Rome Militaria Legionnaire Equipement

Article écrit par : Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 12/06/2014 à 19:20:48



ARMAMENTARIUM ROMANUM
Le legionnaire Romain Son équipement
Armée Romaine Archaique

Voir ICI Légionnaire du 1e Siecle Ap JC
 


 

 

C’est sous ce nom latin que je vais vous décrire en détail l’équipement et l’armement du Légionnaire Romain. Avec son équipement le légionnaire romain faisait partie d’une machine  de guerre qui a conquit un espace géographique énorme et varié allant des brume de la Calédonie ( Ecosse ) à la Mésopotamie et des Forêts de Germanie aux colonnes d’Hercule
La légion était une machine de guerre qui pouvait être projetée durant 1 mois sans ravitaillement extérieur et elle parcourait environ 25 kms par jour

Voilà trêve de panégyrique passons aux choses sérieuses avec la description du Soldat romain et de son équipement

CASSIDEAE et GALEAE .Les Casques

L’histoire de la typologie des casques utilisée par les Romains durant presque 1000 ans est très vaste et a donné lui à l’apparition d’une typologie de casques qui sont des modèles originels ou des mutations de modèles ayant étaient modifiées suite à  des transferts de technologie après les guerres avec divers peuples (notamment les Gaulois) . Comme on va le découvrir  avec une mini typologie on va s’apercevoir que les casques vont évoluer en fonction des retours  d’expérience ( RETEX) et qui feront l’objet d’une évolution continué et complexe  sur la base ses expériences et des exigences des militaires
Historique
 Sans remonter aux origines de Rome on peut dire que les romains vont utiliser principalement le casque à calotte de tradition étrusco-italique  ou celtique plus connue sous le nom de type Montefortino. Ce casque va prendre le pas sur les différents casques utilisés dans la péninsule  par les autres peuples (Villanoviens Grecs de Grande Grèce Peuples Italiques et surtout Etrusques

 

Bataille de Magnesie


. Il faut dirent que pour les Grecs ou les Etrusques le casque utilisé était déviré du modèle Grec comme le type Corinthien). Tous ces casques  modèle Montefortino furent utilisés du IVe au I e siècle avant JC  soit  siècle Av JC pour voir une petite évolution du casque Type Montefortino avec l’apparition du type Buggenum  et du modèle  Coolus-Mannheim, .
 

Type Buggenum (Internet ) Type Coolus Mannheim (internet) Type Haguenau (internet)


Durant la période impériale apparue au début le casque type Haguenau  qui est l’ultime évolution des casques italiques qui se distingue par le grand  couvre nuque  ,une protection accrue des  de l’arc frontal   et des protections des joues  qui épousent mieux les formes anatomiques du soldat
Les troupes auxiliaires  de leur coté  vont utiliser des  casques  en bronze  de tradition italique  ou en fer de tradition celtique .
 A ces casques   va succéder au Ie siècle  le casque dit Weisenau ou  "impérial Gaulois" . il faut aussi savoir qu’il existe une version  "impérial Italique " qui se différencie par l’absence de décoration frontale

 

Type Weisenau ou  "impérial Gaulois"


Ce casque Impérial se distingue par un  protège nuque très important incliné  et une protection accrue des oreilles mais n’ obérant pas l’audition
Durant cette période  on voit aussi apparaîtres les premiers  type casque destinés à la Cavalerie  comme les types Weiler-Guisborough

 

Type Weiler-Guisborough


Ce casque Weisenau sera utilisé jusqu’au début du III e siècle  mais on voit déjà apparaitre vers le milieu du II e siècle  un casque dit type Niederbieber qui sera utilisé tant par l’infanterie que la cavalerie  . Il se distingue des modèles  précédents  par un protection accrue  Croix en fer sur la calotte et renforts sur les pare joues et oreilles. Ce « surblindage » était déjà présent sur les modèles  tardif des casque type Weisenau.
 

type Niederbieber Casque à Masque


Le type Niederbieber   par ses  caractéristiques se rapproche beaucoup des casque qui étaient jusqu’à présent utilisés par les troupes à cheval comme le type Weiler (utilisé par les cavaliers durant out l’ Empire ),  des casque à masque de provenance inconnue  et des riches casque  de parade  et d’officier (Guisborough, Pfrondorf, Heddernheim)  des casque mixtes  de facture  danubio-sassanide  qui étaient utilisés depuis la fin des guerres Daciques  par les troupes auxiliaires
 

Type Heddernheim Type Intercisa


Ces casques là ne firent pas l’objet d’une production de masse  mais furent fabriqués en petite série
Enfin avant le fin de l’empire romain vont apparaître  des casque type Heddernheim pour la cavalerie , , Intercisa  pour l’infanterie . C’étaient des casque simples constitués de 2 semi calottes
Les casque du IVe et Ve  de type Berkasovo, Deurne, Concesti surtout utilisé par les troupes à cheval et  étaient constitués de diverses plaques rivetée ; par contre les type  Spangenhelme  étaient des casques qui étaient un peu spéciaux . En effet les plaques de métal venaient se plaquer sur une structure préexistante

 

type Berkasovo Type Spangenhelme


Petit Glossaire pour les casques
Casque : cassis ou galèa
Bouterolle supérieure du casque : conus ou apex
Cimier :  crista - cristis
Cimier transversal des centurions: crista transversa
Plume ornant le casque :  penna - pinna
Pare joue : buccula
Lacet des pare joues : habenae ou vincula
Protection en toile (feutre se portant sur le crane ) : cento
LORICAE et OCREAE Les Armures
La protection des parties vitales du corps était assurée dans les temps lointains dit archaïques par des cuirasse en lin (linothorax) ou des plaques métalliques protégeant la poitrine ou le dos

 

Linothorax Cuirasse Musclée Bilobos Plaque protection


C’étaient des plaques de facture assez simple  carrées ou rondes parfois reliées entre elles comme les  trilobos.Il en allait tout autrement chez  classes supérieures  qui pouvaient s ’équiper avec des armures de type hellénistique genre anatomique ou musclée . la cotte de maille ou lorica hamata d’origine celtique équipa touts les soldats ventre le IIe et le Ie siècle Av JC . Son usage se prolonge durant tout le Moyen Age .
A la fin du Ie siècle Av JC apparait  une cuirasse à écaille  la lorica squamata  ainsi que la Lorica segmentata ou Laminata   qui est l’armure type du Légionnaire romain ; Parfois les plaques en métal étaient remplacées par des bouts de cuir 

 

Lorica Squamata Lorica Segmentata ou Laminata Lorica Hamata Lorica Musculata


La lorica Hamata continua sa carrière surtout dans les  troupes auxiliaires
Par contre les officiers supérieurs vont utiliser la Lorica musculata . Celle ci est soit en cuir fer ou bronze
Sur tous les types de cuirasse  hormis la segmantata on trouve un élément qui sert autant de décoration que de protection ,Ce sont des bout d’étoffe ou de cuir  qui couvrent les épaule et le haut du bras . Nous trouveront la même chose sur le haut des cuisse . Ce sont les pteryges ce qui signifie aile en grec . Cet attirail est présent durant toute l’antiquité romaine .

 

Pteryges Cnémides Protection bras


Les autres parties du corps  jambes et bras peuvent être aussi protégées par des cnémides en latin Ocrae  et les bras par des protections similaires . Celles ci sont soit en métal soit en cuir  .

SCUTA : Bouclier

 

Bouclier Hoplitique Scutun Vetus Clippeus Scuta res republica Parma Scuta imperialis


La typologie des boucliers est elle aussi assez complexe car à l'image des casque nous trouverons tout au long de l’Antiquité divers types de bouclier qui souvent ont une base commune
Les formes peuvent être rectangulaire convexe ovoïde convexe , ovoïde concave sans pointe pour les légionnaire ,hexagonal ou ovale plat pour les unités de cavalerie auxiliaires , rond convexe comme la  parma ou parma equestris pour les sous officiers ou les signiferi, cornicinen
Le scutum classique du légionnaire ou  clipeius) était constitué de lattes de bois, collés avec de la colle animale et complètement recouverts de laine ou de lin, puis cuir. Souvent, les parties supérieure et inférieure étaient renforcées sur les angles par du métal
Ainsi le bouclier était protégé contre les coups d'épée, et le légionnaire pouvait poser sans crainte le bouclier au sol . Enfin le bouclier avec ses angles ferrés pouvait servir d'arme . Par contre le bouclier durant  les marches était protégé dans un étui en cuir pour le préserver de l 'humidité
car c'était une pièce somme toute assez fragile il bénéficie d'une housse de protection en toile imperméabilisée ou en cuir  le Tegimen
Cette protection durant les langues marche était ôtée lors de batailles

 

Tegimen Bouclier d' entrainement en osier


le bouclier d'entraînement était un bouclier en osier ,
Le modèle de forme ovale ou hexagonal plat de petite dimension était l'apanage de la cavalerie auxiliaire gauloise . Ce bouclier fut par la suite adopté au IVe  par l'infanterie lourde légionnaire (hastati, principes e triarii) alors  que l'infanterie légère vélites utilisera une  parma, de 90 cm di diamètre.
Les boucliers plats étaient moins résistants que les  boucliers concaves et possédaient afin de la renforcer une épine dorsale en bois ou métal  . leur taille étaient de  120-130 cm pour la période républicaine contre  100-105 cm  pour la période impériale ,
Les boucliers possède en leur centre coté externe une pièce métallique appelé Umbo qui correspond  à la poignée coté interne. Cet umbo est soit de forme toute simple ronde soit il est incorporé à la decoration métallique du bouclier qui en plus de son rôle ornemental sert aussi de renfort au bouclier

 

Umbo


Le bouclier étant une pièce somme toute assez fragile il bénéficie d'une housse de protection en toile imperméabilisée ou en cuir  le Tegimen
Cette protection durant les langues marche était ôtée lors de batailles
Vegece mentionne que le bouclier  à l’époque césarienne était décorée avec le symbole de la légion et que il possédait aussi  le symbole de la cohorte et parfois même le légionnaire inscrivait son nom à l interieur

 

Inscription


A l’époque du bas Empire suite aux modifications diverses dans la stratégie et la tactique  les Boucliers vont redevenir de forme ronde ou ovale
Poignards Glaives et Épées ( Spatha)
L'épée est l'arme qui par dessus tout désigne un guerrier  et ou un noble dans la période antique
Nous avons diverses formes d'épée ce qui peut donner lieu à un classement typologique de celles ci
L'épée utilisée par le légionnaire romain a eut diverses origines . Étrusque , italiques , gauloise ibérique
Chaque peuple avait son propre style d’épée  qui ont empruntées à d'autres peuples certains éléments Mais par dessus tout cette armée classe l'homme dans la société . Dans la société romaine le citoyen romain ayant des biens avait une épée car il devait défendre ceux ci contre tout ennemi ,alors que le prolétaire n’ayant rien n'avait as besoin  d'épée . Cette réflexion est valable pour le citoyen romain d'avant les réformes de Marius car ces reformes vont entraîner l'entrée  dans la légion des prolétaires, ainsi l'épée qui était avant un status simboli de la puissance de son propriétaire va devenir le symbole de la Puissance de Rome  avec le passage peu à, peu vers l'armée de métier

 

Gladius Bataille Cynoscephales 197 Av JC Glaive Pompéien Brtitannia 1e Ap jc


Vers  le IIIe  siècle avant JC  les légionnaires romains avaient un glaive appelé  hispaniensis d'après  Polibio Cette arme  pouvait être utilisée soit de pointe soit d'estoc . Il se rapproche dans la classification du type de Mayence (Ie siècle Av JC )
Il évoluera vers une arme mois massive  qui est le Modèle Pompéien au Ie siècle apr JC
Les épées vont évoluer au gré des RETEX ou retour d'expériences et leur spécialisation ( cavalerie ou infanterie ) A ces RETEX vont s'ajouter les apports des peuples en conflits avec Rome  ce qui induira au II e sièle Ap JC à un allongement de la lame  ce qui deviendra la spathae  ou épée

 

Spadae et Plombatae IIe siècle Ap JC


Nous trouvons aussi dans son équipement des poignards des divers types
Ceintures et Balteus

 

Cingulum Veterum et Balteus


Le ceinturon et le Batheus sont eux aussi des éléments qui désigne un légionnaire Cette élément de l'uniforme changea toujours de forme suivant la mode mais il  restera toujours un élément distinctif de la silhouette du légionnaire
Pilum Lance et Arcs

 

Javelot Pilum Lourd Pilum Léger Lance


La lance et le javelot furent les armes  les plus utilisées durant l’Antiquité car elles furent utilisées tant dans la vie civile dans la chasse  ou la défense des troupes que pour la guerre
La lance est aussi une arme peu onéreuse  et pouvant être distribuée en masse
Le Javelot servant a toucher à distance alors que la lance sert à maintenir à distance
Mais on ne peut que difficilement date ou classer ce genre d armes Il faut savoir dans le domaine militaire que la lance a une rôle principalement mais pas exclusivement de choc alors que le javelot (pilum) est une arme de jet . On sait que la lance a toujours accompagné les armées et Rome n’échappe pas ce constat alors que le javelot est introduit dans la légion  qu'au IVe siècle av J
les autres armes pouvant toucher à distance sont les flèches rarement utilisés par les légions romaines mais par les troupes auxiliaires 
Nous trouverons aussi les frondes et vers la fin de l empire les Plumbatae

 

Plumbatae (gauche)


TORMENTA
ce mot désigne les machines genre catapulte scorpion qui vont accompagner les légions durant les campagnes militaires , surtout pour les sièges mais il faut pas oublier qu'une légion avait un  parc d'artillerie d’environ 50 pièces comme des carrobalistes d'onagre et de scorpion

 

Baliste ou Scorpion et son equipe de  Ballistari Siège d Avaricum avec Vinea Turris Ambulatoria


Les Machines pouvant envoyer des projectiles comme des  javelots peuvent être classées parmi les catapultes et aussi scorpions . Par contre si elles lances des  pierres  ou des récipients se sont des Balistes  Une  autre machine est réapparue  après un oubli de 3 siècles c’est l'onagre qui est une sorte de mortier  qui deviendra au Moyen Age la  catapulte.
Certaines machines étaient mobiles ce sont les carrusbalistes sortes de pièces d'artillerie légère pouvant être rapidement mise en batterie sur le champ de bataille
On trouve aussi des machines de siège comme le bélier  ou aries  qui servait à enfoncer les portes  ou fragiliser les fortifications ? Lorsque ce Bouclier était recouvert d'une superstructure  et qu'il était mobile il devient un aries subrolatus

 
Turres Ambulatoria  Aries prensilis Catapulte  


Nous trouverons aussi des tours de siège mobiles turres ambulatoriae qui permettaient de faire passer une section à l'attaque sur les murailles ennemies
Pour toutes ces machines nous  ne possédons que peu de vestiges archéologiques . Par contre les textes et l'iconographie sont très riches en témoignage sur ces engins 

Petit lexique Machine de Siege
BALLISTA: Machine servant a envoyer des flèches
SCORPIO:  Similaire à la Baliste mais plus légère
BALLISTARI:  artilleurs
CATAPULTA:  Catapulte
ONAGER: Onagre   mais plus petit que la catapulte
CARROBALISTA: Baliste mobile
LILIA: pieux acérés plantés dans le sol
STIMULI: pièges pointe fer plantée dans sol
VINEA:  Bunker mobile servant à protéger les pionniers
MUSCULUS:  idem que le Vinea mais mobile avec portes
ARIES: bélier
ARIES PENSILIS: Bélier monté sur bâtit avec corde
TESTUDO ARIETATA: bélier mobile entièrement protégé et  protégé par peaux animaux
ARIES SUBROLATUS: Idem que le précèdent mais mobile
ARIES VERSATILIS  Bélier mobile monté sur un traineau
TEREBRA: Trépan
FALX MURARIA: Pince géante pour retirer les pierres des murailles ennemies
LUPUS:  Paire de pinces géante afin d ‘immobilier les béliers ennemis
TURRIS AMBULATORIA VEL CURULIS VEL OPPUGNATORIA: Tour de Siège mobile à 3 étages avec pont levis mobile Exostra
PLUTEUS: Protection mobile recouverte de bois et peaux de bête pour machine de siège importantes  comme tour de siège ou bélier

 

 

 

 

 

   


Copyright © 2003-2017 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:3431289
Nb de visiteurs aujourd'hui:300
Nb de connectés:14