Bouches du Rhone Arles Théatre









Bouches du Rhone Arles Théatre
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 
 
 

Tire de ce site
Théâtre antique

Fin du Ier siècle av. J.-C.

Présentation
Précédant d’un siècle son illustre voisin l’amphithéâtre, le théâtre romain d’Arles est aujourd’hui beaucoup moins bien conservé.
 
Vue générale du théâtre antique


Construit à la fin du Ier siècle avant J.-C., il date de la première phase d’urbanisation de la colonie romaine fondée par César en 46. AvJC. Edifié sur la colline de l’Hauture, il s’inscrit dans le quadrillage romain, sur le décumanus(voie est-ouest). Fortifié au Moyen Âge et gagné par des constructions parasites - ses propres matériaux ayant souvent été réemployés dans des édifices voisins - on perd jusqu’à la connaissance de la fonction initiale du monument. Celle-ci est redécouverte à la fin du XVIIe siècle et confirmée les siècles suivants par les nombreuses pièces archéologiques exhumées de son sol, dont la fameuse « Vénus d’Arles  Ce n’est qu’au XIXe siècle que le site fut entièrement dégagé.   Seuls subsistent quelques gradins, l’orchestre, la fosse du rideau de scène et deux hautes colonnes de marbre coiffée d’un fragment d’entablement.  Le théâtre a néanmoins retrouvé, surtout l’été, sa vocation de lieu de spectacles.

 

Histoire
Vers la fin des années 40 av. J.-C., peu après la fondation de la colonie romaine, un programme monumental est mis en chantier, portant sur l'aménagement de vastes espaces publics et la construction
 
Cour du couvent de la Miséricorde
à la fin du XVIIIe siècle

 

des trois édifices majeurs : le forum, l'arc du Rhône et le théâtre, ce dernier dominant la colline de l'Hauture. La rigueur d’un tel plan d’urbanisation et l'ambition qu'elle exprime incite à penser que la conception et la maîtrise en émanent du plus haut niveau de l'Etat.  Le théâtre fut achevé vers l’an 12 av. J.-C. Il servi longtemps à de nombreux spectacles, tragédies, comédies, mimes et pantomimes, auxquels le public assistait gratuitement. Les péripéties de la destruction du monument demeurent mal connues. Sa partie méridionale (coté jardin d'Eté) a du être fortifiée dès le Ve siècle, ce à quoi l'on doit la "tour de Roland" intégrée à l'enceinte, et seul témoignage de l'élévation initiale de l'édifice. Son pillage pendant des siècles pour alimenter des chantiers voisins en matériaux finit par en faire même oublier la fonction antique qui ne fut redécouverte qu'à la fin du XVIIe siècle. Divers occupants s'y succédèrent, notamment le collège des Jésuites, un couvent des sœurs de la Miséricorde et un des premiers musées publics d'archéologie en plein air.
Lors des fouilles commencées en 1828 plusieurs pièces furent découvertes. Elles sont visibles au musée départemental Arles antique. Le dégagement du site durera la plus grande partie du XIXe siècle.

 

Localisation
 


 

 

Le théâtre antique se situe entre l’amphithéâtre et le jardin d’été, en bordure sud-ouest du quartier de l’Hauture.
Descriptif
Le théâtre romain d’Arles mesure 102 m de diamètre. Ses 33 gradins, dont une grande partie a aujourd’hui disparue, s’appuyaient sur une enceinte extérieure composée de trois étages

 

Maquette restituée du théâtre antique

 

d’arcades. Cet édifice pouvait accueillir 10 000 spectateurs.  L’orchestra se trouve séparé de la cavea par un mur, le balteus , en avant duquel, un espace large de 1m20 était réservé aux sièges mobiles des notables de la colonie.  Le mur du pulpitum marquait la séparation entre l’orchestra et l’ensemble scénique. Il était orné de niches décorées, notamment par l’autel d’Apollon trouvé en 1828.  En bien autres endroits du site furent mis au jour les vestiges de cette somptueuse ornementation. Deux escaliers mettaient l’orchestre en communication avec la scène. Les fouilles et les études scientifiques ont permis de retrouver les dispositions essentielles de celle-ci. Profonde d’environ 6 mètres, la scène était bordée de vastes parascenia (coulisses). Le mur de scène était très décoré. Il comportait trois étages de colonnes et une importante statuaire, dont la statue colossale d’Auguste, qui est conservée actuellement au musée départemental Arles antique. La fameuse statue de la « Vénus d’Arles » est conservée au Louvre. Au milieu du mur se trouvait la porte royale que bordaient de chaque côté deux colonnes ; celles d’un seul côté se voit aujourd’hui en place.
L’enceinte extérieure du théâtre comportait 27 arcades appuyées sur de forts piliers. Cette façade avait trois étages qui ne se sont conservés qu’au sud, inclus dans la tour de Roland, édifiée au début du Moyen Âge.

 

Restauration
En 1822, le baron de Chartrouse, maire de l'époque, décide d'entreprendre une vaste campagne de fouilles et de réhabilitation au théâtre antique et à l'amphithéâtre. Une commission archéologique
 

Le théâtre antique dégagé au XIXe siècle

composée d'érudits et de spécialistes est créée pour s'occuper de l'expropriation des maisons qui recouvrent les sites, et pour entreprendre les fouilles. Les fouilles commencent la même année. Elles continueront, avec de nombreuses périodes d'interruption (mauvais temps, priorité accordée à la restauration de l'amphithéâtre), jusqu'à la fin du XIXe :
- 1823 : découverte de l'autel d'Apollon et de la tête d'Aphrodite
- 1827 : on commence à démolir des maisons construites sur le site
- 1828 : découverte d'un autel votif, d'une statue de Silène et d'une danseuse
- 1833 : début de dégagement du monument en commençant par le jardin, les bâtiments du couvent de la Miséricorde et les maisons sur la rue ; découverte de la tête colossale d'Auguste
- 1840 : le théâtre est porté sur la liste de classement des Monuments historiques. On décide de consolider les deux colonnes.
- 1845 : travaux de démolition de l’hôtel de Boche menés par les architectes Questel et Révoil. La scène est dégagée.
- 1856 : 30 000 F sont alloués par l'état pour acheter les dernières maisons qui encombrent encore le théâtre.
- 1860 : toujours par les mêmes architectes, l’ensemble du théâtre est dégagé et les fouilles sont presque complètement achevées.
- 1900 : Jules Formigé restaure les gradins du théâtre.
Fin 2005 commence une grande campagne de restauration dans le cadre du Plan Patrimoine Antique. Elle s'achève en 2009.

 

Evenement

Fête du costume dans le théâtre antique

Aujourd'hui, outre les visites par le public, le théâtre a retrouvé sa fonction initiale de lieu de spectacles.  Il accueille diverses manifestations traditionnelles, représentations, festivals,… dont les rendez-vous principaux sont :
-Fêtes d'Arles et du costume (fin juin-début juillet)
-Rencontres Internationales de la Photographie (début juillet)
-Festival des Suds (deuxième semaine de juillet)
-Festival du film péplum (fin août)

LE DÉCOR SCULPTÉ DES MONUMENTS DE SPECTACLES DE LA VILLE D'ARLES Tiré de ce site
En Gaule Narbonnaise, les villes présentent une grande richesse architecturale datant de l'époque romaine mais le décor sculpté en est souvent très mal connu et ce pour deux raisons principales,d'une part il y a eu, jusqu'à récemment, peu d'études complètes sur le sujet, d'autre part, les fouillesde ces sites étant anciennes, la documentation sur les statues reste très insuffisante.Le résultat est que les monuments sont pratiquement vidés de leur décor sculpté et que les musées,que ce soit dans les salles ou en réserve, sont riches d'objets sans provenance précise. À cela, il faut ajouter que la majeure partie des statues a aujourd'hui disparu, brisées, remployées, fondues, vendues,éparpillées... La ville d'Arles n'échappe malheureusement pas à ce phénomène. Le théâtre et le forum font cependant exception et nous permettent d'entrevoir ce à quoi pouvait ressembler le décor sculpté d'une colonie romaine.
Le décor sculpté du théâtre
Le programme iconographique de l'époque augustéenne Un ensemble de sculptures retrouvées dans le théâtre appartient manifestement à un décor unitaire formant un programme iconographique axé sur la personne d'Auguste et sa politique. Sont également présents dans ce programme les éléments constituant l'idéologie développée autour du Principat pour le consolider et pour mettre en place la nouvelle dynastie régnante. Un des éléments principaux de l'idéologie augustéenne est l'utilisation de divinités protectrices. Or, le décor sculpté du théâtre d'Arles comporte des statues de Vénus, déesse non seulement protectrice mais fondatrice de la dynastie de la gens Iulia. Et c'est justement ces deux aspects différents mais complémentaires qu'expriment les deux statues de la déesse exposées sur le front de scène.
La Vénus d'Arles (inv. MA 439) est une Vénus Victrix déposant les  armes après l'obtention de la victoire, selon les termes de l'idéologie impériale glorifiant la victoire perpétuelle d'Auguste sous l'égide de la   déesse. Au théâtre d'Arles, cette statue est également un hommage rendu aux vétérans de la Legio VI Victrix, qui sont les premiers colons installés dans la colonie à l'époque de César. Emblème de la Legio VI et signe zodiacal de Vénus, le taureau est présent sous forme de protomés  qui ornent la frise du mur extérieur de la cavea. Cet animal est  aussi lié au rite de la conditio urbis

 
Statue de Vénus, dite "la Vénus d'Arles"

.

La deuxième statue de Vénus est un buste féminin du type Aspremont-Lyden-Arles (inv. F.AN.92-  00-405) rattaché à la Venus Genetrix créée par Arkésilaos pour le temple du forum de César à Rome. Le choix du type Genetrix pour le théâtre d'Arles est un hommage à César, fondateur de la colonie et père adoptif d'Auguste, double hommage déjà présent dans le nom donné par Auguste à la Colonia Iulia Paterna.
Une seconde divinité protectrice, spécifique à Auguste, car elle ne sera pas exploitée au-delà de son règne, est Apollon. Le dieu est présent sur plusieurs éléments sculptés issus directement des ateliers officiels de Rome, tout comme le sont les deux statues de Vénus. Il s'agit de deux autels néo-attiques (autel d'Apollon et autel aux cygnes) qui célèbrent la force victorieuse d'Apollon, garante du retour de l'Âge d'Or.

   
Autel d'Apollon
1 Calcaire, H. = 0,44 m pour les métopes seules. Une grande partie de la frise est toujours en place sur le
mur. E. Espérandieu 1907-1938,1, 206, P. Gros 1987, fig. 7. Un fragment a été trouvé en remploi dans le mur
du rempart près de la Porte de Laure en 1902, conservé aujourd'hui au théâtre, L = 1,50 m. ép. = 0,54 E. Espérandieu
1907-1938, I, 212. Pour la signification, voir notamment, P. Gros 1987, p. 348.
2
Le trépied et les lauriers de l'autel d'Apollon (inv. F.AN.92-00-357) sont les symboles delphiques,
expression de la Victoire, celle d'Apollon et celle d'Auguste2. La scène du supplice de Marsyas est
un épisode symbolique de l'hybris punie, qui crée un parallèle entre Apollon vainqueur de Marsyas
et Auguste vainqueur d'Antoine.




L'ensemble des motifs de l'autel aux cygnes (inv. F.AN.92- 00-371), les lauriers, les fruits de la guirlande et les dattes sont les signes du Regnum Apollinis, symboles d'abondance et de paix sous l'égide d'Apollon. Nous pouvons
mettre en parallèle le motif des cygnes tenant la guirlande et celui des aigles tenant une guirlande de fruits ou de chêne habituel aux reliefs d'époque impériale : Apollon y r emplace Jupiter mais le symbolisme reste le même.
Ces autels sont aussi caractéristiques de la restauration religieuse  entreprise par Auguste et de la mise en valeur de la vertu de piété. A ces autels apolliniens, s'ajoutent deux  autels à la couronne de chêne, placés dans l'orchestra aux côtés de l'autel d'Apollon (inv. F.AN.92-00-345 et 353). Leur décor sculpté est composé d'éléments liés à l'idéologie augustéenne, la couronne symbole de la puissance jupitérienne d e l'empereur, les instruments de libation symboles  de piétas. L'identification possible, sur la face postérieure de l'autel 353, d'un pied de trophée ou d'un pied de pilier soutenant un bouclier, suggère un lien avec l'iconographie de la victoire.
Pour en terminer avec la sphère divine, remarquons que seuls deux éléments bachiques ont été retrouvés au théâtre d'Arles, la tête de Bacchus (inv. P. 134) et les deux silènes ivres accoudés sur une outre (inv. FAN.92-00-537 et 459). Ces statues prouvent que Bacchus et son cortège sont intégrés au décor comme symboles d'abondance et de fertilité de la Terre, au sein de la thématique apollinienne d e l'Âge d'Or.
Les cérémonies du nouvel ordre religieux instauré par Auguste dans le cadre de l'Aura Aetas et les  structures du nouveau régime qui se met en place devaient pouvoir être suivis et connus par l'ensemble  des couches sociales de la population à travers un vaste territoire englobant des hommes issus de différentes civilisations, ainsi que de cultures diverses. Il fallait donc trouver un moyen de les réunir tous en même lieu en un même temps en communion autour d'une même liturgie.
Parmi les nombreux instruments utilisés à cette fin se place le mime, spectacle promu par la politique culturelle augustéenne. Facile à comprendre sans avoir besoin de connaissances des textes classiques de la littérature, évitant tous les problèmes linguistiques, ce spectacle apparaît comme un élément fédérateur qui permet d'attirer dans la cavea du théâtre toute la société locale enfin disposée à voir et à entendre les messages qui lui sont adressés.
2 Suétone, Auguste, LII.

 

 
Autel aux cygnes



Les trois "danseuses" du théâtre d'Arles (inv. F.AN.92-00-339 et 291, inv. P.363-1 et 2), identifiées  comme des danseuses bacchiques, mais qui n'ont en fait aucun élément permettant de les rattacher n i au monde bachique ni à des danseuses, semblent pouvoir être identifiées comme une personnification de ce mime3. À l'image d'Auguste lui-même, autour duquel toute la société des hommes gravite et qui se place en intermédiaire entre les dieux et les mortels, la statue d'Auguste, placée au centre du front de scène, avec ses 3,20 m environ de hauteur totale, apparaît comme le pivot de ce décor hiérarchisé entre le pulpitum et les trois étages de colonnes, entre terre et ciel (inv. F.AN.92-00-215).
Pour beaucoup, elle est posthume du fait notamment de son type statuaire jugé trop divinisant pour avoir été exposée du vivant de l'empereur. D'autres la pensent d'époque augustéenne car elle s'intègre parfaitement dans le contexte historique de la ville d'Arles, où les liens avec la famille impériale sont forts et datent de l'époque césarienne et où le culte de la maison julienne semble avoir été précoce. Elle prend tout sa dimension au sein du décor sculpté lié à l'idéologie augustéenne qui met en scène la Victoire au travers des divinités protectrices d'Auguste, Apollon et Vénus. La place de cette statue dans ce décor particulier met en avant le lien dynastique entre Vénus, Jules César et Auguste. Le décor dans son ensemble, dominé par la statue d'Auguste, aboutit en fait à la glorification du dirigeant. À cet ensemble, se rajoutent les deux fragments de frise avec des têtes de taureaux (Espérandieu 211). La présence de bandelettes nous place dans un contexte religieux en transformant ces taureaux en offrande faite au Genius Augusti4. Ceci suggère que des cérémonies avaient lieu dans le théâtre, probablement sur les autels de l'orchestra, face à la statue d'Auguste dont le type iconographique exprime particulièrement bien l'aspect de surhumanité que suggère ce culte. Le décor sculpté unitaire et cohérent du théâtre d'Arles a été conçu d'après des éléments iconographiques élaborés à Rome entre les années 20 et la fin des années 10 av. J.-C. Cette période est marquée par la recherche de types iconographiques pouvant porter les messages de la nouvelle idéologie
et transcender l'image du pouvoir qui se met en place en glorifiant les hommes qui le détiennent. L'évolution du décor pendant l'époque impériale Après l'intense et fondatrice période augustéenne, l'évolution du décor du théâtre connaît un net ralentissement. Des périodes successives, nous n'avons conservé que très peu d'éléments, sans lien  entre eux. Par conséquent, il n'est pas possible de reconstituer le décor sculpté et encore moins de
reconstituer un programme iconographique. 3 G. Sauron 1994, p. 551 où il note avec raison qu'elles sont "abusivement qualifiées de ménades" ; C. Carrier 2000. p. 147 à 155, fig. 198 à 200, C. Carrier 2005-2006, p. 383 à 386. fig. 27 à 34. 4 C. Carrier 2005-2006, p. 391-392 fig. 39.

 

 
Statue d'Auguste



De la sphère divine, il reste un torse de femme drapée (inv. F.AN.92.00.551), trop abîmé pour pouvoir le dater correctement, et dont l'identité reste problématique, en particulier à cause des pans de manteau noués sur l'épaule qui est un motif rare. L'autre fragment (inv. F.AN.92-00-554) appartient à une statue de Vénus de type Médicis. Trois sculptures de personnages historiques illustrent les ajouts successifs apportés au décor du monument. Une statue de Tibère en Jupiter assis (inv. F.AN.92-00-1268 et inv. F.AN.92-00-2035), dont le fragment de jambes a été retrouvé lors des travaux effectués entre le mur de scène, le pulpitum et l'orchestra, était certainement disposée sur le front de scène.
 

 
 


 

Le buste de jeune enfant (inv. F.AN.92-00-350) représente Annius Verus, le plus jeune fils de Marc Aurèle et de Faustine, né en 163 et mort en 169 à Préneste. Ces deux portraits étaient-ils accompagnés d'autres portraits impériaux aujourd'hui disparus ? Aucun élément ne permet de l'affirmer, nous pouvons juste le supposer en fonction des exemples de groupes statuaires connus par ailleurs : par exemple, une statue de Claude pouvait être disposée avec celle de Tibère comme à Caere et à Privernum. Nous pouvons penser que, dans le même esprit, le portrait d'Annius Verus n'était pas seul mais accompagné d'un portrait de Marc Aurèle et de Commode. Enfin, la tête juvénile (inv. F.AN.92-00-29) datée du IVe s. et issue d'un relief, devait appartenir  à une frise historique mettant en scène la famille impériale,exposée au coeur du théâtre. Buste de jeune prince  près la mise en place d'une grande partie du décor sculpté à l'époque augustéenne, les travaux  d'ornement du bâtiment se font plus rares et priorité est faite aux portraits de la famille impériale. Le théâtre jouit d'un grand succès, qui sera continu tout au long de la période impériale romaine. Malgré le développement de bâtiments aussi prestigieux que l'amphithéâtre ou le cirque, la scaenae  frons du théâtre semble apparaître comme l'emplacement idéal des portraits impériaux. La ressemblance  avec une façade de palais, les dimensions modérées permettant une vision globale du décor,   la disposition qui permet de présenter les portraits face à tous les spectateurs, la mise en scène hiérarchisée des statues, sont peut-être les atouts majeurs de cette structure toujours utilisée au Ve s.
Le décor sculpté des autres monuments de spectacle  Mis à part quelques bribes de décor des vomitoires et des entrées, les seules statues retrouvées dans l'amphithéâtre sont des objets utilisés en remploi dans les constructions d'époque plus récente et dont la provenance d'origine est totalement inconnue. La présence d'une statue de Neptune, connuepar une inscription, fait probablement référence aux spectacles de naumachie donnés dans les  arènes. Cette même inscription nous permet de prendre également conscience de la richesse du décor du bâtiment et de l'emploi de matériaux précieux autre que le marbre.

5 C. Carrier 2000, pour le fragment de tête p. 171 à 173. p.175-176, fig. 141, pour le fragment de jambes
p.173 à 176, fig. 248-249, C Carrier 2006.
6 Ammien Marcellin, Histoire. XIV, V, I : Constance II célèbre sa trentième année de règne à Arles et donne
des jeux au théâtre comme au cirque.

Aucun décor n'a été retrouvé dans le cirque. L'obélisque en granit, transporté au XVIIe s. sur la  place de la République, a été mis en place à l'époque tardive, au début du IVe s.. Une statue de Kronos ou Aiôn mithriaque,  probablement avec une tête de lion, datée du IIe s., a été trouvée près du cirque en 1598, ce qui a laissé supposer la présence d'un sanctuaire de Mithra en ce lieu
 Une forte proportion de sculptures d'époque augustéenne constitue le corpus de la ville d'Arles, ce qui correspond au premier plan d'urbanisme. Il nous manque le décor des pièces maîtresses des deux autres plans d'urbanisme - l'amphithéâtre et le cirque - et tout le décor d'époque constantinienne ce qui déséquilibre  très nettement l'analyse du décor des monuments publics d'Arles.La présence quasi exclusive, dans ce décor public, des statues de divinités du Panthéon romain classique
souligne l'absence des divinités locales et marque donc la volonté expresse d'imposer une image purement romaine à la population. La domination des colons est sûrement pour beaucoup dans ce choix, les élites locales s'adaptant pour s'intégrer. Les divinités autochtones n'ont pas accès aux monuments publics mais sont présentes dans les autres domaines de la vie quotidienne et privée. Si l'emploi du marbre est quasi exclusif pour la ronde-bosse, cela n'est pas le cas pour les reliefs pour lesquels a été utilisée également de la pierre calcaire. Nous pouvons noter l'absence de marbres de couleur pour les sculptures alors qu'ils sont pourtant déjà fort utilisés à cette époque dans les bâtiments d'Arles mais aussi dans les autres villes de la région, que ce soit pour l'architecture ou la sculpture. Les décors augustéens du théâtre et du forum se répondent en écho : chacun utilise des images différentes mais de significations communes. La multiplicité de ces images forme ainsi un programme iconographique cohérent. Les messages en sont la filiation entre César et Auguste et la mise en place de la dynastie, la glorification du dirigeant placé au-dessus des hommes et l'annonce de sa future divinisation, l'installation des prémices du culte impérial avec le culte de César et le culte du Genius Augusti. Ils exposent aussi les grands thèmes de l'idéologie augustéenne, les divinités protectrices Apollon et Vénus, la divinité dynastique Vénus, l'expression de la victoire impériale, l'Âge d'Or apollinien. Ces images illustrent également les axes principaux de la politique augustéenne comme la restauration religieuse ou la politique culturelle. Il est intéressant de noter que, dans le choix des statues, l'histoire locale a été prise en compte et que le décor a été adapté au lieu d'exposition comme le montre la double symbolique des statues de Vénus  Victrîx et Genetrix, la tête du dieu Océan, les protomés de taureaux... qui sont aussi des hommages rendus à la colonie et aux vétérans. L'époque julio-claudienne est marquée par la continuité avec l'ajout des portraits des successeurs, que ce soit au théâtre ou au forum, ce mode de fonctionnement se perpétuant tout au long de l'Empire. Nous retrouvons aussi les images symboliques de la  puissance impériale, de la pietas, de l'abondance mais sans les références à Apollon qui caractérisaient l'époque augustéenne et avec une orientation plus marquée vers la mise en parallèle entre l'empereur et Jupiter.

 

Voir Aussi Autres Photoscopes  See Also Others Walk Around
Théatre Romain
Théatre d'Arles Maquette
Théatre de Lyon
Théatre de Vienne
Théatre d'Orange
Théatre d'Alba
Theatridum Nimes
Théatre de Vaison
Rome Théatre de Marcellus

Aoste Théatre
Ostie Théatre

 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4405264
Nb de visiteurs aujourd'hui:143
Nb de connectés:30