Dassault Mirage III C Montélimar









 
 
 
 
 
 
Le MIRAGE III C
English Version

Le Mirage III fut largement exporté de part le Monde et décliné en multiples versions
Il a été utilisé au combat maintes fois . Actuellement il est retiré du service actif et vous pouvait le découvrir dans les musées
mais comme tout succès les débuts de cet avion débutèrent dans la discrétion
Historique
Avec le Mirage III DASSAULT, a construit le chasseur français le plus célèbre de cette fin du XX° siècle et cet avion sera pour longtemps un des fleurons de l'industrie aéronautique française en matière d'avions de combat.
Il faut remonter à 1951 pour voir les prémices du Mirage III 
En effet à cette époque le bureau d’étude de DASSAULT travaille sur un intercepteur doté d'une aile delta.
Le conflit de Corée, apporte des enseignements et l'Armée de l'Air émet, en  1953, une fiche programme concernant un chasseur léger de petite taille  capable d'emporter des armements tous temps à l'altitude de 18000 m en moins de 6 minutes.
 Les prototypes à l’étude que ce soit le Mirage I (2 réacteurs MD30R de 1000 kg de poussée avec PC) ou le biréacteurs MD.550 Mystère Delta  avec ses deux réacteurs Armstrong-Siddeley Viper de 795 kg et moteur fusée largable SEPR.66 de 1500 kg ne cadrent pas avec cette fiche programme aussi DASSAULT  arrive à la conclusion que seul un avion avec une motorisation turboréacteur et moteur fusée à carburant liquide avec une aile canard était la solution . Les études sont lancées . Cet avion devra être motorisé par le réacteur SNECMA Atar 9 de 4500 kg de poussée avec PC
Le fuselage fait l’objet d’études poussées 
L avion est toutefois trop petit et ne peut être un avion opérationnel . Des études sont faites pour un avion biréacteur équipé de 2 Turboméca Gabizo de 1090 kgp et 2 fusées d’appoint de 750 kgp . mais cet avion qui aurait du être le Mirage II ne tient pas se promesses notamment sur le plan de la vitesse : aussi il ne fut pas construit
Arriva ensuite le Mirage III équipé d’un réacteur SNECMA Atar 
 Cet avion, le Mirage III 001, effectue son vol inaugural  le 17 novembre 1956 avec Roland Glavany aux commandes et atteint Mach 1.24 au 4éme vol, le 3 décembre. L'appareil n'arrive pas néanmoins à atteindre Mach 2 (Mach 1,89 avec fusée d'appoint le 2 octobre 1957, au cours du 84éme vol). C'est notamment grâce à l'adoption de noyaux coniques mobiles centraux dans les entrées d'air ou souris que Roland Glavany atteint Mach 2, pour la 1ére fois en Europe Occidentale, sur le Mirage III A01, le 24 octobre 1958.
Le lignée des Mirage est née et de nombreuses versions  vont apparaître Conçu à l’origine comme intercepteur il deviendra au fil des ans une redoutable plateforme de combat 
Le  Mirage III C (C pour Chasse et Cyrano, le radar) fait partie de cette lignée
189 exemplaires de série du Mirage III C ont été produits, dont 95 pour l'Armée de l'Air ,dont
l'assemblage final est assuré à l'usine de Mérignac.
Le Mirage III C
Le Mirage III C est la version d'interception à haute et très haute altitude ; Il est dérivé directement du Mirage IIIA et il n a pas  l'objet de construction d’un prototype, Il volera pour la première fois le 9 octobre 1960 à Mérignac aux mains de Jean Coureau. C’est un avion a construction entièrement métallique  avec un fuselage répondant à la loi des aires et comporte 7 sous ensembles
Il possède un siège éjectable qui prend place dans un habitable simple et fonctionnel . Les commandes de l’avion pour l’époque étaient révolutionnaires (système de navigation par cartes perforées équipement Doppler Marconi fournissant la vitesse et la dérive à un calculateur
Pour la motorisation il est équipé d’un réacteur SNECMA Atar 09B (issu d’un réacteur allemand de la 2°GM )de 6000kgs de poussée avec post combustion il peut aussi recevoir un moteur fusée SEPR 841 sous l’arrière du fuselage lui donnant pendant 80 secondes 1500 kg de poussée supplémentaire
Il recevait dans la pointe avant le radar Thomson CSF Cyrano I bis mais il ne possède pas la possibilité de détection vers le bas. Il sera par la suite amélioré .Il est couplé à un viseur CSF97
L aile malgré sa finesse pouvait recevoir le train d’atterrissage pourvus de frein a disque . Des aérofreins logés dans le ailes mais aussi un parachute logé dans la queue de l’appareil assure le ralentissement de l avion lors du roulage
L armement consiste en 2 canons DEFA 30 mm approvisionnés à 125 obus chacun . Il a aussi 5 points d attache pour des bombes . Il peut tirer des missiles AIM 9 Sidewinder ou Matra Magic R 550
Les armements évoluent selon la version et le propriétaire
 
Ce profil est celui de l avion présenté dans le photoscope
 
 
profils source internet (DR)
Carrière opérationnelle du Mirage III C dan l AAF
Le 1er des 100 exemplaires commandés par l'Armée de l'Air ayant En fait seuls les 95 premiers ont été effectivement livrés; les 5 suivants ayant été modifiés en Mirage III R, III E et III O.
Il sera présent de 27 ans et 1 mois au sein de l AAF
La carrière opérationnelle du Mirage III C a commencé en juillet 1961  et ils équipèrent la 2° ESCADRE DE CHASSE DE Dijon , la 5°Escadre de Orange la 10 ° escadre de Creil et la 13° Escadre de Colmar et au CEAM
Il a été retiré du service le 12 août 1988 à Djibouti avec l'escadron de Chasse 3/10 "Vexin"  Par contre un Mirage III C volera au sein du CEAM de Mont-de-Marsan et au CEV o jusqu’en  1991.Il sera aussi l’un des héros du feuilleton les Chevaliers du Ciel
Le Mirage III C à l’export
89 avions ont été vendus à l export :
Israël
72 Mirage III CJ pour Israël, qui furent baptisés Shachak  ou  Coup de foudre.
Ils connurent le baptême de feu lors de la guerre des 6 jours en juin 1967  
Ils sont crédités de 50 avions  abattus
Afrique du Sud .
6 Mirage III CZ
 Suisse
1 Mirage III CS.
Argentine.
19 Mirage III CJ remotorisés par des turboréacteurs Atar 9C furent vendus par Israël en décembre 1982
 
source Internet  (DR)
 
 
France
 
 Afrique du Sud
Argentine
Israël
Suisse

Caractéristiques
Equipage 1
Masse 11.800 kgs
Masse à Vide 5.922 kgs
Longueur14.78m
Envergure 8.22m
Hauteur 4.5 m
Surface alaire 34.85 m2
Plafond 18 kms
Motorisation SNECMA Atar 09B
Vitesse max mach 2.15
Vitesse 83.2 m/seconde
Auronomie 2400 kms
Armement de base 2 canons DEFA 30 mm approvisionnés à 125 obus chacun
Missiles  missiles AIM 9 Sidewinder ou Matra Magic R 550
5 Crochets d emport de bombes

autre photoscope ICI
The MIRAGE III C
The Mirage III was widely exported throughout the world and declined in multiple versions
It has been used repeatedly in combat. Currently it is withdrawn from active service and you could find now in museums
But as the early success of this aircraft began in the discretion
History
With the Mirage III, Dassault built the french hunter most famous of the late twentieth century and this aircraft will be for a long time one of the jewels of the French aerospace industry in terms of combat aircraft.
We have to go back to 1951 to see the beginnings of Mirage III
In fact at that time the DASSAULT desing department work upon an  interceptor with a delta wing.
The conflict in Korea, provides lessons and the French Air Force  (AAF) issue in 1953, a detailed programme for a small and lightweight fighter capable of delivering weapons all time at an altitude of 18000 m in less than 6 minutes.
The prototypes to study whether the Mirage I (2 reactors MD30R of 1000 kg thrust with PC) or Delta jet MD.550 mystery with its two reactors Armstrong-Siddeley Viper of 795 kg and rocket engine largable SEPR.66 of 1500 kg does not fit in with this detailed programme also DASSAULT reaches the conclusion that only a plane with an engine turbojet engine and liquid fuel rocket with a wing canard was the solution. The studies are launched. This aircraft will be powered by the engine SNECMA Atar 9 of 4500 kg thrust with PC
The fuselage is the subject of extensive research
Yet plane is too small and can not be an operational aircraft. Studies are made for a jet aircraft equipped with 2 Turboméca Gabizo of 1090 kgp and 2 booster rocket of 750 kgp. but this plane should have been the Mirage II does not promise particularly in terms of speed, so it was not built
Arrive then the Mirage III equipped with a SNECMA Atar reactor
 This aircraft, Mirage III 001, makes its maiden flight on November 17, 1956 with Roland Glavany the commands and reached Mach 1.24 in the 4th flight on December 3. The aircraft can not, however, to reach Mach 2 (Mach 1.89 with rocket booster on October 2, 1957, during the 84éme flight). This is notably through the adoption of central mobile and conical stone  inlets or “mouse” that Roland Glavany reached Mach 2, for the 1st time in Western Europe, with the Mirage III A01, October 24, 1958.
The line of Mirage was born and many versions will appear .Originally designed as interceptor will become over the years a formidable fighting platform
The Mirage III C (C for Chasse and Cyrano, the radar) is part of this lineage
189 copies of series of Mirage III C were produced, including 95 for the AAF,
Final assembly is provided at the Mérignac plant.  Near Bordeaux
The Mirage III C
The Mirage III C is the version interception high and very high altitude; It is derived directly from the Mirage III and he did not object to the construction of a prototype, he will fly for the first time on October 9, 1960 in Mérignac in the hands of Jean Coureau. It is an aircraft built entirely with a metal fuselage responding to the law of areas and includes 7 subsets
It has an ejection seat which takes place in a habitable simple and functional. Orders for the aircraft for the time were revolutionary (navigation system by punch cards Doppler equipment Marconi providing the speed and drift to a calculator
For the engine is equipped with a reactor SNECMA Atar 09B (from a German reactor of
WW2 ) 6000kgs thrust with post combustion can also receive a rocket engine SEPR 841 under the rear fuselage giving 80 seconds during 1500 kg thrust additional
He received a tip before the radar Thomson CSF Cyrano Ia .But it does not have the possibility of detection down. It will then be improved. It is coupled with a viewfinder CSF97
Wing despite its finesse could receive the landing gear fitted with a brake disc. The brakes housed in the wings but also a parachute housed in the tail of the aircraft provides the slowdown in the aircraft during taxi
Armament consists of 2 DEFA 30 mm guns supplied to 125 shells each. He also attaches 5 points for bombs. It can draw AIM 9 Sidewinder missiles or R Matra Magic 550
The arms are changing depending on the version and the owner
 
This plane is the plane presented in  the walk around
Source Internet (DR)

Career operational Mirage III C in AAF
The 1st of the 100 copies ordered by the Air Force had in fact only the first 95 were actually delivered, and 5 have been modified following a Mirage III R, E III and III O.
he fly for27 years and 1 month within the AAF
The career operational Mirage III C began in July 1961 in the 2 ° ESCADRE CHASSE de Dijon, 5 ° ESCADRE CHASSE of  Orange the 10 ° ESCADRE CHASSE of  Creil and 13 ° ESCADRE CHASSE of Colmar and CEAM
It was withdrawn from service on August 12, 1988 in Djibouti with the squad Chasse 3 / 10 "Vexin"
By against a Mirage III C fly within the CEAM of Mont-de-Marsan and the CEV (Centre d’essai en Vol) until 1991. It is also one of the heroes of the drama “Chevaliers du Ciel”  
The Mirage III C for export
89 planes were sold to export:
Israel
72 Mirage III CJ for Israel, who were baptized or Shachak Love at first sight.
They knew the baptism of fire during the war of 6 days in June 1967
They are credited with 50 planes shot down
South Africa.
6 Mirage III CZ
  Switzerland
1 Mirage III CS.
Argentina.
19 Mirage III re CJ by turbojet Atar 9C were sold by Israel in December 1982
 
 
Source Internet (DR)
 
 
France
 
South Africa
Argentina
Israël
Swizterland

Spécifications
Crew 1
Max takeoff weigth   11.800 kgs
Empty Weigth 5.922 kgs

Lenght14.78m
Wing spam 8.22m
Heigth 4.5 m
Wing aerea 34.85m2
Service Ceiling 18 kms
Powerplant SNECMA Atar 09B
maximum Speed mach 2.15
Range 2400 kms
Rate of clim 83.2m/second
Armament 
base 2 canons DEFA 30 mm approvisionnés à 125 obus chacun
Missiles AIM 9 Sidewinder ou Matra Magic R 550
4 underwing pylons 1 centraal pylon for bombs or tanks
 
Other Walk Around HERE
 
   


Copyright © 2003-2021 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:5477416
Nb de visiteurs aujourd'hui:589
Nb de connectés:45