Techniques La Polychromie des sculptures Gréco Romaines

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 17/03/2020 à 16:23:26



La Polychromie des sculptures Gréco Romaines
 
Ma vie et mon destin sont terribles, à cause de ma beauté. Oh, je pourrais soudainement devenir laide, comme une statue dont les couleurs sont effacées, et un semblant de laideur au lieu de la belle prise! "S'exclame dans Hélène d'Euripide la belle épouse de Ménélas, roi de Sparte, cause involontaire de la guerre de Troie.
Les découvertes archéologiques en Égypte, sur l'île de Crète, en Étrurie et en Mésopotamie ont confirmé que tous les peuples de l'ancien monde aimaient tout colorer, des maisons aux statues. Des rouges pourpres, des turquoises brillantes, des ocres jaunes coloraient les murs de Babylone, les palais crétois, les temples et
les temples , les frontons en terre cuite et les fresques des tombeaux de Tarquinia, les incroyables verres phéniciens qui, au cours de ces mêmes années, ont été ramenés au lumière.
Il faut aussi consulter les Bandes dessinées de Jacque Martin qui ont une approche pédagogique de l Antiquite
Les Grecs ont peint statues, ainsi que reliefs, bas et hauts-reliefs, des temples aux maisons,aux bâtiments publics et privés. 
Idole dite Cycladique Métope
Ils ont même coloré les statues de bronze, appliquant des yeux en émail ou pâte de verre et ivoire ainsi que des cils et parfois des lèvres et des mamelons en feuille de cuivre.

La Polychromie des sculptures Gréco Romaines

Les statues des Grecs, ainsi que les reliefs, bas-et hauts- reliefs, vases steles temples  bâtiments publics et privés étaient peints
 
 
 


En commençant par la sculpture chryséléphantine, combinant nuances d'ivoire,or et argent; le trône de Zeus chryséléphantine de Phidéas a également été peint avec diverses représentations exécutées par Panénos.


Les statues de bronze étaient peintes avec une application d'émail de la pâte de verre ou d’ivoire pour les yeux ainsi que les sourcils et les lèvres et parfois en feuille de cuivre pour les mamelons.

 


 
Notre vision habituelle de statues en bronze patiné de façon uniforme, ou en marbre blanc avec des visages sans yeux est une vision dite classique » en fait originaire de la Renaissance puis de l ‘époque classique.

Mais cela est faut se dire et il est admis actuellement que la plupart des sculptures de l’antiquité ainsi que des monuments étaient polychromes.
Mais il faut distinguer les différentes périodes.
Au VIe siècle Av JC lorsque le matériau de sculpture est principalement une sorte de tuf poreux de couleur jaune-brun provenant de Poros, les statues étaient colorées via une application directement sur la pierre d’une sorte de mastic.
On parle là des frontons des temples de l'Acropole à Athènes avant la prise d’Athènes par les Perses lors de la 2e Guerre Médique en 480 avant JC).


Les couleurs dominantes sont le rouge et le bleu; se trouvant sur les zones plates large; plus rare, une couleur brun, noir et blanc, encore plus rare vert et jaune.


Les personnages masculins sont rouges dans les parties nues alors que la barbe, cheveux, les cils, les sourcils et les yeux sont noirs; le globe de l'œil en couleur blanche, jaune ou naturel de la pierre. Le monstre trois corps sinueux, toujours sur le fronton, a bleu barbe et les yeux verts. Un autre avait un taureau frontons bleu et deux lions rouges.
Au début certains chercheurs ont émis l'hypothèse que le bleu grec était due à une altération chimique d'une couleur noire (oxyde de cuivre), ainsi que ont émis l'hypothèse que le rouge pompéien était d'un bleu d'altération due à la chaleur ' éruption, mais les deux hypothèses se sont révélées inexactes.
Mais il faut savoir que les couleurs n’étaient pas choisies pour se rapprocher de la réalité , mais selon des conventions décoratives. De plus, si nous regardons les peintures des tombes étrusques, qui n'appréciaient le style grec sûrement, les femmes sont toujours blanches et les hommes sont strictement rouge, au moins sur les parties nues.

Même les statues de la civilisation minoenne en Crète étaient colorées,ainsi il apparaît qu’ autrefois la sculpture ne diffère pas tellement de la peinture.

Avec l'utilisation du marbre dans la décoration on assiste à la même mutation que les décors de la céramique avec une inversion des couleurs ce qui correspond également au passage de la technique de la figure noire les chiffres rouges en céramique.
Les chiffres ressortent clairement sur un fond sombre la chair non colorés, les armes et les vêtements de couleur
Au temple d’Égide les frontons datant d’environ 490 Av JC ne révèlent des parties colorées seulement dans les détails de la tête et dans les ourlets brodés de vêtements.

Temple d Aphaïa Fronton Est
Temple d Aphaïa Fronton Ouest


Les exemples les plus admirables sont
Les Koré du Musée de l' Acropole avec des lèvres rouges, les sourcils noirs, paupières bordées de noir (cils), iris formé par un cercle rouge avec un centre noir et mince contour noir; cheveux roux (blond, dans un cas que pour certains ocre couleur jaune). On trouve aussi des traces de rose sur les joues, les seins, le nombril.

 


Les boucles d' oreilles et tiare sont peintes en rouge et bleu. Les robes ont été peints entièrement ou ornés de motifs polychromes sans intention d'imiter le réel, mais seulement après d’après des canons décoratifs.
Pour les périodes suivantes, période où les statues sont moins visibles le décor est devenu sobre, tout en restant toujours partie intégrante de la sculpture grecque.
Platon dans la République, IV, p. 420 C) stipule que la peinture ne peut donner la plénitude à la forme et la conception du sculpteur mais seulement un plus.

MOTIFS ET COULEUR
Un dieu ou une déesse étaient les géants de chair , ils ne pouvaient manquer de frapper l'œil et l'âme des fidèles, bref, donner l'illusion par la couleur amplifie leur existence divine et fait croire que les statues sont vivantes.
Ici se greffe un autre aspect le choix des couleurs. En effet , le style peut être raffiné ou brut, mais la couleur est liée à la joie de vivre. Il est vrai que pour les anciens plus exposés comme nous aux maladies, guerres et cataclysmes cherchaient la joie et la gaieté un peu partout. l’absence de couleur
Donc le goût est une question d'humeur. Aussi le blanc est devenu à tort l'emblème des civilisations antiques grecques et romaines et romain, et aussi en partie l'absence de couleur rend les œuvres moins vivantes moins humaines. Ce blanc dominant nous fait donc peur.
Mais il faut l avouer, que les peintures polychromes qui sont de nos jour apposées sur certaines œuvres statues nous semblent de mauvais goût car nous sommes dans une civilisations avec des couleur à base de couleur très claire, blanc beige, gris, vert pâle bleu.
Aussi, nous trouvons des traces de couleur partout Les frontons des temples étaient peints comme le grand autel de Pergame le temple d’Egine le Parthénon ,le fronton du temple de Zeus à Olympie le mausolée d'Halicarnasse

Sur les statues les plus célèbres ont trouve des traces de couleur comme sur l’ Hermès de Praxitèle où lon trouve des traces de peinture dans les cheveux et des sandales
Le sarcophage dit d'Alexandre du IVe siècle est coloré avec un tourbillon de violet, violet, bleu, jaune, rouge, rouge-brun et noir, les mêmes tons qui prévalent encore dans certaines fresques pompéiennes d'origine classique
 


 

 

La tête d’Alexandre le Grand de Berlin est faite en marbre jaune des îles.
Toutefois à partir des résidus de couleur on peut en déduire que le visage était d' or, les lèvres et les coins de ses yeux étaient de couleur rouge. Ses cheveux, cependant, étaient recouverts d'une fine couche de stuc de couleur et son diadème était en métal
La Polychromie dans la Sculpture à Rome



Pour la statuaire romaine nous avons les mêmes effets que pour celle grecque avec des statues en marbre blanc ou en bronze naturel
Ce style de statues a influencé les artistes de la renaissance et de l’époque classique Donatello Michel Ange et Canova ont produit des chefs-d'œuvre, en strictement « blanc » ou en Bronze , sans chevauchement de couleurs.
Mais au XIXe les archéologues lors des fouilles ont étudié systématiquement les trouvailles et se ont fait des découvertes ,Ils ont trouvé des traces de couleur indéniables sur les fragments ou vestiges retrouvés dans les plis de chair et robes des statues, à la surface , frontons et frises colonnes des temples.Alors pourquoi pendant des siècles , personne n'a remarqué bien que les textes anciens mentionnent la colorisation des statues et que des œuvres du moyen age étaient elles aussi peintes ?
La réponse est simple, Les artistes de cette époque n’aimaient pas la colorisation et pour eux le marbre ou le bronze ne pouvait être caché par la couleur C’est un blasphème, et la matière doit être préservée dans son intégralité sans fard .
Toutefois il ne faut pas oublier que les Romains accordaient de l'importance à la beauté des marbres, à tel point que le porphyre rouge égyptien était interdit à l'usage des citoyens et destiné uniquement à la pompe de l'empereur.


Lui seul pouvait l'importer et le travailler à son gré et pour le lustre de son palais ou de ses statues.


Mais en plus de cette technique de colorisation des statues les anciens Grecs et Romains ont utilisé les marbres les plus précieux en les mariant entre eux


En effet il est courant de trouver des statues composés de plusieurs qualités de marbre On trouve ainsi un buste avec une figure entière, et une robe sculptée dans un marbre coloré et panaché


Ce mariage de matière remplace la couleur qui pouvait recouvrir les parties nues
Nous avons des exemples avec l'Apollon du musée de Naples, avec une robe rouge brillante et large qui l'enveloppe jusqu'aux pieds divins. Ou le buste de Scipion l'Africain, dont le buste en marbre foncé, presque noir, pour la peau tranche sur l’utilisation d’un marbre coloré pour la robe.
Ici il faut sûrement voir une signification dans l’utilisation du matériau noir


Le noir était utilisé sur les statues des Dieux et déesses, mais aussi pour divers personnages, car peut être l’utilisation d’un marbre noir pouvait remplacer la peinture, bref,
Même chose pour le bronze qui a également remplacé la couleur, toujours à cause de l'aversion pour le blanc, chez les Romains et comme signe de rang dans la société.
Mais le bronze qui était déjà coloré n 'avait besoin que de l'addition des yeux en émail ou en pâte vitreuse qui ressortaient encore plus sur le métal foncé donnant l'impression de vie à la statue.
On peut le remarquer sur de nombreuses statues mais malheureusement sur nombre de statues anciennes, à la fois grecques et romaines, les yeux sont absents car ils ont disparu et au lieu , il y avait généralement un petit trou.La disparition est due soit à une mauvaise conservation durant la période qui nous sépare de cette époque mais aussi à des destructions causées par des chrétiens intolérants
Il suffit de regarder l'un des bronzes de Riace qui a encore des yeux peints, ou le bronze grec Sappho, ou le buste de Scipion l'Africain, également en bronze et aux yeux légèrement élargis. Bref, toutes les statues devaient apparaître aussi «vraies» que possible, et évidemment l'iris était représenté.

 

Mais si on parle des yeux il faut savoir que le reste du visage et du corps était souvent coloré car les Romains coloraient tout. Même les monuments comme la Colonne trajanne


Une modification est intervenu à partir de l'âge des Antonins
l'œil gravé jusqu’à présent avec iris et pupille et même cils sera coloré

 

 
LA TECHNIQUE

Les couleurs étaient en général dissoutes dans de la cire et appliquées à chaud, avec un processus similaire à l'encaustique. Les vêtements sont rugueux alors que les chairs sont lissées pour accentuer le contraste.


Mais paravent le marbre était traité avec une huile volatile (harpix), déjà connue des Égyptiens, qui devait empêcher l'écoulement de la couleur; il a parfois laissé une trace brillante la où couleur a disparu.
Les étrusques ont maintenu une polychrome totale pour les constructions et statues comme on peut le voir sur les œuvres conservées dans les musées(Antéfixes de Veio et sarcophages)

 

Selon Vitruve (De Architettura) et Pline (Nat. Historia), la peinture sur les marbres était composée de cire dissoute avec un peu d'huile, brossée à chaud et séchée avec un chiffon, ce qui rendrait la technique plus facile, mais probablement les techniques ils étaient différents.
Pour les terres cuites en général, la céramique était traitée pour éviter qu’elle absorbe trop le liquide Dans la statuaire classique, les nus recevaient généralement un voile uniforme très léger pour réchauffer le ton du marbre, qui prenait une apparence presque cireuse.


Mais il faut savoir que la coloration des statues nécessitait ensuite un entretien, surtout si elles étaient exposées à l'extérieur et donc à l'action des agents atmosphériques.

Des inscriptions de Délos ils conservent l'enregistrement des dépenses pour la peinture statuaire pour les années 279, 269, 250 et 201 av.
Pour cette raison, les Romains ont généralement placé des statues de bronze au-dessus des temples ou des arcs de triomphe . Ces statues placées en hauteur et assez coûteuses ne nécessitent pas des restaurations fréquentes .

Par contre les autres statues, cependant, nécessitaient un entretien, un entretien qui n'était pas souvent simple, Ces restaurations entraînaient la mise en place d’ échafaudages, et de protection.

La statue d’Auguste de Prima Porta porte des traces de couleur rougeâtre dans les cheveux, rouges sur la tunique et sur la cape, jaunes et bleues sur les franges de l'armure et sur les reliefs qui la décorent, qui devaient ressembler à des émaux, avec des tons très variés et brun sur le tronc de l'arbre.
Même la statue d'Auguste de la Via Labicana (Museo Naz. Rom.) Présentait des traces de couleur violette sur la toge tandis que le socle sur lequel elle reposait était d'un rouge vif.

Il faut savoir que les nombreux portraits de personnages impériaux présents dans les musées et composés de têtes en marbre blanc posés sur des bustes en marbre ou albâtre coloré, sont des recompositions de l'époque moderne, généralement baroque.
Les contours des yeux et de la bouche peuvent être colorés en rouge.
 
 
Mais attention penser à restaurer l'apparence des sculptures exactement "comme neuves" serait une présomption excessive. Chaque reconstruction est basée sur une série d'analyses complexes, qui intègrent l'œil de l'archéologue à des photos de lumière ultraviolette ou rasante, à l'aide de la microscopie optique et électronique, à chromatographie en phase gazeuse et liquide.
 

Ces copies polychromes ne sont pas conformes à l original et laissent donc la porte ouverte à des hypothèses qui, en fonction de la conservation de l'original, sont plus ou moins diverses
 
   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5054401
Nb de visiteurs aujourd'hui:1269
Nb de connectés:56