Impression issue de Maquetland.com Le monde de la maquette | http://www.maquetland.com/article-2443-pologne-1920-1939-les-blindes-polonais


Pologne 1920 1939 les Blindés Polonais

Article fait par :Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 15/10/2020 à 23:16:11



 
Pologne  1920 1939  les Blindé Polonais
 
Après la Première Guerre mondiale, la Pologne renaît de ses cendres en tant qu'État indépendant . Ses frontières sont à l intérieur de territoires précédemment occupés par l'Allemagne, la Russie et l'Autriche.
In Memoriam A Houot

Une nouvelle armée nationale polonaise est née peu après à partir d'un noyau formé par L'Armée bleue ou Błękitna Armia, aussi appelée Armée polonaise en France  Armia Polska we Francji ou Armée Haller: Armia Hallera), qui était une brigade de soldats commandé par Józef Haller, qui combattit au sein de l'Armée française durant la 1e GM
 

L'intérêt pour les véhicules blindés est rapidement apparu, lorsque des unités de l'armée polonaise ont été envoyées pour des périodes d'entraînement avec l'armée française. 
Un régiment de chars, équipé de chars Renault FT, est arrivé en Pologne en juin 1919 et l'un de ses bataillons a pris immédiatement part à la guerre russo-polonais de 1919-20,

Cette guerre a mis en application une nouvelle forme assez différente de l'ancien type de guerre enraciné qui avait prévalu sur le front occidental.
En effet en Pologne, de petites forces mécanisées, combinant des voitures blindées avec de l'infanterie motorisée et de l'artillerie tractée par camion vont mener un nouveau genre de conflit ,

 
 
La guerre russo-polonaise a pris fin par un traité de paix en 1921, et les forces blindées polonaises ont été réorganisées selon les préceptes français avec les voitures blindées allant à la cavalerie, les chars à l’'infanterie où ils furent constitués en un régiment de chars à trois bataillons.
Entre 1923 et 1930, la plupart des activités des Polonais dans le domaine du développement de chars se sont concentrées sur des efforts continus d'amélioration du char Renault FT
. L'une des premières étapes dans cette direction a été de travailler sur le train de roulement en montant des nouvelles chenilles flexibles latéralement - conçues par S. Kardaszewicz - qui étaient composées de douze câbles en acier équipés de crampons en acier.
La vitesse fut améliorée passant à 12 km / h
 

Plus tard, il a été décidé de renforcer son armement, en le dotant d'une tourelle nouvellement conçue portant à la fois un canon de 37 mm et une mitrailleuse Browning coaxiale de 7,92 mm. D'autres remaniements visaient à augmenter la vitesse à I3 km / h.
A partir de la fin de 1924, des commissions planchent sur la construction d'un char lourd national capable de jouer un rôle de percée ainsi que sur des missions de soutien à l'infanterie. Un char léger a également été envisagé pour remplacer le Renault FT. 
Malgré l'opposition du chef de la branche d'infanterie, comme en France le département KSUS rédige un cahier des charges pour un nouveau char.
 Datée de 1925, cette spécification demandait un poids de 12 tonnes, un armement composé d'un canon d'un calibre maximum de 47 mm, complété par une mitrailleuse lourde et une mitrailleuse légère, un équipement de vision panoramique et un moteur à démarrage électrique pouvant entraîner le char. à une vitesse de 25 km / h, avec un rayon d action de 200 à 250 km.
Le feu vert a été donné est une compétition est organisée entre les sociétés polonaises SABEMS et Parowoz et une société tchèque, pour la conception d'un char appelé WB-10.
Divers modèles sophistiquées sont présentés mais les essais menés ont révélé qu'ils n'étaient pas acceptables .aussi le projet WB-10 a donc été clôt sans autre développement.
 
Le WB-10 a été le premier char conçu et construit en Pologne. C'était également l'un des seuls véhicules blindés polonais de l'entre-deux-guerres à être complètement original. En effet il n até pas inspiré par des véhicules étrangers, comme ce fut le cas avec des Tankettes TK ou du char 7 TP
Le WB-10 a été conçu comme devant être le successeur du FT. Malheureusement, le WB-10 a été un échec complet  et très peu d'informations sont  subsistent Seules  trois photos qui seraient des prototypes WB-10, quelque part près de Varsovie en 1939.
En létat actuel des connaissances
Le WB-10 était un char à roues sur chenilles. Il avait quatre roues qui pouvaient être abaissées,ou soulevées. Si le char devait faire du tout terrain, les roues seraient soulevées et le véhicule utiliserait ses chenilles.
On ne sait rien du moteur. Cependant, le concepteur Prof.Eberman a également travaillé sur des moteurs de type diesel, il est donc possible que le véhicule ait un tel moteur. Le WB-10 était probablement un char massif et lent, typique de l'époque. S'il avait effectivement des qualités amphibies, on ne sait pas s'il avait des hélices ou s'il utilisait ses chenilles pour se deplacer sur l'eau.
Les exigences du concours suggèrent qu'il était capable de s'adapter à un canon de 47 mm ou plus. Cependant, on n'en sait rien d'autre.La mitrailleuse de 13 mm est également inconnue. La mitrailleuse française Hotchkiss M1929 de 13,2 mm a été conçue des années après le WB-10.
Le calibre 13 mm n'était probablement qu'une approximation de 12,7 mm, le calibre typique des mitrailleuses anti-aériennes. La mitrailleuse de 7,9 mm était probablement la Hotchkiss wz.25 de 7,92 mm. Il s'agissait d'une mitrailleuse polonaise très répandue qui était une version améliorée de la mitrailleuse française Mle 1914.
Les prototypes auraient pu être peints en camouflage kaki - cette couleur était typique des prototypes polonais .
Donc il faut prendre tout information au sujet de ce char avec précaution jusqu'à ce que les sources sures puissent être découvertes et éclairer davantage le curieux WB-10.
 
 
En 1928, la Grande-Bretagne adopte la tankette pour deux hommes Vickers Carden-Loyd Mark VI, Sa conception vraiment exceptionnelle retient beaucoup l'attention. Ce petit véhicule blindé à chenilles pouvait être utilisé comme porte-mitrailleuse ou comme tracteur léger, et il fut vendu à l ‘export à de nombreux États étrangers sous une forme ou une autre. 
La Pologne a acheté un échantillon de Vickers-Armstrong Ltd et a rapidement produit un engin national basé sur une formule similaire. La TK 1,
 

Cet engin était un véhicule de 1,75 tonne pour 2 personnes propulsé par un moteur Ford. Il fut suivit par la TK. 2, engin plus lourds
Il fut alors accepté et fut produit en série . Il est ainsi devenu le premier véhicule blindé chenillé fabriqué en grande quantité en Pologne.
Il a été produit par l'institut public PZI, et 300 machines ont été construites à partir de 1931-32.
Cet engin se heurta sur le marché export à la tankette tchèque Skoda S-1 (MU 4 / T-1) aussi aucune commande n'a été passée pour celle-ci.
À la fin des années 20, peu de progrès avaient été accomplis dans l'acquisition de nouveaux équipements.
 Plusieurs chars étrangers, comme le KH tchèque à roues et chenilles.le français Renault FT M. 26/27 (avec chenilles Citroën-Kegresse) et le Renault NC. 1 (NC. 27) avaient fait des démonstrations en Pologne mais aucuns marchés ne furent passés
L'année 1930 est cependant marquée par un événement significatif:
La branche régiment de chars d'infanterie, les escadrons de blindés de cavalerie et les trains blindés d'artillerie sont tous réunis en une branche indépendante du service. 
Avec une nouvelle organisation interne comprenant deux régiments de chars, un groupe de voitures blindées et deux groupes de trains blindés,appelait Bron Pancerna.
 Le besoin d'un véhicule blindé plus puissant que les tankettes incapables de jouer un rôle de combat réel s’est fait sentir aussi la Pologne se tourne vers un autre produit Vickers, à savoir le char Vickers-Armstrong de six tonnes (Vickers Mark 'E'), qui allait bientôt gagner une réputation mondiale pendant une décennie entière.

 Entre 1930 et 1939, Vickers-Armstrong Ltd a vendu plus de 190 machines de ce type (chars et tracteurs) à des pays étrangers - Bolivie, Bulgarie, Chine, Finlande, Grèce, Japon, Portugal, Russie et Thaïlande (Siam) - mais la commande la plus importante est venue de Pologne avec un total de 50 (d'autres sources donnent 38) chars avec une disposition à tourelle simple ou double.Ce char de six tonnes Vickers-Armstrong était bien adaptée aux capacités technologiques de la Pologne et il était une excellent base de départ pour des développements futurs aussi le bureau de conception PZI a été chargé d'en étudier une copie autochtone
Ainsi PZI a produit le 7 TP, un char à double tourelle de 9 tonnes qui était un bon en avant important par rapport à l'original Vickers. 
"Apres le Char à doube tourelle construit à 28 exemplaire sort le char ljw  ou "jednowieżowy" (tourelle unique). Cette version a été étudiée depuis 1934 et devait être le principal type produit
Le développement d'un prototype fonctionnel a été ralenti en raison de problèmes avec la tourelle principale qui va duré jusqu'en 1936. Au moins six options ont été envisagées, notamment le «Bullet gun» tchèque de 47 mm , le 55 mm  le ZS, 47 mm  Rogla, 40 mm 7 L / 55, Vickers AT 40 mm  et un Bofors  de 37 mm  Les exigences demandaient une taille compacte, une cadence de tir élevée, la capacité de pénétrer le blindage standard pendant le temps jusqu'à 30 mm  et, surtout, la fiabilité. Après avoir éliminé les autres options, le Bofors suédois de 37 mm  a été choisi.  Les suédois vont aussi livrer la tourelle complète
Les travaux ont commencé en décembre 1935 et en novembre 1936, la première tourelle complète a été livrée. Cependant, les Polonais ont refusé ces modèles et ont commencé à développer leur propre tourelle Les changements ont affecté le stockage arrière de la tourelle et l'emplacement des batteries. La partie frontale et le masque mesuraient 15 mm et le toit avait une épaisseur de 8 à 10 mm 
En raison de ces modifications, la tourelle a été légèrement décalée vers le côté gauche. Ces tourelles comptaient également une niche arrière, servant à la fois de contrepoids et pour abriter la radio N2C RKBc, qui fut installée à l'automne 1938 sur 38 engins, destinés aux commandants de chars.
 Des trous de ventilation supplémentaires ont également été ajoutés dans le compartiment de l'équipage. Les Bofors suédois de 37 mm pouvaient pénétrer 60 mm  de blindage à 300 m , 48 mm à 500 m , 30 mm  à 1000 m  et 20 mm à 2000 m  Chaque obus pesait 700 g et était lancé à 810 m / s. La portée pratique était de 7100 mètres  avec une cadence de tir de 10 tr / min. Il emportait 80 obus  La MG coaxiale de 7,92 mm wz.30 placé dans un support blindé, était alimentée à 3960 cartouches.
Dans un premier temps, le moteur Armstrong-Siddeley du 6 tons ​​a été remplacé par un moteur diesel Saurer 6 cylindres construit sous licence développant 110 ch, ce qui faisait du 7 TP le premier char diesel au monde à atteindre le statut de production. Le blindage du 7 TP était également 4 mm plus épais que celui du 6 tons.
La production a progressé lentement, en raison de la pénurie de tourelles Bofors modifiées. Le viseur LCz-1x30, les dispositifs d'observation de périscope wz.37 et les périscopes wz.34 devaient être fournis localement. Les derniers furent livrés en février 1939. Une cinquième commande de 18 chars à tourelle unique était prévue pour mai 1939, mais à ce moment-là, les prochains chars légers plus modernes 9TP et 14TP étaient déjà en phase de développement.
 Cependant, en raison d'une situation internationale dégradée, le gouvernement polonais a ordonné, en avril 1939, la livraison de 32 autres chars 7TP avant le 30 septembre.
 De nouvelles augmentations de la capacité de production signifiaient que les plans de nouvelles commandes étaient prévus jusqu'en décembre 1939 et au début de 1940, laissant à l'armée polonaise l'espoir de prendre livraison d'au moins 282 chars.
Modifications et variantes de conception
Les Travaux sur ur une version modernisée, le 9TP a démarré en 1938 et deux versions étaient prévues. Le premier avec  un canon Bofors de 40 mm (1,57 in), et le second un canon plus puissant,
Le 9TP avait un moteur diesel Saurer CT1D / PZLInż.155, une suspension améliorée et des chenilles plus larges. Bien qu'ils n'aient jamais vu d'action, à l'été 1939, 11 9TP semblent avoir été livrés.
Le principal défaut du 7TP était ses limites pour une modernisation réussie. La conception de base avait dix ans lorsque la guerre a éclaté. Des exportations ont également été envisagées, vers l'Estonie (4 unités en 1937 - finalement refusées), la Turquie (en 1938, sous licence, mais le contrat a échoué en raison du début des hostilités), la Yougoslavie et la Grèce (36 de plus).
Cependant, son châssis était encore assez bon pour être utilisé comme base pour un moteur principal. En 1933, deux prototypes ont été construits - le S6R et le S6T. Le premier comportait un moteur avant et une traction avant, les deux prototypes avaient un diesel PZlnż.235 de 115 ch et la tourelle a été remplacée par une cabine blindée pour le conducteur et un mécanicien. Pour la production de masse, le S6R a été choisi, modifié et renommé S7R (Ciagnik Siedmiotonowy Polski - camion de 7 tonnes polonais). Jusqu'en septembre 1939, 151 des 350 tracteurs commandés ont été livrés et mis en service. Ces tracteurs étaient principalement utilisés pour transporter des mortiers Skoda de 220 mm (8,66 pouces), et 18 S7R ont été mis à la disposition de la 10e brigade de cavalerie pour le transport de chars et de tankettes sur le champ de bataille sur des plates-formes spéciales. Les unités capturées ont servi avec la Wehrmacht jusqu'à la fin de 1941.

 
 
Vers le milieu des années trente, la question de la conception des chars en Pologne était devenue un sujet très controversé avec deux écoles de pensée qui s'opposaient:
la première défendait le lancement de programmes nationaux pour la conception et la production tandis que la seconde, représentée par le chef des forces blindées lui-même, considérait cela comme une perte de temps et d'argent qui pourrait être mieux dépensée. l'achat de chars étrangers éprouvés.
En ce milieu des années vingt et cela jusqu’en 1935 la mode pour certains concepteurs de chars était la mise au point de chars à tourelles multiples, qui comptaient sur plusieurs canons et mitrailleuses pour pouvoir tirer simultanément sur différentes cibles.
Alors que l'Allemagne et le Japon ont plus ou moins étudié la formule à trois tourelles, seules la Grande-Bretagne et la Russie l'ont mis en chantier et en production avec leur A. 9 et T-28.

En 1936, la Pologne s'est également penchée sur cette formule et a élaboré son projet 20/25 TP qui pouvait être décliné en 3 versions

Le premier provenait du bureau de conception BBT appartenant au gouvernement et devait avoir un poids de 23 tonnes, un équipage de sept et un armement composé d'un canon de 40 mm (ou 75 mm) avec trois mitrailleuses, deux d'entre elles étant situées à l'avant. sous-tourelles. L'épaisseur maximale du blindage devait être de 50 mm.
Le second, prjet émane de KSUS,qui propose un char de 22 tonnes à moteur diesel, avec un équipage de six personnes, un blindage de 35 mm d'épaisseur et le même armement que pour la variante BBT.
Le troisième projet émanait de PZI qui proposait la conception d'un char diesel de 7 hommes et 25 tonnes avec un blindage pouvant être épais jusqu'à 80 mm;
Mais ce projet était déjà obsolète et l'ensemble du projet a été annulé. Cela aurait été un gaspillage d'argent et de ressources industrielles pour une Pologne plongée dans la crise financière.
Mais étonnamment, le développement du concept de tankette s'était poursuivi en Pologne au fil des ans, par étapes progressives.
 

Le TK-1 était propulsé par un moteur à refroidissement par air dérivé du Ford T de 22.5 ch avec une suspension quasi identique au modèle britannique. Son train de roulement  était composé de 2 paires de bogies à roues caoutchoutées connectés par des ressorts à lames pivotant sur un longeron du châssis. Le TK-1 avait un blindage de 3 mm seulement et pesait 1.75t. L'armement était constituée d'une mitrailleuse Hotchkiss de 7.9 mm. Le TK-1 ne sera fabriqué qu'à quelques exemplaires seulement.
La version améliorée du TK 1 est e TK-2  mazis produite  en petit série. Le TK-2 était propulsé par un moteur Ford A de 40 ch plus puissant. Le TK-2 était également équipé d'une nouvelle transmission et d'une suspension améliorée afin d'accroître les capacités tout terrain du véhicule. Après les tests effectués sur ces deux chenillettes dites Modèles 30, le Bureau d'études de l'Institut de Technologie reprit le projet et en 1930, un nouveau prototype, le Modèle 31, fut mis au point. Ce nouveau modèle sera mis en fabrication l'année suivante à l'usine de camions Ursus, sous la dénomination de Petit Char de Reconnaissance TK-3 (ou TK). Environ 300 chenillettes TK-3 furent fabriqués dans cette usine, suivis de 250 à 270 exemplaires du modèle amélioré, TKS. En tout environ 600 exemplaires de tout type seront fabriqués. Notons encore qu'en novembre 1934, l'Estonie acheta 6 exemplaires du TKS à la Pologne.

 

elle était propulsé par un moteur Polski-Fiat, le TKS avait une protection blindée capable de résister à des projectiles anti char de petit calibre,

Avec sa forme ronde il possédait un équipement optique consistant en un périscope et un télescope de visée et une suspension renforcée. Cette tankette fut mise en production en 1934, avec une commande de 390 véhicules.
Suivant la voie tracée par Vickers-Armstrong Ltd avec leur char reconnaissance Carden-Loyd étudiée en I932 ,la Pologne étudie à partir de 1934 un nouveau développement pour sa tankette
Cela devait être un petit char à tourelle appelé TKW, dont seuls quelques prototypes ont été construits .
Une version canon automoteur ultra-léger, équipé d'un canon anti-char Bofors de 37 mm monté sur la plage avant, a été conçu sur la base du TKS et est devenu le TKS-D. Un petit nombre de ces véhicules ont été construits en 1936 mais la conception a été rejetée après des essais.
 La série TK a été finalisée sous le nom de TKF; cette variante était propulsée par un moteur Polski-Fiat et portait deux mitrailleuses, dont l'une était capable de tirer contre les avions.
La seule unité polonaise à avoir utilisé des TKF était fut la 10e brigade de cavalerie motorisée (créée en 1921). Cependant, selon certaines sources, toutes les tankettes TKF ne faisaient pas partie de cette unité et certaines ont servi dans d'autres unités.
En septembre 1939, la 10e Brigade cavalerie motorisée utilisant ses tankettes contre les allemandq près de Jordanów, lors de leur marche vers Lwów (Lviv). Lorsque les Soviétiques ont également envahi la Pologne le 17 septembre, créant un nouveau front oriental, la 10e brigade de cavalerie motorisée a reçu l'ordre de se déplacer vers le sud-ouest et de traverser la frontière hongroise. Le 22 septembre, la 10e brigade de cavalerie motorisée est arrivée en Hongrie et a remis son équipement à l'armée hongroise, y compris 9 TK-3 et TKF survivants (le nombre exact de TKF est inconnu, car ils sont souvent confondus avec des TK-3). Certains TKF peuvent avoir été capturés et utilisés ar les armées allemandes et soviétiques, mais cela n'a pas été confirmé.   L'armée hongroise a utilisé les tankettes polonaises et les a ensuite fournies à l'armée croate. Par la suite, les Croates ont utilisé les tankettes contre les guérilleros yougoslaves communistes. En mars 1944, un TKF a été capturé par des soldats yougoslaves et placé plus tard au Musée militaire de Belgrade. C'est le seul TKF connu qui ait survécu à la guerre.
En 1936 également, il a été décidé d’étudier l’adaptation possible du canon danois Madsen ou du canon suisse Soleure 20 mm pour ce type de véhicule mais les essais menés avec ces armes étrangères se sont avérés mauvais et c’est une arme nationale du même calibre qui a été finalement préférée Le canon FK polonais de 20 mm était prêt en 1938 et son montage sur TK. Fut décidé en 1939 après des modifications appropriées des véhicules.
Mais il était trop tard
En essayant de trouver d'autres modèles étrangers réussis, la Pologne avait tourné son intérêt vers les États-Unis où, en 1928, J. Walter Christie a présenté son châssis de chars rapides utilisant une nouvelle suspension à ressort hélicoïdal agissant sur des bras pivotants
 
Ce char rapide Christie avait été remarqué par les États-Unis, la Russie, la Pologne et plus tard l’URSS et la Grande-Bretagne. 
Il s’ensuit une commande de neuf chars - cinq pour les États-Unis, deux pour la Russie et deux pour la Pologne - du modèle 193I nouvellement développé par la société dirigée par J.Walter Christie, US Wheel Track Layer Corporation, de Linden, New Jersey. , USA.
 Cependant, la Pologne n ‘a pu prendre livraison de ses deux échantillons qui ont ensuite été achetés par l'armée américaine pour compléter les cinq machines initialement commandées.
L'intérêt polonais pour les chars Christie devait reprendre en 1936 lorsque BBT élabora des plans pour un char rapide à roue sur chenille, mais basé sur la conception américaine en ce qui concerne le système de suspension et le train de roulement à double usage. 
La version polonaise du char Christie devait être équipé de la même tourelle Bofors et canon de 37 mm que la dernière version polonaise du char Vickers de six tonnes et être propulsée par un moteur américain La France V-I2 développant 210 ch.
 Un prototype, appelé le 10 TP, a été construit en I938 et commence ses essais Il devait à la longue équiper les quatre brigades de cavalerie mécanisée prévues dans le programme de modernisation de l'armée polonaise, établi en I936-7.
Quelque temps plus tard, un autre projet a été lancé dans le même sens mais destiné à fonctionner uniquement sur chenilles

 Ce 14 TP, voyait son blindage augmenté par à rapport de celui du 10 TP et il serait plus lourd  En ce qui concerne la vitesse maximale, celle-ci aurait été considérablement réduite par rapport au 10 TP qui pouvait rouler sur roues à une vitesse de 75 km / h.

 
Le TP 14
Dès 1936-1937, les travaux ont commencé sur un char Cruiser a train chenillé pur ,  du recevra le nom de baptème de 14TP. Grâce à l'élimination d'un engrenage compliqué entraînant les roues arrière et aux systèmes de direction des roues avant et de relèvement de la deuxième paire, du poids et de l'espace pourront être économisés. Cela a permis à d'augmenter l'épaisseur du blindage et la capacité des réservoirs de carburant Cette voir avaie été suivi par les Soviétiques, qui ont développé la famille BT hybride roue-chenille en A-20, puis en T-34
Le nouveau char été pret sur la plance à dessin au début de 1938. L'atelier expérimental commença à travailler sur un prototype et à la fin de 1938, environ 60% des pièces étaient prêtes. L'achèvement du prototype était prévu pour mars 1939, mais malheureusement, les travaux supplémentaires ont été interrompus par l'absence d'un moteur approprié. Le moteur américain La France utilisé dans le 10TP a été jugé trop faible, et le moteur polonais de 300 à 400 ch n'était qu'en développement. Aussi les Polonais vont tse rabattre sur le moteur Maybach HL108 de 300 ch  et essayé d'acheter 1 ou 2 exemplaires. L'idée d'acheter un moteur en Allemagne nazie juste avant la guerre était sûrement trop optimiste et, malgré les tentatives d'achat via la Suède, l'accord n'a probablement pas été finalisé suite à la déclaration de guerre.
Le sort de ce prototype inachevé n'est pas connu, il a probablement été capturé par les Allemands. Malheureusement, il n'y a pas de photos ni de documentation de ce véhicule et son aspect final ainsi que ses caractéristiques ne sont pas connus avec certitude. 
Les premiers rapports, de janvier 1939, montraient une machine similaire au 10TP, ce qui serait le plus logique. D'autre part, les services de renseignement allemands ont  réussi à se  procurer un croquis de dun char appelé T 39, montrant une machine à profil bas avec 5 paires de roues de type Chritie et une tourelle différente. 

Cet engin n avait  rien de commun avec le 14TP.
Le 14TP avait probablement un glacis incliné contrairement au chars Aallemands ou Britanniques de l 'époque  et aussi au  10TP. Au cours du développement ultérieur, le char devait être équipé d'un canon antichar polonais de 47 mm nouvellement développé et de mitrailleuses refroidies par air . Le point failbe du galdis su TP 10 avec sa grosse rotule disparaittrait. Le conducteur aurait à sa dispositiont probablement un périscope réversible pour améliorer sa vision.
Les caractéristiques prévues du 14 TP étaient:
Poids: 14 t
Équipage:4Armement: canon Bofors 37 mm wz.37 et deux mitrailleuses 7,92 mm wz.30 (à remplacer par un pistolet AT 47 mm et des mitrailleuses modèle C refroidies par air)
Armure (de plaques laminées soudées): 35-50 mm.
Vitesse: 50 km / h
Poids puissance: 21,4 ch
 Cet échec dans le domaine des chars ne se serait pas produit si le développement d'un char Christie de fabrication polonaise avait commencé dès 1932-3, sur la base de la machine 193I .
Alors que la production du modèle à double tourelle modifiée 7 TP progressait lentement, il a été décidé d'introduire une nouvelle version a une seule tourelle équipé d’un canon Bofors qui fabrique aussi la tourelle
Cette variante est apparue en 1937, mais la production a été limitée par les difficultés de fabrication de plaques de blindage et d'approvisionnement des tourelles de Suède.
 Par la suite, en 1939, on s’aperçoit que son blindage est inadaptée ce qui amène PZI à faire évoluer une variante plus lourde avec un moteur amélioré, un blindage soudé épaissi jusqu'à 40 mm à l'avant, une suspension renforcée, des chenilles plus larges et une tourelle avec un porte-à-faux arrière pouvant accueillir les deux. postes radio émetteurs et récepteurs.
Ce 7 TP sur-blindé, pèse désormais 11 tonnes, mais il ne fut possible d’aller au-delà du prototype et de l'étape de pré-production.
Pendant ce temps, d'autres chars étaient en cours de développement au bureau d'études PZI sous la forme de deux chars ultra légers qui ont vu le jour sur une base commune, à savoir le Pzlnz. 130 et le Pzlnz. 140.
Le premier était une variante spécifiquement développée comme char amphibie et était par conséquent équipé d'un gouvernail et d'une hélice tripale pour la direction et la propulsion dans l'eau. 
Les prototypes des deux modèles ont été construits en 1936-37, en utilisant le même Moteur de 425 6 cylindres.Ces
véhicules blindés conçu par la Pologne appartenaient à une famille de véhicules à chenilles modernes, développés par Edward Habich à la fin des années 1930, qui comprenait également un char léger de reconnaissance PZInż.140 (4TP) , un tracteur d'artillerie PZInż.152 et un chasseur de chars PZInż.160 , tous utilisant un châssis.commun
Ils trouvent leur origine dans les travaux de designers britanniques John Carden  et Vivian Loyd. Travaillant pour Vickers-Armstrongs, ils ont conçu de nombreux chars légers à succès, qui ont été exportés dans de nombreux pays et ont influencé de nombreux autres modèles dans le monde. 
À partir de 1928, ils développaient une ligne de chars légers pour l'armée britannique et des chars légers similaires destinés à l'exportation (Vickers Carden-Loyd 4 tonnes  En 1929, ils ont conçu le Vickers Carden-Loyd Amphibian Tank. Celui ci conserve les caractéristiques des chars légers de 4 tonnes, comme une suspension jumelée de type bogey avec deux roues par bogey, suspendue sur des ressorts à lames, un moteur placé dans la partie droite de la coque, deux hommes d'équipage et une tourelle rotative manuellement Le nouveau design a introduit une coque étanche en forme de ponton et des garde-boue servant de flotteurs. Dans l'eau, il était entraîné par une hélice et dirigé avec un gouvernail Il s'agissait du premier modèle de char amphibie réussi au monde et du premier produit en série. L'armée britannique n'a finalement pas commandé ce char, malgré les essais de deux prototypes A4E11 et A4E12, mais de petites séries ont été construites pour la Chine (29), l'Union soviétique (8), le Siam (2), les Pays-Bas (2 pour les Néerlandais) Indes orientales) et au Japon. Son influence sur d'autres designs était encore plus grande.
Le Char Leger 
 
 
 
 
 
L' histoire du char de reconnaissance léger polonais 4TP , également connu sous sa désignation d'usine PZInż.140 , est liée aux conceptions de designers britanniques bien connus, JV Carden et V. Loyd. Travaillant pour Vickers-Armstrong, ils ont conçu de nombreux chars légers à succès , qui ont été exportés dans de nombreux pays et ont influencé de nombreux autres modèles dans le monde. À partir de 1928, ils développent une ligne de chars légers pour l'armée britannique (Mk I - Mk IV) et des chars similaires destinés à l'exportation. Les principales caractéristiques de ces conceptions étaient: une suspension jumelée de type bogey avec deux roues par bogey, suspendue sur des ressorts à lames ou des ressorts hélicoïdaux; un moteur placé dans la partie droite d'une coque; deux hommes d'équipage et une tourelle tournante, généralement armés d'une mitrailleuse. Une variante d'exportation, le char léger commercial Vickers Carden-Loyd 4 tonnes, a été développé en modèles: M1933, M1934, M1935, M1936 et M1937 (ce dernier était armé d'un canon 4 pdr 40 mm, construit pour la Lettonie). Ils ont été exportés vers de nombreux pays, principalement: la Belgique (comme T.15), les Pays-Bas (pour les Indes néerlandaises), la Lituanie, la Lettonie, le Siam, l'Argentine, la Suisse. Ils ont également servi de base pour le Vickers Carden-Loyd Amphibian Tank  et plusieurs tracteurs d'artillerie. Les derniers chars légers britanniques de la conception Carden-Loyd étaient Mk V et Mk VI, avec un équipage de 3 hommes.
Jusque là les seuls chars légers produits en Pologne au début des années 1930 étaient des Tankettes TK et TKS inspirées également de la tankette Carden-Loyd, mais un programme de développement d'armes blindées prévoyait la construction d'un char de reconnaissance léger avec une tourelle rotative et un armement plus puissant. Il était destiné à remplacer les tankettes à l'avenir. C'est pourquoi en septembre 1932, le char léger de 4 tonnes, l'Amphibian Tank et un tracteur d'artillerie de Carden-Loyd ont été conception Polonais. Après un échec d'achat dee demonstateur  faute de fonds  en mai 1933, il a été décidé de développer en 1935 des chars similaires en Pologne, en se basant sur une spécification élaborée le PZInz  usine d 'état apres les echecs des projets éléborés part  le BBT BP (le Centre d'Essais des Armes Blindées).  La famille de Chars  légers fut  étudiés sous les ordres du chef du PZInż. Section des études, ingénieur Edward Habich.
 
 
Le nouvel char léger de reconnaissance PZInż.140 fut prêt le 16 décembre 1936. Malgrét une inspiration tirée du Carden-Loyd, le nouveau design était entièrement polonais. Il a utilisé certaines des idées les plus récentes au monde, comme une suspension à barre de torsion moderne, ainsi que des inventions polonaises, comme des périscopes réversibles. Le moteur était également de conception polonaise.Cela fut rep^ris sur le char amphibie 
En janvier 1937, un plan de développement des armes blindées pour 1937-1942 ans prévoyait le remplacement des tankettes par le nouveau char de reconnaissance léger, qui reçut la désignation 4TP de l'armée. Le programme prévoyait de produire 480 de ces chars pour 18 compagnies de chars de reconnaissance dans des divisions d'infanterie et dans 4 unités dites motorisées (OM, Oddział Motorowy , anciennes brigades motorisées). Ces derniers devaient inclure une compagnie de 4TP et une de 10 TP .
 
 
Un prototype du char de reconnaissance est remis à l'armée le 15 août 1937. Début novembre, elle participe à un essai dénommé "Automne 1937", sur un parcours de 1861 km. D'autres prototypes ont également été testés durant cet essai, entre autres le char amphibie et le tracteur PZInż.152, tous deux partageant le même châssis.
Le char se révèle fiable d'un entretien simple. Après les tests, il a été renvoyé en usine pour remise à niveau et recevoir des améliorations. Les essais se sont poursuivis en 1938. En juin / juillet, le 4TP a été testé avec un prototype de canont automatique de 20 mm wz 38 FK-A Un comité d'experts évalue le char  comme étant une conception moderne et réussie, apte à une production en série après quelques améliorations mineures. Le principal sujet d'amélioration était la suspension. 
son seul defaut atait la souplesse de sa suspension rendant impossible un tir efficace en mouvement. Les matériaux utilisés pour la construction de la suspension prototype avaient également une durée de vie trop faible, ce qui a provoqué, tout d'abord, la rupture des rouleaux de retour. La commission a également émis des réserves quant à une boîte de vitesses. Cependant, tous ces inconvénients étaient causés par les matériaux utilisés dans le prototype et étaient faciles à éliminer dans une production en série.
Les derniers essais du prototype PZInż.140 ont eu lieu en mai 1939. Il a parcouru 4300 km  au total, sans aucune défaillance grave. Le char n'a cependant pas été commandé pour une production. Entre-temps, l'état-major polonais a conclu que lorsque le char entre en service, sa conception ne répondrait pas aux exigences d'un futur champ de bataille
Cette conclusion a été émise, entre autres, par l'analyse des escarmouches de chars pendant la guerre civile espagnole Il a été établi  que dans le futur la  reconnaissance de combat devrait être une tâche de chars légers mieux armés et blindés de classe 7TP. Certaines publications affirment que la production du 4TP devait de toute façon démarrer en 1940, mais c'est douteux.
Description
Le char ne recu son armement qu'en juin 1938
avec un canon automatique polonais de 20 mm wz.38 FK-A  Ce char devait aussit être armé  avec une mitrailleuse de 7,92 mm wz.30 refroidie à l'eau .Il pouvait embarquer de 200 ou 250 obus pour le canon et de 2 500 balles MG. La tourelle a été calquée sur la tourelle conçue par Bofors du char 7TP , mais elle était plus petite. Il avait également une trappe dans une paroi arrière, comme le premier modèle non accepté de tourelle 7TP.
Si le char n pas recu son armement avec  canon  de 37 mm wz.37 c'est que  le montage d'une tourelle identique au7 TP s'est avéré impossible, tiout comme le montage de toute autre tourelle pour deux hommes nouvellement conçue, en raison de leur diamètre
Aussi , E. Habich a travaillé sur la conception d'un char modifié 4TP, désigné comme PZInż.180, équipé d'une plus grande tourelle pour un seul homme. La tourelle du PZInż.180 avait la forme d'un prisme tronqué et était équipée d'un canon de 37 mm. Cependant, il fut bientôt correctement reconnu que le commandant serait surchargé de travail comme dans les chars français  et de plus cerise sur le gateau le canon devrait être fortement modifié pour s'adapter à cette tourelle plus petite.
Aussi le canon de 37 mm sera utilisé sur  le chasseur de char à profil bas PZInz 160 utilisant  le même châssi mais qui restera projet  raison du déclenchement de la guerre. Une idée d'armer 4TP avec un lance-flammes a également été envisagée, mais elle n'a pas été poursuivie également.


Sa motorisation était assurée par un Moteur - PZInż.425: essence, 4 temps, V8 d'une puissance: 95 CV à 3600 tr / min, cylindrée: 3880 cm³, refroidi par eau, Il a été envisagé de remplacer ce moteur par PZInż.725 - essence, 4 temps, 6 cylindres en ligne, 5180 cm³, 100-120 CV. Selon certaines informations, un tel moteur a été installé en 1938 ou 1939.
Son réservoir de carburant  situé à l'arrière,avait une capacité d'environ 300 l. Sa boîte de vitesses mécanique, avait 4 vitesses avant, 1 marche arrière
Son train de roulement avait, quatre roues simples, bordées de caoutchouc, bloquées en bogey par deux. Les roues étaient suspendues à des bras de suspension individuels, suspendus par des barres de torsion. Chaque paire de roues dans un bogey avait un amortisseur hydraulique horizontal. On trouve deux rouleaux de retour de chaque côté. Les chenilles sont métalliques à une seule broche, à deux éperons, chacune composée de 87 maillons,
La coque : possède un blindage en plaques laminées rivetées:- coque: avant - 8-17 mm, côtés - 13 mm, arrière - 10-13 mm, bas - 4-8 mm, haut - 5 mm;- tourelle: avant et côtés: 13 mm, haut - 5-6 mm.
Par contre  le prototype était en acier ordinaire
Le compartiment équipage était à gauche, le compartiment moteur à droite. L'équipage était de deux: un chauffeur et un commandant / tireur. Le siège du conducteur était devant le compartiment de l'équipage, à sa droite il y avait la transmission. A l 'avant le conducteur, il y avait une trappe en une partie, qui pouvait être abaissée sur la plaque de blindage avant. La trappe avait un petit port de vision ouvert, avec une fente de vision.
 Le conducteur avait également un périscope réversible moderne, de conception polonaise inventée par Rudolf Gundlach. Au-dessus du compartiment de l'équipage, il y avait une tourelle pour un homme, décalée vers la gauche, avec le siège du commandant à l'intérieur. La tourelle avait une porte à deux vantaux dans la paroi arrière et une trappe sur le toit. Il devait également être équipé d'un périscope réversible. La traversée de la tourelle était manuelle. Les chars de série devaient être équipés d'une radio.
Le prototype était probablement peint tout en brun-vert. Les chars de série devaient être peints dans un schéma de camouflage standard de trois couleurs: sable grisâtre et brun foncé (sépia) sur brun-vert (couleur de base). Les patchs étaient à l'aérographe, avec des transitions douces, les formes étaient principalement horizontales. L'intérieur a été peint dans le sable

 
Le Char Amphibie  PZInż.130
 

En septembre 1932, le char amphibie Vickers Carden-Loyd a été présenté en Pologne, avec le char léger Carden-Loyd de 4 tonnes et un tracteur d'artillerie. Le 8 octobre, le char amphibie a fait une démonstration sur la Vistule à Modlin. En conséquence, en mai 1933, le chef du département d'approvisionnement des ingénieurs, le colonel Tadeusz Kossakowski, proposa d'acheter un char amphibien Carden-Loyd, ainsi que cinq chars légers de 4 tonnes, dans un but d'évaluation et de recherche, mais par maque de liquidités cela ne s'est pas fait en contrepartie, il a été décidé de développer des chars similaires en Pologne, en se basant sur une spécification donnée par le BBT BP (Technical Testing Bureau of the Armored Weapons). Une tâche de conception d'un char amphibie et d'un char de reconnaissance de 4 tonnes, partageant les mêmes composants, a été confiée au PZInż  La zone de rtest se trouve actuellement en Bilarussie  était une vaste terre pleine de marécages, de rivières et de lacs, et manquant de routes, où l'utilisation de chars normaux était presque impossible.
Développement
Le principal concepteur des deux chars était le chef du PZInż. Section des études, ingénieur Edward Habich. Le design et la documentation du char amphibie étaient prêts à l'automne 1936. Mis à part une inspiration générale par la disposition et les caractéristiques du Carden-Loyd, le nouveau design était entièrement polonais. Il a utilisé certaines des idées les plus récentes au monde, comme une suspension moderne sur des barres de torsion ainsi que des innovations polonaises, comme un périscope réversible  qui permettait une observation complète inventée par Rudolf Gundlach . Le moteur était également de construction polonaise. Le char amphibie avait la même disposition que le char 4TP PZInz 140, avec de nombreux composants communs, comme le moteur, la transmission et la suspension. Les roues et les chenilles étaient plus légères afin d'améliorer le flottement. Une coque étanche avait une forme adaptée pour flotter; les garde-boue étaient des flotteurs remplis de liège pour une meilleure stabilité sur l'eau. Sous une section de coque arrière, il y avait une hélice protégée par un carénage qui faisait office de gouvernail, comme dans le char britannique. Dans une conception initiale, le moteur était placé transversalement à l'arrière, mais finalement il était placé sur la droite.
Le prototype de char amphibie, qui a reçu la désignation d'usine PZInż.130 , a été achevé à l'été 1937. Après de courts essais en usine, le 15 août 1937, il a été remis à l'armée pour évaluation, avec le char léger 4TPZIn 1401 . Lors des essais à Beniaminowo, le 2 octobre, le char a montré ses amphibies . À partir du 5 novembre, il a participé à un essai intitulé "Automne 1937", sur un parcours de 1861 km, sur les territoires du sud-est polonais, en terrain difficile D'autres prototypes ont également été testés dans  le cadre de ces essais, entre autres le char léger 4TP et le tracteur PZInż.152. 
Les tests amphibies ont été réussis  Le char avait un bon rapport poids / puissance, il était rapide et il roulait très bien hors route et sur terrain marécageux. Il a prouvé une grande fiabilité et sa maintenance a été facile. Après les tests il il a été renvoyé en usine popur  faire des réparations et améliorations. Les essais n'ont révélé que quelques défauts de boîte de vitesses et de pompes à eau, ainsi que la mauvaise qualité des rouleaux de retour et des chenilles. Une suspension trop souple  provoque un balan et rend impossible un tir relativement efficace en mouvement. Cependant, tous ces défauts étaient insignifiants et faciles à éliminer.
Les derniers essais du prototype ont été réalisés en mai 1939.sans panne majeure Mais entre-temps,  l'état-major principal polonais abandonna l'idée d'un char amphibie, annulant ainsi le programme PZInż.130  de même que le  programme du char léger 4TP
. Malgré le succès de la conception d'un char amphibie léger moderne, c'était une bonne décision, car un tel char spécial n'était pas nécessaire pour les forces polonaises, manquant toujours de fonds. Son blindage mince serait vulnérable à la plupart des moyens antichars, sans possibilité de grande amélioration dans ce domaine en raison des limites de poids. 
D'un autre côté, ses capacités de char amphibie seraient rarement utiles, d'autant plus que le principal agresseur semblait être l'Allemagne nazie. Dans l'ensemble, le PZInż.130 est resté l'un des véhicules blindés polonais les plus intéressants
Le prototype a été envoyé à l'atelier expérimental d'Ursus. Il ne pouvait pas être utilisé au combat en 1939, car il n'était pas armé et peut-être pas correctement blindé. Une photo confirme qu'il  a été capturée par les Allemands à Ursus mais son destin  final n'est cependant pas connu.

 
Les deux modèles ont été testés à l'automne 1937 et se sont montrés prometteurs mais ont également révélé des défauts tels que la surcharge de la suspension et, pour le Prlnz. 130, une instabilité latérale lors des franchissements humides Autre problème il était évident que ces chars ultra-légers seraient totalement inadaptés au combat car trop peu blindés et trop légèrement armés.
 
En conséquence, aucune suite ne sera donnée et le sort final des deux prototypes est inconnu. Deux projets de canons automoteurs, conçus dans le même esprit, ont également été abandonnés
Description
La coque: est en possède un blindage. riveté Le compartiment de l'équipage se trouvait du côté gauche, le compartiment moteur du côté droit de la coque. L'équipage était composé de deux: conducteur et commandant-tireur. Le siège du conducteur était devant le compartiment de l'équipage, à sa droite il y avait une transmission. Avant le conducteur, il y avait une trappe en une partie (plus petite que dans 4TP, car une plaque de blindage avant supérieure était plus proche de l'horizontale). La trappe pourrait être abaissée sur la plaque de blindage avant supérieure. 
La trappe avait un petit port de vision ouvrable, avec une fente de vision et probablement un périscope. Le conducteur avait également un périscope réversible moderne au-dessus de sa tête. Au-dessus du compartiment de l'équipage, il y avait une tourelle pour un homme, décalée vers la gauche, avec le siège du commandant. La tourelle avait une porte à deux vantaux dans la paroi arrière et une trappe sur le toit, couvrant également les fentes de ventilation. La tourelle etait mue  manuellement. Le char ne devait probablement pas être équipé d'une radio.
Son Moteur était  un  PZInż.425: essence, 4 temps, V8, puissance: 95 CV à 3600 tr / min, cylindrée: 3880 cm³, refroidi par eau Son réservoir de carburant  à l'arrière avait une capacité d'environ 210 l
Il avait une boîte de vitesses mécanique, 4 vitesses avant, 1 marche arrière L'hélice à 3 pales était entraînée indépendamment des chenilles. Les chenilles pouvaient également fonctionner avec l'hélice, ce qui facilitait la montée et la sortie de l'eau et les déplacements dans une eau peu profonde. La direction dans l'eau était assurée par le carénnage de l'hélice à anneau mobile.
Sa suspension  etait de type bogey. son train de roulement etait composé de quatre roues simples, bordées de caoutchouc, bloquées par deux en bogeys. Les roues étaient suspendues à des bras de suspension individuels, suspendus par des barres de torsion ou des tubes de torsion. Chaque paire de roues d'un bogey avait un amortisseur hydraulique horizontal. Il y avait deux rouleaux de retour de chaque côté. Les chenille sont s métalliques à une seule broche et à deux éperons, chacune composée de 76 maillons. Les maillons de voie avaient des trous pour l'allégement du poids.
Camouflage
Le prototype était probablement peint tout en brun-vert. Les chars de série seraient peints dans un schéma de camouflage standard de trois couleurs: sable grisâtre et brun foncé (sépia) sur brun-vert (couleur de base). Les patchs étaient à l'aérographe, avec des transitions douces, les formes étaient principalement horizontales. L'intérieur a été peint en sable
 
Avec la crise politique survenue entre la Pologne et l'Allemagne à propos de la question de Dantzig, il est devenu vital de terminer le programme de mécanisation du milieu des années trente.
 En 1937, deux régiments de cavalerie à cheval avaient déjà été convertis sur papier en unités motorisées, et la 10e brigade de cavalerie motorisée avait été créée. 
S’ensuit la création d’une deuxième grande unité de ce type. La formation de huit bataillons de chars indépendants a également été envisagée, mais si le point faible des brigades motorisées était le manque de chars appropriés, il n'y avait pas du tout de chars pour les bataillons indépendants.
 En guise de mesure provisoire jusqu'à ce qu'une gamme de nouveaux chars puisse être produite, le ministère polonais de l'armement décida de dépenser un prêt militaire français accordé en 1936 pour l'achat, entre autres équipements militaires, du complément de deux bataillons de chars.
Aussi au moment de l’attaque allemande la Pologne comptait 169 chars 7 TP, 50 chars Vickers Six tonnes, 53 chars Renault R-35, 67 chars Renault FT, 693 tankettes TK et TKS et 100 voitures blindées.
 
 

 Bien sûr, le Bron Pancerna était largement dépassé en nombre par les troupes allemandes qui vont aligner pas moins de 3195 chars (1445 PzKpfw. I, 1226 PzKpfw.II, 98 PzKpfw. III, 2II PzKpfw.IV et 2I5 PzBfw), complétés par un certain nombre d'anciens chars  35 (t) et  38 (t), organisé en 6 Panzer Divisions et 4 divisions légères.
 La fameuse tactique Blitzkrieg - combinant une attaque blindée sur un endroit et des actions de débordements avec des bombardements aériens en piqué a été utilisée pour la première fois et a complètement anéantie les armées polonaises en trois semaines.
Mais cette campagne de septembre 1939 n’a pas mis fin aux forces blindées polonaises. De nombreux soldats polonais ayant fui en France, une «brigade polonaise», avec deux bataillons de chars R-35, fut crééeà partir d'avril 1940.
 Ils vont combattre vaillamment lors de la campagne de Français
Apres la défaite de la France nombre d'entre eux furent, une fois de plus, évacués vers l'Angleterre. Ils ont formé, via une brigade de chars de l'armée et une 10e brigade de cavalerie noyau d'une division blindée qui est créée au printemps 1942, avec les chars Covenanter puis Crusader III, puis avec les chars Cromwell et Sherman,
Cette 1ère division blindée polonaise libre a combattu en Normandie, en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. 
Une autre brigade blindée polonaise, formée en 1943 à partir de polonais prisonniers en URSS et rapatrié en Occident sera engagée sur le front italien et deviendra la 2e division blindée polonaise. Les deux unités ont été démobilisées après la guerre
Des troupes polonaises équipées et armées par les Soviétiques vont aussi combattre sur le front de l’Est .
J arrête ici pour ne pas partir dans l’histoire mouvementée de ce Pays qui va se trouver au-delà du Rideau de Fer Cela est une autre histoire.
 
Camouflage
Camouflage précoce
Entre 1932 et 1936, les véhicules blindés polonais ont utilisé un schéma de camouflage précoce, communément appelé: "le camouflage japonais" en Pologne. Les références n'ont pas été retrouvées dans les archives à ce jour, il y a donc quelques doutes concernant les couleurs utilisées.
Selon les recherches les plus récentes, basées sur l'examen des véhicules survivants dans les musées, il s'agissait de grandes taches irrégulières de sable jaunâtre , vert olive et bleu-gris clair , séparées par de fines rayures noires; bleu-gris étant la nuance la plus claireLes publications traditionnelles citaient généralement la couleur brun foncé au lieu du bleu-gris et considéraient le sable comme la nuance la plus claire  Il y avait un modèle standard de camouflage en départ d 'usine, mais de nombreux chars présentaient des motifs différents ou avaient certaines couleurs inversées  L'intérieur était bleu-gris, les surfaces intérieures des écoutilles étaient camouflées
vant l'introduction du camouflage «japonais», cinq TK-3 «en fer» de la première série ont été peints expérimentalement en noir et blanc, cinq en bleu-gris dans l'ensemble et cinq en jaune et vert  .
Camouflage tardif
À partir de 1936, un nouveau schéma de camouflage standard à trois couleurs a été introduit pour tous les véhicules militaires polonais. Il se composait de taches irrégulières de sable grisâtre et de brun foncé (sépia) à l'aérographe sur une couleur de base vert olive . Les taches avaient des transitions douces, leurs formes étaient principalement horizontales, souvent proches de rectangulaires ou rhomboïdes. Il n'y avait pas de modèle standard de camouflages, bien que les modèles utilisés soient similaires (l'instruction donnait des exemples de vues de l'avant et du côté droit du TKS uniquement). Souvent, les taches créaient une sorte d'échiquier, en particulier sur les véhicules de la dernière série. Les transitions entre les couleurs sont souvent peu visibles sur les photos en noir et blanc. Un intérieur était peint en sable, y compris des écoutilles.
Presque toutes les tankettes ont été repeintes dans le nouveau camouflage à la fin des années 1930, seules certaines des tankettes utilisées comme 
draisines blindées de trains blindés et peut-être certains véhicules d'entraînement sont restés dans l'ancien camouflage en septembre 1939 (comme ce TKS d'un train blindé, capturé par le Allemands).
TK-3 au début du camouflage
TKS armé de canon dans le camouflage standard final.
 
Marquages
 
Du début des années 1930 à 1939, les véhicules blindés polonais ne portaient aucun signe de nationalité sous quelque forme que ce soit. Avant la guerre, on utilisait des panneaux tactiques de tôle attachés à des fins d'entraînement - disques (le 1er peloton), triangles (le 2ème) ou carrés (le 3ème). Les panneaux étaient blancs avec une bande verticale rouge pour un commandant de peloton, ou avec un petit disque rouge, un triangle ou un carré à l'intérieur pour le commandant en second. Les commandants d'escadron avaient le signe d'un triangle dans un cercle dans un carré  Leurs couleurs pourraient également être inversées.
En septembre 1939, les tankettes ne portaient généralement aucun insigne. L'usage de tout insigne était interdit en cas de guerre par le règlement de 1938, néanmoins il existe plusieurs photos connues de tankettes capturées en septembre 1939, portant encore des signes tactiques. Les photos de 1939 montrent également quelques cas d'unité non officielle et peut-être des insignes individuels peints sur des tankettes (Griffon de Poméranie pour les TK-3 de la 81e unité blindée, flèches pour TK-3 d'une unité inconnue, cheval à bascule - peut-être sur un char de la 10e brigade de cavalerie, et une photo d'une main armée d'épée sur TK-3). Les numéros d'immatriculation à quatre chiffres ont été peints sur les plaques avant seulement jusqu'en 1936, puis des plaques d'immatriculation avec de nouveaux numéros ont été portées à l'intérieur.
 
 

Les Trains Blindées

Dès sa naissance en tant de nation indépendante la Pologne va utiliser des trains blindés avec lesquels elle va défendre ses frontières exposées.
 Les trains étaient initialement utilisés pour emmener des troupes et des armements lourds sur un front ou une localité en particulier au fur et à mesure des besoins, car il était impossible de poster des troupes pour couvrir tous les points de passage frontaliers potentiels, en particulier sur les larges plaines de la frontière orientale de la Pologne avec l’URSS
Avec le temps, certains de ces premiers trains blindés ont été retirés et remplacés par des trains spécifiquement conçus comme blindés et non un bricolage de plaques de blindage posées sur un wagon ou une locomobile.
Le Pociag Pancerny nr 11 (PP nr 11) et nommé «Danuta» est typique de ces nouveaux équipements. 

Une fois terminé, ce train se composait de deux wagons armés, d'un wagon de logement et PC équipé d'une radio et d'une locomotive blindée.
On pouvait aussi y ajouter deux wagons à plateau, l'un à l'avant et l'autre à l'arrière, qui n'avaient d'autre fonction que de protéger le train proprement dit des effets possibles des mines posées sous les voies
Le wagon armé possédait à quatre essieux et on trouvait ax extrémités deux tourelles circulaires, dont l’une de 100 mm .
Le «Danuta» n'était que l'un des nombreux trains blindés polonais encore en service en 1939 lorsque les Allemands ont envahi. 
Chacun des trains blindés polonais portait son propre nom, généralement celui d'un héros populaire ou national polonais tel que «Paderewski», «Grozny», «général Sosnkowski» ou Marszalek ». À ceux-ci s'ajoutent un certain nombre de trains improvisés qui ont été formés à la hâte en 1939, généralement en ajoutant simplement des plaques d'acier au matériel roulant ferroviaire existant.
 Aucun de ces trains blindés ne semble avoir été semblables sauf qu’ils possédaient presque tous des wagons à deux tourelles
Encore une fois, aucun de ces wagons à double tourelle n'était de conception identique, bien que la plupart aient une tourelle de 100 mm (3,94 pouces) et une tourelle de 75 mm (2,95 pouces) avec une mitrailleuse d'une forme ou d'une autre dans le petite tourelle centrale. 


Il y avait aussi un certain nombre de petits wagons à deux essieux avec des tourelles simples dotées de canons de 75 mm (2,95 pouces) et d'orifices de tir ou de petites tourelles pour mitrailleuses. Pour ajouter au nombre de types en service, il y avait aussi de petites draisines et équipés d'une petite tourelle de mitrailleuse. Le «Tatra», qui montait une mitrailleuse Hotchkiss, était typique de ceux-ci.

 

Une innovation polonaise a été l'adaptation des wagons de chemin de fer pour le transport de chars légers, souvent dans le cadre de trains blindés. Ceux-ci pouvaient transporter soit le char léger Renault M1917, soit les petites tankettes TKS qui n'étaient guère plus que des porte-mitrailleuses.
Malgré toute leur puissance de canon et leur degré de sophistication de conception, presque tous les trains blindés polonais manquaient d'une arme clé qu’était une arme anti-aérienne
 

 En 1939, cela s'est avéré être un sérieux inconvénient car face à la suprématie aérienne de la Luftwaffe, les trains blindés polonais étaientalors incapables de se déplacer, Lorsqu'ils furent attaqués  beaucoup d'entre eux ont été détruits par une attaque aérienne et les quelques autres ont été capturés par les Allemands, qui vont les utiliser pour des fonctions de sécurité intérieure, et plus tard en Union soviétique pour des opérations anti-partisanes.