Impression issue de Maquetland.com Le monde de la maquette | http://www.maquetland.com/article-phototheque/11128-vetements-habit-feminin-orange-2017


VĂȘtements Habit FĂ©minin Orange 2017



Vêtements Habit Féminin Orange 2017
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

tiré de ce site

Les matières

Au Moyen Age, le coton est inconnu, on utilise le lin, qui est tissé plus ou moins finement selon le rang et la laine que les riches font teindre. Au XIIIe siècle, on commence à intégrer le velours et le cuir est très apprécié. Les vêtements d’hiver sont doublés de fourures, une fourure que l’on utilise aussi comme ornementation. Les nobles et les riches marchands font orner leurs vêtements de motifs brodés. Les croisades ont fait découvrir à l’Europe les matières luxueuses comme la soie largement utilisée dans les habits de fête.

Les vêtements

Jeune ou vieux, homme ou femme, les vêtements sont les mêmes. Le seigneur porte ce qu’on appelle le costume long, richement paré, coupé dans des étoffes rares et coûteuses. Le paysan quant a lui se contente d’un habit simple et solide.

Le costume des classes aisées et des nobles

La Chainse est l’équivalent de la chemise (il semblerait, tous les auteurs ne sont pas d’accord) tunique finement tissée, ses manches sont resserées aux poignets et on porte par dessus un Bliaud qui s’apparente à une roble longue porté par les deux sexes : celui de l’homme était fendu pour faciliter ses déplacements et il le recouvrait du haubert et de sa cotte de maille ; celui de la femme avait des manches longues et trainantes. Il est souvent richement orné.
Les manches de ces vêtements de dessus sont longues et évasées et trainent souvent à terre... à tel point qu’il faut y faire des noeuds pour éviter de s’y prendre les pieds
La cotte est une tunique simple commune aux deux sexes, qui se porte entre la chemise et le surcot, elle a des manches. Le surcot, porté par dessus, peut être sans manches ou non, c’est un vêtement long.
Les chausses sont destinées à couvrir les pieds et les jambes, elles sont maintenues par des liens entrecroisés jusqu’aux genoux et se portent sous des habits longs, on les attache au gippon qui disparaitra au profit du pourpoint au XIVe. Au fur et à mesure de l’évolution de l’habillement vers une mode plus courte, les chausses évoluent pour atteindre l’entrejambe, les hanches puis se rejoindre et former un caleçon fermé au XIVe siècle.
La chappe est un long manteau avec un capuchon, ce capuchon se porte parfois détaché de la chappe, il est alors rataché à une petite pèlerine et il prend le nom de chaperon.

Ce que portent les paysans.

Le costume populaire comporte invariablement une robe courte que l’on apelle la cotelle et une paire de braies que l’on rentraient dans les brodequins, pour les plus aisés une chappe avec un capuchon ou tout simplement un capuchon attaché directement à la cotelle, que l’on appelle alors un sayon. Bref, des vêtements résistants et fonctionnels qui durent souvent une vie entière.