Impression issue de Maquetland.com Le monde de la maquette | http://www.maquetland.com/article-phototheque/13917-1-limes-germanicus-rheinland-pfalz-limeswachturms-wp-1-08-rheinbrohl-auf-hottels-buchen


1 Limes Germanicus Rheinland-Pfalz Limeswachturms Wp 1-08 Rheinbrohl Auf Hottels Buchen“



Limes Germanicus Rheinland-Pfalz Limeswachturms Wp 1-8 Rheinbrohl Auf Hottels Buchen“
English Translation
Merci à Carole Raddato pour les photographies

Site Officiel


Historique Voir ICI
History Click HERE

Voir Article en Anglais de Carole Raddato

 

Article Limes sur Maquetland en français 
 

Article Limes sur Maquetland en Anglais 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur ce site nous trouvonsd deux tours en pierre et d'une tour en bois. Le site de la tour a été découvert par la Commission du Reich Limes en 1894 et fouillé sous la direction de  Georg Loeschcke et de la  Reichs-Limeskommission (RLK) . Plus d'un siècle plus tard, en 2005 et 2006, la Generaldirektion Kulturelles Erbe Rheinland-Pfalz (GDKE)  on menet trois campagnes, de fouilles puis le site a éte préservé Cela était devenu nécessaire car le site avaiet étéé gravement endommagé  par  110 années d'érosioni. Pour aggraver le tout , des fouilles clandestiness ont eu lieu depuis le début des années 1970, le site a servi de  carriere en 1974 pour la reconstruction du site de la tour Wp 1/1.

 


Sur ce site nous trouvons
1)Tour en bois
Elle est localisée sous la tour en pierre occidentale, Elle a été identifiée grace à la présence  de deux trous de poteau  dont l'un contenait encore la trace du poteau 
Elle était carrée avec une dimension de 4.25x4.25 entourée d'un fossé ininterrompu de 2,0 m à 2,4 m de large, Le fossé avait une profondeur  de 70 à 94 centimètres. Sa hauteur devait être d'environ neuf mètres.  Dans la partie supérieure du remblai, on a retrouivé de la céramique, La topur a été détruite par le feu


2Tour Ouest
C'est la plus ancienne tout et elle est en pierre  elle fut construite exactement à la place de la tour en bois après le milieu du IIe siècle après l'incendie de la tour en bois 
elle a un plan rectangulaire de 4,4 m et 4,3 m les murs était épais de 90 cm, ce qui donnait une zone intérieure  d'environ 2,5 m sur 2,5 m. La fondation s'enfoncait à  30 cm de profondeur dans le sol. Elle etait située à 7 metre en retrait de la palissade  protégée par un fossé  de 4 metres de large
Elle était construite en briques liées à du mortier d'argile / chaux,  .Ce type de construction fut utilisé plus tard pour la construction de l'autre tour Sur le côté nord-est de la tour, des traces de poteau d'un éventuel échafaudage ont pu être trouvées, qui auraient pu être utilisées soit pour la construction, soit pour l'entretien.
3 Tour Est
La tour de pierre orientale est plus récente et  elle est carrée de 4,4 m   de coté ce qui donne un interieur de 2,6 m  car les murs sont épais de  90 cm  Les fondations ont une profondeur de 0,60 m, elle était construite comme sa soeur  Comme  sa soeur on ne trouve pas de  trace de crepi
On trouve tout  autour une  rigole d'environ 30 cm de large et 20 cm de profondeur, parallèle à la maçonnerie du côté sud-est de la tour à une distance de 0,7 m, 
Passage dans le Limes

 


Dans les environs immédiats des tourq  lon trouve une trace de passage sur une longueur de 9,25 m. C 'est l'un des nombreux passages de Limes typiques des itinéraires de Limes dans le Westerwald et Taunus
Mais le passage  officiel se trouvait  à environ 100 m plus au nord-ouest, où un ancien chemin traverse le Limes. Un autre passage y est suspecté, mais n'a pas pu et ne peut pas être vérifié archéologiquement.
Cette ouverture devait être temporairr car la palissade, elle n' a pas été  ouverte
On trouve trois tranchées squi sont  interprétées comme canaux de drainage  mais cela reste floue

 


Découvertes et inscription
Le nombre de découvertes sur le site de la tour était principalement composé de céramiques ordinaires de la fin du IIe siècle avec seulement quatre fragments 
Un fragment de stéle  gravée dans la tour  est  porte quatre lignes de texte

4: [(---) L ou E]

5: [(.) Ulp (ius)]

6: [(..) sius]

7: [(Pr) aef (ectus)]

Sur la base d'analogies avec une découverte du fort de la Saalburg   laisse penser que c'est ue stèle votie à la déesse Fortuna et cela donnerait :

1: [(Deae)]

2: [(Fort)]

3: [(una) e]

4: [M (arcus) Ulp (ius)]

5: [(..) sius]

6: [(Pr) aef (ectus)]Dan

7: [(Coh VII)]

8: [Raet (orum)]

9: [V (otum) S (olvit) L (Libens) L (aetus) M (erito)]

Traduction "La déesse Fortuna (a) Marcus Ulpius (..) sius Préfet de la VII  de la Cohors VII Raetorum ., Son vœu s'est joyeusement rencontré et contre rémunération"
La Cohors VII Raetorum (equitata) était à cette époque casernée  dans le Kastell de Niederberg situé à neuf kilomètres à vol d'oiseau .
Selon
Tacite, les troupes auxiliaires ont été recrutées à deux moments différents: après la conquête de Raetia vers 15 avant JC. AD et environ 70 AD à la suite du soulèvement helvétique.
La première preuve de cette unité  carsernée dans la province de Germanie est basée sur un diplôme militaire  Honesta Missio daté de 74 après JC. Le diplôme répertorie la cohorte comme faisant partie des troupes qui étaient stationnées dans la province. D'autres diplômes, datés de 82 à 134, prouvent l'unité dans la même province (ou de 90 en
Germania Superior ). La cohorte a probablement été détruite vers 260 au fort Niederbieber