Bacoli Piscina Mirabilis









Bacoli Piscina Mirabilis
English TranslationT
Texte Photographies tirées de ce blog

 


Historique Voir ICI
History Click HERE
 
 
Nous sommes dans la zone des Campi Flegrei, dans la municipalité de Bacoli, l'ancienne Bauli, pour nous arrêter devant une construction presque entièrement souterraine, c'est un travail gigantesque réalisé par les Romains pour alimenter en eau en autres la célèbre flotte de  Misen  Il ressemble à un temple, mais c'est un énorme réservoir, le plus grand jamais construit par des ingénieurs romains. Il a été construit à l'époque augustéenne, son objectif principal était de fournir l'eau aux  troupes et les navires de la flotte Classis Misenensis de la marine romaine, qui devint plus tard Classis Praetoria Misenensis Pia Vindex.
Il était situé sur le point le plus élevé de la butte à environ huit mètres au-dessus du niveau de la mer, sur la dernière crête rocheuse de la côte avant le  Capo Miseno, en limite nord du golfe de Naples. Le nom Piscina Mirabilis remonte à la fin du XIVe siècle, appelé "Le temple de l'eau", il semble que le nom de Mirabilis dérive de l'affirmation que Francesco Petrarca a faite lors d'une visite du bâtiment, en fait, il l'a défini: "Admirable ".
Avant  disons deux mots sur une autre magnifique œuvre de la période augustéenne: l'aqueduc qui alimentait cette gigantesque citerne. Certaines sources de l' Appennino Campano, ont été transportées dans un seul aqueduc qui alimentait en eau une grande partie
de la région de Campanie du haut de Serino, dans la province d'Avellino. Au cours de son voyage, il  alimentait fermes et agglomerations de la région d'Avellino, puis a atteint Palma Campania, en passant au dessu du Sarno, où il se divise en deux branches.
Une des branches a atteint Nola, dont un bras alimentait la ville de Pompéi en eau. Après avoir desservi de petites villes, la deuxième branche a traversé une vallée à travers un pont  vouté de briques et a ensuite continue sous terre, jusqu'à ce qu'elle alimente des villas et des fermes dans presque toute la région du Vésuve. De toute évidence, l'eau transportée n'a pas terminé son parcours ici, car elle repart coulant à nouveau sur un pont avec des arcs en briques vers vers Pomigliano d'Arco; Afragola, ici traversée, sur de grandes arches, la Via Cupa di Miano et une branche secondaire passant par Fratta Maggiore, atteint Atella; enfin, la branche principale a atteint Sant’Agnello.
Mais cela ne s'est pas terminé car  en fait, dans cette localité, l'aqueduc se diviser en deux branches, l'une a amené l'eau directement à Naples en passant par la soi-disant Porta Costantinopoli, l'autre après avoir desservie la villa de M. Licinius Lucullus arrivé dans les Champs Phlégréens, où des branches secondaires vont  approvisionner diverses villas de la région.
La branche principale quitte  les Campi Flegrei et alimentr les thermes d'Agnano et a atteint Bacoli, où elle a terminé son chemin en se deversant dans la piscine de Mirabilis. L'eau partait de trois cent trente mètres au-dessus du niveau de la mer et après avoir parcouru cent quatre kilomètres, dans un 'aqueduc qui avait une pente moyenne d'environ trois mètres et vingt-deux centimètres par kilomètre, arrive donc dans cette grande citerne.
Ce magnifique ouvrage initialement construit à huit mètres d'altitude aujourd'hui en raison des bradyseismes qui ont eu lieu au cours des siècles, n 'est plus qu'à deux mètres de haut. L'eau a enfin atteint sa destination,
 
 

La citerne, est creusée dans le tuf, à l'extérieur vous pouvez voir le toit, avec des puits et des ouvertures d'origine en forme de loup, la porte d'entrée, soutenue par trois arches, mène à l'un des deux escaliers jumeaux, l'autre et sur la le côté opposé.
 
 
L'intérieur a un plan rectangulaire, à une taille immense en fait, il mesure 65m de long, 25 mètres de large, 15e mètres de haut et a une capacité de 12000 m3, ou si vous préférez douze millions de litres. Les murs et les piliers ont été construits en briques et tuf réticulés,
Toues les parois de la citerne, aujourd'hui sans eau était recouverte d'une épaisse couche de cocciopesto étanche.
 
 
 
 
 
Les 48 piliers, à plan cruciforme, sont, disposés sur quatre rangées de douze chacun, formant ainsi cinq nefs longues et treize courtes, transversales à la première. Il est à noter que si les deux longues nefs extérieures sont couvertes par des voûtes en berceau placées longitudinalement, les trois centrales, bien qu'ayant le même type de toiture, sont placées transversalement, pour rendre la construction plus stable.

Au fond de la nef centrale, il y a la piscine limaria de vingt mètres de long, cinq mètres de large et un peu plus d'un mètre de profondeur,  utilisée pour la décantation et l'élimination des débris, ainsi que pour l'évacuation périodique de l'eau afin de permettre le nettoyage et l'entretien du réservoir, car un seul canal la reliait à l'extérieur par le bas du côté de ce réservoir.
 

Mais ici on se pose la question suivant Si en plus du conduit par lequel l'eau entrait, et celui de la piscine limaria était le seul à l'extérieur, une question se pose spontanément comment l'eau est-elle tirée?

Aucun conduit de sortie n'a été trouvé, c'est pourquoi diverses hypothèses ont été formulées sur la façon dont l'eau était prélevée, dont certaines étaient très imaginatives. L'hypothèse la plus probable, du moins selon les experts, est celle qui nécessite la présence de machines hydrauliques placées sur la terrasse qui est au-dessus des voûtes de toit, celles-ci puisaient l'eau par  des puits quadrangulaires, les mêmes,qui, servait à la ventilation et à l'éclairage de l'ensemble de l'environnement.
Une fois l'eau puisée, elle a été canalisée, probablement en souterrain, vers le port ou la ville de Miseno. A l'extérieur, près d'un mur, vous pouvez voir les restes de douze petites pièces difficiles à interpréter, peut-être qu'elles étaient utilisées par les préposés à l'entretien du réservoir et par les opérateurs des machines hydrauliques.
Cette zone est très riche en vestiges romains, il est bon de rappeler la présence d'une autre citerne appelée Cento Camerelle qui servait à alimenter les nymphaeums, les étangs à poissons, les environnements thermiques, les jardins suspendus de la Villa Marittima, il y a aussi le soi-disant Sépulcre d'Agrippina. A Baia, hameau de Bacoli, il y a donc l'un des rares sites archéologiques sous-marins que l'on peut visiter en Italie, ici on peut admirer les vestiges de la cité antique avec ses statues parfaitement conservées ... mais cela fera l'objet d'un futur article.
   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5296090
Nb de visiteurs aujourd'hui:638
Nb de connectés:52