Incrociatore Lanciamissili 1961 Giuseppe Garibaldi D 551 Mkt Venise









 

Incrociatore Lanciamissili 1961 Giuseppe Garibaldi D 551 Mkt Venise
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

Reconstruction du croiseur lance-missiles.
Les travaux de reconstruction ont été effectués à l'Arsenal de La Spezia et achevés en 1961 et à la fin des travaux, l'unité a atteint un déplacement standard de 9 802 tonnes et 11 350 à pleine charge, avec un tirant d'ieau de  6,7 mètres.
La reconstruction n 'a que peu touché la coque qui a conservé les dimensions d'origine mais t totalement la superstructure avec la transformation radicale de la structure du pont et de l'ensemble pont/tour et la suppression d'une des deux cheminées.
Les modifications sur la coque vont concerner  la reconstruction de la poupe et la fermeture des ouvertures latérales pour permettre l'installation d'un système de ventilation/climatisation et d'un système de défense NBC ; il ne restait que la rangée de hublots supérieurs du gaillard d'avant.
La transformation des superstructures  implique elle voit la reconstruction d'un château d'environ 90 mètres de long relié vers la poupe par un grand rouf. Les modifications apportées à la structure de la coque ont permis d'augmenter le volume et d'améliorer l'assiette hydrodynamique du navire.
À l'extrémité de la zone arrière, une petite plate-forme d'atterrissage a été créée pour un hélicoptère AB 47G, déjà testé avant les travaux de démantèlement et de reconstruction ultérieurs.
Le système propulsif a vu la suppression des deux chaudières dans la zone arrière, laissant inchangé l'agencement des autres locaux de machines, tandis que l'une des deux cheminées ayant été supprimée, il a fallu modifier à la fois le parcours des tuyaux d'échappement des six chaudières restantes, et d'autres arrangements auxiliaires et il était nécessaire d'élargir la base du seul entonnoir restant.
Suite à la diminution du nombre de chaudières, la puissance est tombée à 85 000 CV et la vitesse maximale à 30 nœuds. Avec le retrait de deux chaudières et la diminution de puissance qui en a résulté, il y a également eu une réduction de la consommation de carburant, portant l'autonomie du navire à 4500 milles à une vitesse de 18 nœuds, tandis qu'à la suite des modifications de la coque et des divers sur bord l'approvisionnement maximal en carburant a légèrement diminué à 1 700 tonnes de carburant
Pour faire face aux besoins énergétiques plus importants découlant de l'adoption des nouveaux systèmes mécaniques et électroniques, il a été nécessaire d'installer quatre turbo-alternateurs Tosi-Brown Boveri et deux alternateurs diesel Fiat-Brown Boveri qui généraient du courant alternatif à 440 V pour une puissance totale de plus de 4 000 Kw suffisante pour éclairer une ville de 200 000 habitants.
L'électronique principale a trouvé sa place principalement dans deux grandes fermes quadripodes. Sur le premier des deux pylônes, situé au sommet du complexe pont-tour, inspiré de celui des croiseurs de type Boston, se trouvait une place pour le radar de surveillance aérienne tridimensionnel à balayage de fréquence FRESCAN AN/SPS-39, adopté sur toutes les premières unités de lancement de missiles de l'OTAN, le radar de surveillance aéro-naval bidimensionnel Westinghouse AN/SPS-6, le radar de surveillance de surface SET-6B et le radar de navigation SMA CFL3-C25, tandis que sur le deuxième pylône, situé à l'arrière de l'entonnoir, il y avait une découverte aérienne Selenia Argos 5000 de fabrication nationale qui, dans des conditions favorables, permettait d'identifier des cibles jusqu'à une distance de 500 miles
Le radar AN/SPS-39 FRESCAN était à l'époque le seul équipement naval tridimensionnel, hors le Type 984 anglais, beaucoup plus lourd, embarqué sur les porte-avions Victorius et Hermes, à utiliser une seule antenne pour obtenir les données relatives à l'altitude , la portée et le relèvement des aéronefs et pour commander la plate-forme d'antenne radar.
Le FRESCAN disposait de stabilisateurs électroniques légers qui assuraient un fonctionnement continu et précis, quels que soient le tangage et le roulis du navire.
Le radar Westinghouse AN/SPS-6, décliné en différentes versions de découverte aéro-navale d'une portée de 250 km, Cette version qui porte la lettre minuscule  6 placée  est celle du  système qui a opéré un tournant décisif vers la standardisation et modernisation de la composante radar des unités dans les années cinquante, et à partir de 1954 il fut embarqué par toutes les unités d'escadre en service à l'exception du Garibaldi, sur lequel il ne fut embarqué qu'à la fin des travaux de transformation et fut également embarqué sur certaines corvettes de la classe Gabbiano, celles principalement destinées à la défense anti-aérienne.
Le haut du rouf abritait les radars d'éclairage et de guidage Sperry-RCA AN / SPG-55 desservant la rampe de lancement jumelle Mk 9 Mod.1 du système Terrier. L'équipement électronique de l'unité était complété par cinq directions de tir stabilisées, de production nationale, auxquelles toute l'artillerie était contrôlée, avec leurs radars respectifs, dont celui qui contrôlait les canons de 135 mm à l avant, et ceux qui asservirent les canons 76/62 placé deux par deux sur la tour sur les côtés du pont lui-même et sur les côtés de la cheminée
En particulier, les directions de prise situées sur la tour,différaient des trois autres en ayant deux antennes paraboliques au lieu d'une, car elles exploitaient l'effet Doppler.
Les tourelles  de canon 76/62 ont été regroupées en unités anti aériennes composées chacune d'un S.D.T. et deux canons. Chaque "unité de tir" avait son propre secteur de surveillance et d'action et pouvait intervenir même sans ordre du centre des opérations si son propre radar était le premier à avertir de la présence de l'ennemi.
Les tourelles jumelles de 135/45 mm et relatives S.D.T. s'ils n'étaient pas engagés pour le tir antiaérien à moyenne portée, étaient utilisés pour augmenter le feu dans le secteur le plus dangereux.
Le centre des opérations de combat, le cœur du système de défense et d'attaque de l'unité, traitait les signaux reçus des radars, déterminant le mouvement des cibles. le navire disposait d'un système de suivi automatique et de représentation de la situation aérienne générale, d'une salle de contre-mesures électroniques avec une centrale anti-interférence radio et une centrale d'affectation de désignation de tir C.A.D.T. qui traitait automatiquement les données fournies par les dispositifs de découverte, distribuant et attribuant les armes de la meilleure façon, assurant un engagement correct des cibles.
Pour la défense contre les mines, il y avait un système de démagnétisation à bord. Les travaux les plus importants de la coque vont porter sur t l'extrémité du rouf, où avaient été aménagés les puits de lancement de quatre missiles balistiques américains Polaris équipés d'une tête nucléaire, destinés à doter la marine italienne d'une capacité de dissuasion stratégique. par le programme ultérieur de développement entièrement national du missile balistique Alfa, très similaire au missile américain Polaris.
La présence de puits pour le lancement de missiles de type "Polaris" à bord du nouveau Garibaldi avait une grande valeur technique. La phase d'expérimentation des missiles des années cinquante, dans la continuité du développement de ceux fabriqués en Allemagne vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, s'était achevée à la fin de la même décennie, laissant entrevoir la possibilité d'utiliser des missiles balistiques embarqués sur unités de surface pour opposer une menace valable contre des cibles ennemies à grande distance et dans ce contexte les missiles "Polaris" ont été développés, la possibilité d'être embarqué sur des navires marchands a été prévue et étudiée.
À cette fin, les États-Unis avaient conçu la force latérale multilatérale MLF de l'OTAN, une force navale composée de 25 navires marchands de 18 000 tonnes d'une vitesse de 20 nœuds ou plus et d'une autonomie de plus de 100 jours modifiée pour emporter 200 missiles Polaris.
La solution s'est avérée techniquement trop difficile à adopter, aussi avec l'avènement de la propulsion nucléaire à bord des sous-marins, ce véhicule a été choisi comme vecteur, moins interceptable mais économiquement beaucoup plus cher.
Les SNLE, les sous-marins balistiques nucléaires, entrent en service dans ces années-là, et le premier lancement immergé d'un Polaris est effectué par le sous-marin USS George Washington le 20 juillet 1960.Malgré tout, la Marine était fermement convaincue que le lancement de missiles "Polaris" pouvait également s'effectuer à partir de navires de surface, avec des solutions beaucoup plus commodes en termes de coûts de construction et l'opportunité a été saisie de transformer le Garibaldi pour mettre en œuvre ce projet qui était effectué pour un coût équivalent aux dépenses à engager pour l'achat d'un des nouveaux canons anti-aériens de 76/62 mm.
Conçu comme un missile de défense aérienne pour les navires à moyen et gros déplacement, le Terrier est dérivé du missile sol-air Talos, mais a ensuite connu une évolution autonome. Le Terrier avait une structure aérodynamique idéale pour un missile relativement petit et avait des volets à portée étroite pour maximiser la portée et la vitesse tout en réduisant la traînée. La rampe utilisée pour le lancement était généralement de type Mk 10, stabilisée contre les mouvements de la mer, mais aussi de différents types comme la rampe Mk 20 Aster adoptée sur le Vittorio Veneto et sur les Belknaps américains. L'Italie était le seul pays vers lequel ces missiles étaient exportés.
Pour la propulsion, ils disposaient d'un booster d'accélération, de quatre grandes ailettes stabilisatrices et d'une fusée, également à combustible solide, à l'arrière du missile. L'ogive, pesant environ 100 kg, était à fragmentation et placée plus ou moins au milieu du missile.
Les premiers essais de lancement des missiles "Terrier" ont eu lieu lors de la première croisière post-reconstruction du navire effectuée aux Etats-Unis et du lancement d'un "Terrier" par le Garibaldi qui a eu lieu le 11 novembre 1962 à San Juan de Porto Rico a été le premier lancement de missile par une unité italienne.
Le système de lancement était soutenu par un ensemble d'équipements électroniques modernes à l'époque : le radar "Argos" 5000 avait pour mission d'engager la cible à longue distance puis de la transmettre au radar tridimensionnel AN/SPS-39 , qui avait pour tâche d'établir la direction, la distance et l'altitude avec une plus grande précision; les deux systèmes de guidage de missiles avaient pour tâche de guider les missiles le long de la plage d'émission électromagnétique pour atteindre la cible.
Le système était géré par le Centre des opérations de combat grâce à un processus d'acquisition et de coordination des données.
L'armement d'artillerie dans la nouvelle configuration se composait de quatre canons de 135/45 mm dans deux tourelles jumelles et de huit canons OTO Melara de 76/62 mm de type MMI, dans des installations simples.
Les principaux calibres étaient les mêmes qui, pendant la dernière partie de la Seconde Guerre mondiale, avaient trouvé leur place sur les unités de la classe Capitani Romani et sur le Duilio reconstruit, tandis que le canon 76/62 nouvellement conçu, largement testé sur le navire d'essai Carabiniere , se serait trouvé placé au cours des années soixante sur les principales unités de l'escadron, telles que les frégates de classe Bergamini et de classe Alpino, la Doria et le Vittorio Veneto et serait remplacé la décennie suivante par le 76/62 Compatto avec l'entrée au service de l'Audace.
Les tourelles des principaux calibres ont été placées dans la zone de la proue, dans une configuration de super tir, remplaçant les deux tourelles 152/55 précédentes, tandis que les canons 76/62 ont été placés, quatre de chaque côté, des deux côtés du complexe de la tour. .
Les canons de 135/45 mm, qui ont été installés dans des tourelles entièrement automatisées sur le Garibaldi, peuvent être considérés comme les meilleurs canons navals italiens de la Seconde Guerre mondiale, avec une portée de 19,6 km et une cadence de tir de 6 coups par minute, et ont été capables d'effectuer des tirs très précis, mais, avec une élévation de 45°, ils étaient cependant dépourvus d'une capacité anti-aérienne satisfaisante, sinon d'un barrage.
En 1968 les canons furent remplacés par des canons 135/53 qui devaient être installés aussi sur l'Audace, alors en cours de conception.
Le canon de type 76/62 MMI "Lalargato" était une arme double, avec un canon refroidi par eau et une manœuvre électrique et hydraulique avec système de secours manuel. La portée, qui avec des projectiles HE pesant 6 296 kg atteignait 18,4 km à une élévation de 45°, à l'élévation maximale de 85° elle diminuait à 4 km, tandis que la vitesse de rotation était de 70°/s et celle d'élévation de 40°/s et la tourelle accueillait un membre d'équipage. Le canon était l'évolution du modèle SMP 3 qui avait été embarqué sur les corvettes Alcione. Une version jumelle du modèle SMP 3 à canons superposés avait été embarquée dans les années 1950 sur des frégates de classe Centauro, mais cette version, n'ayant pas donné les résultats escomptés, n'a été embarquée sur aucune autre unité de la Marine.
Remis en service à l'issue des travaux de transformation, le Garibaldi est reintégé  dans la Marine le 3 novembre 1961 et atteint sa base opérationnelle de Tarente le 5 février 1962.
Début septembre 1962, après une première série de tests et d'essais effectués en Italie, le "Garibaldi" est envoyé aux Etats-Unis pour une croisière représentative et pour la mise au point définitive du dispositif antimissile et l'achèvement de la phase d'entraînement.
Dans les premiers jours de novembre, le navire s'est déplacé à San Juan de Porto Rico pour effectuer des lancements efficaces d'armes qui ont eu lieu dans les eaux de la mer des Caraïbes et où, le 11 novembre 1962, les tests de lancement ont été effectués, au large des côtes de San Juan de Porto Rico, des premiers missiles Terrier.
Depuis son retour en Italie, qui eut lieu le 23 décembre 1962, l'unité, enfin opérationnelle, devint partie intégrante de l'Escadron Naval. Immédiatement après sa remise en service, en 1963, il fallut soumettre le navire à de nouveaux travaux pour allonger la seulle cheminée restante, afin d'éviter que les gaz d'échappement n'interfèrent avec le nouvel équipement électronique dont l'appareil était équipé,
La cheminnée sera rallongée mais aussi inclinée avec l'adoption d'un capot pour acheminer l'échappement vers la poupe.
La banniere di combatimento est  hissée à Naples le 10 juin 1964, offert par le groupe ANMI de Rome,
La cérémonie s'est déroulée en présence du commandant en chef de l'escadron naval, l'amiral Alessandro Michelagnoli et du sous-secrétaire à la défense, l'honorable Natale Santero. Le Garibaldi a servi pendant dix ans dans sa nouvelle configuration, en tant qu'unité de commandement de l'escadre, participant à divers types d'activités de formation et de représentation en Méditerranée et outre-mer.
Le Garibaldi, qui a reçu le numéro de série 551, a continué à jouer son rôle de vaisseau amiral de la Marine, prenant la relève dans ce rôle du jumeau Duca degli Abruzzi. Le rôle de porte-drapeau de la flotte sera assuré, vingt-quatre ans plus tard, avec le même nom et le même numéro de série, par le porte-avions léger/croiseur porte-avions Giuseppe Garibaldi.
Le Garibaldi a été affecté au 2e groupe naval offshore de la 2e division navale situé à la base de Tarente.
Entre la fin de 1964 et 1965, le navire a subi des travaux d'entretien au cours desquels l'antenne radar Argos 5000 a été remplacée par une nouvelle de conception différente et plus légère, afin de diminuer la résistance au vent typique des antennes de si grandes dimensions et un rouf a été construit directement à la base de la tourelle.
Au cours d'un autre cycle de travaux de maintenance, effectués entre le 25 août 1966 et le 20 avril 1967 à l'Arsenal de La Spezia, le radar SET-6B Microlambda est remplacé par le radar de navigation et de découverte de surface MM/SPQ -2 d'une portée de 50 km de production nationale, le mât avant a été modifié, composé d'un quadripode, le rendant plus compact dans la structure supérieure et le mât de support des viseurs pour l'alignement des radars de guidage de missiles pour les Terriers déplacés de l'extrême poupe de l'unité sur le zone terminale du rouf contenant les puits pour le Polaris. Le 4 juin 1968, l'unité a participé au défilé naval organisé dans le golfe de Naples dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de la victoire de la Première Guerre mondiale, dans ce qui était le plus grand défilé naval après la Seconde Guerre mondiale.
A l'occasion  elle accueillie à bord le président de la République Saragat qui, arrivé à Naples accompagné du ministre de la Défense Tremelloni, du conseiller diplomatique de la présidence de la République Francesco Malfatti et du conseiller militaire de l'équipe amiral Virgilio Spigai a été reçu par le commandant en chef du marin du département "Basso Tirreno" de l'amiral de l'équipe de Naples Raffaele Barbera.
Une fois à bord, le président de la République est resté sur la passerelle pendant toute la durée du défilé, tandis que le commandant de l'unité, le capitaine de Vascello Antonio Scialdone et le commandant en chef de l'escadron naval, l'amiral Roselli Lorenzini ont illustré les différentes phases des manœuvres.
À bord de l'unité, outre le président de la République, se trouvaient le Premier ministre Aldo Moro, le chef d'état-major de la défense, le général Vedovato, le chef d'état-major de la marine, l'amiral Michelagnoli, l'amiral Angelo Iachino, les anciens chefs d'État major des amiraux de la Marine Ferreri et Giurati le commandant des Forces alliées de l'Europe du Sud l'amiral Horacio Rivero, le commandant des Forces navales alliées de l'Europe du Sud l'amiral Luciano Sotgiu, le commandant de la sixième flotte de l'US Navy, le vice-amiral William Martin, le commandant de l'escadre navale de la Méditerranée de l'équipe de la marine française le vice-amiral Jean Philippon présent alors qu'il avait précédemment participé à un exercice dans les eaux du golfe de Salerne. Le Garibaldi, après avoir hissé l'étendard présidentiel sur la cour principale, largué ses amarres, quitta le port suivi du San Giorgio sur lequel s'étaient embarqués les hautes autorités civiles et militaires et tous les attachés navals et militaires étrangers accrédités auprès du gouvernement italien.
Pendant le défilé, le Garibaldi a quitté le golfe en vue de Procida, Ischia et Capo Miseno, croisant à une courte distance du croiseur Vittorio Veneto dans un état de construction avancé et destiné à prendre sa succession dans le rôle de vaisseau amiral.
Le défilé a réuni les plus hautes autorités civiles et militaires, dont le président du Sénat Zelioli-Lanzini, le président de la Cour constitutionnelle Sandulli, les sous-secrétaires d'État à la défense Guadalupi, Santero et Cossiga, l'honorable Paolo Barbi représentant le président de la Chambre, les chefs d'état-major du général d'armée du corps d'armée des Marchesi et du général de l'armée de l'air de l'escouade aérienne de Fanali.
Le Garibaldi est désarmé le 20 février 1971, mais ce n'est pas son âge qui décrète son démantèlement, mais des raisons économiques qui au début des années soixante deviennent alarmantes pour l'avenir de la marine italienne.
En février 1970, lors d'une conférence de presse à bord du Garibaldi, le commandant en chef de l'escadron naval de l'époque, l'amiral Gino Birindelli, dénonçait la crise vers laquelle allait la marine et l'état de profond malaise moral et matériel dans lequel se trouvait l'état-major 
Les déclarations de Birindelli ont déclenché des réactions et des prises de position à tous les niveaux et ont conduit la classe politique à résoudre le problème des salaires en le maintenant dans les limites du budget annuel ordinaire ; à la suite de ces restrictions, le nouveau chef d'état-major de la marine, l'amiral Virgilio Spigai, a été contraint, alors que la pénurie financière persistait, de retirer du service le navire le plus ancien et le plus onéreux à entretenir, le croiseur Garibaldi, dix ans seulement après la sa remise en service après conversion en missiles.
Une répercussion négative s'est également produite dans le programme de nouvelles constructions, jusqu'à ce qu'avec la situation politico-militaire qui se produisit à cette époque dans la région méditerranéenne, suite à la guerre du Yom Kippour et avec la présence soviétique de plus en plus massive dans la région, en novembre 1973 le nouveau Le chef d'état-major de la marine, l'amiral Gino De Giorgi, a publié un document connu sous le nom de "Livre blanc de la marine" dans lequel les engagements que la flotte militaire italienne était appelée à respecter dans les nouveaux scénarios à venir étaient analysés et l'impossibilité de la part de la Marine de pouvoir continuer sur la voie du renouvellement de sa flotte, faute de budgets ordinaires.
Ce document aurait conduit quelques années plus tard à la loi navale de 1975, qui aurait été le préalable à une modernisation substantielle de la flotte de la Marine. Sa reconstruction, considérant qu'après les modernisations il n'est resté en service qu'une décennie et compte tenu de la non-utilisation du Polaris, selon de nombreux critiques il s'est avéré inutile et coûteux.
Précisément en raison de son court service après la reconstruction, l'unité était dans les conditions appropriées pour son utilisation comme navire-musée, compte tenu également de sa grande histoire ; en plus d'avoir participé à la Seconde Guerre mondiale, il avait été le premier croiseur lance-missiles européen, la première unité de surface au monde à être préparée pour le lancement de missiles balistiques et la première grande unité italienne d'après-guerre, représentant, à tous égards, le premier pas décisif de la marine italienne vers un processus lent mais constant de modernisation de ses unités et de ses structures opérationnelles et logistiques.
Un discours analogue concernant la muséalisation pourrait également être tenu pour le Montecuccoli son jumeau qui, dans l'après-guerre, fut la première unité navale italienne à faire le tour du monde.
Le Garibaldi est officiellement mis hors service le 16 novembre 1976 et le 3 novembre 1978 à 0 h 15, avec l'ouverture du pont tournant, il franchit une dernière fois le canal navigable de Tarente en remorque pour rejoindre La Spezia où les travaux de démolition seront effectués par les Cantieri del Tirreno de Gênes, après avoir été partiellement démantelé après sa désaffectation à partir de 1972.
Les deux drapeaux de bataille que l'unité a reçus sont conservés dans deux cercueils dans le Sanctuaire des Drapeaux du Vittoriano.

 

 

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6156545
Nb de visiteurs aujourd'hui:1330
Nb de connectés:50