France Mérovingiens Les pratiques Funéraires

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 09/10/2020 à 10:01:21




France Les Mérovingiens Les pratiques Funéraires
 
 
 
 
Texte issu de ce ce site du Musée des antiquités nationales
 
 
 
Les romains ont pratiqué divers rites funéraires dont l’incinération, les restes étaient ensuite mis dans une urne funéraire puis enterrés ou déposés dans un columbarium
Cette pratique funéraire tendait à remplacer l'inhumation, pratique celtique mais au IIe siècle l’inhumation revient en force depuis l'Orient. La nouvelle pratique se développe dans des villes comme Lugdunum (Lyon) et c'est alors que la production des sarcophages et autres contenants s'amplifie. Les deux modes coexistent jusqu’au IVe siècle où l’inhumation prend finalement le dessus suite à l'influence chrétienne.
Mais nous avons une différence selon que l’on se trouve à la ville ou la campagne
Dans un milieu urbain l’'inhumation avait lieu dans une nécropole à proximité de la cite mais mais toujours en dehors de celle ci
La mort était exclue du monde des vivants au contraire du milieu rural ou les nécropoles sont souvent en relation avec un lieu d’habitation.
Comme durant l age d or Rome les nécropoles se trouvaient le long des axes de communication.
Les voyageurs arrivant dans une cité passait d ‘abord par la « cité des morts » où ils pouvaient voir des témoins funéraires rappelant l'existence du défunt, dont les plus importants étaient les mausolées.
Avec l'édit de Milan en 313,le christianisme devient religion d'état. Désormais protégé et reconnu, le christianisme va peu à peu imposer ses pratiques funéraires dans la Chrétienté. Parmi les premiers évangélisateurs en Gaule on trouve St Martin ancien militaire romain qui s’est converti au christianisme,
Son travail va poser les bases du système paroissial médiéval.
Avec la fin de l empire Romain d’occident au Ve siècle, les rites funéraires antiques sont devenus principalement chrétiens surtout dans le sud de la Gaule, zone fortement urbanisé sous influence chrétienne. En revanche, au Nord où l’urbanisme est plus rare, la pénétration du christianisme est moins forte et les coutumes païennes continuent à perdurer
Les nécropoles antiques sont toujours utilisées et agrandies, selon le même principe toujours placées hors des villes en milieu urbain et proche d’un lieu d’habitation en milieu rural.
Avec l’arrivée des populations barbares et franques pour la Gaule on assiste à la diffusion de certains pratiques ignorées par les gallo-romains comme une disposition ordonnée des sépultures et l ‘apparition de dépôts d’objets tels que des bijoux, céramiques, verreries et équipements militaires.
Mais il faut faire une différence entre les coutumes s du Sud et du Nord de la Gaule car les pratiques funéraires présentent des différences régionales bien marquées, fruits d’un mélange de traditions culturelles diverses.
Au sud ex Provincia dans les grandes nécropoles suburbaines, les pratiques funéraires sont beaucoup plus imprégnées des préceptes chrétiens
Il faut savoir que l’Église interdit le dépôt d'objet dans les tombes mais l'application est difficile et il est fréquent de trouver dans les tombes médiévales des fibules, agrafes, bijoux
Les résultat de ces compagne d’ évangélisation sont probants milieu urbain alors qu’en milieu rural les traditions païennes persistent. L’Église élabore des rites précis réglementant la mort, avec l’apparition de la notion d’'Enfer et Paradis et surtout donne aux consciences le sentiment d'un accompagnement spirituel garant de la survie du défunt : dans le but de répondre aux angoisses et s'occuper des morts pour mieux convertir les vivants.
Le corps est posé en position dite décubitus dorsale ce qui se traduit ainsi déposé sur le dos avec les mains jointes sur le ventre)

Mais il arriver que le mort soit différemment placé suite à des interventions. Si le cadavre est en position de rigidité cadavérique au moment où il est placé dans le contenant, les bras peuvent alors être parallèles au corps car on n'a pas pu les mettre sur le ventre.
La position dite verticale peut être interprétée comme une punition
On peut aussi trouver des corps cloués au cercueil car certaines croyances locales admettent l’existence des revenants.
La pratique de l'obole à Charron subsiste durant le début de l'époque mérovingienne, en dépit des progrès du christianisme
.Alors qu’au nord on trouve la pratique de l’inhumation habillé . Ce terme vient du fait qu’étaient déposés dans les tombes en place utilitaire des éléments du costume comme les fibules ou les plaques-boucles. Au nord de la Gaule, durant les IVe et Ve siècle les barbares intégrés dans les troupes militaires romaines déposaient leur équipement dans les tombes. Ainsi, dans les cimetières proches des camps romains ou castra, les tombes livrent des ceinturons militaires, de la vaisselle et des armes. Près de ces tombes à mobilier, les femmes qui sont enterrées l’étaient avec leurs bijoux ethniques Le dépôt d’objets se maintient, tout en se raréfiant, tout au long de la période. Si l’inhumation est presque exclusive, la pratique de l’incinération est ponctuellement attestée dans le nord et l’est des royaumes mérovingiens.
Mais les nécropoles mérovingiennes se situent, dans sa grande majorité, à l’écart de l’habitat,et en la matière les pratiques funéraires mérovingiennes sont variées en offrant un panel contrasté et abondant ,
Les sépultures distinguent le statut social du défunt avec les agencements qui vont de la tombe en plein terre avec des aménagements mineurs comme des pierres disposées autour de la tète et un petit monticule avec très peu d ‘offrandes au riche sarcophage car le choix des objets déposés, leur nombre, les matériaux choisis, e dépôt de vaisselle, des vases en céramique, parfois en verre, des récipients en métal diffèrent selon la position sociale, du défunt. La position sociale du défunt influe dont sur les offrandes car la plupart des objets sélectionnés relèvent de la sphère domestique ou fonctionnelle comme des peignes, pendentifs, tissu d’habillement et armement
Cette différence dans les offrande se voie aussi dans l’architecture funéraire avec la disposition et l agencement des tombes dans leur taille et la profondeur des tombes
Les tombes peuvent être en pleine terre pour les plus humbles ou avoir des contenants en bois, des caissons en pierres plus ou moins élaborés, des sarcophages en pierre ou en plâtre car l’une des principales caractéristiques des cimetières mérovingiens en Gaule est l’usage fréquent fait de sarcophages de pierre ou de plâtre. Ici il faut nuancer car dans le Nord l’enterrement se fait généralement dans de simples cercueils de bois ou en pleine terre.
in memoriam Alain Houot  +


À partir de 507 ap. J.-C., les provinces d’Aquitaine I et II, la Novem Populanie et la cité de Toulouse passent mains des mérovingiens alors que les Wisigoths se replient sur la Septimanie, qui correspond aux départements actuels du Gard, de l’Hérault, des Pyrénées Orientales et une partie de l’Aude, avec l’aide des Ostrogoths. Clovis après la conquête de l’Aquitaine, implante des colonies franques sur place pour asseoir sa domination territoriale. Et on trouve donc sur certains sites des inhumations présentant des caractères septentrionaux avec des coffres de bois avec des armes et des parures . Ce type d’inhumation était totalement différent du rite e chrétien des autochtones
Mais à l’aube du VIIe siècle on assiste à un changement car on voit disparaître le dépôt des armes s dans les tombes. Les hommes, ont toujours leur plaque-boucle, mais ne sont inhumés qu’avec le un scramasaxe qui n ‘est pas une arme de guerre et l’’inhumation habillée, devient moins fréquente.


De plus des bijoux féminins se font plus sobres Cela est-t- il du à une rupture des sources approvisionnement avec l’Orient ?
En effet le grenat vient de ces régions et la route commerciale vers l ‘indes est coupée par les Sassanides. Le grenat devenant rare on trouve alors des pierres moins précieuses
Aussi La mode féminine change aussi
Les femmes aisées ne portent plus qu’une ou deux fibule qui maintiennent le manteau . On trouve aussi une ceinture taille des boucles d’oreilles, une épingle, un collier, et des garnitures de chausses ou de jarretières

Nous avons aussi deds exceptions comme la tombe de Chilperic et celle d'Arnegonde


A la fin de cette période qui voit un accroissement de la population la place manque et il n'est pas rare de repousser les os du corps précédant pour inhumer le nouveau.
Les nécropoles d'origine antique sont alors peu à peu abandonnées au profit du schéma classique encore connu aujourd'hui du regroupement des corps autour de l’Église
.Bien que le canon 33 édicté lors du
Ier concile de Braga au VIe siècle interdise les inhumations dans les églises, cette loi est transgressée à outrance par le clergé et les dignitaires
Dans les tombes des guerriers francs, officiellement catholiques depuis le baptême de de Clovis en 496, l'usage de se faire enterrer près de la tombe d'un saint, dans la nef ou à proximité des basiliques devient de plus en plus courant

 


Plus on est enterré près de l’autel, plus on aura droit au salut de son âme, ainsi les plus riches réservent leur place aux limites des murs de l’église, voir sous l’église même.On parle d’inhumation ad sanctos (« près des Saints ») (voir le traité de St augustin De cura pro mortuis gerenda datant de 421 qui parle de la virtu
Le type de Sépultures

pour les plus humbles le type courant est l’inhumation en pleine terre,
Le cadavre est déposé en pleine terre enveloppé dans un linceul avec mais cela n’est pas toujours le cas un aménagement céphalique par l'apposition d'une pierre parfois on assiste à une inhumation collective comme une mère morte avec son enfant d’une même maladie p.
ensuite nous avons une inhumation dans un cercueil

Les cercueils ont une forme trapézoïdale et sont souvent fabriqués en série
Mais on trouve aussi des cercueils qui ne sont que des troncs d’arbres creusés.


On trouve tres peu de trace de ces ces cercueils actuellement car leur conservation est sujette à un certain nombre de critères : qualité du bois, et natures de l'environnement (terre, humidité).
Le caisson est un intermédiaire entre le sarcophage et l'inhumation en pleine terre car c’est un bati de dalles de pierre posées dans une excavation


Après nous trouvons le sarcophage que comme pour l’Antiquité, était réservé aux plus riches.


Ils sont commandés et construits par des écoles dont la production varie,
Nous avons
L'école d Rhône qui travaille avec du marbre de Grèce ou d’Asie Mineure mais cette production disparaît au VIIe siècle suite à la prise de contrôle de la Méditerranée par les Arabes qui engendre une baise considérable du trafic du marbre vers l’Europe.

Voir ICI


L’École d’Aquitaine qui utilise le calcaire et le marbre des Pyrénées. Elle perdurera jusqu’au IXe siècle.
Ces deux écoles s’inspirent pour la décoration des sarcophages de l’antiquité romaine avec des motifs végétaux ou d’ animaux avec ajout de symboles chrétiens comme le chrisme qui est le monogramme du Christ formé par les lettres grecques khi et rhô soit X et P
L’école, du Poitou, fabrique des sarcophages rectangulaires avec un toit quasi-plat souvent orné de croix à traverses.
L’ école de Bourgogne avec un toit cylindrique.

Voir Aussi SeeAlso

   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4921784
Nb de visiteurs aujourd'hui:372
Nb de connectés:21