Centrale Tiro 1930 Galileo Venise Musée naval









1930 Centrale Tiro Galileo Venise Musée naval
English Translation
 


Historique Voir ICI
History Click HERE

 

 

L'importance des poste de conduite de tir a progressivement augmenté avec l'augmentation des distances de combat et avec la volonté de regroupé à l intérieur de la coque dans un espace protégé, tous les organes de direction du feu qui n'avaient pas besoin d'avoir une vue en hauteur. Le premier poste de tir, adopté par la Royal Navy en 1912, fut la table Dreyer, qui était une machine intégrant su un pupitre, un calculateur de distance vecteur de cible analogique (le Dumaresq), un schéma semi traceur-automatique de détection et calcul de la trajectoire , un intégrateur de gamme analogique (l' horloge de gamme Vickers) et, enfin, un transmetteur de la solution de tir aux batteries.
La première version navalisée de la table Dreyer , la Mk III, fut installée sur le
HMS Monarch en 1912, la même année où l'Amirauté britannique l'adopta officiellement dans la version de production

Mark IV. Le dispositif fut progressivement installé sur tous les navires de Ligne de la Royal Navy
En 1919, la Royal Navy met en place une commission chargée d'étudier et de proposer un remplacement pour la table Dreyer obsolète.  Après les essais effectués en 1922 sur le
HMS Repulse , la

première version de l' Admiralty Fire Control Table , le Mk I, est installée sur les cuirassés de la classe Nelson à la fin de 1925. L' Admiralty Fire Control Table était composé de trois systèmes interconnectés, le centre de tir, la tour de contrôle directrice montée sur une tourelle tournante et la section de transmission de données.
 

Hood  derrière les deux tourelles avant le poste de tir principal surmonté du télémètre et le poste secondaire, au sommet du mât tripode, sont bien visibles.

 

La station de direction de tir (SDT), testée sur le croiseur HMS Enterprise en 1926, intégrait le dispositif de visée général (APG) à la tour de télémètre, résolvant le problème de définition de cible entre les télémètres et l'APG. 

 

La transmission des données s'effectuait par l'intermédiaire de deux systèmes à courant continu, l'un basé sur un rotor équipé de six aimants permanents, et l'autre utilisant des moteurs électriques en mouvement constant pouvant être enclenchés ou débrayés à distance

Regia Marina

La première version italienne de la table britannique Dreyer était la table prédictive de 1917 avec des performances similaires aux premières versions de la table Dreyer . dont le premier poste de tir fut mis en service par la Regia Marina sous le nom de Centrale Salvagnini Central  Il était d'origine française,et fut installé en 1919 sur le cuirassé Conte di Cavour .


Installé à l'intérieur dela coque dans un local situé sous le pont blindé il était en relation avec la tour de commandement qui abritait  passerelle et timonerie du navire.
Mais, cette centrale s'est avérée inefficace en raison d'une
hystérésis  excessive et  son imprécision aussi au début des années 1930 , de nouveaux appareilsr sont développés par l'industrie nationale ( Officine Galileo et San Giorgio qui avaient acquis la société Girardelli en 1929) sur la base d'études et de projets menés par Carlo Bergamini et Vincenzo de Feo .


En 1928, le prototype, appelé centrale di tirop Regia Marina tipo Borea, fut installé sur les destroyers Borea et Turbine . et en 1930, la première Centrale di Tiro Regia Marina, 1ère versione, est installée sur les esploratori classe Leone construits par San Giorgio,  par la suite d'autres commandes sont confiées aux sociétés précitées et à l'OLAP (officine lombarde apparecchi di precisione  branche du Siemens allemand ) pour les destroyers Nembo, Euro, Aquilone et Turbine et pour les croiseurs Pola et Fiume .


Ce nouveau type de poste de tir s'appelait "Regia Marina". Les postes de tir "Regia Marina" ont été produits en quatre versions différentes :
Centrales électriques de type 1 pour la conduite de croiseurs de gros calibre ;
Centrales électriques de type 2 pour la conduite de moyens calibres sur grands navires et destroyers (type 2 modifié pour ces derniers)
Unités de commande de type 3 (centrales réduites) positionnées à l'intérieur des tours de gros calibre pour le tir en cas de défaut de connexion avec l'unité de commande (tir de secours) ;
Centrales électriques de type 4 pour la conduite des gros calibres des cuirassés de
la classe Littorio .

   


Copyright © 2003-2023 MaquetLand.com [Le Monde de la Maquette] et AMM- Tous droits réservés - Contactez l'Administrateur en cliquant ici

Ce site sans aucun but lucratif n’a pour but que de vous faire aimer l’ Histoire
Droit d’auteur
La plupart des photographies publiées sur ce site sont la propriété exclusive de © Claude Balmefrezol
Elles peuvent être reproduites pour une utilisation personnelle, mais l’autorisation préalable de leur auteur est nécessaire pour être exploitées dans un autre cadre (site web publications etc)
Les sources des autres documents et illustrations sont mentionnées quand elles sont connues. Si une de ces pièces est protégée et que sa présence dans ces pages pose problème, elle sera retirée sur simple demande.

Principaux Collaborateurs:

Gimeno Claude (+)
Brams Jean Marie
Janier Charles
Vincent Burgat
Jean Pierre Heymes
Marie Christophe
Jouhaud Remi
Gris Patrice
Luc Druyer
Lopez Hubert
Giugliemi Daniele
Laurent Bouysse


Nb de visiteurs:6156620
Nb de visiteurs aujourd'hui:1405
Nb de connectés:38