1942 Nationalsozialistisches Kraftfahrerkorps Fliegerkorps Le Grau d Agde 2024









1942 Nationalsozialistisches Kraftfahrerkorps Fliegerkorps Le Grau d' Agde
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

Voir Aussi See also
1937 Nationalsozialistisches Fliegerkorps NSFK Obertruppführer Bruxelles
1931 Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps Obertruppführer Bruxelles
1931 Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps Schwarzer Ledersturmhelm
1931 Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps Schwarzer Ledersturmhelm
 

 


Luftwaffe NSKK-Motorgruppe
 

Après le succès de l'opération Barbarossa, la Luftwaffe avait maintenant besoin de chauffeurs et de mécanismes pour couvrir les pertes qu'elle avait subies et pour s'assurer que toutes les lignes de communication fonctionnaient efficacement, d'autant plus qu'elles étaient maintenant mises à rude épreuve. Fin juillet 1942, les premières unités de la Luftwaffe NSKK (un corps logistique de la Luftwaffe) sont formées, qui comprennent des volontaires français. Sa tâche principale était de veiller à ce que l'approvisionnement en vivres, en carburant et en munitions atteigne l'armée de l'air allemande dans les territoires occupés et en particulier immédiatement derrière les lignes de front.
Les 150 premiers volontaires quittent  Paris le 21 juillet 1942 et sont dirigés vers la caserne de Vilvorde (une banlieue bruxelloise), en Belgique, où se trouvait le centre de la NSKK. Ils seront affectés au 4e régiment NSKK (qui comprend également les Néerlandais et les Wallons) et commencent cinq mois de formation de base.
Leurs instructeurs étaient d'anciens membres de l'armée allemande qui étaient à la retraite ou libérés.de leurs obligations militaires
 Avec l'arrivée de cinquante à soixante nouveaux volontaires chaque semaine, deux compagnies de transport ont été créées en décembre 1942 et les 1er et 2e compagnies du 6e bataillon étaient stationnées à l'aérodrome de Schaffen et à Diest, respectivement.
La première compagnie part pour Stalino (Donetsk), en Russie, en janvier 1943 et est affectée à la région de Rostov-on-Don, près du front
La deuxième compagnie part pour Kharkov à la fin du mois de février et au début du mois de mars 1943. Sur les 124 camions qui sont partis, seuls 70 sont arrivés à Kharkov, le reste étant tombés en panne et abandonnés .Le moral étant bas  les hommes voulaient retourner à Bruxelles et vers une vie paisible le plus rapidement possible, et ils ont donc pensé que moins il y avait de véhicules dans la colonne  plus tôt ils pourraient revenir en arrière.
Au début du mois d'avril, les deux compagnies soit environ 600 hommes au total, étaient de retour à Diest. Le chef de la 2e compagnie, soucieux de se protéger  a écrit un rapport à l'état-major à Berlin accusant les Français d'incompétence, de mauvaise gestion et de sabotage, et les a blâmé le nombre élevé de véhicules abandonnés. Plus de la moitié de la compagnie  a refusé de signer un nouveau contrat de travail et a été libérée peu après.
Trente membres français du NSKK se présentent  à la Waffen SS Ersatzkommando à Anvers. Ils voulaient jouer un rôle plus actif dans les combats et voir davantage de leurs compatriotes incorporés dans la Waffen SS. Entre-temps, deux autres compagnies ont été créées afin d'assurer le transport de pièces de fusées V1 dans le nord de la France et de contrôler le trafic autour des sites de lancement.
Avec ces derniers volontaires, les compagnies sont consolidées et rebaptisées, tandis que les 4e, 5e et 6e sont intégrées au 2e bataillon du 4e régiment. Ces trois compagnies ont été envoyées dans une petite ville belge  Grammont pour compléter leur formation militaire de base, sous le commandement de NSKK-Staffelf-hrer, Josef Seigel, qui les commanderat jusqu'à la fin de la guerre.
Fin novembre, la Wehrmacht a envoyé les trois compagnies à Brescia, en Italieou elle arrivent au début de 1944, équipées de véhicules français et italiens de différentes modèles
À partir de maintenant, ils étaient divisés en une «colonne» et chacune sera atonome avec sa propre administration. Les «colonnes» étaient cantonnées  au milieu de la population civile italienne, qui acceptait aussi des volontaires locaux  ce qui leur permettait souvent de rester chez eux.
En retour, alors que suite aux actions de la résistance et des  bombardements alliés  les volontaires font office de chauffeurs emmènant parfois des civils dans leurs camions dans d'autres villes, en dépit de la surveillance de la Feldgendarmerie.
Pendant deux mois, ils ont ravitailleent en essence les aéroports autour de Cassino, puis transportaient des bombes jusqu'à Monte Cassino avant de se diriger vers Florence, via Rome.
Ces transports de munitions sont effectués de nuit en black out complet res. Les règles de sécurité étaient strictes en termes de distances parcourues, de camouflage, de routes prises et bien sûr des horaires. Aussi les cabines des grands camions sont devenues leur maison, où ils mangeaient et dormaient
Dans cette ambiance les chauffeurs étaient si fatigués d'essayer de s'échapper de l'avion américain attaquant qu'ils pouvaient craquer nerveusesment
Les compagnies n'ont pas effectué ces missions pour le compte de la NSKK, mais pour la Luftwaffe. Ils ont également dû aller chercher des camions qui étaient en panne sur les routes afin de pouvoir les remorquer et les réparer, ainsi que fournir en hommes les batteries en Sardaigne, qui dépendaient de la Luftwaffe.
En août, alors que le Front autour de Bologne se stabilise, il y a eu une tentative de réorganisation des compagnies
Cependant, les fournitures et le matériel faisant défaut aussi il ne restait sur 300 hommes et 120 camions du début, que 100 hommes et seulement trois camions.
En décembre 1944, après avoir remis leurs camions, ils quittent l'Italie et sont transférés au Danemark. Ils devaient assurer la sécurité de l'aérodrome d'Alesze, où les avions de Messerschmitt avaient été immobilisés faute de carburant.
Ils ont également travaillé dans les chantiers navals d'Odense et étudié de nouvelles armes antichar.
Les compagnies sont dissoutes et les hommes et les sous-officiers sont divisés en groupes de 400 hommes, plus le personnel. En janvier, le Staffelf-hrer informe le bataillon assemblé qu'une grande unité française est en train d'être créée au sein de la Waffen SS, mais aucun transfert n'est effectué.
À la fin du mois de février/début mars 1945, le premier groupe est envoyé sur le front hongrois, sur la rive nord du lac Balaton, où se déroule des combats en raison de l'avancée rapide de l'Armée rouge. Le deuxième groupe quitte le Danemark pour le lac Balaton le 31 mars, mais se replie  alors qu'il est en  l'Autriche.
Les hommes ont été démobilisés par NSKK-Hauptsturmf-hrer, Hans Strôhle, le 29 avril. Certains ont décidé de retourner en Italie, et une minorité est retournée dans leurs anciens logeurs, où ils avaient été logés avec joie l'année précédente.

 


 

   


Copyright © 2003-2024 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:7234489
Nb de visiteurs aujourd'hui:1104
Nb de connectés:44