Croiseur Georges Leygues (catapulte )









 

 

La catapulte d'hydravions sur les croiseurs de classe la Galissonnière.
English version

 

Copie http://profilmorskie.home.pl

 

Le croiseur est un bâtiment qui doit pouvoir explorer de large zone. Sa vitesse lui permet cela mais l'aviation va lui donner une rallonge supplémentaire. Ainsi on voit apparaître sur les navires de guerre des années 20 jusqu'à la 2° Guerre Mondiale des hydravions ainsi que les équipements pour les mettre en oeuvre. La France à testé cette formule à 1922 sur le Primauguet mais rapidement on assiste à une sophistication des appareillages on voit alors apparaître sur les bâtiments de guerre plusieurs catapultes.
La Suède met en oeuvre un croiseur de 4700 t le Gotland huit hydravions et les Japonais peuvent embarquer sur leurs croiseurs jusqu'à six hydravions. Les hydravions ont pour seul rôle l'exploration ils doivent éclairer la flotte mais en aucun cas attaquer.
La catapulte française sur les croiseurs de 7600 t Washington.
C'est une catapulte à air comprimé installé sur la tourelle arrière de 152 mm la tourelle en tournant positionne hydravion dans l'axe d'envol. Par contre si la tourelle peut tirer avec la catapulte dessus il est toutefois formellement déconseillé de maintenir l'hydravion sur la catapulte pendant le tir car, le souffle du coup de canon plus les vibrations peuvent endommager l'avion
les catapultes sont prévues pour lancer des hydravions de 3,5 t en moyenne avec une vitesse de lancement et 210 km/heure
Cette catapulte télescopique est longue de 14,60 m repliée jusqu'à 22,15 m dépliée
La poutrelle est large de 2 m, 02 et l'ensemble se trouve à 5 m du pont .Cette catapulte permet le lancement de l'hydravion qui est normalement stocké dans un hangar ailes repliées
En novembre 1937 c'est le Loire 210 qui est choisi bien que le Loire 130 soit toujours en dotation.
Lorsque l'hydravion revient il est récupéré via une rampe d’échouage qui se trouve à l'arrière du croiseur qui est en fait une grosse toile de 12 m de long et de 8 m de large accrochée à la poupe du croiseur Il faut environ 15 minutes à la rampe pour être dépliée l'hydravion après amerrissage vient s'échouer sur la toile en prenant garde de ne pas s'écraser contre l'arrière du bâtiment et ensuite la grue arrière hisse le tout et ramène l'hydravion à Bord
Cette installation a nécessité une architecture spéciale pour l'arrière du bâtiment qui est plat en contradiction avec les lois classiques de l'architecture navale
Ces bâtiments ont d'ailleurs été surnommés culs carrés .Elle fut essayée pour la première fois sur le Foch puis sur le transporteur d'hydravions le commandant Teste
Il existait deux types de rampe
la rampe Kiwull pour le Jean de Vienne et le Georges Leygues alors que les croiseurs Marseillaise ,Gloire Montcalm ainsi que la Galissonnière ont reçus des rames Hein qui étaient des rames de conception allemande
Mais ce rampe sont d'une utilisation et d'un entretien très délicat et les incidents sont nombreux
De plus leur entretien est fastidieux ce qui fait qu’au bout de deux ans elles seront inutilisables
Elles sont d’ailleurs démontées fin 1941 et début 1942

Merci à RD Maquettes

The catapult for flying boats on the cruisers class Galissonnière.
Copy http://profilmorskie.home.pl

The cruiser is a ship that needs to explore wide area. His speed allows him but aviation give him an additional extension. Thus we are seeing on warships of 20th years until WW 2 flying boats and equipment to implement them. France test this formula in 1922 on the Primauguet Quickly there is a sophistication of equipment you see now appear on several warships catapults.
The Sweden implements on the 4700 Tons cruiser the Gotland eight flying ship and Japanese cruisers can embark six flying ship. The flying ship has only a role eof xploration they must give information to the fleet but in no case attack.
The French catapult on 7600 TW Cruisers .
It is a compressed air catapult mounted on the rear turret of 152 mm
The turret turning positioned the aircraft in the line of flight. If the the turret can shoot whit the catapult above , it is formally advised to maintain the aircraft on the catapult during the shooting because the breath of cannon shot over the vibrations can damage the aircraft
Catapults are scheduled to launch seaplane from 3.5 t with an average speed of launch and 110 km / hour
The catapult is telescopic long folded up 14.60 m 22.15 m unfolded
The beam is off 2 m, 02 and the total is 5 meters from the bridge.
Catapult allows the launch of the flying boat which is normally stored in a hangar wings folded
In November 1937 is the Loire 210 which is chosen although the Loire 130 is always filled.
When he returned the aircraft is recovered via a ramp stranding which is located at the rear of the cruiser which is actually a large canvas 12 m long and 8 meters wide hung from the stern of the cruiser
It takes about 15 minutes at the ramp to be unfolded the aircraft after landing has run aground on the canvas, taking care not to crash against the rear of the building and then the crane hoisted it back and brings on board the aircraft
This installation required a special architecture to the rear of the building that is flat contradiction with the classical laws of naval architecture
These buildings have been nicknamed “square arses” She was tried for the first time on the Foch then on the commander Teste flying boat transporter
There were two types of ramp
Kiwull ramp for the Jean de Vienne and the Georges Leygues while cruisers Marseillaise, Glory and the Montcalm Galissonnière have received Hein ramps who were reams of German design
But this ramp are of use and maintenance very delicate and incidents are numerous
And their maintenance is so tedious that after two years they will be unusable
They are also dismantled late 1941 and early 1942


Thanks to RD Maquettes

   


Copyright © 2003-2020 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele


Nb de visiteurs:4930089
Nb de visiteurs aujourd'hui:540
Nb de connectés:34