Allemagne Aviation Messerschmitt Me 323 Gigant

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 23/01/2020 à 19:25:29



Messerschmitt Me 323



Tout comme le Me 321 dont il dérivait le Me 323 avait des ailes massives, semi-cantilever et hautes qui étaient fixées au fuselage via une structure de remontant jusqu'au milieu de l'aile.
Pour réduire le poids et économiser de l'aluminium, une grande partie de l'aile était faite de contreplaqué et de tissu, tandis que le fuselage était en tube métallique avec des longerons en bois et recouvert de tissu Le châssis avait un plancher renforcé pour supporter la charge utile.
Ce avion avait cinq membres d'équipage: deux pilotes, deux mécaniciens navigants et un opérateur radio. Deux mitrailleurs pouvaient également être transportés.
Les mécaniciens de bord occupaient deux petites cabines, une dans chaque aile entre les moteurs intérieur et central. Ils devaient surveiller la synchronisation des moteur et permettre au pilote de voler sans se soucier de l'état du moteur, bien que le pilote puisse passer outre les décisions des ingénieurs sur le contrôle du moteur et de l'hélice.
La charge utile maximale était d'environ 12 tonnes, mais il fallait des fusées d’appoint type Helmut conçues par Walter Werke et conçues par Walter HWK 109-500 Starthilfe RATO pour assister le Me 322 dans la phase décollage. Les RATO étaient montés sous les ailes à l'extérieur des moteurs, les ailes ayant des raccords inférieurs pour accueillir jusqu'à quatre unités RATO.
La soute mesurait 11 m de long, 3 m de large et 3,4 m de haut. Les charges typiques qu'il transportait étaient:
une pièce d'artillerie de campagne FH18 de 15 cm (5,5 tonnes) accompagnée de son véhicule de transport Sd.Kfz.7 de 11 tonnes,
deux camions de 3,6 tonnes (4 tonnes),
8700 miches de pain,
un canon 88 mm Flak et accessoires,
52 fûts de carburant de 252 L
130 hommes ou 60 civières.
Certains Me 321 ont été convertis en Me 323, mais la majorité ont été construits comme des avions à six moteurs dès le début; les premiers modèles étaient équipés d'hélices à deux pales en bois, qui ont ensuite été remplacées par des versions métalliques à trois pales à pas variable.
Le Me 323 avait une vitesse maximale de seulement 219 km / h au niveau de la mer et la vitesse baissait avec l'altitude.
Pour l'armement défensif, il était armé de cinq mitrailleuses MG 131 de 13 mm tirant depuis une position dorsale derrière les ailes et depuis le fuselage. Ces armes étaient mise en action par des artilleurs supplémentaires,ou un opérateur radio et des ingénieurs.
 
Le concept de cet avion a été lancé spécifiquement pour être utilisé dans l'opération "Seelöwe" par laquelle l’armée allemande avait besoin d’un grand planeur d'assaut
Si le planeur léger DFS 230 avait déjà fait toutes ses preuves lors de la bataille de Fort Eben-Emael en Belgique cela sera d’ailleurs le premier assaut de troupes de planeurs et sera plus tard utilisé avec succès lors de l'invasion de la Crète en 1941 Mais pour l’invasion prévue les Allemands devraient pouvoir transporter par avion des véhicules et d'autres équipements lourds dans le cadre d'une première vague d'assaut en passant par dessus la Manche .
Aussi les industriels allemands vont recevoir une fiche détaillant les besoins et demandant la construction très rapide d’un appareil adapté à cette mission Un crash programme avant la lettre
Le 18 octobre 1940, Junkers et Messerschmitt ne disposaient que de 14 jours pour soumettre une proposition de grand planeur de transport. L'accent était toujours mis sur le rôle d'assaut: l'exigence ambitieuse était de pouvoir porter soit un canon de 88 mm et son tracteur semi-chenillé, soit un char moyen Panzer IV.


Mais rapidement les ingénieurs vont se rendre compte que ce type d’avion n’était pas adapté à la fonction assaut et très difficile à mettre en œuvre en version transport. 
En effet la taille impressionnante de ce planeur nécessite l'utilisation d'une méthode de remorquage très risquée - le «triple slapp»,
Ce type de remorquage ne peut avoir lieu que pendant la journée et dans de bonnes conditions météorologiques. Et il nécessite en plus des avions tracteurs de fusées d’aide au décollage
De plus la préparation du vol doit être effectuée par du personnel spécialement formé. 
Malgré cette liste d’inconvénients 2 industriels tentent l ‘aventure Junker et Messerschmitt
Bien que l'opération Seelöwe ait été annulée, la nécessité d'une capacité de transport aérien lourd existait toujours, et l'accent étant désormais mis sur la prochaine opération Barbarossa, l'invasion de l'Union soviétique.
L annulation de l’opération SeeLöwe donne un peu de temps aux industriels qui revoient le projet et penche désormais sur un engin motorisé ainsi l’engin sera totalement indépendant des remorqueurs et du personnel spécialisé de soutien au sol .
Cependant, afin de monter une invasion à travers la Manche, les Allemands devraient pouvoir transporter par avion des véhicules et d'autres équipements lourds dans le cadre d'une première vague d'assaut. Bien que l'opération Seelöwe ait été annulée, la nécessité d'une capacité de transport aérien lourd existait toujours, l'accent étant désormais mis sur la prochaine opération Barbarossa, l'invasion de l'Union soviétique.
Le prototype Junkers Ju 322 Mammut est construit mais rapidement on se rend compte de son instabilité en vol du à une mauvaise analyse et conception et de plus il est nécessite pour sa construction du bois de haute qualité


Aussi nous n’avons plus en lice que le Messerschmitt dessiné par le bureau d'études de Leipheim et désigné initialement Me 261W nom donné au l’appareil surnommé dans un premier temps Adofline puis il reçut le matricule de Me 263 qui fut plus tard réutilisé pour le chasseur-fusée pour revenir au matricule Me 321


Prévu comme planeur d ‘assaut le Me 321 ne fut utilisé qu’en version transport.


Au début de 1941, à la suite des retours d’expérience sur le terrain notamment des opérations en URSS , la décision a été prise de produire une variante motorisée du Me 321, qui sera désigné Me 323.
Pour ne pas accroître la surcharge de travail de l’industrie Allemande il fut décidé d'utiliser des moteurs français Gnome et Rhône GR14N dépassant les 1000 CV évalués à 1 180 CV ,après avoir mis des options d'installation de quatre à six moteurs BMW-801, Bramo-132R


Ce moteur longtemps classé secret défense a été utilisé sur nombreux d’avions comme le MB 151 ou MB 175
 En juillet 1941, l'usine SNCASO de Marignac reçut l'ordre de ne plus fabriquer des Bloch 175 et n’envoyer désormais les moteurs Gnome-Rhone 14N-48/49 avec tous les équipements à l'usine Messerschmitt à Leipheim;
Le pemier avion fut un quadrimoteur Il effectua son vol avec quatre moteurs Gnome attachés à une aile Me 321 renforcée, à une vitesse de 210 km/ h soit 80 km/h pe moins qu’un Ju 52. Ce fut le Me 323 C Ces essais en vol des Me.323-V1 et V2 ont commencé à Leipheim en mars-avril 1942. 
En général, la conception de la cellule Me.321B-1 a été conservée. Le longeron en treillis de la section centrale a été renforcé et a reçu des ajustements pour le montage des moteurs
On ne changea rien à son train de roulement fixe , qui comprenait 10 petites roues avec une pression au sol équivalent à un châssis chenillé Les roues étaient montées sur les côtés du fuselage dans un carénage quatre petites roues dans un bogie à l'avant de l'avion et six roues plus grandes placées en 2 ensembles de 3 de chaque côté du fuselage, le tout caréné


Le train d'atterrissage assurait une position horizontale de l'avion sous n'importe quelle charge. La paire de roues avant de chaque côté avait une suspension indépendante et les trois autres ressorts à verrouillage mutuel avec freins pneumatiques. qui pouvaient arrêter l'avion à moins de 200 m


Mais ce Me 323C était considéré comme un avion de transition avec le Modèle D à six moteurs


Car la version C nécessitait toujours pour le décollage l appoint d’un Heinkel He 111Z Zwilling à cinq moteurs ou l’emploi de 3 Messerschmitt Bf 110 en formation style Troïka plus l appoint de fusée d’assistance au décollage (Walter HWK 109-500 Starthilfe )lorsque l’avion décollait à plaine charge


Il fut décidé de fabriquer des prototypes à six moteurs qui ont reçu les numéros Versuch de V3 à V12 ). Parallèlement, l'usine d'Obertraubling a commencé la production de Me.323D-1 et D-2.
Aussi le prototype V2 est devenu le premier à avoir six moteurs et a volé pour la première fois au début de 1942, devenant le prototype de l'avion de la série D.
L’emplacement spécifique sur le bord d'attaque de l'aile des moteur bien étudié et plus les moteurs sont réglés pour tourner dans le sens antihoraire


Les moteurs droits (Gnome-Rhône 14N-48) avaient une rotation à droite des vis, et le gauche (Gnome-Rhône 14N-49) avait une rotation à gauche. La puissance du moteur au décollage était de 1140 CV et 1035CV à une altitude de 4800 m. qui ne gène pas la circulation de l ‘air , tout comme les hélices jumelles contrarotatives du Heinkel He 177.
. Sous l'aile, les mêmes fusées RATO avaient le même emplacement que sur le Me.321.
Les Me.323D-1 et D-2 se distinguaient par un système de propulsion Alors que le D1 était equipé de Gnome-Rhône 14N similaires au Bloch 175, et les seconds étaient des moteurs un peu différents prévus pour le  bombardier Sud-Est LeO.451
, avec des des capots Mercier et des hélices Ratier 1634/1635. 


Comme ce moteur bien conçu n'était pas adapté à un avion volant lentement. Il fut transformé par l'usine Branzovia à Paris, ou il a subit des conversions afin de le mettre aux normes du moteur pour le modèle Bloch 175.
 Les problèmes rencontrés avec les hélices à pas variable de Ratier ont forcé leur remplacement par des hélices bipales en bois Heine à pas fixe.
Aussi le système de propulsion du Bloch 175a été appelé "Flugmotor Bloch", et celui modifié du  LeO.451  fut appelé "Flugmotor LeO".
La masse au décollage de Me.323D-2 était limitée à 42 900 kg, contre 45 000 kg pour le Me.323D-1. Le poids de la charge à une distance de vol de 750 km était limité à 9500 kg et 7800 kg à 1000 km de vol.

 

Le pilote disposait d'un accélérateur spécial, qui permettait de contrôler tous les moteurs simultanément. Six réservoirs protégés ont été installés dans l'aile - deux dans les consoles et quatre dans le longeron de la section centrale.
L’équipage du «géant» était complété par deux ingénieurs de vol, dont les cockpits étaient situes dans le bord d'attaque de l'aile entre les moteurs entre la paire intérieure
Les Me.323D-0 et D-1 dès le début, ont été fabriqués comme avions de transport. Ils avaient moins de hublots, et une béquille arrière repoussée alors que le  Me.323-V2 était une adaptation du planeur Me.321B en avion motorisé
‘avion possédait comme armement défensif de deux installations de MG en sabord plu deux autres mitrailleuses MG.17 de 7,9 mm ont été installées en haut des panneaux d'écoutille derrière l'aile. 
En plus il pouvait mettre en œuvre six MG.34 dans des sabords de fenêtre

Il possédait 6 réservoirs d’une capacité chacun de 900 litres. Deux autres de ces réservoirs supplémentaires pourraient être installés à l'arrière du compartiment à bagages. Dans ce cas, le poids à vide passe de 28 tonnes à 28,4 tonnes, 
Avec une charge de 10 tonnes il avait une autonomie de 1000 km et avec 11,5 tonnes 750 kms
Ces caractéristiques sont donc meilleures que celle des prototypes qui sont les suivantes
La masse au décollage de Me.323D-2 était limitée à 42 900 kg, contre 45 000 kg pour le Me.323D-1. Le poids de la charge à une distance de vol de 750 km était limité à 9500 kg et 7800 kg à 1000 km de vol.
Le Me.323 pouvait transporter 120 soldats ou 60 blessés ainsi que du personnel médical.
Dès le début, le fonctionnement de Me.323a été très réussie. 
Le chargement et le déchargement par la trappe de proue ont été très réussis, et il est très simple de maintenir l'alignement lors du chargement - dès que l'avion a commencé à s'équilibrer sur la dernière paire de roues du train d'atterrissage, la charge a été sécurisée.
 Les fusées Rato étaient rarement utilisés en raison de leur faible fiabilité. Lors de l'atterrissage, le Me.323 pourrait utiliser un «crochet de frein» spécial à l'arrière du fuselage

Au total, 198 Me 323 ont été construits avant la fin de la production en avril 1944. Il existait plusieurs versions de production, à commencer par le D-1. Les versions ultérieures D et E différaient dans le choix de la centrale électrique et de l'armement défensif, avec des améliorations de la résistance structurelle, de la charge totale et de la capacité de carburant également mises en œuvre.
Néanmoins, le Me 323 est resté toujours sous motorisé
Il a été proposé d'installer six Moteurs BMW 801, mais cela ne s'est jamais réalisé. Le Me 323 était également un avion court sur pattes avec avec un rayon d’action limité avec en version charge maximale de 1 000 à 1 200 km
. Malgré cela, le nombre limité de Me 323 en service a été un atout inestimable pour les Allemands et a connu une utilisation intensive.
Le premier Me.323D-0 a été mis en service à Leipheim en juillet 1942 et dans la Luftwaffe,en Août 1942
C
ependant, il a été renvoyé à Leipheim pour divers tests. 
À la fin de l'année
1942 , l'usine de Leipheim a produit le dernier avion de pré-production, après quoi elle a cessé la production du Me.323.
 
L'usine d'Obertraubling jusqu'à la fin de 1942 a livré 16 Me.323D-1. Comme dans le cas du planeur Me.321Le nouvel avion de transport a été produit avec la large participation de sous-traitants. Le longeron d'aile a été fabriqué à l'usine Mannesmann
de Komotau, le fuselage a été fabriqué à l'usine Rath près de Düsseldorf, Skoda a fourni les unités de châssis et les pièces en bois ont été fabriquées dans des usines de Stuttgart.
L’usine d Obertrubling a livré 12 avions en janvier 1942, et en février pas moins de 27 ont été livrés soit un avion par jour  La production mensuelle moyenne de l'année s'est élevée à 8 / 9 avions. 
En mars 1943, le réarmement
des groupes sur le front a pu commencer
La production du Me.323 a été très facile avec des coûts de main-d'œuvre faibles Il faut savoir que la plupart des personnes employées à Obertraubling avaient plus qu'une faible qualification étant issus des bataillons pénitentiaires de la Wehrmacht.
Utilisation
   

quand il devint sur que le Giganten va arriver en unité il fut décider de battre le rappel d’aviateurs capable de mettre en oeuvre cet avion La préférence alla aux aviateurs ayant déjà piloté le Planeur Me 321
Aussi les membres des formations Grossraumsegler Staffeln ( DS ) ou unité de gros porteurs de la Marine ainsi que les pilotes de He 111 Z furent regroupé à Leipheim près de Ulm
Des la mi septembre 42 les
entraînements débutent car il est prévu de créer une nouvelle unité KgzbV 323 (
Kampfgeschwader zur besonderen Verwendung )
Un gruppen est rapidement crée suivi du IIe qui lui est créé avec des membres du KgzbV 104 qui avaient déjà volé sur Ju 52 et Go 244
en cette fin d’année la Wehrmacht était engagée sur 2 fronts qui sont le front de l Est et Stalingrad et le MTO avec la situation un peu délicate de la PanzerAfrika de Rommel bloquée devant El Alamein
Ce front été jugé pour l instant et il faut le ravitailler par tout les moyens en octobre 1942 mais les navires de l'Axe subissaient des attaques et avaient de lourdes pertes ce qui a rendu obligatoire la mise en place d’un pont aérien travers la Méditerranée pour ravitailler la PanzerAfrika
 Déjà en novembre  les Me.323D de KG.zbV323 a commencé des vols vers le théâtre méditerranéen - vers la Tunisie et Bizerte, transportant des canons antiaériens et antichars, des munitions et du carburant pour l’Afrika Korps et des bombes, des pièces de rechange et du carburant d'aviation pour la Luftwaffe.
Pour le retour ils transportaient les barils vides et blessés
 Les premières pertes du KG.zbV323 ont été subies le 10.11.1942, lorsqu'un Me.323 a été abattu au-dessus de la Tunisie, et les deux autres ont été abattus par des chasseurs anglais au décollage
Mais en général, les pertes étaient relativement faibles. Car le Giganten volait généralement au sein d’une formation avec jusquà 100 avions volant en petits box avec des Ju.52 / 3 entre Trapani et la Tunisie. 
Ces formations étaient couvertes par des groupe de Bf 109 110 et chasseurs italiens
Malgré la proximité de Malte, ce pont aérien était rarement attaqué par les combattants à cette époque.
Vers la fin 1942 , une partie importante des avions de transport de la Méditerranée a été rappelée pour ravitailler les troupes allemandes à Stalingrad.
Cela concerna 200 Ju.52 / 3m et 15 Me 323D. Basés en Italie 
À ce moment-là, les chasseurs alliés se sont intensifiés fortement et les vols à travers la Méditerranée ne pouvaient désormais avoir lieu que sous une forte couverture. Cela a également rendu Me.323 plus défensif . Les mitrailleuses MG.15 dans le nez et sur le fuselage ont été remplacées par une MG.131 de 13 mm. Les ports de deux autres mitrailleuses ont été coupés dans les feuilles de la trappe de proue, augmentant le nombre de troncs dirigés vers l'avant à quatre. Sur Me.323D-6, directement à Obertraubling, un autre support de fusil supérieur a été installé avec deux MG.15 - d'avant en arrière, qui a été utilisé par l'opérateur radio.
Mais le KG.zbV323, mais n'a pas réussi à être pleinement opération avec effectifs complet
 Les pertes sur le théâtre méditerranéen MTO ont été si importantes que toutes les livraisons d'Obertraubling sont allées reconstituer les groupes I et II afin de maintenir leur valeur opérationelle
Anecdote Dans la Panzer Afrika le Me.323 était surnommé le Bomber Heftpflaster car son revêtement en tissu était très inflammable, mais en réalité l'avion pouvait rester en l'air même avec de très grands trous dans le fuselage
 
Mais la situation devient catastrophique à Stalingrad En décembre 1942 l’usine Messerschmitt reçoit l’ordre de Goering de préparer 15 Me 323 qui doivent être affecter en priorité au ravitaillement de la 6,Arme
le 13/01/1943 cette nouvelle unité devient officiellement le II/KGzbv 323 et reçoit comme code C8+ mais aucun avion de cette unité va pouvoir survoler le Kessel
de Stalingrad malgré ses effectifs presque au complet 20 avions. L unité se regroupe en Pologne près de Varsovie
Durant le printemps le KGzbv 323 se regroupe en Italie 232
Toutefois le 22 avril 1943, une formation de 27 Me 323 escortée durant le passage du détroit de Sicile par des Bf 109 du JG 27 fut interceptée par sept squadrons de Spitfire et P-40 de la DAF. Vingt et un des Me 323 ont été abattus au prix de 3 P-40 qu ont été abattus par l’escorte.
Comme les chasseurs alliés intensifiaient leurs attaques sur le MTO les convois ne pouvaient se faire désormais que sous une forte couverture.  Et, pour mieux protéger les avions on augmenta l’armement défensif du Me.323
Les mitrailleuses MG.15 dans le nez et sur le fuselage ont été remplacées par une MG.131 de 13 mm. Les ports de deux autres mitrailleuses ont été ouverts dans les portes avant, augmentant ainsi la défense frontale la portant à quatre armes.
Sur Me.323D-6, directement en usine à Obertraubling,on installa un autre support sur le dessus du fuselage avec deux MG.15 pouvant tirer tous azimut mis en œuvre par l'opérateur radio.
La Luftwaffe va continuer à se battre en Méditerranée jusqu’en octobre 1943 date à laquelle l escadre de Giganten va être transférée sur le Front de l’Est où elle combattra jusqu’au bout .
ils opéraient de Riga à Kirovograd et de Galati à Sébastopol. Les principales bases étaient Varsovie, Kekskemet (Hongrie) et Foshan (Roumanie). A lui seul le 1er groupe a effectué au moins 2000 vols jusqu'en mai 1944.
Le dernier Giganten fut démantelé débit mai 1945 sur l aérodrome de Skutch en Tchécoslovaquie
Aussi le 8 mai 1945 il ne restait plus aucun Giganten intacts . Tous avaient été détruits ou sabordés
Les Britanniques auraient en récupérer pour envoyer des troupes en Extrème Orient . Ils faut savoir qu’en 1943 les britanniques avaient penser copier cet avion mais aucune suite ne fut donné
En conclusion le Me 323 fut l’avion de transport le plus imposant de la 2e guerre mondiale Malgre ses défauts et le nombre limité de Me 323 en service il a été un atout inestimable pour les Allemands et a connu une utilisation intensive.
Versions
Me 323 V1
Premier prototype, propulsé par quatre moteurs Gnome-Rhône 14N-48/49
Me 323 V2
Le prototype, propulsé par six moteurs Gnome-Rhône 14N, est devenu la norme pour la série de production D
Me 323 D-1

Première série de production, propulsée par six moteurs Gnome-Rhône 14N initialement destinés à être utilisés dans le Bloch 175, hélices tripale Ratier à pas variable
armement défensif 2 MG 15 de 7,92 mm modifications sur le terrain afin d’augmenter l'armement défensif,
Me 323 D-2
comme D-1 mais avec une installation de moteur initialement destinée à être utilisée dans le LeO 451, hélices Heine bipale en bois à pas fixe
Me 323 D-6
comme D-2, hélices tripales Ratier à pas variable
Me 323 V13
Prototype, propulsé par six moteurs Gnome-Rhône 14N, tête de série du Me 323E.
Me 323 V14
Le prototype, propulsé par six moteurs Junkers Jumo 211F de 1 340 PS, n'a pas été mis en œuvre.
Moi 323 E-1
Deuxième série de production, deux tourelles de canon incorporées dans les ailes.
Moi 323 E-2

Version proposée avec un armement plus lourd.

Me 323 E-2 WT


Version proposée comme Waffentrager (porte-armes) par le RLM, que le suffixe WT dénotait, dans un rôle similaire à celui de la conversion de chasseurs défensifs lourds genre gunship YB-40 Flying Fortress pour l'USAAF.
La mission principale était de fournir aux formations de 323 une protection défensive puissante


Cet avion n’avait aucune capacité de transport ,Dans son de nez fixe se trouvait tourelle à canon de 20 mm, dans les ailes deux tourelles supplémentaires et jusqu'à dix autres mitrailleuses / canons de calibre variable

 

L’avion avait reçu du blindage pour au total 1,3 tonne
L'équipage est passé à 21 afin de mettre en oeuvre les systèmes d’armement de l'avion.
Il possédait des vitres pare-balles.
Deux prototypes ont été construits et testés, mais la série a été annulée après avoir jugé que les chasseurs normaux étaient plus efficaces dans le rôle d'escorte de transport.
L'un des prototypes a été brièvement affecté au KG 200 pour une évaluation opérationnelle, où il a effectué une escorte armée pour le petit nombre de forteresses volantes B-17 capturées exploitées par le Geschwader.
Me 323 V16
Prototype, propulsé par six moteurs Jumo 211R de 1 340 PS unitaires, destiné à a tester la motorisation des avions de la série Me 323F.
Me 323 V17
Prototype (inachevé), propulsé par six moteurs Gnome-Rhône 14R de 1 600 PS (1 578 ch, 1 177 kW), destiné à a tester la motorisation des avions de la série Me 323G Le Me.323G se caractérise par des changements importants dans la conception de la cellule et l'installation de six moteurs 14 cylindres à double rangée refroidis par air Gnome-Rhone 14R avec puissance au décollage de 1320 ch 

Type: Transport de marchandises lourdes
Caractéristiques
Messerschmitt AG
Modèles: D et E
Premier vol: automne 1941
Mise en service : mai 1942
Fin production: mars 1944
Moteur: Modèle: Gnome-Rhône 14N 48/49
Type: Radiaux 14 cylindres à deux rangées
Puissance: 1140
Nombre: Six
dimensions:
Envergure: 55 m
Longueur: 28,15 m
Hauteur: 10,15 m
Poids Vide: 27,330 kg
Maximum: 43 000 kg
Performance:
Vitesse maximale: 285 km / h lors du remorquage
Montée initiale: 710 pieds / min (216 m / min)
Portée: 1100 km
Plafond 4000 m
 armement:
Cinq MG 15 montés dans des supports de nez
Six MG d'infanterie Mg 34 dans des baies vitrées
Comme Waffentraeger
11 canons MG 151 de 20 mm
4 mitrailleuses MG 131 de 13 mm
Charge de bombe:
Une bombe de 17,7 tonnes a été larguée lors des essais, avec un l'avion aidé par un He 111 Z au décollage
Peu de temps après avoir grimpé à la hauteur à partir de laquelle il était prévu de larguer la bombe, l'arrière du fuselage du Gigant s'est brisé et l'avion a commencer à piquer du nez  L'équipage a réussi à larguer une bombe, mais l'avion s'est écrasé. Des études ultérieures ont montré que la cause de l'accident devait être recherché dans les suites d’une attaque par des chasseurs américains quelques jours plus tôt, qui avait endommage le longeron du fuselage arrière.
 
 
 
   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5473826
Nb de visiteurs aujourd'hui:558
Nb de connectés:47