Artillerie Automouvante Hummel Anatomie d'un Fauve






German 15cm Panzerfeldhaubitz auf GW III/IV, Sd.Kfz.165, "Hummel"
English Translation

 

 

 



 


 

Le Hummel était un obusier automoteur conçu et réalisé dans l’urgence mais il fut  l'un des meilleurs engins d’artillerie Autoportée  (classe moyenne lourde )de la Seconde Guerre mondiale ,
Le 15cm Schwere Feldhaubitze 18 ( sFH 18 ) fut construit par Alkett  qui en a conçu le châssis , baptisé" Geschutzwagen III / IV " ,C’était à l’origine une solution de fortune pour fournir un appui feu au régiments de chars. Pour ce faire on utilisa des  composants de châssis éprouvés  des chars Panzer III et Panzer IV
Les prototypes d’un Hummel et son fer en version antichar le Hornisse / Nashorn qui reçoit un montage d’un 8.8cm Pak 43/1 L/71  sont construits en  acier doux  et présentés à l'état-major allemand en Octobre 1942, Suite à l’approbation la  production peut commencer début 1943. Le montage du canon sur le châssis Geschutzwagen III / IV a été fait à la Deutsche Eisenwerke à Duisburg .
À la fin de la guerre 724 Hummel ont été construit dont dix par reconstruction ) et  jusqu'à 157 Hummel en version ravitailleur , appelé " Munitionstrager " .
Bien qu’il fut baptisé à l’origine Hummel ( Bumble bee ) ce nom a été abandonné sur les ordres d’ Hitler en Février 1944 , car ce nom ne représentait pas un animal puissant pour lui
Les rapports allemands indiquent que  les Hummel ont été utilisés sur les théâtres d’opération à partir de  mai 1943
L’équipage typique était composé de 6 membres , un pilote , un tireur un chef de char/un radio , 2 tireurs ( K1 et K2) et deux pourvoyeurs ( K3 et K4 )
Une batterie lourde est composée de quatre Hummel  et deux ravitailleurs soit  58 soldats et officiers



Ce plan donne un bon aperçu du Hummel. Contrairement aux chars Pz. III / IV , le moteur est situé au centre la pièce d’artillerie est monté dessus, le compartiment de combat se trouvant à l’arrière
L’avant du châssis ne subit pas de gros changement avec le pilote sur la gauche et l’opérateur radio faisant office de chef de pièce et de bord à droite. Chacun étant séparée de l'autre par la boite de  transmission de Pz. III .
on peut voir le siège du conducteur  avec le levier de vitesse à côté de son siège et les deux  leviers de direction juste avant. Les freins de direction avec réducteurs et pignons d'entraînement sont à l’avant,. On peut aussi voir le  deux réservoirs. Le moteur monté en position centrale est un Maybach  HL 120 TRM ,  couplé presque directement à la transmission , mais séparé de la cabine du conducteur par une cloison métallique .
L' obusier  est monté sur un berceau adapté et boulonné sur le dessus du capot moteur ,
Le montage de cette pièce entraine en corolaire la présence de plaques de superstructure  assez élevées
Cet obusier utilise des munitions en 2 parties le projectile et la charge propultrice  qui sont stockés à l’arrière du compartiment de combat
On peut aussi voir le filtre à air située directement derrière le moteur à l'intérieur du compartiment moteur , et les deux réservoirs d'essence sous le plancher du compartiment de combat à l'arrière du châssis.

 


Le Compartiment de combat du Hummel mais même s’il est assez vaste  il peut  rapidement devenir encombré dans des conditions opérationnelles .
Sur cette photo nous voyons une partie du compartiment de combat vu de l’arrière à travers les doubles portes arrière
Cet engin possède un blindage de 30mm  à l'avant  alors que la superstructure est composée  de plaques de blindage de 10 mm ; De plus le compartiment de combat est à ciel ouvert
Les Hummel faisant partie de l’Artillerie en tant que Bataillon  d’artillerie Lourde des Divisions blindées (Abteilungen et Batterien)
aussi leur équipage est nommé comme dans l artillerie , Kanonier 1 ( K1 ) , K2
,Sur cette photographies  nous voyons le chef de pièce qui fait aussi office de radio sur la gauche du canon avec les écouteurs sur la tête : Il est en liaison avec le commandant de batterie ,via le poste FuG Spr f . la radio se trouve normalement dans le compartiment radio à droite du chauffeur à l’avant , mais de boites relais permettent de se brancher dans le compartiment de combat
Le chef de pièce se trouve règlementairement  à la gauche du canon durant les phases de tir
D’autres membres d’équipages pouvaient le relayer .A noter le tube de couleur claire suspendu derrière lui .Il sert au remplissage d'air comprimé à partir d'une bouteille stoker dans le système de recul du canon
Sur la droite se trouve une des pourvoyeurs qui s’appuie sur un projectile avec un refouloir à ses cotes
Nous voyons aussi dans la partie droite du compartiment de combat un casier à munition pouvant contenir 15 obus  A l arrière mais nous ne pouvons le voir ici se trouve 2 autres casiers pour 6 projectiles chacun
A noter  fixé sur la partie arrière du châssis  les piquets de visée  rouges et blancs au nombre de 3
Nous voyons aussi le silencieux du pot d’échappement Dans les versions finales le Hummel ne possèdera pas de silencieux mais à la place seront fixés de galets de secours
Peut être qu il y a eu des problèmes de  cohabitation entre les munitions et la chaleur dégagée par le pot d’échappement


 

Nous allons voir l’interieur d’un Hummel Tardif ( Musée des bindés à Saumur)
Cette photo apporte  les réponse pour l’aménagement de l'espace intérieur
Le moteur est positionné  sous la plaque métallique inclinée directement sous le plancher du combat . Ce plancher  possède de nombreuses trappes d'accès
Les plaques de blindage de la  superstructure  sont maintenues en place par des  support d'angle
A droite, se trouve le rack  pour les obus de 150 mm de charge se trouve  dans ce coin arrière droit. Au-dessus de la grille on trouve deux crochets pour ranger le refouloir  Le canon se trouve au centre avec un bloc culasse  Est visible aussi le système d'élévation et du canon sur le cote droit
Lors du tir le chef de pièce se trouve à droite et le pointeur à gauche qui avait en charge les pointage en site et azimut
Le canon  voit son affut boulonné à la plaque de capot moteur renforcé avec des guides pour permettre un déplacement limité

Sur cette  photo  prise du côté droit du compartiment de combat.  On trouve le casier  rangement des  munitions  Au dessus se trouvait un refouloir ; On voit au  visible au-dessus de l'arête de la porte arrière  se trouve le  couvercle du casier de rangement des projectiles
En avant du casier droit se trouve soudé au blindage se trouve les crochets pour arrimer une MG34. Nous pouvons voir une sortie d’aération sur la droite  qui permet l’évacuation de la chaleur du compartiment moteur
A l'arrière de  la goulotte de recul à peine visible sur la partie gauche se trouve un support pour une bonbonne d'air  comprimé pouvant servir à alimenter les cylindres de recul du canon par l'intermédiaire du tuyau mentionné plus haut.Les ergots que nous voyons sur la goulette du canon servent a fixer le canon lorsque le char roule . La chaise de route se trouve quand à elle sur le glacis avant du vehicule

Voici un dessin de la partie droite du compartiment de combat dun Hummel Tardif comme on le voit sur celui de Saumur
Npus trouvons donc un casier de rangement des munitions pouvant acceullir 15 coups (3x5 )Des slanguettes permettent de maintenir les obus en place lors des déplacements . Le loquet d 'ouverture de ces sécurités est en bas . Les gargousses sont conditionnées  des sacs en soie artificielle . les obus sont emballés dans des caisses en bois  peintes en gris ou vert et portant la mention « Kart sFH 18" , Ces caisses de munitions sont stockées dans le char
Nous trouvons aussi  une MG34 arrimée sur le bas de la superstructure  Elle est soutenue par deux supports distincts , l'un soudé à l'avant pour supporter l'extrémité du canon et le deuxième support à l'arrière pour maintenir et verrouiller la poignée . Il y a aussi des sangles permettant de supporter des boites de munitions pour la  MG . Enfin nous avons la place pour  la boîte du masque à gaz
Nous trouvons comme sur beaucoup d'engins allemands une caisse  qui est amovible juste avant le ratelier . le rôle exact de cette boite n'est pas connu ( materieux divers pour entretien comme des fusibles ou pour l'entretien des armes à feu .Nous trouvons au centre en plan incliné le capot de protection du moteur avec une grille de ventilation qui evacue une partie de l' air chaud du moteur par cette ouverture .A l'arriere nous trouverons un caisson de  rangement protégé par un couvercle à charnière s'ouvrant vers le haut  et une facade qui s'ouvre elle aussi articulée vers le bas .Ce caisson contenait des obus

Voici maintenant  le coté gauche du compartiment de combat  Le canon avec les manivelles  servant au pointage en Site  mise en oeuvre par le tireur . 2 grandes équerres soutiennent la superstructure blindée, et, normalement, il devrait y avoir 2 longues boîtes fixées à cette superstructure servant probablement à stocker  le materiel de reparation . le montage des ces ciassons est un peut différents selon les modèles conservés de nos jours ; Un support en forme de L sert au stockage d'un MP40 .A l'extrémité de la paroi  se trouve un support servant à  accrocher un tuyau utilisé pour remplir l'azote gazeux dans les cylindres de recul .De meme on trouve un support d extincteur

Le plancher du compartiment est composé de plaques anti dérapage  . Les 2 bouchons  communiquent avec les réservoirs de carburant situés sous cette section du plancher . Dans l'angle droit se trouve une prise intercom pour l'equipage
 

Ce dessin illustre le côté gauche du compartiment de combat . Nous devrions trouver là aussi un casier à munition semblable à celui du coté droit côté droit mais à ce jour  il n'y a pas de preuves photographiques à l'appui de cette théorie  car on peut aussi trouver un caisson de rangement . Nous trouvons dans l'angle un branchement pour la radio comme sur le coté droit. Sur le blindé de  Saumur subsiste les restes d'un éclairage intérieur avec son câblage . A l'arriere se trouve un deuxième caisson avec projectiles  Il a la meme forme et taille que celui de droite .
Entre les deux supports triangulaires  se trouve l'emplacement pour un extincteur portatif , ensuite on trouve 2 boîtes de rangement horizontales  qui servent a stocker les viseursen haut et des outils en bas car dans cette boite on trouve une série de supports horizontaux  pour du stockage  En bas, on trouve le support en L typique pour ranger un MP40 , et un autre tube de rangement avec un couvercle d'utilisation inconnu

Sur ces photos vous avont l'arriere du canon qui est monté sur l'Hummel


Les ingénieur de Krupp et Rheinmetall ont commencé leurs études sur le futur sFH18 peu avant Février 1927 . Le système a été étudie pour la partie canon par Krupp et la partie affut  Rheinmetall
Cette arme fut  officiellement un obusier . Les premiers modèles étaient destinées à l'origine à la traction hippomobile  en deux fardeaux mais suite à la motorisation de l'armée  il a été modifié pour être transporter en  une seule pièce
La photo NB illustre le  chargment de l'arme avec l'obusier culasse ouverte . Le chef de piece se trouve à gauche ,le pointeur (K1 ) se trouve au centre alors que les pourvoyeurs ( K3 et K4 ) chargent l'arme .  Nous avons un autre pointeur  ( K2 ) qui se trouve sur la partie droite à charge de pointer via les appareils se trouvant à sa disposition à droite
La pièce peut tirer divers type de projectiles  explosif , charge creuse , fumée  éclatement  La munition est en 2 partie l'obus et la charge . Chaque charge  est emballée dans des sacs en soie artificielle ,. Il faut parfois plusieurs charges selon la portée désirée
Nous trouvons sur le dessus le cylindre  contenant le ressort équilibreur ; Nous avons le meme en dessous Grace à l'air comprime et au liquide de frein  il ramene le tube en batterie après le recul.

Description. Apres le tir et le recul le piston penetre  à l'intérieur un autre cylindre interne , mettant le liquide de frein de ce cylindre sous pression  Au maximum du recul , la pression dans le cylindre extérieur est énorme et le vide créé à l'intérieur du cylindre intérieur , maintenant débarrassé de fluide , est  aussi enorme. La combinaison de ces forces pousse le piston complètement dans le cylindre intérieur , tirant ainsi la culasse de l'obusier et le tube  le remettant automatiquement en batterie.
Le système de visée est la Zieleinrichtung 34 , ou mécanisme de visée " double pointeur ". On trouve aussir le sytème de visée RblF36 a simple visé Le pointeur K1 utilise la grande manivelle coté gauche pour lever le canon 
la deuxieme roue permet de peaufiner le pointage. Le K 2 de son coté effectue le contrôle de l'élévation sur le côté opposé avec la manivelle à main fixée dans la boite de transfert coté droit

 

K1 Viseur RblF36 K1


 


Les projectiles pour  sFH 18 pesent entre 30 et 40 kg , ils sont à la limité de ce qu'un homme peut manipuler.  Le projectiles HE ( 15cm Gr 19 ) ont été peints gris foncé ou gris vert avec une bande de cuivre à la base , le percuteur était généralement en couleur metal nu
Sur la photo la culasse est en position ouverte . Rappelons que sur ce type d'obusier la culasse était à chargement  manuel , avec poignée d'actionnement culasse  pour ouvrir et fermer la culasse . Comme le compartiment de combat est à ciel ouvert il est exposé aux intempéries Le chauffage  est assuré par une bouche se trouvant sur le côté droit du capot moteur. Mais  pour avoi un semblant de confort il faut tendre une bache sur le dessus .
Un obus  HE standard pesant 43,5 kg  à une V° 210m/s  pour une portée de 4000m  Avec une charge 6 ( six sacs de propergol ) , le même projectile peut être expédié à une V° de 375m/s à 9725m 
L'obus possede une douille en laiton ( 70 % cuivre /30 % de zinc )  et possède une une amorce de C/12 vissé dans la base juste avant le tir.
Les douilles mesuraient  26. 4cm de long pour un diamètre de 61mm
Le propulseur était de type Diglycolpulver ( digl )

 

   

Les Hummels selon leur periode de construction ne possèdent pas le meme glacis frontal . Sur les modèles de debut de serie seul le pilote possède une casemate avec trappe de vision mobile . le radio quand à lui ne possède pas de ce système . Il faut attendre les modèles de fin de serie pour voir un nouveau glacis avec trappes de vision rectangulaire sur l avant et trappes d'evacuation circulaire sur le dessus . Bien sur ces
 

 


trappes possèdent tous les systèmes de verrouillage sécurisé. Comme on peut le voir sur la photo NB le système d'epsicope est tres volumineux
 

Nous sommes ici  à la place du pilote et on voit nettement les 2 leviers de direction L La coque du Hummel est un mix avec des elements du  Panzer III et IV
C'est un chassis de Panzer IV Ausf.F avec des composants de Pz.III . Nous trouvons le système de transfert du Pz.III Ausf.J ( pignons d'entraînement , réductions ,freins, la transmission SSG 77 , ainsi  que  la plupart des composants du moteur. .Ici, vous voyez les freins , nous pouvons aussi voir les pédales de pied . Les 2 boitiers se trouvent  sur la paroi de la coque  à gauche ,Le 1e contenait  les element du casque radio ( laryngophone) alors que le second servait à ranger un épiscope de secours.
Sur la 2e photos nous voyons la trappe du conducteur sur laquelle pouvait venir se fixer un épiscope Sur la partie droite de la photos se trouve le tableau de bord plus visible sur la 3e photo. Ce tableau de bord etait équipé de divers compteurs et jauges ainsi que des interrupteurs électriques fusibles et disjoncteurs

 

Nous sommes avec cette photo  à la place du radio  . Vous voyez l'equerre de renfort du toit à gauche. La trappe de vision est la même que celle du pilote avec possibillité de monter un épiscope en verre. Nous voyons aussi un système d'eclairage à coté de la  trappe ronde . A cote se trouve les cadres pour les postes radio (noir) En suivant le fil on débouche sur un petit trou dans le blindage permettant au fil de se relier à l'antenne exterieure

Nous avons ici 2 photos de la cloison ( avec 3 ouvertures) qui sépare le poste de conduite du compartiment  moteur du Hummel montrant la partie côté droit du compartiment , y compris les deux ventilateurs . Il s'agit d'un ensemble similaire à celui equipant le Pz.IV  sauf que  les 2 ventilateurs sont installés à côté des volets de la superstructure droite afin de meux aérer le moteur par un système d'aspiration
Les gaz d'echappement sont ensuite expulsés vers l'arrière Il faut se rappeler que les Hummel de fin de serie n'avaient plus de silencieux

Comme quoi sur l'hummel de Munster type  Frühe le silencieux qui devrait s'y trouver à été démonté Musée de Saumur modèle Späte le Système du silenciux n'est plus présent


Le moteur etait un Maybach. HL 120 TRM  V-12,  essence de 11litres délivrant 300CV Il possédait  2 carburateurs Solex . Les deux reservoirs d 'essence pouvaient contenir 470 litres d'essence  ce qui lui donnait une autonomie de 215 kilomètres sur route et 130 kms en tout terrain

 



 

   


Copyright © 2003-2019 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

GimenoClaude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Serre Eric nouveau site


Nb de visiteurs:4268354
Nb de visiteurs aujourd'hui:806
Nb de connectés:23