lourdes, tout un arsenal, devenant l'un des grands seigneurs de la guerre. Les Soviétiques, à leur tour, ont pu libérer le 108MRD pour des tâches ailleurs.Après s'être renforcé et mieux cimenté son autorité, Massoud renonce en avril 1984 à la trêve et reprend ses attaques sur la route de Salang. La grande contre-offensive soviétique, Panshir VII, a provoqué la réévacuation des civils qui étaient retournés dans la vallée. Les 15 000 soldats soviétiques et 5 000 soldats afghans ont attaqué dans la vallée, tandis que Massoud a réussi à tendre une embuscade à des camions-citernes à Salang et même à bombarder la grande base de Bagram. Seule l'attaque de haute altitude par des bombardiers lourds Tu-16 a surpris les guérilleros et causé de graves pertes, mais tous leurs hommes ont disparu dans les hautes montagnes, où même les hélicoptères avaient des difficultés à manœuvrer. Malgré ses succès tactiques, l'offensive échoue à nouveau dans sa tentative d'achever Massoud, et elle continuera à le faire à l'avenir.Massoud avait un génie de l'organisation, divisant ses milliers de combattants en dizaines ou centaines de petits groupes de la taille d'une section (30-40 hommes), qui pouvaient se rassembler ou se disperser à volonté. Après la guerre, il a joué un grand rôle politique jusqu'à ce qu'il soit assassiné en 2001 par Al-Qaïda .
Un autre des grands chefs de guerre pachtounes, le plus favorisé par l'aide pakistanaise, était Gulbuddin Hekmatyar , qui deviendra le grand ennemi de Massoud après la guerre, et un homme politique important, devenant premier ministre à deux reprises dans les années 1990. Plus radical dans la religion, il en est venu à mépriser les États-Unis et les affrontera en 2001.
Les ingérences étranères
L' activité du membre du Congrès Charlie Wilson a favorisé l' implication des États - Unis depuis 1980 . Dans les premières années (1980-1984) l'aide directe américaine aux moudjahidines, à travers la CIA (Opération Cyclone), ne dépassait pas 30 millions de dollars par an. Depuis 1985 (début du second mandat de R. Reagan) le chiffre a grimpé par dix puis par vingt, atteignant 650 millions de dollars en 1988. Ce sont des chiffres officiels de la CIA sur l'aide directe, mais le chiffre total était énormément plus élevé.
En réalité, l'aide reçue par les moudjahidines a été massive à partir de 1984 et de sources diverses. Les organisations arabes ont soutenu directement les groupes de résistance avec des armes et même des combattants. Dans le même temps, l'Arabie saoudite et les États-Unis, surtout, ont fourni les fonds, via la CIA, pour que différents pays puissent fournir, via le marché des armes, des armes et des informations au Service de renseignement pakistanais (ISI) qui les a distribués selon leurs critères et intérêts à divers groupes résistants, inégalement et en fonction des intérêts du Pakistan, ou de son dictateur Zia-ul-Haq qui s'était emparé du pouvoir après un coup d'État et avait pendu son prédécesseur Ali Bhutto.
Le soutien secret que la Chine a fourni aux moudjahidines , principalement par le biais d'armes, est relativement peu connu . Pour des raisons différentes, l'Égypte et Israël ont fait de même, bien que l'aide la plus importante, probablement le double de celle fournie par les États-Unis, provenait de l'Arabie saoudite.Parmi les pays qui ont fourni de l'aide, outre le Pakistan, se trouvent des alliés improbables comme les États-Unis, la Grande-Bretagne, Israël, l'Arabie saoudite, l'Égypte et, entre autres.
Initialement, les armes qui arrivaient étaient obsolètes, y compris, comme nous l'avons dit, les armes de la Seconde Guerre mondiale, et surtout les armes soviétiques capturées par Israël dans les pays arabes lors des guerres précédentes et redistribuées. Mais depuis la mi-1986, des armes très efficaces et modernes ont commencé à parvenir aux mains des moudjahidines , comme les missiles portables anti-aériens Stinger qui remettaient en cause la suprématie aérienne soviétique absolue. En octobre 1986, environ deux cents avaient été reçus; en janvier 1989, un millier de lanceurs ou plus étaient arrivés), ou des missiles antichars Milan , bien supérieurs aux RPG soviétiques capturés. Le montant total de l'aide en une décennie a peut-être dépassé les 20 milliards de dollars, y compris une aide abondante au Pakistan pour sa coopération.
La fin de l intervention Soviétique en Afghanistan
Dans les premières années de la guerre, les Soviétiques ont cherché à éliminer le soutien rural aux moudjahidines  avec une politique de la terre brûlée, bombardant les kishlaks (villages), détruisant les systèmes d'irrigation, les cultures et les troupeaux. L'effet obtenu a été à l'opposé de celui escompté : des millions d'Afghans se sont réfugiés au Pakistan ou en Iran, et des dizaines de milliers ont grossi les rangs de la guérilla. A ce stade, la supériorité aérienne complète et incontestée des Soviétiques et des Afghans leur permet de bombarder à loisir et de débarquer des troupes par hélicoptère si nécessaire. Cela allait changer radicalement depuis 1986, lorsque les moudjahidines ont reçu des armes anti-aériennes et antichars de pointe.
Gorbatchev , jeune et énergique premier secrétaire général du Comité central du PCUS arrive au pouvoir en mars 1985, l'année la plus sanglante de la guerre. Dans un premier temps, déterminé à remporter d'emblée une victoire décisive, il ordonna d'augmenter l'ampleur et le rythme des opérations, sans succès visibles. Malgré sa longue implication en Afghanistan, ni la haute politique ni le haut commandement soviétique n'ont jamais bien compris le « labyrinthe afghan », et pourquoi nombre de ses tentatives pour attirer la population ont systématiquement échoué, tout comme ses offensives militaires.
Dans cette phase, les Soviétiques ont essayé de retirer progressivement leurs unités motorisées du combat direct, en passant le relais aux Afghans, et en utilisant principalement des unités d'appui-feu. Seules les unités d'opérations spéciales ont poursuivi le combat offensif actif, atterrissant par hélicoptère sur les sommets, les pentes et l'arrière des "rebelles", tandis que les unités d'infanterie afghanes avançaient au sol protégées par l'artillerie soviétique.
En 1986 quelques unités furent retirées en URSS, sur ordre de Gorbatchev, principalement trois régiments de défense anti-aérienne et trois régiments de chars des divisions motorisées, c'est-à-dire des troupes effectivement inutiles dans la situation afghane. En revanche, l'arrivée aux mains des rebelles à la mi-1986 des missiles antiaériens modernes Stinger a changé les règles : les hélicoptères étaient en danger de mort et leurs attaques au sol et les débarquements de troupes devaient être modifiés, les attaques aériennes devaient être portées. à haute altitude
Si en 1985 les Soviétiques ont perdu en moyenne 40 hélicoptères par semestre, au premier de 1986 (lorsque le 
Stingern'était pas encore arrivé), le chiffre a plus que doublé, 105. On estime que sur les 350 avions et hélicoptères soviétiques et gouvernementaux abattus au cours des dernières années de la guerre, 70% ont été tués par Stinger, mais d'autres sources Ils affirment que ce rapport est grandement exagéré, et que d'autres armes plus élémentaires, dont les missiles britanniques Blowpipe, les missiles russes Strela , et même les mitrailleuses lourdes de 12,7 et 14,5 mm sont responsables de la majorité des victimes.
Quoi qu'il en soit, l'efficacité antiaérienne croissante de la guérilla créa des difficultés pour les blessés soviétiques. Il n'y avait jamais eu de grandes installations médicales, mais auparavant, les blessés graves étaient transportés par hélicoptère vers les hôpitaux de Kaboul. Depuis 1987, il était trop dangereux d'envoyer des hélicoptères, donc jusqu'à 15 blessés ont été entassés dans des véhicules blindés et emmenés dans un terrible voyage sur la route, parfois à plus de 100 kilomètres ou plus jusqu'à Kaboul.
L'efficacité communiste décroissante contraste avec l'activité de guérilla croissante et plus efficace. Au cours de cette phase, on estime que (embuscades mises à part), les moudjahidines ont lancé plus de 23 500 bombardements de roquettes et de mortiers contre des cibles gouvernementales (centrales électriques, barrages, bâtiments gouvernementaux, casernes, pipelines, aéroports, voire hôtels et cinémas).
Après un an de pouvoir et après l'échec des offensives (en termes stratégiques et non tactiques), Gorbatchev annonce en février 1986 son intention d'« afghaniser » le conflit , en retirant les troupes soviétiques, mais en entraînant et en équipant l'armée afghane, et en subventionnant leur gouvernement, afin qu'ils puissent continuer le combat. A l'époque, Karmal a été destitué et a été nommé à sa place M. Najibullah, le dernier président communiste du pays. La catastrophe de la centrale nucléaire ukrainienne de Tchernobyl en avril 1986 a porté un sérieux coup supplémentaire au prestige de l'URSS, et a accentué la nécessité de simplifier les préoccupations d'une société dont l'économie sclérosée, encore mise sous pression par la concurrence aux armements de l'ère Reagan ( réélu en 1985) était sur le point de s'effondrer.
Janvier 1987-février 1989
Dans la quatrième et dernière phase,  les unités soviétiques n'ont tenté de s'engager que lorsqu'elles ont été attaquées par les moudjahidines, tout en préparant leur retraite . Dans la plus importante de ces opérations (Operation Master) lancée depuis Ghardez pour ravitailler le Khost situé à la frontière pakistanaise, pas moins de 10 000 soldats soviétiques et 8 000 Afghans ont été employés, ne dégageant la route que durant les semaines de novembre-décembre 1987. ils occupaient le terrain. Cependant, dans ce contexte certains des combats les plus intenses de la guerre ont eu lieu, 
Même les moudjahidines ont mené des attaques à l'intérieur même de l'Union soviétique en avril 1987 , même à 20 km au nord de la frontière, bombardant une usine au Tadjikistan avec des mortiers et des roquettes, démontrant ainsi la vulnérabilité des républiques asiatiques de l'URSS. En même temps, ils intensifiaient une campagne de terreur urbaine dans les villes au moyen de bombes ; Ainsi, lors des célébrations du dixième anniversaire du coup d'État qui a porté les communistes au pouvoir, le 27 avril 1988, ils ont réussi à faire exploser un camion piégé dans la même capitale, démontrant l'incapacité du gouvernement à protéger les citoyens qui l'avoir.
Aussi depuis 1986 les Soviétiques et les Afghans ont tenté de changer leur tactique de la terre brûlée pour une tentative, généralement assez grossière, d'attirer la population locale (la « politique de Réconciliation Nationale »). Pourtant, après des années d'atrocités, la campagne « des esprits et des cœurs » a échoué. La tentative de remplir les rangs de l'armée afghane a été plus fructueuse, mais les recrues, dont beaucoup ont presque été kidnappées dans leurs villages, désertaient souvent à la première occasion.
 En tout cas, en 1987, l'armée afghane atteint le sommet de sa puissance et même de son efficacité –relative.
Le retrait propre à l'Union soviétique s'est effectué par phases . La moitié des troupes se sont retirées entre mai et août 1986 ; et le reste entre novembre 1988 et février 1989. En général, retrait pacifique grâce à des accords de cessez-le-feu temporaires avec les groupes de guérilla, à l'exception de l'opération Typhon contre Massud à l'entrée du tunnel de Salang. La photo des derniers blindés traversant le pont de Termez sur le chemin du retour, festonnés de drapeaux rouges, et du général commandant la 40e armée, Boris Gromov, marchant avec un bouquet de fleurs sur le pont, sont des icônes bien connues . . .
Un Vietnam soviétique » 
Très souvent un parallèle est établi : « L'Afghanistan était à l'URSS ce que le Vietnam aux USA. Hormis l'évidence que l'Afghanistan a contribué à l'effondrement de l'URSS alors qu'après le Vietnam (1964-1972) les États-Unis ont poursuivi leur processus de devenir la seule superpuissance mondiale, il existe bel et bien des parallèles mais aussi des différences importantes .
Les États-Unis ont étendu la guerre aux pays voisins comme le Laos ou le Cambodge, et ont massivement bombardé le Nord-Vietnam, qui soutenait le Vietcong avec une armée régulière. L'URSS, en revanche, n'a jamais attaqué le Pakistan ni étendu la guerre aux pays voisins. De leur côté, les moudjahidines n'ont jamais eu le soutien des troupes régulières pakistanaises ou d'autres pays. Dans les deux cas, les Soviétiques et les Américains avaient le soutien d'une armée nationale (sud-vietnamienne et afghane) mal entraînée, inefficace et en proie à des désertions sauf dans quelques unités très motivées. 
Dans les deux cas, les grandes puissances, lassées, ont fini par retirer leurs forces pour tenter de « sauver la face », sans avoir été vaincues militairement, mais démoralisées et sans idées ni capacité d'obtenir une victoire décisive.
Militairement, dans les deux cas, des armées régulières lourdement blindées, conçues dans des armes et des doctrines pour faire face à de grandes batailles sur le territoire européen , ont été confrontées à une guérilla agile sur un terrain extrêmement difficile ( les deux aspects pour lesquels elles n'étaient pas adéquatement équipés ou formés. Tous deux ont dû adapter leur tactique, recourir aux forces spéciales, au transport par hélicoptère et au soutien aérien massif contre lesquels les guérilleros trouvaient des réponses.
 Les deux armées on vu leurs
 vétérans rentrer chez eux, souvent porteurs de problèmes d'inadaptation, de violence, de toxicomanie et d'amertume . Contrairement aux États-Unis, les soldats soviétiques étaient initialement accueillis comme des héros, mais après l'effondrement de l'URSS en 1990, ils sont devenus une nuisance et un fardeau, tout comme les vétérans du Vietnam.
À proprement parler, au Sud-Vietnam 2,6 millions de soldats  américains on servi entre janvier 1965 et mars 1973  dont jusqu'à 1,6 million ont combattu , alors que seulement 620 000 Soviétiques ont servi en Afghanistan entre décembre 1979 et février 1989 (neuf ans). Les États-Unis ont eu environ 50 000 morts au combat et 10 000 autres dus à d'autres causes, les Soviétiques entre 14 000 et 26 000. Mais la grande majorité des soldats soviétiques étaient des troupes de conscription, tandis que 75 % des soldats américains étaient des professionnels et des volontaires.
Malgré la vision répandue en Occident, l'invasion soviétique et la guerre en Afghanistan ont été beaucoup plus limitées qu'on ne le croit habituellement .
 La guerre n'a jamais eu les paramètres politiques et militaires clairs de, par exemple, la guerre de Corée ou la guerre israélo-arabe.
À un égard très important, la comparaison est trompeuse. Les États-Unis avaient plus de 500 000 hommes simultanément au Sud-Vietnam et dans les régions adjacentes. En revanche, en Afghanistan, la 40e armée soviétique comptait de 90 000 à 120 000 hommes pour un territoire presque quatre fois plus grand que le Vietnam (650 000 km2 contre environ 170 000 km2). C
ela implique 
une densité de troupes donc vingt fois inférieure, en moyenne 300 soldats américains aux 100 km2 contre 15 soviétiques, ce qui donne une idée des difficultés de ces derniers, notamment dans les zones montagneuses et désertiques qui couvrent la majeure partie de l'Afghanistan. De plus, les services de logistique, de santé et de repos des USA étaient incomparablement supérieurs à ceux des Soviétiques, bien plus soufferts... et bien plus malades.
 
 
Conséquences de l'échec de l'invasion soviétique de l'Afghanistan
Comme Lester Grau l'a souligné, la guerre soviétique en Afghanistan est la chronique de « comment une force mécanisée moderne dotée d'une supériorité technologique écrasante s'est enchevêtrée dans une guerre civile extraterrestre dans une topographie impossible. Il montre comment un lien militaire et une défaite politique ont été atteints... il montre enfin la désillusion vis-à-vis du système soviétique que les vétérans rapportaient avec eux. Sa perte de foi s'est propagée à l'ensemble de la société et a été un élément clé de l'effondrement éventuel de l'empire soviétique » 
Le coût humain des neuf années de guerre était colossal. Sur quelque 17 millions d'Afghans en 1979, on estime qu'en 1989 entre 850 000 et jusqu'à 1,3 million étaient morts, 5 millions avaient fui vers le Pakistan, l'Iran et d'autres pays, et 2 millions de plus ont été déplacés, principalement vers les villes. A leur apogée, les moudjahidines pouvaient compter quelque 100 000 hommes, répartis en de nombreux groupes et petites unités ; mais beaucoup plus ont servi, probablement plus de 260 000. Quelque 75 000 à 90 000 d'entre eux sont morts pendant la guerre.
L'armée soviétique a perdu entre 13 833 (données officielles) et près de 26 000 morts (chiffre non officiel reconnu par le Haut-état-major soviétique dans les travaux de la dernière décennie). En outre, sur un total cumulé de quelque 620 000 hommes qui ont servi en Afghanistan, un total terrible de 469 685 ont été blessés ou - surtout - sont tombés malades , notamment l'hépatite et le typhus, dont 10 751 handicapés. En aucun cas, plus de 110 000 à 120 000 Soviétiques ne se trouvaient simultanément dans le pays.
Les pertes matérielles étaient notables mais gérables : 118 avions, 333 hélicoptères, plus de 11 000 camions et  1 341 véhicules blindés et 147 chars de combat.
La suite à la connait avec le 11 septembre 2001 
 
 
 
 
 
 
          
   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5413543
Nb de visiteurs aujourd'hui:607
Nb de connectés:43