Cassino Casinum Tomba di Ummidia Quadratilla










English Translation
Merci à Carlo Razzo pour les photographies


Historique Voir ICI
History Click HERE



 

 

 

 
Incorporé dans les murs de l'ancien Casinum le tombeau d'Ummidia Quadratilla, est celui d'une matrone romaine qui vécu au Ie  siècle de notre ère. Elle fit construire à ses frais l'amphithéâtre romain et un temple, dont il ne reste aucune trace, bien que pour certains érudits il puisse s'agir du mausolée lieu même
Pendant des siècles, on a pensé que ce monument funéraire était d'origine étrusque. La structure est une croix grecque avec des bras symétriques et une voûte parfaitement circulaire.

Le mausolée d'Ummidia Quadratilla est un sépulcre situé dans la zone archéologique de Cassino, province de Frosinone dans le Latium, et s'élève sur les pentes sud-est de Montecassino, incorporé dans les murs de l'ancienne ville de Casinum. Sa structure est en blocs carrés regidifiés avec des crochets de plomb internes. Le mausolée, situé au milieu du chemin qui va de l'amphithéâtre (également connu sous le nom de Colisée) au théâtre romain, Il a un plan en croix grecque et la partie centrale du bâtiment est couverte par un dôme tandis que les quatre bras ont un toit en voute  L'entrée du mausolée se situe dans la prolongation  de l'un des quatre bras symétriques  qui sont chacun profond de 2,75 Ici l'ouverture se situe dans le bras sud-est. La tombe a été construite avec de grands blocs carrés et parfaitement reliés sans mortier, maintenus ensemble uniquement par des pinces en fer soudées au plomb.
Au Moyen Âge, fut contruit accolé au mausolée, une église  appelée l'église du Crucifix, qui a partiellement englobé le monument. L'église a été détruite lors de la dernière guerre et ses vestiges ont été totalement effacés par la suite pour finalement restaurer le monument funéraire dans son état d'origine. En particulier la voûte du mausolée, haute de 8,50 m et parfaitement circulaire, avec 4 fenêtres correspondant aux bras qui, cependant, sont maintenant totalement ocultés.
Certains chercheurs ont émis l'hypothèse qu'il s'agit d'un temple, mais les modernes ont tendance à interpréter le monument comme une tombe noble, comme des exemples analogues de tombes romaines et surtout pour la structure de l'hypogée, accessible de l'extérieur de la ville via un dromos. Même l'hypothèse de son ascendance étrusque a été rejetée, favorisant une anticipation précurseur de mausolées similaires, beaucoup plus tardifs, comme celui de Théodoric et celui de Galla Placidia.
Sa construction remonte au 1er-2ème siècle avant JC. en effet en 1757, une plaque a été trouvée qui disait:  UMMIDIA QUADRATILLA AMPHITEATRUM ET TEMPLUM CASINATIBUS SUA PECUNIA FECIT (Ummidia Quadratilla, fille de Caio, fit construire à ses frais l'amphithéâtre et le temple des Cassinesi)
On pensa alors que le mausolée pouvait être identifié avec le "temple" mentionné dans l'inscription, car les catholiques étaient prompts à transformer un bâtiment  païen en églis
En fait, vers l'an 1000, avec les grandes craintes millénaires de la fin du monde, une église dédiée à Saint-Nicolas de Bari a été placée dans le mausolée, avec des fresques de style bénédictin, rebaptisées plus tard le Saint Crucifix, peut-être inspiré par le plan en croix du mausolée, et enrichi de décorations baroques au XVIIe siècle. Le chroniqueur cassinois Leone Ostiense (XI-XII siècle), rapporte un "templum idolorum in Castro Casino", donc un temple païen, transformé au cours du siècle. VIII, de Scauniperga, épouse de Gisulfo II, duc de Bénévent, dans l'église en l'honneur de Saint-Pierre: ce pourrait être le templum de l'inscription ancienne, clairement distinguée donc du mausolée, dédié à la place, en 1693, à San Nicola di Bari et par la suite à Notre Seigneur Crucifié.
De nos jours l'archéologue Filippo Coarelli a une opinion différente, qui, avec divers arguments, identifie la tombe comme le dépositaire des restes de Marco Terenzio Varrone: «Le dernier bâtiment que nous pouvons probablement connecter avec le grand savant est l'imposant mausolée, qui se dresse sur la terrasse sous le théâtre, et qui généralement - mais sans arguments - est attribué à Ummidia Quadratilla, la fille du premier Cassinat qui fut consul , en 40 après JC, Lucius Ummidius Durmius Quadratus, est mort dans la vieillesse, en 107 après JC (comme le rappelle Pline le Jeune)
Il ne peut appartenir qu'à une personne de grande importance, qui pour ses mérites a dû jouir d'une véritable héroïnisation ».
La thèse de Coarelli ramènerait la construction à la période varronienne  Mais cette thèse est contrzedite par des faits histotriques et par des tecniques de consttuction car Varron est mort en 27 avant JC , et il semble établi, selon des études plus récentes, que les techniques de construction de ce mausolée semblent t dater du milieu du premier siècle après JC.
Aussi il smelbe évident que c'est celui d'Ummidia Quadratilla, bienfaitrice de la ville,   Attention,il faut dire bienfaitrice et pas evergete, car à l'époque les femmes ne pouvaient pas être élues ni même voter, donc Elle a batit ces batiements par pure générosité.
Pline le Jeune, dans sa lettre à Geminus parle de la gens Ummidia vivant it principalement dans la ville. Vivre à Rome coûtait cher et seuls les plus riches pouvaient se le permettre, ou du moins s'ils vivaient dans de belles maisons


 
 
 
   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5296168
Nb de visiteurs aujourd'hui:716
Nb de connectés:51