Rome Gladiateurs 3e partie

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 30/01/2016 à 23:41:32




Rome Gladiateurs 3e partie

Gladiateur 1e Partie
Gladiateur 2e Partie

 

Les jeux

Voila ce qu'ecrit Juvénal,dans les Satires, 10, 78-81[populus Romanus] qui dabat olim imperium, fasces, legiones, omnia, nunc se  continet atque duas tantum res anxius optat PANEM ET CIRCENSES..le peuple romain] qui distribuait autrefois pleins pouvoirs, faisceaux,légions, tout, maintenant,se se replie sur lui-même et ne s’inquiète  plus que pour les deux choses qu’il souhaite : DU PAIN ET DES JEUX.
En 2 mots tout est dit pour avoir la paix sociale les autorités vont distribuer des aides ( céréales ) ailementaires et  produire des spectacles . Le nombre de jours fériés va atteindre des hauteurs jamais inégalées depuis . Mais tout cela est fortement hierarchisé et reglementé car pour organiser ces spectacles il fallait avoir les moyens et n'importe qui ne pouvait le faire . Qui alors ? L'empereur tout d 'abord et ensuite les élites locales qui pouvaient offrir ces jeux à la plèble à la populace qui en retour pouvait voter pour eux  aux élections et qui en même temps une fois qu'elle avait le ventre plein n'avait plus  velléité pour  se révolter 



toute ressemblance avec des faits réels ne serait que pure et fortuite coïncidence !!!!


Les jeux
Comme dit dans l'introduction les jeux sont offerts par un responsable politique de la cité ce qui fait qu'à Rome, c’est l’empereur alors que dans les autres villes ce sont les élites locales comme les duumvirs ou les édiles
Ils debutent le matin par la pompa, qui est un défilé  dans la cite avec les gladiateurs en tenue d’apparat qui traversent (transire) ensuite l’arène pour saluer la présidence. Voir le paseo moderne des corridas.A cette occasion On procède après ce défilé à la probatio armorum « vérification des armes » pour montrer au public que les armes sont arma decretoria « des armes conformes au règlement », aiguisées et mortelles.Certains Empereurs étaient tres sadiques et exigeaint des armes tranchantes Pour preuve Drusus fils de Tibere donna son nom à une épée  la Drusina  Mais certains empereurs n'aimaient pas ce genre de spectacles et exigeaient que les armes soient émoussées  comme Marc Aurele . Par contre son fils Commode qui serait né des amours de Faustine et d'un Gladiateur  (Faustinam quondam, Pii filiam, Marci uxorem, cum gladiatores transire vidisset, unius ex his amore succensam, cum longa aegritudine laboraret, viro de amore confessam. ) lui revint à la norme des armes mortelles . Bon sang ne saurait mentir
Les artistes euvent alors  entrer en scene et ils sont annoncés par des sons de trompettes qui vont retentir à chaque nouveau tableau
Le spectacle commence toutjours le matin par une animation avec les bêtes

 

image028



Sous la direction de magistri (« dompteurs »), on offre à la curiosité du public des animaux venus du bout du monde,Les domatores ou magistri (« dompteurs ») présentent des animaux savants et des bestiarii ou bestuarii dirigent les combats d’animaux entre eux ou affrontent les fauves, généralement avec une lance.Parfois des condamnés sans défense livrés aux bêtes. Les matutini (« ceux qui combattent le matin ») sont des bestiaires formés dans l’une des quatre écoles de gladiateurs de Rome. Les venatores eux  sont les spécialistes de la chasse :
 


Il faut dire qu'avec les années, le massacre d’animaux exotiques prend de plus en plus d’ampleur.Sous le règne de Caligula, pour l’anniversaire de Drusilla 400 ours et le même nombre d’animaux africains furent tués. Dion Cassius, LIX, 7.L’inauguration du Colisée a vu massacrer plusieurs milliers d’animaux Dion Cassius, LXVI, 25. Hadrien lui donna un spectacle de gladiateurs pendant six jours consécutifs et fit descendre dans l’arène mille bêtes sauvages pour son anniversaire. Histoire Auguste, Hadrien, 7 et ill accorda au peuple, le jour anniversaire de sa naissance, la gratuité des jeux, et il fit tuer un si grand nombre de bêtes, qu'en une seule fois cent lions et pareil nombre de lionnes tombèrent sous le fer.  Dion Cassius, LXIX, 8.et pour finir Commo de qui  est venu à bout seul et de ses propres mains de cinq hippopotames à la fois et de deux éléphants en deux journées successives ; il a tué aussi des rhinocéros et une girafe. Dion Cassius, LXXII, 10. Ce genre de spectacles a été aboli en 526 ap. J.-C. mais il est trop tard et des espèces entières ont disparu de leur habitat d’origine : il n’y a plus d’éléphants en Afrique du Nord, de lions en Asie Mineure ni d’hippopotames en Basse-Égypte.
Ce genre de grand spectacle n'avaient lieu qu' Rome car Les petites villes n’avaient pas les moyens d’offrir de tels spectacles, et les seuls animaux livrés en pature dans les amphithéatres n 'étaient que des animaux indigènes ( sangliers, ours, chevreuils, taureaux  et aussi lièvres )
Mais faisait on des animaux tués la réponse est simple il y  avait récupération de la peau de l'ivoire de la viande comme cela se fait actuellement avec les toros

 

image087.jpg


Viennent ensuite  les exécutions  Ad Bestias où le condamné est livré désarmé aux animaux sauvagesNous avons des temoignages  archéologique avec des mosaïques d’Afrique qui nous ont conservé d’insoutenables images de cette mise en scène systématique d’exécutions capitales.
 


Par contre tous les empereurs n'etaient pas friands de ce genre de spectacles comme Marc Aurele .Pour les villes de province les animaux sauvages du cru étaient utilisés comme un bélier à Rodez
La pause Meridienne ou  Meridianum spectaculum
Vers midi, le spectacle s’interrompt : on déjeune. Les spectateurs quittent leur place pour aller acheter un en-cas dans une des buvettes installées tout autour de l’amphithéâtre Les buvettes étaient présentes dans les amphithéatres sous les voutes et certaiens l'etaient à l année  . les taverniers payaient un droit de licence à la cite Ainsi à Pompéi a été trouvé dans l amphithéatre cette inscription a[LOCVM] PERMISSV  AEDILIVM CN ANINIVS FORTV NATVS OCCVP[AVIT] CIL IV, 1096 Gnaeus Aninius Fortunatus a obtenu des édiles l’exclusivité de cet emplacement.

image007

 

 

Mais en general les spectateurs ont ammené leur panier et ne quittent pas leur siege . De plus des marchands ambulants doivent aussi passer dans les travées pour vendre Durant cette pause les spectacles continuent sur le sable de la cavea et se sont des  paegnarii qui font le spectacle, à commencer par  les andebatae : dans leurs tentatives pour esquiver les coups et tenter de frapper un adversaire, peut-être aveugle lui aussi ou au contraire très mobile, leurs gesticulations devaient paraître comiques au public romain. Parfois meme on mettait à mort des esclaves( machinistes garcons de piste ) qui avaient été responsable des couacs du spectacle du matin  
Charon passe et verifie que les personnes soient morte  en leur assenant un coup de maillet sur le front . Auparavant ils avaient été "piqués" avec un fer rouge pour voir la reaction du corps

 


il y a aussi des  châtiments corporels : dans les textes nous trouvont des témoingnages Decoctores bonorum suorum, si suae auctoritatis essent, catomidiari in amphitheatro et dimitti iussit. Ceux qui avaient dilapidé leurs biens et qui étaient pleinement responsables, il les fit fouetter dans l’amphithéâtre et libérer ensuite. Histoire Auguste, Hadrien, XVIII.
Arrive alors le Spectacle de l' Apres Midi avec les Vrais Gladiateurs
Vetus proverbium est gladiatorem in harena capere consilium: aliquid adversarii vultus, aliquid manus mota, aliquid ipsa inclinatio corporis intuentem monet. cev proverbe dit que c’est dans l’arène que le gladiateur prend sa décision : son regard sait tirer un enseignement du visage de l’adversaire, d’un mouvement de sa main, de la position même de son corps. Sénèque, Lettres à Lucilius, 22.
Le combat

 


Les paires s'affrontent sur le sable de la cavea
A l’entraînement, un gladiateur apprenait non seulement à se battre, mais aussi et surtout à bien mourir : gladiator tota pugna timidissimus iugulum adversario praestat et errantem gladium sibi attemperat un gladiateur qui s’est montré craintif pendant tout le combat présente sa gorge à son adversaire et dirige sur elle un glaive mal assuré.
Mais  il ne faut pas perdre de vue qu' à  Rome, vu le nombre d’écoles et de lanistes, les hommes qui se retrouvaient face à face dans l’arène ne se connaissaient probablement pas. Cela n'est pas vrai pour es petites villes  de province où les combats n’étaient pas aussi fréquents qu’à Rome, les vingt paires de gladiateurs que l’on voyait s’affronter appartenaient, n’en doutons pas, à la même troupe. Ces hommes qui vivaient ensemble, qui s’entraînaient ensemble avant de s’affronter dans l’arène, pouvaient nouer des liens d’amitié ou en tout cas de camaraderie au sein de la familia.
Il arrive que toute la troupe se cotise pour offrir une sépulture à l’un de ses membres tué dans l’arène.cette camaraderie  n'exclue par le risque de collusio entre gladiateurs!!!
je ne vais pas entrer dans toutes les phases du combat voyons plutot la conclusion
Le gladiateur gagne son combat Vicit

 

Merci à René Cubayne


Le vainqueur pouvait recevoir une palme ou une couronne, en récompense de combats gagnés de façon particulièrement brillante :Parfois il etait liberé et recevait un Rudus ( glaise en bois ) Il était libéré au bout de trois ans de service et qu’au bout de cinq ans, un gladiateur a le droit de prendre sa retraite
Mais pour certains le combat se deroulait mal .Il pouvait succomber à un coup direct ou il était bléssé et demandait l'arrét du combat 
La mort directe ou  Periit  Le combat pouvait se terminer par un coup mortel 


Haerebat mucro gladiumque in pectore totum « Le glaive était planté dans sa poitrine jusqu’à la garde » (Lucilius).
La blessure n’était pas mortelle et le vaincu pouvait demander l’arrêt du combat Il devait déposer son bouclier en signe de soumission et lever un doigt,

 


En principe, c'etait le vainqueur qui devait decider de son sort  « Que mon sort vous soit un avertissement. Pas de quartier pour les vaincus, quels qu'ils soient : moneo ut quis quem vicerit occidat ! » Mais à rome ou dans les grandes villes c'etait à la personne qui avait offert les jeux de décider et celui ci  avant de l'exercer lui-même, interrogeait la foule. Quand le vaincu semblait s'être énergiquement défendu, les spectateurs agitaient leurs « serviettes » (mappa), levaient un doigt en l'air et criaient : Mitte (renvoie-le). Si l'empereur se conformait à leur désir, et, comme eux, dressait son pouce, le vaincu était pardonné, renvoyé vivant de l'arène : missus.
Voici un petit florilège d 'expressions 

 

habet ! hoc habet ! : touché !

mitte ! : gracie-le !

occide ! : tue-le !

iugula ! : égorge-le !

pollicem premere : « presser le pouce contre l’index » (pour demander la grâce)

pollicem vertere : « renverser le pouce vers le bas » (pour demander la mort du vaincu)

verbera ! : frappe-le !

ure ! : brûle-le ! (au fer rouge ; ces deux cris s’adressent à l’arbitre)

quare tam timide incurrit in ferrum ? : pourquoi a-t-il si peur de se jeter sur l’épée ?

quare parum audacter occidit ? : pourquoi manque-t-il d’entrain pour tuer ?

quare parum libenter moritur ? : pourquoi meurt-il de si mauvaise grâce ?

 

 


Le gladiateur gracié était dit missus, « renvoyé », il avait reçu sa venia, « sa grâce ». Il était dit stans missus, « renvoyé debout », si la présidence et le public acceptaient qu’il abandonne le combat alors qu’il était encore physiquement apte à le poursuivre.
Par contre lsi les spectateurs jugeaient que le vaincu, par sa mollesse, avait mérité sa défaite, ils abaissaient le doigt en criant : iugula (égorge). Et l'organisateur des jeux, ordonnait,  la mise à mort du gladiateur terrassé qui n'avait plus qu'à tendre sa gorge au coup de grâce du vainqueur
Il arrive aussi qu'il y ait macht nul  Victor uterque :
Les autres personnages des spectacles se trouvent dans les coulisses avec  Vulneratus ( infirmer) et aussi les   Libitinarii 
Ce sont des croque-morts .Des garçons de piste, déguisés en Mercure ou en Charon, s’assurent que les combattants tombés sont bien morts et leur portent, s’il le faut, le coup de grâce.
Dans les grandes villes on peut assister  à des trucages  lorsque plusieurs combats se déroulaient simultanément et où l’attention de tous se focalise sur les vedettes, des arrangements  permettaient à certains gladiateurs de colludere, « truquer » et de se faire passer pour morts avec la complicité des organisateurs qui réalisent ainsi des économies intéressantes.Les cadavres sont-ils emportés hors de l’arène traînés au bout d’un croc (uncus) comme les condamnés à mort  ou sur des civieres  par la porte Libitinaire vers le destrictarium où on déshabille le cadavre.

 


 

:

 

Piur Finir Pouce  levé ou baissé
 

 

 

Le geste a été repris de nombreuses fois dans les grandes productions cinematographiques mais cela est  il vrai . Il semble tenir ses origines du fameux tableau de Gerome qui represente la fin d'un combat dans l'amphithéatre
 

Pollice verso. Gerome

C'es donc un élément de choix et stéréotypée de notre vision de l'Antiquité,  Ce fameux geste  Pollice verso, ou  pouce tourné vers le bas, par le public ou par l'éditeur des jeux, pour indiquer qu'on veut qu'un gladiateur blessé soit achevé, et son contraire, le pouce vers le haut en signe de grâce.Et on retrouvece fameux geste dans la plupart des ouvrages de vulgarisation sur la « vie quotidienne » Meme le grand historien se basant sur JUvenal  III.36 le mentionne
Mais cela est plus compliqué  car il y a plusieurs gestes dans les amphithéatres . En effet  les spectateurs sont partagés : les uns lèvent la main en signe de clémence, les autres, du pouce dirigé vers le sol (pollice uerso), réclament l'exécution du vaincu »  d'autres agitent leur mouchoir : ‘Renvoie-le !' (Mitte !), Mais ils peuventtendre le poinf et hurler: ‘Égorge-le !' (Iugula !
Alros que penser .

 

Nimes médaillon de Cavillargues

Dans le médaillon de Cavillargues decouvert en 1845 C'est un Laniste qui separe les 2 gladiateurs par contre on ne distingue pas correctement les gestes des quatre personnages de la scène du haut  qui sont surement
Le pouce tourené vers le haut ou vers le bas, ( faussement atribué à Juvénal), n'ont jamais existé dans l'antiquité. Resterait le pouce tendu vers le gladiateur qu'il s'agit d'achever
Pollice uerso ne pourrait dès lors signifier que « pouce tourné vers, tendu » dans une direction déterminée, pour désigner
Ensuite devait  intervenir les hurlement de la foule Mitte ou  Iugula 

Equipments des Gladiateurs

Petite Chronologie de la Gladiature



VIe siècle Av JC  Tarquin le superbe fait construire le Circus maximus pour que les courses de chars puissent avoir lieu
264 Av JC Première mention  d'un combat de gladiateurs à Rome. Jeux funéraires ou munus de Brutus Pera, organisés par ses fils Marcus et Decimus . Ils se déroulent  sur le Forum Boarium
216 Av JC Combat de 22 paires de gladiateurs à Rome, aux obsèques de M. Æmilius Lepidus (TITE LIVE, XXIII, 30)
206 Av JC A Carthagène, Scipion l'Africain dédie un munus à la mémoire de son père. On n'y vit que des engagés volontaires, qui ne réclamèrent aucune rétribution (TITE LIVE, XXVIII, 21)
200 av JC  Combat de  25 paires de gladiateurs à Rome, aux obsèques de M. Valerius Lævinus (TITE LIVE, XXIII, 50)
183 Av JC Combat  de 60 paires de gladiateurs, à Rome, aux obsèques de P. Licinius (TITE LIVE, XXXIX, 46).
174 Av JC Jeux donnés à Rome, en la mémoire de Flaminius  (TITE LIVE, XLI, 28) et la même année d'autres jeux sont offerts par C. Terentius Lucanus (PLINE, H.N., XXXV, 33 § 52)
105 Av JC  Date officielle du début des combats des Gladiateurs à Rome sous les consuls P. Rutilius Rufus et C. Manlius  qui  se voient officiellement mandatés par le sénat pour organiser des combats de gladiateurs.
80 Av JC  Construction à Pompéi  du plus ancien amphithéâtre en dur connu.

 

 

 


73 71Av JC  Troisième guerre servile. 90.000 esclaves révoltés conduits par le gladiateur Spartacus ravagent l'Italie.
73 Av JC  Consulat de M. Terentius Varro et C. Cassius Varus
Jules César est Pontifex Maximus et tribun militaire.
Eté 73 Av JC  Spartacus s'évade de l'école de Lentulus Batiatus à Capoue avec 74 gladiateurs et il se retranchés sur le Vésuve rejoints par 300 hommes

 

Spartacus Louvre Paris


Ils défont  3.000 hommes, du  propréteur C. Clodius Glaber.
Automne 72 AV JC Spartacus est à la tête de 60.000 hommes
Spartacus, veut quitter l'Italie avec sa troupe étant surtout composée de Celtes et de Germains.
Fin 73 Av JC Les troupes romains sont défaites
72 Av JC sous le Consulat de L. Gellius Publicola et  Cn. Cornelius Lentulus Clodianus  Pompée  défait les troupes marianistes de Sertorius en Espagne.
Rome  ferme ses frontières septentrionale et mobilise  8 légions contre Spartacus .
71 Av JC  Après avoir ravagé l'Apulie les rebelles sont écrasés et massacrés au pied du mont Garganus, dans la région de Foggia, par le consul Publicola et le propréteur Quintus Arrius.
Spartacus se réfugie dans les Abruzzes, ou il bat les légions romaines . Il  organise des jeux funèbres à la mémoire de Crixos, contraignant  des prisonniers romains à s'entre-tuer comme gladiateurs, dans des duels à mort
Il remonte ensuite  vers le Nord et arrive à Mutina (Modène) où il bat les légions du proconsul C. Cassius Longinus.
Il redescend ensuite avec 120 000 hommes vers le sud où il évite de faire le siège de Rome car il descend par la cote adriatique
Des dissensions se font jour parmi les esclaves.

 

3e Guerre Servile selon Appien 3e Guerre Servile selon Plutarque


Ayant battu à nouveau les troupes romaines il trouve sur sa route  l’homme le plus riche d'Italie, le préteur M. Licinius Crassus qui en plus des quatre légions  leve à ses frais six supplémentaires,
Il est à la tete de 50.000 hommes. Suite à la défaite de 2 légions de son légat Mummius  Crassus  frappe fort il  décime les survivants des légions .
Au début de l'été  Spartacus est à Thurium, en Calabre (Bruttium), où il fait édifier un camp retranché. Il se dirige vers la mer  ou il attend en vain une escadre de pirates  à Rhegium afin de passer en Sicile
Pendant ce temps Crassus fait exécuter d'importants travaux de circonvallation,avec le creusement d’un fossé fortifié de 55 km de long, reliant Castrovillari à Cassano,
 Spartacus est donc bloqué dans la presqu'île du Bruttium.
71 Av JC en février  Spartacus perce les lignes et se réfugie dans les montagnes de Pétélia (Strongoli), dans le Bruttium.
Aussi en ultime ressource  le Sénat  rappelle d'Espagne les légions de Pompée et de Macédoine celles de Lucullus.
Les légions réunies  sous le  commandement de Crassus écrasent sur les bords du fleuve Silarus, près de Pæstum les esclaves révoltés. Spartacus est  tué dans  cette bataille selon Appien.

Défaite et mort de Spartacus


Au printemps 5000 esclaves rebelles réchappés du champ de bataille remontent vers l'Etrurie où Pompée, retour d'Espagne, les anéantit
29 décembre 71 AV JC Pompée  obtient du Sénat le triomphe et Crassus une ovation extraordinaire. 6000 esclaves sont crucifiés  le long de la Via Appia, entre Rome et Capoue (195 km).

 


 60 Av JC  Rome écrasera définitivement, près de Thurium, les derniers survivants des hordes de Spartacus qui, après avoir pris le maquis, avaient fait jonction avec les partisans de Catilina
65 Av JC Jules César offre des combats de gladiateurs à la mémoire de son père décédé vingt ans plus tôt. Le sénat fixe un limite par sénatus-consulte du nombre de gladiateurs engagé César fait combattre 300 paires de gladiateurs
62 Av JC Q. Cæcilius Metellus Scipio offre des combats de gladiateurs à la mémoire de son père décédé.
59 Av JC  Faustus Sylla offre des combats de gladiateurs à la mémoire de son père, le dictateur, décédé en 78.

52 Av JC  Construction du premier amphithéâtre à Rome  en bois et démontable
Dans cet édifice Caius Scribonius Curion offre des combats de gladiateurs à la mémoire de son père décédé. Les auteurs anciens décrivent cet amphithéâtre
Pline (H.N., XXXVI, 14-16) parle  de lui comme l'assemblage de deux théâtres adossés, le second pivotant sur lui-même, qui se réunissent face à face pour former un cercle
45Av JC  Jules César offre des combats de gladiateurs à la mémoire de sa fille Julie, décédée dix ans plus tôt. 35 (ca) Révolte de l'esclave Selurus, en Sicile.
34 Av JC  Tibère offre des combats de gladiateurs à la mémoire de son père décédé.
22 Av JC  Auguste limite à 120 paires le nombre de gladiateurs qu'un particulier peut engager dans un munus et il interdit offrir à Rome plus de deux munera par an (DION CASSIUS, LIV, 2).
20 Av JC  Statilius Taurus érige au sud du Champ de Mars, en pierre et à ses frais, le premier amphithéâtre permanent de Rome.
6 Ap JC  Auguste offre des combats de gladiateurs à la mémoire de son gendre Agrippa décédé.
7 Ap JC Germanicus et Claude offrent des combats de gladiateurs à la mémoire de leur père décédé.
41-54 Règne de l'empereur Claude, Celui-ci organise sur  le lac Fucin, une naumachie au cours de laquelle, embarqués dans des quadrirèmes, s'opposent 19.000 condamnés à mort constitués en flottes dites des «Rhodiens» et des «Siciliens». Les abords du lac sont protégés par des radeaux montés par des prétoriens armés de balistes et chargés de s'assurer qu'il n'y ait aucun survivant à cet holocauste «à grand spectacle». C'est à cette occasion que fut prononcée la fameuse phrase - qui passe à tort pour avoir été le salut traditionnel des gladiateurs -, «Have imperator, morituri te salutant» (SUÉT., Claude, XXI).

 


64  Ap JC sous le règne de Néron, quelques gladiateurs tentent de se mutiner (Tacite., Ann., XV, 46).
80 Ap JC Inauguration par Titus de l'Amphitheatrum Flavium .

 


170-173 Ap JC Deuxième campagne de Marc Aurèle contre les Germains. Utilisation de  d’esclaves (Voluntarii), gladiateurs (Obsequentes) et brigands Dalmates et Dardaniens.
1/10/326 Première interdiction des combats de gladiateurs par l'empereur Constantin, à Bérytos.
365  Valentinien interdit que des chrétiens soient condamnés au ludus.
393 Les jeux olympiques, compétitions athlétiques survivance du paganisme, sont interdits par l'empereur chrétien Théodose Ier.
399 Fermeture des écoles impériales de gladiateurs.

 

 


404 Suite à une échauffourée dans l'amphithéâtre, l'empereur chrétien Honorius interdit définitivement les combats de gladiateurs. Ce qui ne se fera pas du jour au lendemain.Seuls resteront autorisés les venationes, opposant hommes et bêtes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

c

 

 

 

 

 

C

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3619528
Nb de visiteurs aujourd'hui:511
Nb de connectés:18