France Anatomie d'un Fauve Chenillette Renault UE

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 15/12/2018 à 09:03:23



Anatomie d'u Fauve la Chenillette Renault UE
 


L’engin Renault Type UE a été conçu à l'origine comme tracteur d'artillerie et de mortier pouvant emporter environ 350 kg dans une caisse de rangement place sur le châssis à l‘arrière et 600 kg de fret transportés dans une remorque.
En octobre 1931, le Conseil Consultatif de l'Armement, fortement pressé par l'Infanterie pour arriver à une décision rapide, choisit le véhicule Renault et le le 9/12/21931 il est commandé une 1e tranche de 50 chenillettes de ravitaillement d'Infanterie Modèle 1931 R suivi le 26/3/1932 par le passage d’ une commande d’ une présérie de cinquante remorques porte-char livrable en juin. La production de série démarrant quand à elle durant le 2e semestre 1934.
An 01/6/1936 1 200 avaient été commandée sen juin de la même année ; Bien qu’il ait été conçu par Renault, cet engin fut aussi fabriqué AMX à hauteur de 2 200 exemplaires : Berliet 100 Fouga 300. Ce modèle fut construit à environ 2 600 exemplaires.
En 1935, fut mis à l’étude un programme pour remplacer la Chenillette Modèle 31 par un modèle d’un tonnage similaire soit 2,6 tonnes. Face à la concurrence Lorraine Hotchkiss Fouga et Berliet Renault remporta le marche avec la chenillette Renault UE 2 Les modifications apportées sont mineures Moteur plus puissant Boite à vitesse avec 4 rapports avant + un arrière différentiel, renforcé garde-boue avant, allongés nouveau système pour tracter la remorque et un feu arrière de nuit à l'arrière gauche du véhicule.
la Commission fut persuadée par Renault que toutes ces améliorations pouvaient être introduites sur les lignes de production sans les arrêter qui ferait gagner du temps par rapport à la mise au point d’un nouveau modèle et en novembre 1937 le modèle de Renault devenu entre temps AMX suite à la nationalisation de l ‘industrie d ‘armement fut choisi


Mais afin de terminer les engins type 31 sur les ligne de production le Mod7le U2 ne fut livré que durant l été 1939 En juin 1940 4 977 chenillettes avait été fabriquées, pour 4 557 livrées.
Bien que les chiffres publiés varient énormément, il a pu y avoir jusqu'à 6 200 véhicules fabriqués en France avant la fin de la construction en 1940.Il y a eu aussi une version particulière de cette mitrailleuse conçu pour le transports de mortier 81mm Brandt fixé à l’arrière du poste de pilotage le support de tube est situé entre les trappes de l'équipage. Les autres parties sont transporté dans la caisson arrière et sur la remorque qui n’est pas chenillée pour occasion

Après la défaite de mai-juin 1940, les Allemands ont récupéré cette chenillete l'UE, en la modifiant et la rebaptisant
Trois versions sont les plus connues

 


l'Infanterie Schlepper UE 630 (f) qui a été utilisé pour des fonction de police et protection des aéroports
 


le "Gepanzerter Munitionschlepper UE (f)" qui était le ravitailleurs en munitions

autres usages

 


 


le "Wurfrahmen 40" un mini stuka fuss qui avait 4 supports de fusée montés sur un rack à l'arrière.
Pour conclure  deux anecdotes sur Renault 
Louis Renault  fut le directeur actif de Renault jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, Louis  renault a continué à construire des véhicules à but lucratif pendant l'occupation allemande de la France. Aussi à la libération de la France, Louis Renault fut qualifié de "collaborateur"  et emprisonné par le gouvernement français. Il meurt en prison et le gouvernement nationalisa alors Renault en 1945, devenant ainsi l'unique propriétaire de la Régie nationale des usines Renault.
Mais ce qui est encore plus t étrange, la Regie Renault  employa  le Dr Ferdinand Porsche, prisonnier de guerre en France qui fut donc impliqué dans la fabrication de voitures Renault après la guerre.

 


Description


Cet engin était petit et avait un équipage de deux hommes,assis à l avant de part et d'autre du moteur Renault 75 type 343 en 1932 puis moteur type 85 Ce moteur avait une puissance de 38 CV avec une Boite de vitesse à 3 rapports avant et 1 arrière
Ce moteur permettait une vitesse sur toute de 30 km/h et une autonomie de 100 kms environs


 

 

 

 

La chenillette Renault UE française s’est sans aucun doute inspirée de l’engin britannique Carden-Loyd Mk.VI,
 


Ce qui caractérise cette chenillette c’est la présence des de dômes arrondies avec fente de vision pour la protection de l’équipage Les dômes pivotent vers l'arrière sur les charnières Pour que l’équipage puisse accéder à son poste on trouve 2 plaques de blindage qui peuvent se relever vers l avant . Le blindage n’a qu’une épaisseur de 4 à 7 mm d ce qui lui empeche de jouer tout rôle durant le combat . Les plaques de blindage sont boulonnées ou rivetées selon la mode de l ‘époque sur un cadre
 

 

Sur la photo nous avons le montage en usine du bloc moteur avec les essieux avant le moteur la boite de transfert et moteur à l arrière. Nous voyons les deux pignons d'entraînement.
L’ouvrier à l'extrême droite semble tenir le levier de vitesses alors que le changement de vitesse situé directement sur le côté du moteur, tandis que l’autre ouvrier de l'autre côté du moteur raccorde la connexion de l'arbre directement à la transmission.

 

 

Nous avons ici une vue du Moteur Renault type 8 côté droit du moteur Renault 85.
 



ON voit le collecteur d'échappement Le tuyau d'échappement vient se fixer ici pour ressortir coté droit de la chenillette avec silencieux fixé à l'extérieur de la coque. Le levier de vitesses est de l autre coté du moteur.
A gauche nous voyons la magnéto avec les fils de bougies La courroie d'entraînement en caoutchouc est sous cache pour protéger l'équipage Le moteur de démarreur électrique et le générateur électrique sont visibles au-dessous de la magnéto.
L'arbre que l’on voit en bas à gauche est l'arbre de démarreur à manivelle qui court aussi à l'arrière de la coque et sert d'attache pour le ventilateur de refroidissement

 

 

 


 


En parlant du châssis cette photo un châssis arrière_gauche en phase de montage avec l’ouvrier à gauche fixant le carénage de ventilateur sur le radiateur alors que sur l’établi se trouve les éléments de frein de conducteur / pédales d'embrayage.
À droite, nous voyons un radiateur installé à l'arrière de la coque, avec son ventilateur . Le radiateur est maintenu en place par un simple support.
On trouve un cardan d'entraînement à l'arrière du moteur qui en remontant à travers un trou fait la carcasse du radiateur arrive au ventilateur
Les réservoirs d'essence seront installés de chaque côté du radiateur . Le remplissage du radiateur et des deux réservoirs se fait par le haut les bouchons sont situés juste derrière les sièges de l’équipage. Le système de suspension copié sur les chenillettes Carden-Loyd a été légèrement modifié La roue porteuse arrière est réglable afin de contrôler de la tension de la chenille

 


 


 


 


 

Ici, nous voyons sur la photos la transmission doucement descendue dans le châssis déjà préparé en effet les parois intérieures semblent avoir déjà reçus leur apprêt blanc et le plancher est de couleur plus sombre Remarquez le gabarit de support qui retient le moteur suspendu avec ses grands crochets de support qui seront retirés une fois que toutes les pièces lourdes seront installée dans le châssis sur les poutres de support du moteur, à l'intérieur de la chenillette

Image 6
 


Une fois le groupe motopropulseur installé et toutes les connexions effectuées, les réglages finaux sont effectués et les chenilles sont installées.
Sur cette photo on voit la disposition du moteur de la transmission et l espace disponible pour chaque membre d'équipage


La batterie est placé sur le côté droit du compartiment moteur, à côté du boîtier de direction, et des supports de traverse ont été ajoutés pour supporter les plaques de pont supérieures qui couvriront le compartiment.
On peut voir aussi le tuyau d'échappement fixé au collecteur d'échappement, qui se croise devant le siège du deuxième membre d'équipage qui est en général le chef de voiture
Il sort du châssis par le côté droit Le silencieux se situe à ce niveau avec un capot de protection en tôle perforée.


 

Le blindage du châssis comporte des persiennes afin de ventiler l’intérieur de la chenillette car rouler dans ce véhicule devait être pénible car celui ci devait être une fournaise .
 


On continue d’équiper le châssis avec ses plaques de blindage supérieures ,Des trappes avec charnières ont été ajoutées au cadre et tout a été boulonné.

Le vehicule possède un phare avant et arrière
Les ailes ont été ajoutées à l'avant et à l'arrière. Notez que le boîtier de direction était trop haut vu l ‘inclinaison du blindage avant Pour y remédier un boîtier à persiennes supplémentaire a dû être ajouté sur cette zone pour sa protection.
Ce boîtier est articulé à l'arrière et maintenu fermé par un loquet à ressort à l'avant.
L’accès direct est toujours disponible pour les composants principaux à l'intérieur.
Les plaques de trappe ouvertes du conducteur ont été repliées vers l'avant et les surfaces intérieures sot peintes de la même couleur que l intérieur du châssis soit en blanc  On remarque aussi l’épaisseur de celles ci
La fermeture de l’ensemble est réalisée avec un dôme . Ces plaques étaient maintenues en position fermée par des loquets supplémentaires situés au-dessus du pont et de chaque côté des plaques.


Sur ce dessin nous avons le poste de pilotage situé à gauche du véhicule. Le blindage ayant été enlevé ainsi que le dôme de protection, nous pouvons voir l’intérieur . Le moteur est placé à la droite du conducteur, l’équipage n’est absolument pas protégé de la chaleur et du bruit


Nous avons le levier de vitesse à gauche. Les leviers de direction fixés sur le plancher agissent, sur les freins . Le siège est placé très bas . Il y a aussi un coussin de protection de la tête et du cou, mais non visible ici
Il n'y a pas de séparation entre le compartiment équipage / moteur et le radiateur. L'un des radiateurs est placé devant le moteur .Il fait office de retour d'eau froide.
Le large capot à côté du siège équipe une version plus puissante du moteur Renault 85.
Il protège le conducteur du générateur, et du démarreur situé à l'arrière du moteur. . On peut aussi voir l’arbre d’entraînement du ventilateur, le tuyau du radiateur et l’arbre d’entraînement qui se continuent vers l’arrière
. Le tube de remplissage d'huile et le capuchon du moteur sont visibles à côté du sélecteur de vitesse, et le levier de vitesses est relié à un mécanisme avec une autre poignée qui agit sur le frein de parc. On trouve aussi les pedales au mobre de  deux pédales
Le dessin photo montre également un tableau de bord au-dessus des genoux, fixé au châssis Cette planche de bord comprend un tachymètre, un compteur de vitesse, des jauges de température d’eau et d’huile, ainsi que des commutateurs électriques de base pour le moteur.
le pilote et le chef de bord possède un siege avec protége nuque


Lorsque le vehicule route avec une remorque on trouve un repère monté sur tous les véhicules .

C’était un rectangle bleu en tôle boulonné sur la coque avec un triangle de remorquage jaune  Le marquage de remorquage en triangle n’était pas un symbole militaire, mais une exigence du code de la route français. Il pouvait tracter une remorque classique ou une remorques citerne
 

 

 

 

Notez le signal de remorque

 

 

 

 


 

 

Photoscopes 
Gepanzerte-MG-Trager Renault UE(f) Bruxelles
Gepanzerte-MG-Trager Renault UE(f) Bruxelles
Renault UE Chenillette Novion
Renault UE Chenillette (Paris)
Renault UE Chenillette (Saumur)
Renault UE Chenillette Bruxelles
Renault UE Chenillette Remorque (Bruxelles)
Renault UE Chenillette Remorque (Saumur)
Renault UE Chenillette Remorque ( Saumur)
Renault UE Chenillette Saumur

 

 

 

.

 

 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4444659
Nb de visiteurs aujourd'hui:1286
Nb de connectés:31