Impression issue de Maquetland.com Le monde de la maquette | http://www.maquetland.com/article-2320-japon-avion-kawasaki-ki-61-ii-kai


Japon Avion Kawasaki KI 61 II Kai

Article fait par :Claude Balmefrezol

Mis en ligne le 14/09/2019 à 22:31:12



Kawasaki KI 61 II Kai Kakamigahara Museum Japon
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

Le Kawasaki Ki-61 Hien;ou hirondelle était un avion de chasse japonais utilisé par l'amée air de l'armée impériale japonaise (Dainippon Teikoku Rikugun Kōkūbutai). Les premiers rapports alliés parlent  affirmaient que les Ki-61 étaient des Messerschmitt Bf 109, tandis que d'autres affirmaient que le nouvel avion était de conception italienne, ce qui a conduit à la dénomination alliée de 'Antonia', puis simplement au nom 'Tony' attribué  par les États-Unis . La désignation de l'armée japonaise était 'Army Type 3  et était le seul chasseur japonais de la Deuxième Guerre mondiale à utiliser un moteur à configuration en V refroidi par liquide.


Développement
En 1938, Kawasaki acquit les droits de licence du moteur Daimler Benz DB601A et l’adapta avec la mise en production en novembre 1940 sous le nom de Army 'Ha-40'. Cette mise en production doit beaucoup à la volonté et la tenacité de Kawasaki et une pression politique,En effet  l’armée a passé un contrat avec Kawasaki pour le développement de la nouvelle gamme d’aéronefs:  qui seront les intercepteur lourd Ki-60 et le chasseur polyvalent Ki-61.
Bien que le projet Ki-60 ait été arrêté en raison des delais dans la livrasion des prototypes,  les ingénieursTakeo Doi et son adjoint Shin Owada  vont alors  travaille à temps plein sur  le Ki-61, en mettant l'accent sur la réduction de poids, la maniabilité et la rapidité.


En décembre 1941, le premier prototype pris son vol et la production en série commença à l'automne 1942 et l'avion entra en service sous le nom de «chasseur Type 3r».
Le Ki-61 fut un excellent avion  apprécié de ses pilotes, mais dès 1943 le moteur complexe  montrat ses mimites car il était trop  complexe et les conditions d utilisation sur les terrains tropicaux sur lequels les avions  étaient basés  ne facilitaient les travaux d'entretien En effet  la  ligne de maintenance et d’approvisionnement de la JAAS n'était pas au point .
En janvier 1945, les B-29 attaquèrent et détruisirent complètement l’usine de moteurs d’Akashi, laissant 275 fuselages inachevés Ki-61-II sans moteur. Cependant, les ingénieurs ont adapté les moteurs radiaux Ha-112 à 14 cylindres disponibles pour créer le Ki-100 portant le nom "Goshikisen" de l'armée japonaise (Go = cinq; type; shiki = type; sentoki = chasseur) ou "Armée de chasse de type 5 '.
De façon inhabituelle, aucune désignation alliée n’a été attribuée à cet avion lorsqu’il a été rencontré au-dessus du Japon, bien qu’il ait été qualifié de «Tony», toujours par cette désignation.

 

Opérations dans le Pacifique Sud
Les nouveaux chasseurs Ki-61 Hien sont entrés en service avec une unité d’entraînement spéciale, le 23e Chutai, et sont engagés pour la  première fois au début de 1943, pendant la campagne de Nouvelle-Guinée, sur la Nouvelle-Guinée, les îles de l’Amirauté, la Nouvelle-Bretagne et la Nouvelle-Irlande.
Le nouveau chasseur japonais a semé le doute  parmi les pilotes alliés, en particulier quand ils ont découvert à quel point ils ne pouvaient plus plonger et s’échapper comme ils le faisaient avec des chasseurs japonais habituels plus légers.
e général George Kenney, commandant de la 5e Force aérienne, a constaté que ses P-40 étaient complètement surclassés et demanda davantage de P-38 pour contrer la menace du nouveau chasseur ennemi.
La première Sentai (groupe aérien / escadre) entièrement équipée avec le Ki-61 était la 68ème à Wewak, Nouvelle-Guinée, suivie par la 78ème Sentai basée à Rabaul. Les deux unités ont été envoyées dans un théâtre difficile où la jungle et des conditions météorologiques défavorables, associées à un manque de pièces de rechange, ont rapidement compromis l'efficacité des hommes et des machines.
IL faut dire que le Ki-61 était un nouvel avion et il  avait été mis en service rapidement, souffrant inévitablement de problèmes de jeunesse. Presque tous les moteurs d'avion japonais modernes, en particulier les moteurs à refroidissement liquide du Ki-61, ont subi une série de pannes catastrophiques et de problèmes persistants, qui ont conduit le Ki-43 obsolète  à  être l 'epinde dorsale de la  Chasse Japonaise
Après des succés initiaux japonais  les Alliés ont réorganisé et renforcé les capacités de combat  et  ils ont pris le dessus sur eux. Les Japonais ont également subi de lourdes pertes hors combat au cours de cette campagne. Par exemple, alors qu’il était en transit entre Truk et Rabaul, le 78ème a perdu 18 de ses 30 Ki-61.

Opérations sur le Japon

Le Ki-61 a également été utilisé en Asie du Sud-Est, à Okinawa, en Chine et en tant qu'intercepteur lors des raids de bombardement des USA sur les îles japonaises, notamment contre les Boeing B-29 Superfortresses.
Le Ki-61 a été utilisé en grand nombre pour tenter de défendre les îles d'origine japonaises. Le Japon était divisé en secteurs de défense oriental, moyen et occidental.
Les 18, 23, 28, 53 et 244 Sendais ont été affectés dans le secteur est, qui comprenait Tokyo.
Les 17e, 55e et 56e Sendais ont été mutés dans le secteur intermédiaire,
Les 59e et 56e ont ensuite défendu le secteur ouest.
Le Ki-61-I ne pouvait atteindre que l'altitude de croisièrel des B-29,  seulement en réduisant son poids au maximum.
La plupart des unités ont donc eu du mal à infliger des dégâts aux Américains, bien que le 244ème Sendai fût une exception, se révélant être un adversaire très dangereux.
Le Ki-61 a également été utilisé dans un nombre de plus en plus grand d’attaques suicidaires contre des B-29.
La production totale a représenté 1380 avions Ki-61-I-Ko et Ki-61-I-Otsu fabriqués, y compris des prototypes.
Le Kawasaki Ki 61 II Kai

Le Ki-61-II était un avion plus puissant et pouvait voler à l’altitude de croisière du B-29, mais il n’apparut jamais en grand nombre. Il entra également en service à peu près au même moment où l'avion des avions de combat alliés apparaissait au-dessus du Japon pour la première fois afin de protéger les bombardiers
Les P-51 Mustangs d'Iwo Jima entrèrent dans la bataille à partir de février 1945. Un certain nombre de Ki-61 également utilisé dans  le role de Tokkotai (kamikaze)  lancées vers la fin de la guerre.
Le Ki-61 a été livré au 15e Sentai (groupe / escadre), ainsi qu’à certains Chutaicho (commandants opérationnels subalternes) d’autres Sentai, et même à des unités d’entraînement opérationnel de l'IJAAS.
Le Ki-61-II était un excellent avion mais il avait toutefois  lun gros problème avec son moteur à refroidissement par liquide qui avait tendance à surchauffer au ralenti et souffrait de problèmes de circulation d'huile et de palier.
378 de cet avion ont été produits  dont certains furent utilisés comme Kamikas

 

Evolution Nécessaire  dans L'urgence

En octobre 1944, l'IJAAS ordonna qu'un moteur  Mitsubishi Ha-112-II (série 60 de Kinsei ["Venus"]] de 1 120 kW (1 500 ch) soit installé dans les cellules de l'avion Ki-61.suite au raid du 19 janvier 1945, qui vit les B-29 détruire  l'usine de production du moteur,i laissant  275 Ki-61 finis sans moteur.
Trois ingénieurs, Takeo Doi, ingénieur en chef et chef de projet, son assistant Makato Owada et responsable des systèmes de moteurs à Kawasaki Kagamigahara, Tomio Oguchi, ont travaillé sur plusieurs concepts pour la refonte de la cellule Ki-61 afin de l'adapter au nouveau moteur avant de prendre une décision définitive.
Avec ses nouveaux capotages du moteur.l'avion qui était  considéré comme très lourd, mais l'élimination d'un contrepoids de plomb, qui avait été placé dans le fuselage arrière du Ki-61-II-KAI pour équilibrer l'avion, restaure le centre de gravité.
En conséquence, le 1 er février 1945, le nouveau modèle vola pour la première fois. Sans le radiateur de liquide de refroidissement lourd et les autres raccords nécessaires pour un moteur à refroidissement par liquide, le Ki-100 pesait 329 kg  plus léger que le Ki-61-II 725 kgs , réduisant ainsi la charge alaire  de 189 kg  à 175 kg / m² . Cela a eu un effet positif immédiat sur les caractéristiques de vol, en améliorant les qualités d'atterrissage et de décollage, ainsi qu'une maniabilité accrue et un rayon de virage plus serré.
L'état-major de l'armée impressionné par les caractéristiques de vol de  cet avion, qui surpassait la Hien sur tous les points sauf à la vitesse maximale  inférieure de  29 km / h  décida le le mettre en production en tant que «Goshikisen» ou  chasseur type 5.
Cette mesure d'urgence consistant à adapter un chasseur Ki-61-II-KAI à un moteur radial Mitsubishi a permis d'obtenir l'un des meilleurs intercepteurs utilisés par l'armée pendant toute la guerre. Il combinait une puissance et une manœuvrabilité excellentes et, bien que sa performance à haute altitude contre les bombardiers B-29 Superfortress de l'USAAF fût limitée par l'absence d'un surcompresseur efficace, ses performances étaient meilleures que celles de la plupart des autres chasseurs japonais
Les missions opérationnelles ont commencé en mars 1945. Dès les premiers combats, le Ki-100 s’est bien comporté contre le B-29 et s’est montré tout aussi efficace contre les porte-avions américains.
Une nouvelle version, le Ki-100-Ib, a été produite au cours des dernières semaines de la guerre à temps pour équiper cinq sentai en défense du Japon
Suite à des évaluations du Ki-100  on peut noter son excellente agilité, ce qui fait qu'un Ki-100 bien piloté était capable de se confronter à  tous les chasseurs américains, y compris comme les P-51D Mustang et les P-47N Thunderbolt qui escortaient les Bombardier
Les B-29 eurent à, faire face à un adversaire mortel  . Il se classe avec le Ki-84 de l'armée et le Kawanishi N1K-J de la Aéronavel  comme les seuls chasseurs japonais à pouvoir vaincre les derniers types d'avions alliés.