Royaume Uni Aviation Bristol Brigand

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 22/03/2020 à 23:11:35



Bristol Brigand


 

 

 

Dans l'histoire de l'équipement militaire, des véhicules armes et avions sont apparus en retard, et ont raté leur temps et, par conséquent, sont restés au stade expérimental ou ont trouvé une utilisation confidentielle .
 Un exemple typique est le bombardier bimoteur Brigand de Bristol,. Cet avion est le dernier chaînon du développement de la ligne lancée par le célèbre Beaufort et qui c’est poursuivi par le Beaufigther
N’étant pas prêt pour les dernières batailles de la Seconde Guerre mondiale, le Brigand n'a pas acquis la renommée de ses prédécesseurs mais néanmoins, ce modèle d'avion est intéressant et mérite l'attention.
Historique


L'avion d'attaque Beaufighter, qui a été utilisé avec succès dans divers théâtres militaires, présente néanmoins un certain nombre d'inconvénients: tout d'abord, son équipage limité à deux membres
Le deuxième membre d'équipage était surchargé, remplissant les fonctions de navigateur, d'opérateur de radar et d'opérateur de radar. De plus, au milieu de 1942, les militaires n'étaient plus satisfaits par la vitesse de l'avion et de son autonomie.
En conséquence, il a été décidé de mettre au point une nouvel avion pour le Coastal Command.
La direction de la Bristol Aeroplane Company , souhaitant conserver la niche occupée par son avion précédent propose un projet d'avion qui est un développement de Beaufighter
 Il était prévu de redessiner le fuselage, afin de pouvoir augmenter l'équipage à trois personnes, et également d'améliorer l'aérodynamique des nacelles.
Sa motorisation était prévu avec 2 moteurs Bristol "Hercules" XVII de 14 cylindres délivrant une puissance de 1735 ch pour une vitesse estimée de 528 km / h.


Le 28 août 1942, la maquette du nouvel avion a été présenté aux représentants du Air Ministry Les responsables ont d’abord élaborer une fiche technique sous le code S.7 / 42, changé par la suite en H.7 / 42.
Dans sa version finale, daté du 13 novembre 1942, le nouvel avion devait atteindre une vitesse maximale de 556 km / h à basse altitude avec une autonomie de 2 778 km, ce qui permet son utilisation non seulement en mer du Nord et de la Méditerranée, mais aussi au-dessus du Pacifique
Une autre exigence importante était la capacité de gagner une altitude de 1 500 m sur un seul moteur et d'effectuer un long vol à cette altitude toujours sur un seul moteur
Exigence supplémentaire en cas d’avarie lors d’un raid l’avion devait revenir avec un moteur «hors service»
Il a fallu un peu plus d'un mois pour finaliser le projet conformément à la fiche programme et le 16 décembre 1942, le projet est soumis au ministère de l'aviation.
L avion se présente avec les ailes du Beaufighter avec ses moteurs décalés de 25 cm vers l'avant, mais il possède un nouveau fuselage. La dérive est comme celle du Beaufighter
Il possède un stabilisateur monté sur la quille, à une hauteur d'environ 0,5 m au-dessus du fuselage.
Comme armement il est équipé de cinq mitrailleuses de 7,7 mm ou 12,7 mm - quatre à l'avant du fuselage et une mobile dans le cockpit pour tirer vers l arrière
Il peut être équipé d’une torpille Mk.XII de 457 mm pesant 965 kg suspendue sous le fuselage
 Le 21 décembre 1942 a approuvé le nom officiel de l'avion - "Brigand"- TF Mk.l.
Mais le projet a des problèmes avec sa motorisation car les calculs ont montré que les Hercules XVII ne sont pas en mesure de fournir la vitesse requise
De plus, l’Air Ministry a mis en avant la nécessité d'équiper en plus l'avion d’un radar pour rechercher des cibles de surface,
ce radar est basé sur le Airborne Interception radar, Mark VIII . Cela a entraîné une augmentation du poids de l'avion de près d'un quart de tonne et la perte de la capacité de voler sur un seul moteur.Pour sauver le projet, il a fallu en urgence modifier l’avion

Mosquito


Le Brigand reçoit donc une nouvelle aile et des moteurs Bristol Centaurus VII (18 cylindres, 2400 ch) ainsi que une dérive double héritée du bombardier moyen de Buckingham qui est développé en parallèle avec lui
L’armement est renforcé avec quatre canons de 20 mm prévus à l'avant, et une mitrailleuse lourde dans le cockpit.
Cette version du «Brigand», qui a reçu la dénomination Model 164, a été reconnue comme prometteuse et, en avril 1943, le ministère de l'Aviation a commandé quatre prototypes.
La construction des prototypes est assez lente. Le premier d'entre eux (MX988) n'a décollé de l'aérodrome de Filton que le 4 décembre 1944. Il était piloté par le pilote en chef de la société de Bristol, Cyril F. Yuvins. 
Bientôt, les trois autres prototypes - MX991, MX994 et TX374 ont décollé à leur tour. Les tests furent bons et la vitesse maximale de 576 km / h a été atteinte à une altitude de 4175 m L ‘avion avait une autonomie de 3380 km et 4460 kms avec les réservoirs auxiliaires
la production commence avec l'utilisation de certains gabarits et de l'outillage des avions de Buckingham
L’avion semble avoir un avenir prometteur mais la fin prochaine de la guerre remet en question l’avenir du programme et la mise en service d'une nouvelle machine
Au final, une décision a été prise sur une production à petite serie afin d'utiliser les stocks et les composants et de préserver au moins partiellement les capacités de production de Bristol.

 

La modification de l'avion en série TF.Mk.l n'est apparue que dans la seconde moitié de 1946, et ils n'en fut construit qu'une douzaine.
 Par la suite, la mission de cet avion a été redéfini et il est passé de bombardier-torpilleur en bombardier "colonial", conçu pour une opération au Moyen-Orient et en Extrême-Orient. Les unités de la RAF déployées dans les colonies avaient besoin d'un nouvel avion dès que possible, car le Mosquito en bois utilisé sous ces latitudes ne tolérait pas très bien le climat avec des températures et l'humidité élevées.
La nouvelle version, qui a reçu la désignation "Brigand" V. Mk.1, ne diffère de son prédécesseur que par des changements mineurs
En particulier, les concepteurs grâce à une nouvelle verrière on facilite l'évacuation en urgence de l'avion.
 En raison de l’absence d’ennemi aérien dans les zones de combat l’installation défensive de mitrailleuses a été supprimée.
Les modifications vont porter aussi sur les systèmes d’emport des armes qui vont permettre l’emport de bombes au lieu de torpilles
Sous le fuselage, quatre porte-bombes et de pods pour huit RP 60 lb sont apparus sous l'aile.


Au total, dans la période 1947-49 104 bombardiers de ce type ont été construits.
Au printemps de 1948, la troisième modification du "Brigand" est apparue c’est une avion de reconnaissance météo non armé le Mk 3. 
Cette machine reçoit des réservoirs de carburant supplémentaires, des dispositifs anti givrage ainsi qu'un ensemble d'instruments météorologiques. Dans les années 1948-49. 16 d'entre eux ont été construits.
En 1948, les tests ont commencé sur le Brigand T MK.4 -qui doit être un avion école pour pour former les opérateurs radar. L'avion n'avait pas d'armement et une antenne radar est placée dans le carénage avant. L'arrière de la verrière est rendue opaque.


Le prototype a été converti à partir du bombardier HRH798, et au total, en décembre 1951, 33 exemplaires ont été modifiés en Mk.1. De plus, en février-octobre 1951, Bristol a construit neuf nouveaux T MK.4.
La dernière version du Brigand était T Mk.5.qui est un avion d’alerte radar avancé avec une antenne plus grande ce qui a contraint le concepteur à changer la forme et la taille du carénage avant. 
 23 TMk4 furent convertis mais par la suite plusieurs avions ont été remis au standard bombardier,
En raison de leur petit nombre, les Brigand TF Mk.l ont été utilisés exclusivement dans des centres d'essai ( on pense aux 36e et 42e Squadron du Coastal Command mais cela n'a pas été confirme ).

 

 


A Gosport, ils ont été utilisés pour tester des torpilles, et à Torney et Ballycelli pour testes des missiles.
En 1949, le Brigand RH748 est remis à la société Folland, qui l'utilise pour tester une catapulte à vapeur conçue pour les nouveaux porte-avions britanniques.
 L'avion a reçu un revêtement renforcée, ainsi que des kit d'éjection. Pour augmenter le poids au décollage, des ballasts remplis d'eau ont été utilisés.
En 1950, Bristol prépare le Brigand pour le RH745 afin de tester les moteurs Centaurus-633 destinés à l'aviation civile britannique. Mais bientôt, il est décidé d'utiliser le Proteus TVD aussi le programme de test a été interrompu.
Deux avions TF Mk.l ont été perdus. Le RH744 s'est écrasé au décollage le 1er octobre 1946 à Farnborough et le 19 juillet 1947 à Boscombe Down, le RH742 s'écrase et tue les deux membres de l'équipage
Cest le Brigand RH763 a été le longtemps utilisé et cela jusqu'en 1959,
Il fut utilisé à Boscombe Down dans le programme de test pour les boosters de lancement.

Le Brigand en Unités
La première unité de la RAF à recevoir des Brigands MK.1 fut le 228th ATC Squadron d'entraînement au combat stationné à Leaming.
En août-septembre 1948, cette unité a reçu neuf afin de commencer le recyclage des équipages.
Comme d'habitude, le développement de nouveaux avions s'est accompagné d'accidents
Le premier avion s'est écrasé le 14 octobre, lorsque son pilote a fait une erreur en s'approchant avec un moteur en panne
Pendant environ deux ans, le 228th ATC Squadron a formé des pilotes de bombardiers et, en juillet 1950, il a été rééquipé de Brigand T Mk.4 et réorienté pour former des opérateurs radar pour les chasseurs de nuit.
 

Le 1er juillet 1952, ces appareils ont été transférés à l'Elementary Flying Training School basée sur la base aérienne RAF Carlisle , et a rapidement été réorganisé en la 238e Training Nuclear squadron .

Cette unité sera la principale utilisatrice des Brigand- T Mk.5 (seulement deux de ces avions ont été transférés en juillet 1954 au 236th UBAE).
 Le 228 Operational Conversion Unit RAF , redéployé en 1957 à North Laffenham, a utilisé les Brigand jusqu'au 17 mars 1958, ayant formé sur ces machines un total d'environ 600 opérateurs radar.


Si on métropole, les Brigand n'ont été utilisés que pour la "formation" les autres escadrons utilisant des Brigand hors Métropole les ont utilisé au combat au Moyen et en Extrême-Orient.
En particulier, le 7 février 1949, lorsque les deux premiers Brigand ont été percu par le 84th Squadron à Habbania (Irak) afin de remplacer les Tempest.
Fin mars, la composition de cette unité a été portée à 8 Brigand MK.1.
 Mais le fonctionnement dans des climats chauds a révélé des défauts dans le système hydraulique de l'avion, aggravés par un manque de pièces de rechange.
En conséquence, le 14 avril, tous les Brigand du 84th Squadron étaient en panne,


Au printemps 1949, le réarmement du 8 th Squadron à Hormaksar (Aden) a commencé pour être opérationnel à la fin du mois de mai,
 


Le 21 septembre 1949, le rééquipement du troisième et dernier escadron de combat de la RAF, le 45e, déployé à Kuala Lumpur (Malaisie), commence.


 Pendant plusieurs mois, cette unité a exploité de nouveaux avions avec les anciens Beaufighter achevant le réarmement complet en janvier 1950 (à ce moment-là, le 45th Squadron a été transféré à l'aérodrome de Tenga à Singapour).


Les avions de reconnaissance . All-Weather Operational Conversion Unit RAF étaient exploités par une seule unité No. 1301 Flight RAF  en Inde
Cette unité, stationnée à Katunayak à Ceylan, a reçu six Brigands en juin 1949.
La tâche principale du lien était d'étudier les phénomènes de mousson. Ils ont servi à Ceylan pendant une courte période,car en novembre 1951 ils ont été retirés du service.
Les 10 autres avion de reconnaissance météorologique construites directement en usine ont été stockes à Saint-Etene, et de là après plusieurs années de stockage ils ont été ferraillés
Fin 1948, deux avions Brigand en MK.1 (RH820 et 821) ont été remis à l'armée de l'air pakistanaise pour évaluation en vue d’un achat.
Mais ces machines ne sont jamais arrivées au Pakistan car le premier avion s’est écrasé à l'atterrissage à l'aérodrome de Shaybakh près de Bassora le 17 janvier 1949,
Le Pakistan a refusé alors d'acheter ces avions Aussi le 2e avion fut rendu aux Britanniques où il a reçu un nouveau numéro de série – WA560.


Conçus pour des missions de torpillage les Brigand ne furent en fait utilisés que dans des opérations de contre-guérilla lors de tentatives désespérées mais infructueuses des Britanniques pour arrêter l'effondrement de leur empire colonial.Le baptême du feu, de cet avion a eu lieu en Somalie. Pour assurer le retrait des troupes britanniques de ce pays fin 1949, le 8th Squadron fut transféré à Mogadiscio, bientôt renforcé par quatre Brigand" du 84e Squadron Aucune attaque n'a été observé sur les avions, mais deux Brigand furent perdus
le 30 décembre 1949, lors d'un vol de patrouille au-dessus de la côte, l’avion VS839 a disparu corps et bien et le 9 mars 1950 en raison d'un dysfonctionnement de la pompe hydraulique, le RH817 se posait sur le "ventre". Où il fut abandonné car il était impossible de le réparer sur place
 

 

Après l'évacuation de la Somalie, le 8th squadron s’est envolé vers Aden où il restera jusqu’en décembre 1952, et le 84e a été transféré en Malaisie
En Malaisie, des avions du 45th squadron du 19 décembre 1949 ont participé à l'opération Firedog, qui visait à supprimer le mouvement partisan pro-chinois.
 Au départ, l'escadron ne comptait qu'un seul Brigand, volait principalement sur Beaufighter  Mais le 7 février 1950, les Beaufighter 45th Squadron firent leur dernière sortie, et furent remplacés par des Brigand
Le 14 avril, le 84th Squadron, redéployé d'Irak s'est joint aux combats.
Comme à Aden, les escadrons ont subi des pertes
La croissance de l'activité partisane et l'expansion des zones d’influence ont entraîné une augmentation de l'intensité de l'utilisation au combat des Brigand
 Au total, en 1950, les 45e et 84e Squadrons ont effectué 1 179 sorties sur ce type d'avion. Une telle exploitation intensive dans des climats humides et chauds ne pouvait qu'affecter l'état de l'avion. Il s'est avéré, par exemple, que l'humidité omniprésente affecte les mécanismes des volets de frein, ce qui rend leur utilisation risquée.
En conséquence, il était interdit aux pilotes d'utiliser les volets de frein.
Ensuite on trouva des fissures dans le revêtement du fuselage dans la zone des porte-bombes. Aussi si au début les avions volaient avec quatre bombes de 227 kg, par la suite il ne fut toléré qu’une bombe de 227 kg et une de 454 kg, ou deux de 227 kg.

Essayant de compenser en quelque sorte la diminution de la puissance de frappe des Brigand , les techniciens du 45th Squadron ont proposé et introduit des rails pour l’emporte 16 RP 3 sous l'aile au lieu de huit.
Mais les problèmes avec les armes ont continué et dans ce climat humide, la durée de vie des tubes des canons a fortement diminué, et ils devaient être changés tous les 500 tirs.
Après deux accidents mortels en janvier-février 1951, suite à l’explosion interne des canons dans le tube, le tir au canon a été interdit, jusqu’en qu'en juin 1951
Mais tout s’accélère en Juin 1951 avec la perte des divers avions suite à des crashs Aussi le 18 juin, tout vol sur ce type d'avion sont été interdits jusqu'à ce que les causes des catastrophes soient établies.
Il s'est avéré qu'après environ 400 heures de fonctionnement, des fissures sont apparues dans les supports moteur du Brigand, ce qui a provoqué de fortes vibrations du moteur et, finalement, la destruction du support moteur.
Les experts britanniques trouvent rapidement la solution et le 12 juillet, deux avions peuvent reprendre leurs vols
Progressivement, le nombre de sorties augmente
Le plus grand nombre de sorties a eu lieu en novembre, lorsque les Britanniques ont procédé à des "représailles" massives en réponse au décès, le 6 octobre 1951, du haut-commissaire de la Malaisie, Henry Gurney. Mais la carrière du "Brigand" dans les unités tire à sa fin.
Début 1952, le 45th Squadron est rééquipé de chasseurs-bombardiers à pistons bimoteurs De Havilland Hornet

Le dernier vol eu lieu le 7 février 1952 soit exactement deux ans après le dernier vol des Beaufighter
Les Brigand  survivants sont versés au 84 th Squadron.
 En mars 1952, cette unité était divisée en deux unités indépendantes - A et B, qui étaient alternativement en service à la base aérienne de Kuala Lumpur. 
Mais déjà en juin, les Hornet sont arrivés , et les Brigand sont basés à Singapour.
La seule perte au combat pendant cette période a été le RH755, qui s'est écrasé le 3 mai lors de l'attaque d'une cible près du lac Chendero..
Le 20 décembre, une autre machine s'est écrasée lors d'un vol d'entraînement et il est devenu évident que les Brigand étaient à bout de souffle
Au tout début de 1953, les vols sont finalement été interdits et, le 16 janvier, un ordre a été donné de dissoudre le 84th Squadron  Au total, pendant la campagne malaise, les Brigand ont effectué 4 513 sorties.
Conclusion
la carrière du Brigand n a pas été celle à laquelle il était destiné Il ne fait aucun doute que la principale raison de son taux élevé d'accidents était les conditions climatiques difficiles des zones d'application, aggravées par un entraînement insuffisant .et une mauvaise logistique de soutien
Dans le même temps, les pilotes ont noté une bonne facilité de pilotage de visibilité depuis le cockpit, et une stabilité comme plateforme d’ armes.
Il convient de noter que il n y a pas eu beaucoup d’accidents en Métropole avec des avions volants sous un climat tempéré et avec des équipes de soutien bien équipées.
Description technique
"Brigand" En MK.1 est un bombardier d'attaque bimoteur triplace à grand rayon d'action,à construction tout en métal, avec un train d'atterrissage rétractable classique et une dérive double
Le fuselage présente une section ovale semi-monocoque, en alliage légers; le cockpit est partiellement blindée.
Les Ailes sont amovibles e, 2 partie (aile centrale et console)


Le train est monocycle, avec amortissement huile-air, entièrement rétractable dans les nacelles du moteur dans le sens du vol; la roue arrière se rétracte vers l'avant.


Les moteurs sont au nombre de deux moteurs Bristol Centaurus 57 à 18 cylindres refroidis par air d'une puissance de 2470 cV il peu pour augmenter la puissance injecter du méthanol durant un court laps de temps pour arriver à 2800 CV


L’Armement sera differents selon les typos de 4 MG à 4 canons Hispano de 20 mm, et il peut aussi porter des bombes et torpilles et aussi des roquette sous les ailes


Type 164 Brigand

Prototype avec Moteur Centarus VII  : 4 construits
Brigand TF.1 : 11 construits
Production version Torpilleurs Brigand B.1 :  106  +, 11 conversions
Bombardier  Brigand MET.3: 16 construits
Reconnaissance version non armé  Brigand T.4:9 construits
entrainement avec radar embarqué  Brigand T.5: 9  construits
   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4641247
Nb de visiteurs aujourd'hui:676
Nb de connectés:33