LéO C 302 (Le Bourget )









Le Lioré et Olivier LéO 302maquetland.com/v2/index.php  Le Bourget
English Transaltion



La société Lioré et Olivier fabriquant d’avions fut fondée en1912 . Elle était présente sur les sites d’Argenteuil Marignane et Clichy En 1937 elle fut nationalisée et se retrouva dans 2 entités la Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Sud Est SNCASE et Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Sud Ouest SNCASO
Elle fabriqua des avions civils des Hydravions et des avions Militaires
L’ autogire LéO C 30
L’ autogire est un avion hybride entre l’hélicoptère et l’avion .Il permet de décoller court de le vol stationnaire
Il a été mis au point par un ingénieur espagnol, M. Juan de La Cierva, en 1923Ce fut à l »’époque une innovation

De la Cierva (1897 1939)


C'était un avion, tout à ce normal avec fuselage, train d'atterrissage et gouvernails de direction et de profondeur, et un moteur, actionnant une hélice tractive placée à l'avant de l'appareil
Mais sur cet avion les ailes sont remplacées par un sustentateur de grand diamètre, libre de tourner sur son axe vertical . Ce sustentateur entrait en mouvement (en autorotation, pour employer la terminologie de son inventeur), lorsque l’avion décollait mu par l’hélice tractrice Ainsi entraîné, l’autogyre décollait obliquement, sous un angle voisin de 70° et, privé de cette force, atterrissait pratiquement à la verticale.
L'autogire peut effectuer face au vent du vol stationnaire si la vitesse du vent est suffisante

internet


Parfaitement dirigeable et maniable, l'autogire de La Cierva vola pour un test d’essai sur longue distance le 12 décembre 1924,
L'hélice sustentatrice, appelée rotor, était libre, avec ses quatre pales folles sur l'arbre, afin de prendre une position d'équilibre, dirigée suivant la résultante des trois forces s'exerçant sur elle, c'est-à-dire la pesanteur, la sustentation et la force centrifuge.
La Cierva se rendit à Paris, puis à Londres, et en 1932 fut construit en série un modèle d'appareil biplace, à moteur Armstrong Siddeley Genet Major de 100 CV, immatriculé sous numéro C. 19-4, En France c’est la fime LéO qui acquis en 1934 la licence de fabrication de l'autogire la CIERVA C30.


Description
Le C30, est un engin biplace de 800 kg, équipé d’un moteur ARMSTRONG SIDDELEY de 140/160 CV avec un fuselage en tubes d'acier entoilé, Le rotor était en bois et métal
Mais si le premier avion s’il avait des qualité ( décollage et atterrissage court ) avait un défaut majeur

internet


Son train d'atterrissage dur était incompatible pour avec un atterrissage vertical car les roues s'écartaient au cours de l'enfoncement des amortisseurs.
Au point fixe, rotor tournant, aucun amortissement ne pouvait venir de l'atterrisseur et au contraire, les pneus-ballons constituaient des ressorts excellents si bien que au décollage si on ne pouvait franchir la vitesse de résonance transversale de l'autogire sur ses pneus. Il fallait accélérer rapidement le régime du rotor pour passer très vite au-delà de celle-ci. Sinon commençait des sauts de puces qui s'achevait l appareil renversé, pales brisées. Idem pour l’'atterrissage au cours du ralentissement du rotor.
Le remède fut de modifier le train d'atterrissage de manière à en augmenter considérablement la course et la souplesse et à maintenir l'écartement des roues constant. Ainsi naquit le C301 (à moteur SALMSON 9 cylindres 175/ 200 CV).
L’ autogires C301 avait besoin de rouler 50m au moins, selon le vent , leur vitesse minimum de sustentation étant d'environ 40 km/h en vol horizontal.
Les C30 et C301 furent construits à 100 /120 exemplaires pour l'armée de l'air

Avec l autorisation de


4 autogyres LIORÉ & OLIVIER LéO C 30 étaient affectés au Groupe Aérien d’Observation 504 (GAO 504) créé à CHARTRES en juillet 1937 mais ils n’étaient pas réellement opérationnels lors de la déclaration de guerre, faute de doctrine d’utilisation et sans couverture aérienne.

Merci au web master du  site Francois Xavier Bibert  
   


Après la guerre avec des pièces de récupérations, deux C.302 furent fabriqués et testés à Marignane, ils étaient semblables au C.301 sauf que le pylône a quatre mats était remis. Comme on leur reprocher une trop grande longueur du décollage (entre 30 et 100 mètres) il fut adopté une tête permettant théoriquement le décollage vertical. On remplaça les amortisseurs de pâle (en traînée) et les Disques "Ferrodo" furent remplacé par des amortisseurs oléopneumatiques

internet


Une " tête dite sauteuse " fut d'abord essayé sur le N°26 (C.30 S) mais les résultats ne furent jamais concluant En 1949/1950 les autogires furent abandonnés et l'appareil restant fut livré d'abord a l'aéroclub Louis Rouland de la SNCASE de Marignane puis après reforme au Musée de l'air .
Caractéristiques
Type. autogire de liaison 2 exemplaires construits
Poids maximum , 880 kg
longueur, 7,40 m
hauteur, 3,37 m
diamètre du rotor, 11,30 m ;;
Moteur: 1 Moteur Salmson de 175 cv
Mono rotor de sustentation tripale..
Vitesse maximale,185 km/h ;
plafond, 3 000 m ,
distance franchissable, 465 km

Utilisateurs /Users

France

Merci à (Thanks to) la Bombarde des Colleurs de Plastique

 

The Lioré and Olivier C 320 (Le Bourget)

 


The company and Olivier Lioré aircraft manufacturer was founded en1912. It was there that the sites and Clichy Argenteuil Marignane In 1937 it was nationalized and 2 societies in the Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Sud Est SNCASE et Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Sud Ouest SNCASO
Civilian , mikitary aircrafts and seaplanes were built by LéO
The gyroplane Leo C 30
The gyroplane is a hybrid between airplane and helicopter aircraft. He was the ancestor of the Vertical or Short Take Off and Landing ( VSTOL ) aircraft like Harrier or Osprey
It was built by a Spanish engineer, Juan de la Cierva in 1923 It was for this epoca an innovation

De la Cierva (1897 1939)


It was a plane, with the normal fuselage, landing gear elevators, rudder and an engine with propeller in front
But on that airplane wings are replaced by a large rotor free to rotate on its vertical axis. This movement came into levitation (autorotation, to use the terminology of its inventor), when the plane took off moved by the propeller Thus, this autogyro take off obliquely at an angle close to 70 ° and deprived of this force, he land almost vertically.
Perfectly manageable and dirigible the autogyro of La Cierva flew for a test for testing long-range on December 12th 1924

internet


The levitation propeller called rotor was free, with its four free blades on the shaft to take a balanced position, led from the resultant of the three forces gravity, levitation and centrifugal force.
La Cierva went to Paris, then London, and was built in 1932 in a series of two-seater aircraft, motorized by an Armstrong Siddeley Genet Major de CV 100, registered under number C. 19-4,For France it is theLéO company who in 1934 acquired the license of the Cierva C30 autogyro.

 

 

Description
The C30 is a unit of 800 kg two-seater equipped with an engine of ARMSTRONG SIDDELEY of 140/160 HP with a tubular steel fuselage the rotor was made with wood and metal
But if the first plane had quality (VSTOL short takeoff and landing) he had a major flaw
Its landing gear drive was incompatible with a vertical landing because wheels differed during the draft dampers.

internet


At fixed point, rotor turning, no depreciation could come from the lander and on the contrary, the balloon-tire springs were so excellent that off if we could not cross the speed of the transverse resonance gyroplane on tires . It was quickly accelerate the rotor to move quickly beyond this. Otherwise breaks began chips ended the device toppled, broken blades. Ditto for the landing during the downturn of the rotor.
The remedy was to modify the landing gear so as to increase the course and flexibility and to maintain constant spacing of the wheels. Thus was born the C301 (Salmson motor 9 cylinders 175 / 200 hp).
The C301 autogyro needed to run at least 50m, as wind , minimum levitation speed was of about 40 km / h in horizontal flight.
The C30 and C301 were built at 100 / 120 copies for the AAF ( Armée de l Air française)

Thanks  to the  webmaster of Francois Xavier Bibert
   


4 autogyro LéO C 30 were assigned to Groupe Aérien d’Observation 504 (GAO 504) created at Chartres in July 1937 but they were not really operating in the declaration of war, failing to use doctrine and air cover

internet


After the war with recoveries parts two C.302 were manufactured and tested in Marignane, they were similar to C.301 except that the pylon has four masts put back A new Rotor head was adopted to reduce the take off (between 30 and 100 meters); This new head allow theoretically a vertical landing . It replaced the shock absorbers of trail and "Ferrodo" brake discs were replaced with hydraulic shock absorbers
An"head called leaping " was first tested on the No. 26 (C.30 S) but the results were never conclusive and in the 1949/1950 autogyro were abandoned and the remaining aircraft was delivered first to the aeroclub Louis Rouland of SNCASEin Marignane
After his reform he was gived to the Musée de l'air du Bourget.
Technical Data
Type. Liason autogyro constructed 2 copies
Maximum weight, 880 kg
length, 7.40 m
height, 3.37 m
rotor diameter, 11.30 m;
Engine: 1 engine of 175 hp Salmson 9 cylinders
Mono rotor for levitation.
Maximum speed 185 km / h;
Ceiling, 3 000 m,
Range, 465 km

 

 

 

   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7192380
Nb de visiteurs aujourd'hui:1339
Nb de connectés:63