Rome Les Insignes Impériaux de Maxence

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 20/04/2018 à 22:41:37



Les Insignes du Pouvoir de Maxence découverts sur le Palatin en 2007

 

 

Le Site de la Découverte

 Les insignes de Maxence ont été trouvés sur les pentes nord-est du Palatin, dans une zone adjacente à la Piazza del Colosseo, au cours des fouilles menées par l'Université de Rome « ​​La Sapienza » avec la permission du ministère du Patrimoine et de la Culture.
Les recherches ont mis en évidence une séquence de couches stratigraphies et de structures qui couvrent un arc chronologique étendu à partir du VIe siècle AV JC . à l'époque contemporaine.
Le compartiment dans lequel les insignes fait partie d'un système de couloirs voûtée, parallèle et les sous-sols, qui soutiennent une terrasse comprise dans la zone palatine de la Domus Aurea, le palais construit par Néron après l'incendie de 64 Les empereurs Flaviens qui ont succèdes en 69 à Néron , on agrandi une terrasse en même temps où ils faisaient construire le Colisée et la Meta Sudans. Ce petit temple et l'enceinte qui l'entoure représentent probablement la reconstruction d'un ancien sanctuaire, également détruit en 64 Les preuves archéologiques de ce sanctuaire le plus ancien sont corroborées grâce aux textes anciens Ce devait être La curiae Veteres, attribués par les sources écrites à Romulus,tel que la décrit Tacite situe dans le pomerium (limite sacrée de la ville de Romulus). Sa fouille a livré une riche récolte de matériel archéologique remontant à l’époque des Julio Claudiens malgré les construction ultérieures comme le Temple de Vénus et Rome à l’époque d’Hadrien ou celui d’Héliogabale à l’époque Sévérienne. Cette zone ensuite ne fut plus modifiée jusqu’au début du Ve siècle après Jésus-Christ
C’est dans cet environnement urbain que la fosse contenant les insignes a été creusée

Internet


Au début du IVe siècle, elle fut recouverte par d’autre vestiges L'appartenance à un empereur semble être justifié par on contenu
Pour cela on a relié ce dépôt avec Maxence qui été battu et trouva la mort dans la bataille de Ponte Milvius de 312.

 


Entre les dernières décennies du III et le début du IVe siècle c’est un période très agitée pour Rome avec des empereurs qui exercent leur pouvoir à Rome peu de temps et souvent périssent tragiquement.
L'attribution à cet empereur-tyran a été faite car les insigne ont été enterrés dans une zone sacrée spéciale, une des plus ancienne de Rome dans une zone qui, selon la tradition écrite serait liée à à la plus haute Antiquité et à Auguste auquel Maxence voulait lier sa personne comme étant le nouveau Romulus et refondateur de l'état

 

La datation

 Les insignes ont été trouvés à l'intérieur d'une fosse dans laquelle ils avaient été cachés, creusés dans le sous-sol d'une terrasse de l'âge néronien, dans un niveau de plancher datable au début du III siècle après JC.
Cette chronologie a pu être établie par l'abondance particulière des céramiques sigillées africaines type A, un type de céramique de table produite dans le nord de la Tunisie jusqu'au IIIe siècle après JC. La datation indiquée par les matériaux céramiques est confirmée en présence d'un sesterce de Commode (180-192 d.C.).

 

La fosse a été creusée dans champs de ruine ce qui prouve que la dissimulation des insignes a du avoir lieu après le début du IIIe siècle de notre ère. Les objets avaient été placés sur deux niveaux et le sceptre avec une sphère de verre verte avait été déposé en dernier.


Plus tard, le sol fut encore élevé par une série de dépôt de terre battue
le sol le plus ancien, qui couvrait la tranchée, peut être daté du début du IVe siècle sur la base de la faible présence, de céramique déjà attestées dans les couches précédentes, mais aussi de céramique africaine sigillée type D, qui a été exportée depuis le début du IV siècle.
De plus en complément du sesterce de Commode on a trouvé aussi une pièce de monnaie de 297-298 d.C. de l'empereur Dioclétien
Le moment où les insignes ont été cachés peut donc être fixé entre la fin du IIIe siècle et le début du IVe siècle de notre ère.Le site a été définitivement abandonné au 5ème siècle et a servi de dépotoir

Description des Pièces

Les pièces en alliage de fer sont fabriquées par battage et forgeage à partir de bois massif, puis finies à froid (procédé de polissage).
Les pièces en alliage de cuivre sont fabriquées par fusion dans des moules avec la technique de la cire perdue, polies à froid et polies, la bande seulement en battant.
Les billes sont obtenues en faisant rouler une masse de verre fondu recueillie à l'extrémité d'une tige métallique plusieurs fois sur un plan.
La calcédoine est faite à partir d'un seul cristal poli, poli et foré en deux étapes.
Les pièces en bois ont probablement été réalisées en rabotant et assemblant les différents éléments, pour former des boîtes qui devaient protéger les pointes.

Les insignes se composent de 3 sceptres, 3 pointes de lance de parade et 4 pointes de porte étendards .
Les objets étaient probablement contenus dans un sac en cuir et enveloppés de soie peinte et d'autres tissus
Tous les pointes de lance étaient placées dans une caisse en bois de peuplier pour les protéger
Les Hampes n’étaient pas présentes
Compte tenu de l'absence d'attaches et de leur réalisation en fer doux, les pointes ne peuvent pas être considérées comme des armes, mais plutôt comme des objets de défilé. Elles ont été réalisées dans le même atelier.


Le Sceptre. Les deux sphères en verre clair, dont la surface était à l'origine probablement dorée, appartiennent à un sceptre à deux globes. Les deux éléments ont dû être fixés avec du mastic sur les extrémités d'une tige de bois tournée, faite en plusieurs parties jointes avec un mécanisme à vis.


Les mesures sont d'environ 90 et 180 cm.


La sphère en calcédoine bleue appartient presque certainement à un sceptre à tige conique. La tige et l'élément de couronnement devaient être en bois tournés, dorés ou peints


Le petit sceptre avec une boule de verre verte soutenue par une couronne de pétales, presque complète, faite de différents matériaux avec des effets de polychromie Le manche, probablement incrusté de bois, montre des traces d'un revêtement de feuille d'or.
Les Lances


La paire de pointes à six lames, bien qu'avec quelques différences, appartient au même type caractérisé par la couronne de pétales, semblable à celle du petit sceptre.

Dans les deux il est clair l'intention d'obtenir un effet bicolore en utilisant du fer et de l'orichalque (alliage similaire au laiton moderne). Les deux points pourraient appartenir à différents sceptres, l'une pour être utilisé à pied, l'autre à cheval, ou à la même sceptre-lance.
La pointe de fer triangulaire avec une base en forme de pelta représente probablement une variante légère - avec une tige plus mince - des barres de commande militaires, peut-être liée à des cérémonies particulières.


Pointe de Vexilla. Les deux pointes à ailettes en fer appartiennent à un insigne s à bannière rectangulaire, bien connus des sources iconographiques. Les ailettes étaient fonctionnelles à la fixation de la

 

Les deux pointes à canule en laiton se réfèrent à un type connu jusqu'à présent seulement dans les époques suivantes et dans un environnement germanique comme signe du rôle du commandement. Compte tenu de la présence des ailerons, il est plausible que les lances soient associées à des bannières de forme triangulaire allongée ou "flamme".


Les éléments décrits représentent les signes du pouvoir impérial

Ces objets ont suivi l'empereur après sa mort, leur dissimulation est un cas unique et peut être liée aux circonstances particulières de la fin de Maxence (306-312 AD), à laquelle les insignes ont été attribués.

La restauration
Les opérations ont commencé sur le site de fouille en appliquant un consolidateur à la brosse. L'état de conservation des artefacts était différent: les pièces en alliage de fer étaient déformées et endommagées et elles avaient commencé à dégrader les objets située plus bas ceux en alliage de cuivre (orichalque)
Le tissu a été relativement bien grâce aux produits issus de corrosion, qui avaient créé un environnement défavorable à la formation de moisissures et de champignons.
L'intervention de restauration c’est dont axée sur les pièces en alliage de fer, d'abord en éliminant la corrosion active puis par consolidation et additions de résine époxy chargée et colorée.
Sur les pièces en alliage de cuivre, les produits de corrosion actifs (sulfures de cuivre) ont été éliminés, puis une tentative a été faite pour récupérer et préserver les fragments de tissus adhérents, par déshydratation et consolidation.

Voir Aussi Autres Photoscopes See Also Others Walk Around
 Trésor de Maxence Petit Sceptre 314 Ap JC
Trésor de Maxence Sceptre 314 Ap JC Rome
Trésor de Maxence Lance à 6 Lames 314 Ap J
Trésor de Maxence Lance à ailettes 314 Ap
Trésor de Maxence Lance Cérémonie 314 Ap J
Labarum Constantin Rome
Les Insignes Romains

 

 

 

 

 

In hoc signo"non" vinces
In hoc signo vinces

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 


 


 


 

   


Copyright © 2003-2018 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3898649
Nb de visiteurs aujourd'hui:847
Nb de connectés:23